La 91

27/05/2007

La Norville (91)

Rando 91km


Roulage en rythme


La dernière fois que je suis venu faire cette randonnée longue distance de La 91, c'était en 2003 avec Mary; il y avait plu pas mal auparavant et certains passages étaient assez gras-liquide. Bien que roulant dans l'ensemble, on avait apprécié pas mal de passages du tracé de cette randonnée VTT du 91 organisées par le R.C. Norvilloix au départ de La Norville.

Comme ce dimanche il n'y avait pas beaucoup de randonnées organisées en Île de France, si la météo était clémente j'avait bien envie d'y retourner faire du rythme, pour changer une peu de nos sorties VTT en Vallée de Chevreuse. Mary irait plutôt rouler avec son club de Montigny, elle voulait 'bouffer' de la bosse pour se préparer au Raid des terres Noires l'objectif du mois de Juin.


Samedi j'ai fait un peu de mécanique; sur le TITUS tout d'abord, en lui remplaçant la chaîne et les plaquettes arrière, la sortie VTT post-orage de dimanche dernier ayant contribuée à l'achèvement de ces composants épuisés par 1536km de sorties plutôt boueuses. J'en ai profité pour l'alléger de presque 9g en remplaçant les 4 vis acier de fixations des étriers de frein XTR07 par des vis en Titane. Le DEVINCI s'est vu lui aussi offert une petite cure d'amaigrissement, soit presque 16g en moins en remplaçant la visserie acier de la potence RITCHEY WCS par des modèles en Titane. Comme je le prendrais dimanche pour la rando à La Norville, vu les pluies des derniers jours, par sécurité (ça colle bien là-bas...) je l'ai repassé en configuration hiver avec des pneus plus étroits; j'ai ainsi remonté à l'avant un Jimmy UST 2.10" et à l'arrière un Bulldog MRC-H UST 1.85". Ceci fait, je pouvait passer à la suite du montage du SPARK, le livreur ayant amené matin les freins HOPE Pro Mono Mini 2007 qui me manquait encore.

Dimanche 27 mai

Couchés à 23h, réveillé à 5h encore un peu dans le brouillard, le ciel est dégagé et bleu, le balcon sec, c'est bon j'y vais. Malgré le 8°C affiché sur le Thermomètre extérieur, il ne fait pas froid. Je quitte Les Clayes passé 6h, direction l'A86.

En arrivant au niveau des travaux de Vélizy, passage à vitesse limitée à 70km/h, je vois débouler dans mon rétro un gros macho dans sa BM qui devait rouler au moins à 150km/h, il passe en coup de vent. Y a des cons... Un deuxième énergumène immatriculé dans le neuf-trois devait le suivre de loin mais sur la file centrale, entre-temps j'avait doublé une voiture plus lente dans la remontée du Pont Colbert et j'ai vu arriver rapidement le gus dans mon rétro...j'ai pris délibérément mon temps pour me rabattre...il tirait une tronche derrière collé à quelques mètres de mon coffre. Sarko t'as du boulot...

J'arrive avant 7h à La Norville où le parking a déjà commencé à se remplir, le premier départ du 91km étant prévu pour 7h15. La voiture garée, je rentre dans la salle Pablo Picasso effectuer mon inscription; je laisse 5€, tarif licencié, et récupère en échange la plaque de cadre souvenir et un carton de pointage.

Je retourne à la voiture m'équiper. Les premiers partent déjà à peine 7h passé. Je décolle à mon tour à 7h06.

La Norville se trouvant sur le plateau, le parcours commence par 7km de plat par les rues du village, puis en droite ligne à travers champ, entre hautes herbes et cultures sur des chemins en léger faux plat descendant puis remontant. Le terrain est presque sec, seules subsistes quelques flaques témoin des dernières pluies orageuses.

A peine échauffé par cette mise en route menée rapidos, le parcours nous emmène à l'assaut du massif forestier de la Forêt de Cheptainville où l'on va cheminer durant 2,8km sur des petits sentiers et chemins sympa, le temps de faire quelques petites bosses, une descente rapide, bref ça commence bien et je ne regrette pas d'être venu ici ce matin.

Une descente nous ramène vers la civilisation. On descend alors vers Lardy par la route, soit 2.5km de bitume avant de reprendre un chemin qui rejoint le massif boisé suivant.

C'est celui du Bois Rond où l'on attaque d'entrée par un sentier de terre noire en creux qui grimpe de plus en plus durant 270m, petit plateau engagé à mi-pente, je rattrape deux vététistes mais on cale obligés peu avant le sommet par deux gros cailloux qu'un trialiste pourrait peut-être franchir, mais je préfère préserver la dentition de mes plateaux.

Je profite de la pause pour retirer le coupe-vent et les manchettes en superflu.

Le parcours suit alors un joli petit sentier et l'on rejoint un chemin qui descend vers la sortie de ce massif boisé. On remonte ensuite par une autre bonne bosse sur un sentier de la zone verte suivante. Tout au long du parcours on va rencontrer quelques bonnes grimpettes rendues techniques car le sol était pavé de gros cailloux aux arrêtes saillantes et souvent glissants, le choix de la bonne trajectoire était conseillé, couplé au jus de mollet.

Un peu de chemin reposant sur le plateau en lisière de bois, on descend ensuite doucement vers Orgemont où se trouvait monté la tente du 1er ravito, au kilomètre 17,62. Petite pause pour grignoter quelques raisins secs, rondelles de bananes et boire un verre de sirop. J'y fait connaissance de Piaf91 du forum VV. Le père Antonio arrive alors avec deux autres vététistes. On papote un peu puis je repart. Cette première partie du parcours était bien agréable, de plus le terrain était quasi sec.

Le parcours repart en descente rapide sur le chemin du GR1/GR11, on remontait ensuit la bonne grimpette de l'Aiguillon, pour redescendre rapidement en vallée. Le parcours file alors vers Cerny, puis d'Huison-Longueville par des chemins et petites routes. C'est à ce moment que le parcours 55km entame son retour vers La Norville, tandis que les fans de longue distance s'embarquent comme moi sur la boucle spécifique du 91km nous emmenant au sud-est jusqu'à Milly-la-forêt. Toute cette portion sera plutôt roulante, empruntant des chemins de plaine, de courts passages de route, plusieurs passages forestiers, le tout moins intéressant à mon goût alors j'effectue ces parties à vive allure.

Une fois passé Huison-Longueville, une longue remontée sur chemin, au travers, puis en lisière du Bois de Guigneville nous amenait sur le plateau où nous allions cheminer presque 6km. Seulement, de sec sur la première partie du parcours, le terrain a commencé à changer, visiblement l'orage s'était attardé dans le coin et la terre collante de l'Essonne reprenait du service; les pneus ont commencés à grossir de section, les mottes collantes à s'accumuler sur le spad. Il n'y avait que deux VTT passés avant moi et leurs traces m'indiquaient les passages à éviter. Bref le plus sûr et le plus rapide restait de rouler sur l'herbe couchée au milieu du chemin tout en roulant rapidement pour faciliter le débourrage. Moyen ainsi jusqu'aux environs de Videlles. Ensuite passages sur des chemins plus sympa avec du relief dans les Bois de la Chapelle Ste-Anne puis ceux au dessus de Moigny-sur-Ecole. La météo et avec nous, il ferait presque beau et pas froid. Il y a juste un fort vent qui me conforte dans le choix de faire du VTT ce matin plutôt que de la route. Les champs verts tendres sont bordés de coquelicots, joli.

Le parcours devient ensuite plus plat une fois entré dans le Bois de Milly-la-Forêt, des allées puis un petit sentier autour du site de la sculpture géante du Cyclope nous menait ainsi au 2ème ravito, petite table montée au kilomètre 45,06. J'y retrouve le second vététiste du parcours 91km, il a roulé un moment avec le gars du Team VDO qui aime bien envoyé du gros braquet. Petite pause grignotage et papotage, puis on repart à deux.

Nous feront ainsi route commune à deux jusqu'au dernier ravito, lui roulant pas mal avec un style pédalage routier (la casquette sous le casque...) qui me rappelait notre ex président de club William, montant comme lui souvent en danseuse, avec toutefois une bonne pratique du VTT car dans les sentiers en pif-paf il pilotait plutôt joliment entre les gros cailloux. En roulant longuement avec lui j'ai ainsi pu me booster, les longues bosses étaient avalées au train sans traîner.

Du relief plat des allées de la forêt de Milly, nous avons remonté la bosse menant au Bois de Malabri, que nous avons traversé via le chemin du GR1 qui redescendait ensuite rapidement vers Courdimanche-sur-Essonne. Un peu de bitume, de chemins de campagne, une bosse-descente et nous revenons sur Vayres-sur-Essonne rattraper une nouvelle zone boisée pour suivre le chemin du GR1 par la Vallée de Misery, une partie sablonneuse où l'on appréciait les pluies récentes ayant rendu le sable plus compact, bien qu'en ressortant de l'autre coté sous la ligne haute tension le sable peu épais était lui bien sec sur le chemin qui présentait toute une série de petites vagues. On débouche sur la D175. Je m'arrête pour remettre un peu d'huile sur la chaîne toute sèche, puis on repart.

Bonne remontée pour remonter sur le plateau au dessus de Orveau, puis après un peu de chemin de plaine en suivant le GR1, on redescend rapidement vers Boissy-le-Cutté. Une bonne remontée qui se termine par un beau sentier tournicotant en sous-bois, dévers avec racines ou mon routier butte, on revient sur le chemin du GR1. Là je m'arrête sur le bord car mon pneu arrière a perdu presque toute sa pression. Chiotte. Comme cela semble être une crevaison lente, avec la mimi-pompe je remet juste de l'air dans le pneu pour voir si ça peut tenir, pas envie de mettre une chambre pour le moment. Je repart ainsi, mais pas mis assez d'air alors je roule moins fort, pas longtemps car j'arrive à La Grange des Bois où était monté les tables du 3ème ravito au kilomètre 77,36. J'y retrouve mon routier, je lui dit de partir devant car je vais rouler moins fort maintenant vu que je mon pneu se dégonfle, de toute façon il ne reste plus que 17km. Il repart. Je reprends des forces, bananes, raisins secs, eau au sirop. Un des bénévoles me donne aussi 2cpâtes de fruits, qu'ils avaient mis de coté pour ceux qui font le 91km; sympa ça et sage précaution vu les gloutons des autres parcours... Par chance l'organisation avait une pompe à pied dans le camion à ce ravito. J'en profite pour mettre 3 bars dans le pneu arrière, ainsi paré je ne devrais plus avoir besoin de m'arrêter avant l'arrivée. Je repart.

Un peu de chemin de plaine, une descente à travers bois et on revient dans la vallée de Gillevoisin. Un peu de bitume pour traverser le village, on suit ensuite le chemin qui longe la voie ferrée puis on grimpe fort en lacets, encore ces gros cailloux partout dans le chemin, on remonte ainsi sur le plateau. Le parcours y chemine par des chemins et un peu de bitume en passant Torfou, puis revient dans une zone boisée traversée très rapidement en descente via un chemin sympa. Retour en plaine, 44x11 de sortie pour avionner sur le faux plat descendant puis les chemins plats et rectilignes entre champs, le Bulldog MRC-H gonflé à 3bars ça dépote à 43.4km/h tout de même sur sol sec.

Un panneau du balisage est tombé au sol, je crois qu'il faut partir à droite et 600m plus loin d'un chemin herbeux je me retrouve à la Beauvoisière, plus de marque de balisage. Je sort le GPS, regarde où l'on devrait aller pour revenir vers le point de départ tout proche, demi-tour. Deux petites gouttes de pluie, faut plus tarder l'averse arrive. 600m plus loin je retrouve le balisage, j'avait pas vu la rubalise derrière le panneau à terre. Je repart tout droit sur le chemin, mode TGV pour arriver avant la pluie. Dernier chemin, un peu de rues et me revoilà au point de départ à midi, juste pour manger quoi.

Je me change, range le spad puis je vais chercher le sandwich/jambon que je boulotte en regardant le tracé du parcours affiché au mur. La pluie commence doucement, des gouttes éparses. Une fois dans la voiture ça va s'intensifier peu à peu, jusqu'à se transformer en bonne douche sur le chemin du retour. Je pense alors aux pauvres vététistes qui sont encore sur le parcours, ça va glisser là-bas...

Balisage efficace et bien visible, par gros panneaux jaune fluo FFCT et longues rubalises.
Bénévoles sympa, ravitos corrects et suffisants.
Le parcours reste toujours aussi roulant, mais non monotone. Il serait toutefois intéressant d'y ajouter quelques sentiers et difficultés pour casser le rythme continu de certaines lignes planes, d'autant que l'on voit souvent partir à gauche et à droit des petits sentiers.
Sans comporter de difficultés monstres, le tracé offre quelques bonnes bosses assez longues, des descentes généralement rapides et plusieurs petits sentiers bien sympa dans la première partie. En fait il ne faudrait pas faire le 91km, mais deux fois le 55km

Pédalator


Profil du parcours 91km
Profil du 91km

Les données de Pédalator
 POLAR
S725
CICLOMASTER
CM436
GPSmap
60CSx
Départ :-7h067h06
firmware v3.30
Temps roulé :-4h30'59-
Temps déplacement :--4h40'
Temps total :---
Moyenne:-21,0km/h20,3km/h
Vitesse max.:-46,5km/h46,3km/h
Distance (2030mm):-95,26km94,98km
ODO-592km-
Dénivelé positif  :-+1048m+1199m
Température Min/Max: -10/17°C-
FC Moy/Max:---
Période échantillons:-20 sec.Auto
Fichiers échantillons :-27052007.turRDNTRK
Distance/dénivelée annoncés :91km / 1150m
  
Vélo : T.S. - DEVINCI Moon Racer
  
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy - Tubeless2.10"2 bars 2030mm  
AR :HUTCHINSONBulldog MRC-H- Tubeless1.85"2,4 bars   1 crevaison lente
   
Suspensions :  
Fourche :FOX FLOAT 100RL58 psi100mm débattement fixe
Biellette :DEVINCI 85mm débattement
Amortisseur :FOX RL60 psi 
      
Transmission : 20/32/44 et 11-32    

Dernière mise à jour : lundi 28 mai 2007 13:02