la plaque de cadre de Pédalator

La Troglodyte

28/06/2009

Moulineaux (76)

Raid 60km


TroBien

Cela fait plusieurs années que j'ai repéré La Troglodyte dans les calendriers, les témoignages de satisfaction
au sujet de cette épreuve organisée par Normandie Chlorophylle ne pouvant que nous inciter à aller voir
de quoi il retourne, pour changer des traditionnelles autres organisations VTT du dernier week-end de juin.


Vendredi j'ai modifié le DEVINCi de Mary pour l'alléger, en remplaçant le cintre devenu trop petit par un SCHMOLKE Carbon SL, le shifter SRAM XO de passages des plateaux a été remplacé par une poignée tournante SRAM XO, du coup les grips ont raccourcis, la selle SLR XC a remplacée l'Aliante usée, la tige de selle télescopique Turbo 4 a été remplacée par la USE ALIEN Aluminium 420mm que j'ai un peu raccourcie, j'ai monté le PopLoc de la fourche REBA et pour finir l'amortos FOX Float RL a été remplacé par un DT XR Carbon bien plus léger. Avec toutes ces modifications, le DEVINCI pèse 11,08kg avec pneus MAXXIS.

Cette semaine ce fut repos quasi complet, Le Raid des Terres Noires m'ayant laissé des courbatures aux cuisses m'empêchant de marcher normalement durant trois jours, sans compter la fatigue résultante; bref je n'ai retouché au vélo que samedi, pour aller faire un petit tour de 40 bornes de VTT vraiment cool avec Mary, en moulinant sur un parcours majoritairement plat; les jambes semblaient avoir retrouvé la forme, j'étais toutefois encore un peu fatigué, besoin de sommeil.

Dans ce contexte, je ne me faisais pas d'illusion quand à ma forme sur une course de 60km réputée physique comme La Troglo, j'avais plutôt l'impression que ce serait ma Rando dans la course.

Le VCMB-VTT a effectué nos inscriptions; nous serons 3 Renards du Manet en course (moi sur le 60km, Mary sur le 45km et Pierrot sur le 60km où a pris la place de Philippe qui ne pouvait venir) et 10 en rando. Les tarifs étaient corrects au regards des prestations, à raison de 11€ et 9€ pour les licenciés inscrits au Raids 60 et 45km, et 9€ ou 7€ pour les Randonnées de 60km ou 45km.

Dernier point avant d'aller au lit ; j'ai entendu dire à plusieurs reprises qu'il y avait sur le parcours de la Troglo des passages en tunnels et grottes qui peuvent s'avérer longs et sombres...j'ai donc glissé dans nos sacs une petite loupiotte, au cas où...

Dimanche 28 juin

Réveil 5h15, nous quittons les Yvelines passé 6h30, direction l'autoroute A13 qui nous mène vers Rouen. Sortie N°24 'Maison Brûlée' pour descendre vers Moulineaux où l'on rejoint le stade avant 8h en suivant le balisage routier particulièrement efficace avec de gros panneaux jaune au nom de l'épreuve. Les autres Renards sont déjà là, matinaux les randonneurs !


Avant l'affluence

En arrivant vers 7h45 il n'y avait pas encore grand monde sur le parking, qui se remplira bien vite rapidement puisqu'en ce beau dimanche plus de 400 vététistes, compétiteurs et randonneurs, viendront participer à la 10ème édition de cette Troglodyte.

On passe au stand récupérer nos plaques de cadre, joliment illustrées sur fond de grottes, recevant en cadeau pour ce 10ème anniversaire un beau Tee-shirt blanc en micro maille siglé du nom de l'épreuve, cadeau de bienvenue pour les 200 premiers préinscrits.

Nous sommes retournés à la voiture nous équiper, coucou à Fred et Marcus de POISSY VTT, puis nous sommes partis nous échauffer sur la route D67, à plat un moment, en puis remontant une longue bosse régulière qui se love en virages grimpant à travers bois au dessus de Moulineaux. Retour vers le bas, tournicottage de guibolles en attendant l'heure du départ prévu pour 8h30, mais qui sera retardé pour cause d'affluence.


Paquet de départ
Fred, moi, Lorenzo

Tout le monde se regroupe dans la rue pour tenter d'entendre les paroles de l'organisateur expliquant le déroulement de l'épreuve, mais dans le brouhaha ambiant je ne perçois que la moitié de ses propos. On est tous mélangés, randonneurs et compétiteurs, j'aime pas trop ça pour les départs où l'on risque d'être gênés dès la première difficulté, va falloir avoiner pour se placer au Go...

Finalement à 8h42 le troupeau démarre en suivant la voiture ouvreuse qui régule le tempo jusqu'au carrefour avec la D3, pour tourner à droite et nous amener ainsi au pied de la longue bosse sur route du départ. Là un bénévole nous crie au passage "ceux qui veulent se placer c'est le moment !".

On ne se fait pas prier, je bloque la suspension du SPARK en 70mm et tourne la poignée de gaz, cherchant à remonter par la gauche un max de gus, puis je me cale dans un bon rythme et commence la longue montée de 1,7km (un peu plus de 6% de pente), jambes moyennes car pas encore assez échauffées, cardio constant à 177bpm, je rattrape et dépasse au fur et à mesures plusieurs concurrents, devant la tête de course s'éloigne peu à peu, en haut de la bosse un petit paquet d'une dizaines de gars sera encore en vue à 100m à l'avant.

Il était conseillé de bien se placer en début de course, car en haut de la bosse la voiture s'est écartée et les bénévoles nous ont orientés à gauche dans un chemin qui allait vite nous conduire à l'entrée d'un chouette sentier sur un sol de terre irrégulier, quelques racines et cailloux, en balcon un moment, puis petite descente en virages, on y est resté un moment avec des gars qui avançaient pas bien vite . Un jeune qui s'était arrêté sur le coté pour problème mécanique est revenu derrière moi, piaffant d'impatience il a remonté la file en roulant sur les bords du chemin dans la végétation où je préférais éviter poser les pneus, attendant sagement un chemin plus propice pour dépasser, de toute façon on avait 60 bornes à se coltiner et bien assez le temps vu la difficulté du parcours pour faire sa place par la suite.

J'ai patienté derrière quelques 'boulets' un moment, puis sortis du sentier en attaquant une partie de chemins plus larges et roulants j'ai mis gaz et les voiles, par chance les jambes répondaient bien et j'ai pu écraser les pédales et creuser le trou, par la suite j'ai été rarement gêné sur le parcours ont j'ai pu profiter à loisir.

Au dixième kilomètre un premier 'mur' annonce la couleur, tout à gauche en 22x32 et sur le bec de selle, une bosse bien raide dont la pente n'allait pas en s'atténuant, par chance le terrain sec permettait au pneus de trouver un bon grip et j'ai avalé la cerise sans problème, comme d'ailleurs toutes les autres bosses sévères du parcours.

Le balisage était vraiment pas mal effectué, avec des panneaux fléchés bien visible mentionnant la distance, de la bombe orange fluo, de la grosse rubalise, par endroits nous étions canalisés entre des troncs déposés au sol. Par deux où trois reprises en arrivant un peu vite, soit j'étais pas très lucide où bien je n'avais pas vu de loin les changements, je me suis retrouvé de l'autre coté de ces troncs, voir sortir du sentier sans dommage, ou rater un virage à droite dans une descente rapide.

Au niveau sécurité rien à redire, des bénévoles étaient disposés tout au long du parcours au niveau des routes pour nous guider et protéger des véhicules.

Quant au parcours, un vrai bonheur ; je n'ai pas souvenir en avoir rencontré un aussi bien depuis bien longtemps, avec une réelle volonté de l'organisation pour offrir un tracé majoritairement forestier qui sorte de l'ordinaire, mêlant ludique, physique, technique et variété dans les enchaînements, un air de Gamelle Trophy mais avec beaucoup plus de travail sur le terrain pour aménager et créer des sentiers : depuis le mois d'octobre cette petite équipe de seulement 20 personnes oeuvre avec pelles et pioches pour aménager les accès de buttes, créer de nouveaux sentiers, creuser dessous les surplombs de roches pour faciliter le passage en roulant dans les grottes, bref un super boulot qui mérite à lui seul un immense bravo, rare sont les organisateurs qui s'investissent autant.

Le parcours tracé en forêt de La Londe-Rouvray comportait pas mal de bosses sévères où le petit plateau chauffait dur, d'autres plus longues qui n'y paraissaient pas mais au rendement de limace. Au niveau descentes, l'aspect ludique pimenté d'un chouilla de technique prédominait plus que la raideur des pentes, bref soit on s'amusait en se laissant filer dans les sentiers ondulant, évitant les troncs rapprochés dans le pif-paf, soit on dévalait très rapidement en évitant de laisser un flanc de pneu se faire ouvrir par les multiples silex acérés.

D'ailleurs la région est fortement pourvue en cailloux et silex, ce qui fait qu'un nombre important de vététistes aux pneus trop light en ont fait les frais, j'ai d'ailleurs vu sur le bas coté Nico en train de jouer de la chambre à air. Nous avions gardé nos MAXXIS Tubeless, leur flancs plus renforcés ayant déjà fait leurs preuves dans la caillasse sudiste, aucune crevaison à déplorer.

Le tracé comportait énormément de sentiers, plusieurs en dévers sur terre assez meuble et sèche pour éviter les dérapages, les quelques racines piégeuses pouvant être évitées. D'autres sentiers ondulaient en montagnes russes ludiques, d'autres par contre étaient rendus plus physique par des successions de courte descente-remontée parfois plus raides à grimper.

Nous avons emprunté quelques portions en sens inverse de l'Oxybike, il y avait aussi vers la mi-parcours une partie de chemins et allées plus roulantes permettant de récupérer ou d'envoyer du braquet, j'y ai bien avoiné en rattrapant des gars, mais uniquement en vélocité pour ne pas y laisser trop de forces en prévision de la suite des évènements, ce qui s'est avéré un bon choix par la suite.

Deux ou trois portages sont venus dérouiller nos mollets, dont un particulièrement raide où il fallait hisser le vélo en passant de grosses racines au début, puis des marches aménagées à la pelle dans la terre -heureusement sèche- permettait de progresser. Un beau sentier continuait ce 'petit' effort, mais roulable en VTT lui.

La voie ferrée revient souvent au court de la matinée; soit on la longeait plus ou moins longuement en roulant sur le ballast suffisamment damé, soit on la traversait pour rejoindre un 'spot' en face, descendant un chouette sentier, pour regrimper aussi sec vers la voie ferrée. Vers la fin il y avait même une portion au dessus d'un pont où l'organisation avait disposé des panneaux 'passage à pied obligatoire ' sur une section de 25m, avec un bénévole au bout qui nous pointait.


Mary underground

Nous avons emprunté des sentiers en corniche ressemblant au GR que l'on peut suivre du coté de La Roche Guyon, longeant des parois  rocheuses, un peu de gaz à droite et une belle vue en contrebas à peine masquée par la végétation, mais valait mieux surveiller sa roue avant, un très beau monotrace ponctué de petites descentes et quelques remontées sévères, nous menant sur plusieurs secteurs de grottes, passages typiques du Raid.

On passait en VTT sous les surplombs rocheux, rentrant dans la pénombre pour ressortir un peu plus loin en ayant suivi un cheminement parfois aménagé à coup de pelle dans la poussière grise, rafraîchis par l'air parfois glacial provenant des profondeurs.

Autre touche originale du Raid, le mode 'nocturne' lorsque par deux fois nous avons traversé des tunnels, noir complet avec juste un point de lumière à l'autre extrémité, le premier particulièrement long où l'organisation avait disposée au sol un chapelet de bâtons fluorescent pour guider les 'convives'. Là j'ai apprécié d'avoir glissé dans ma poche la petite loupiotte; vite sortie et allumée, je l'ai glissé entre mes dents et j'ai pu ainsi traverser le tunnel bien plus rapidement en maintenant une allure constante, dépassant quelques concurrents qui s'y déplaçaient en aveugle en essayant de se guider avec la paroi .

J'ai zappé les deux ravitos, avalant juste un tube de sucre rapide et faisant attention de bien m'hydrater en tétant régulièrement les 3L de boisson énergétique que j'avais sur le dos, pour éviter les crampes qui vers la fin du parcours ne demandaient qu'à sortir à chaque fois qu'il fallait poser le pied pour enjamber un tronc ou passer la voie ferrée.

Vers la fin du parcours je roulais dans le sillage d'un concurrent de OVTT, qui peinait de plus en plus dans les bosses, à cinquante bornes je l'ai passé, il m'a demandé combien de kilomètres il restait - je pensais une dizaine- il a levé le pied et semblait sujet aux crampes. Le final tout aussi sympa, avec une bonne remontée sur sentier bordant une corniche, passage avec  plusieurs grosses racines au pied des arbres. Un dernier sentier s'élargissant, je termine derrière une des féminines, on débouche sur une route où l'organisation nous pointe, Mary est déjà arrivée du 45km, pas trop de jambes pour elle visiblement.

Après un petit moment de récupération, nous sommes redescendus vers le stade profiter du stand de ravitaillement d'arrivée, particulièrement bien pourvu, avec sucré mais aussi salé; chips, saucisson et même un barbecue pour nous offrir des merguez...plutôt spicy. On s'est changé puis nous sommes retournés sur la pelouse attendre la remise des prix, séance je crame sous le soleil.

Jean-Marie
Le maître d'oeuvre

Jean-Marie, l'organisateur en chef, effectuait une distribution de lots par tirage au sort.

Comme nous étions venus à 12 Renards nous avons eu en lot des pneus et chambres à airs qui raviront les jeunes de l'école VTT du club.

Après avoir remercié les partenaires, effectué un petit discours où il annonçait avoir été surpris de l'affluence et qu'à l'avenir ils envisageraient sans doute de limiter les inscriptions à 300 participants pour pouvoir continuer à gérer cette organisation avec une petite équipe, la remise des prix à commencée.


Ravito d'arrivée,
barbecue,
farniente

Mary sera récompensées avec les autres filles; elle se classe 1ère dans sa catégorie Dame C, 18ème au scratch 45km et 2ème au scratch Dames.
Quant à moi je pensais avoir pas trop mal roulé et effectivement en terminant 22ème au scratch 60km je me retrouve classé 2ème en Vétéran A, cool !


Podium Dames 45km

Podium Seniors A 60km

Podium Seniors B 60km

Podium Vétérans A 60km

Podium Vétérans A 60km

Podium Hommes 60km

Podium Hommes 60km

Les derniers Renards arrivent bien tardivement vers 14h30, va falloir que le RedFoxLeader roule un peu plus !

Il est désormais temps de rentrer à la chaumière, super contents de cette belle course. Mary écrasera un bon roupillon sur le chemin du retour. En rentrant on avale une bonne plâtrée de nouilles pour reconstituer le stock de glycogène, une bonne douche et hop au lit pour une bonne sieste récupératrice . . .  J'émerge vers 21h pour un petit dîner, puis retour au lit pour une bonne grosse nuit de repos Zzzzzzzzzz

Pédalator


Les classements

scratch Raid 60km (SA/SB/VA)

scratch Raid 45km (VB/Dames/Juniors)

classements Dames

classements Hommes

- - -

Les Catégories

Juniors H/DNé de 1990 à 1991
Seniors ANé de 1979 à 1989
Seniors BNé de 1969 à 1978
Vétérans ANé de 1959 à 1968
Vétérans BNé en 1958 et avant
Dame ANé de 1979 à 1989
Dame BNé en 1978 et avant
Dame C 

Profil du Raid 60km

Profil du Raid 60km

Les données de Pédalator

 POLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :8h42'508h42'26
Temps roulé :3h33'403h32'41
Temps déplacement :-3h34'53
Temps total :3h34'52-
Moyenne:16,6km/h16,4 km/h
Vitesse max.:47,6km/h45,6 km/h
Distance:59,0km58,07 km
Réglage compteur :2020 mm 
ODO730,22km
(641,4km)
 
Dénivelée positif cumulé:+1055m+1153 m
Dénivelée négatif cumulé : -1050m -1149 m
Dénivelée positif Training Center-+1178m/-1132m
Dénivelée positif CartoExploreur-+1419m
Température Min/Moy/Max: 17/21/26°C -
FC Min/Moy/Max:89/173/193sans ceinture
Calories2768kcal2835 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto-Start
Fichiers échantillons :09062801.hrmTRK 2009 45km JCA60km
TRK 2008
Ma courbe POLAR du jourTRK 2007
 
Distance/dénivelée annoncés :Raid 60km / +1650m
Raid 45km / +1250m
Rando 60km/45km/30km
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXISIgnitor LUST26"x2.10"1.8 bars2020mm 
Arrière :MAXXISLarsen TT LUST26"x2.0"2.0 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc90Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Photos officielles par Olivier Benois


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 27 juillet 2009 20:26

<<< ESCAPADES >>>