La plaque de Pédalator

La Gamelle Trophy

28/09/2008 - (72) Sillé

XC 55km

20ans de Gamelle

20ème anniversaire...dernière...

Voici venu le temps du pèlerinage annuel en terre natale sarthoise, l'occasion de revoir la famille
et d'aller suer 'un peu' à Sillé pour refaire La Gamelle Trophy, une de nos épreuves VTT préférées.


La Gamelle figurait comme l'un des objectifs majeurs de la saison pour Mary, autant dire qu'elle ne chaumait pas ces derniers temps durant ses entraînements, travaillant son fractionné en vélo et avec un peu de course à pied, ce qui pouvait se voir sur sa forme durant les dernières épreuves VTT.

Dès l'ouverture des inscriptions, la première semaine du mois de Mai, je postais nos inscriptions (15€ par tête) pour la compétition : parcours 55km pour moi et 40km pour Mary. Ainsi on augmentait nos chances de figurer sur les premières lignes, afin d'éviter l'inévitable engorgement du départ, car chaque année le succès de cette épreuve est tel que le quota d'inscrits est atteint avant le mois de Septembre. Les Renards se sont réveillés un peu plus tard, compétiteurs et randonneurs du VCMB-VTT furent ainsi inscrits par le club à cette belle épreuve.

Semaine un peu galère pour moi, j'ai commencé par choper un bon rhume, me le suis traîné toute la semaine, aspirine + vitamine C ingurgités chaque jour en espérant bouter les microbes hors de mon organisme pour arriver suffisamment en état au départ de La Gamelle. Par chance pas de fièvre, le pire pour 'couper' les jambes du cycliste.

Puis j'ai galéré trois jours à essayer d'éliminer les problèmes de transmission sur le DEVINCi de Mary, qui bien qu'avec chaîne+cassette+plateaux neufs, en essayant différents modèles et marques de plateaux et chaînes, s'obstinait à s'accrocher dans le grand plateau en causant des chain-suck lors de la descente moyen->petit, ou bien ne voulait pas descendre du tout (plateaux SPECIALITES-TA...), ou bien la chaîne retombait sur le boîtier de pédalier, ou bien le passage sur le grand plateau ne voulait pas se faire. Si tout semblait marcher aux petits oignons sur le pied d'atelier, la sortie test sur le terrain à bosses révélait de suite les problèmes, bref le casse-tête.

ça accroche ça accroche

Finalement vendredi en début d'après-midi j'ai fait un saut à Mantes-la-Jolie chez Alain MAS, qui avait encore en boutique -chance pour moi- des grands plateaux SHIMANO LX/XT en 5 branches d'entraxe compact, seule marque que je n'avait pas -encore- dans mon stock pour essayer. J'ai monté sur place ce grand plateau; ça semblait bien fonctionner pour le passage moyen->grand, par contre la chaîne s'accrochait quand même parfois contre lui lors de la descente moyen->petit, et la chaîne frottait dessus en configuration plateau milieu avec les deux premiers pignons. Là Franck le mécano a pu me dépanner car il avait dans ses tiroirs 5 fines rondelles que j'ai pu intercaler entre l'étoile du pédalier TUNE Fastfoot et le grand plateau; du coup le bruit et l'accroche de chaîne ont été éliminés, ouf... De retour à la maison un essai sur le parking m'a fait encore changer la config, pour finalement arriver au triplet de couronnes SPECIALITES-TA en 22 dents + STRONGLIGHT en 32 dents + XT/LX en 44 dents. Les passages de vitesses se faisaient bien, il restait à finaliser les réglages de butées de dérailleur, car la chaîne tombait encore parfois sur le boîtier de pédalier, ou ne voulait pas toujours descendre du moyen au petit. Je finaliserais tout ce soir au Mans ou demain matin, il est temps que l'on parte au Mans.

On charge le break, j'ai pris soin de prendre des plateaux et mes outils. Nous quittons la région parisienne, toujours un peu de monde vers Rambouillet. Sur l'autoroute de l'Ouest un petit courant de circulation, les parisiens partent profiter du beau week-end qui s'annonce cool

Deux heures plus tard nous arrivons au Mans, retrouvant mon petit Pôpa qui nous a préparé de bons petits plats, vais pas maigrir ce week-end. Avant d'aller me coucher j'essaye un dernier réglage sur le DEVINCi : je glisse quelques morceaux d'alu ménager entre l'axe et le pédalier (ainsi je simule un axe un chouilla plus long en l'écartant du cadre, ce qui favorise la descente lors du passage moyen->petit plateau) puis je resserre le pédalier, mais pas aussi fort que d'habitude. La manip semble bien fonctionner, la descente moyen->petit plateau se fait rapidement sans délai.

Fatigués de cette fin de semaine, nous ne tardons pas à monter au lit, demain grasse matinée, chic.

Samedi 27 septembre

Le soleil brille dans le ciel bleu Sarthois lorsque nous émergeons. On ira faire quelques courses, puis je vais essayer le DEVINCi au bout de la rue, il y a là une grosse bosse idéale pour mes essais. A plusieurs reprises j'essaye les combinaisons de montée/descente de plateaux, tout est nickel, aucune accroche, aucun délai, aucun bruit, Ouf !!!

Nous passerons l'après midi à nous reposer, montrer nos photos de vacances et regarder quelques films d'évènements familiaux, bref repos sans vélo et sans marche pour préserver les jambes.

Le soir dîner tous les quatre avec le frangin, dont nous souhaitons la fête par avance, bon manger, bon gâteau, pas cool pour une ligne de sportif mais c'est bientôt la fin de saison.

Au lit de bonne heure, du repos pour être en pleine forme demain Zzzz

Dimanche 28 septembre

Levés sans réveil, ciel bleu et soleil au menu de ce dimanche matin, nous avalons un copieux petit-déjeuner car la course ne démarrera qu'à 13h. On recharge la voiture puis nous quittons Le Mans peu après 10h.

Nous traversons La Milesse, rejoignant ainsi la D304 filant en droite ligne vers Sillé, puis j'évite le bourg via les petites routes de campagnes pour rallier notre parking habituel de l'étang de Sillé-plage, bien plus rempli cette année, y aurait-il plus de monde pour la 20ème Gamelle ?

On rejoint les tentes d'inscriptions, pas d'attente car il est encore tôt, on y retire nos plaques de cadre dont le design est plus sympa cette année. On reçoit un bon pour retirer le Tee-shirt collector du 20ème anniversaire de l'épreuve; noir et sans pub, avec des manches longues et à notre taille en plus, cool, un collector de plus cool

On retourne à la voiture se préparer, puis on part s'échauffer sur la route et au travers de sentiers calmes du retour du parcours où l'on verra encore beaucoup de randonneurs. Pour beaucoup d'entre-eux la multitude de bosses du parcours est difficile à franchir, on croisera d'ailleurs plusieurs vététistes revenant directos au départ via la route, soufflant de fatigue ou victimes de casse dérailleur, d'autres arrêtés au bord des chemins attendant que les crampes passent. La Gamelle est dotée d'un parcours pas franchement tendre pour les organismes peu entraînés.

ravito de Rochebrune
ravito de Rochebrune

Après 1h d'échauffement on retourne à la voiture, j'avale un soja-yaourt et une barre énergétique pendant que Mary rejoint l'aire de départ pour la mise en grille de la course 40km, celle des Dames, Tandems et Masters 3 dans laquelle sont inscrits Bruno, Philippe et Dom, leur départ est prévu à 13h. Pendant ce temps je retourne tournicoter les guibolles et repérer LA descente située près de l'arrivée, La Chaise du Diable; cette année on l'évite, on descend en parallèle sur la gauche, dans la terre tourbeuse, moult racines et bien moins de cailloux, elle est plus cool que l'autre et ne devrait pas poser de problème, si elle n'est pas encombrée lorsque l'on y passera en fin de parcours.

Il est désormais temps que je rejoigne l'aire de départ pour la mise en grille, je repère ma place sur les panneaux : porte 2 / ligne 7. Cool, derrière les mobylettes et bien placé pour éviter les bouchons du départ. Le départ du 40km vient juste d'être donné, on peut commencer à rentrer à notre tour entre les barrières, Loïc est juste devant moi en ligne 6, Perro juste derrière moi. Sur ma ligne à gauche il y a aussi $eboss. Les lignes se remplissent rapidement, pendant ce temps le speaker énonce les dernières consignes de course.

Le décompte est amorcé, à 13h20 la meute s'élance, en trombe comme d'habitude, un gros nuage de poussière s'élève déjà au devant, je m'élance en restant sur le coté pour laisser passer les avions et les plus jeunes, faut du temps pour que le moteur du Pédalator y vienne à température.

Le grand chemin blanc du départ, l'entrée en forêt, zone d'ombre renforcée par le nuage de poussière grise, le virage à gauche, le léger faux plat montant. Comme je m'en doutais, les effets de mon rhume de la semaine se font sentir, je n'arrive pas à rouler en rythme et faire un départ rapide, alors je roule au plus vite en économisant la bête, ça va peut être s'améliorer avec quelques kilomètres dans les jambes. Virage droite, on entre dans le chemin qui se rétrécit, méfiance envers les racine qui le borde, je file le train à Éric du club organisateur, il se traîne -ou fait un départ cool mode gestion- alors je le passe. On arrive sur l'allée plus large et roulante du GR36, la moyenne monte, on me dépasse encore, on arrive à l'entrée du sentier descendant un peu plus caillouteux, Chris me dépasse alors -fichtre, je suis à la rue ce matin- virage à droite dans le sentier creusé, la poussière vole et je garde mes distances par rapport à mon prédécesseur, les racines sont de sortie, ça secoue, on traverse la route pour reprendre le sentier d'en face puis on revient sur une allée forestière qui grimpe assez sagement comparé aux gâteries que l'on affrontera par la suite.

La course se décante déjà, les beaux sentiers et chemins forestiers s'enchaînent, pas encore de grosses bosses en dehors d'une remontée plus ardue au dessus de la maison Forestière de Jouteau, descente très rapide sur allée forestière menant en lisière de bois où on reprend un sentier type bocage sarthois, j'aperçois Ludo positionné à l'embranchement où nous repasserons tout à l'heure pour partir sur la seconde partie du parcours.

Au fil des bosses et malgré ma méforme du jour peu à peu j'ai repris plusieurs concurrents, partis trop vite ou plus habitués à des parcours roulant, c'est ainsi que j'ai regratté tous les connaissances qui m'avaient dépassé au début; Jean-Marc puis Olivier des Renards, puis Chris qui était à pied dans une chtite bosselette ("alors y marche pas ton petit plateau ?", "j'chui tombé"), puis Régis de Poissy VTT Moqueur et bien d'autres gars encore, non mais ! Je suis toujours étonné d'en voir autant rouler en tirant du braquet dans les bosses, ça passe tellement mieux en vélocité et ça permet de ne pas y laisser des forces.

Pédalator

Voici les woops et l'animation de l'aire d'arrivée, à l'issue de cette première boucle de 13.6km après 42 minutes d'efforts on repasse sous l'arche départ, les spectateurs nous encouragent au passage. J'ai alors 19.6km/h de moyenne, ça chutera par la suite avec les difficultés plus corsées à venir.

Voilà, on repart pour le gros du parcours, les choses sérieuses vont désormais commencer.

Pédalator

Au début on reprend certaines portions déjà empruntées durant la 1ère boucle, avec beaucoup moins de monde ça file toutefois plus vite, des variantes au début offrant de nouveau sentiers sous nos crampons. On descend vers l'étang de Jouteau, j'anticipe en sortant le petit plateau au cas où un concurrent calerais une fois passé le ruisseau, ce qui ne manque pas de se produire et je le dépasse tranquillement sur mon vélo en faisant toute la montée du sentier.

Je dévale rapidement l'allée menant à la lisière du bois où cette fois la déviation est mise en place, kilomètre 19.56 on ressort dans la campagne Sarthoise où l'on remonte régulièrement via petit bouts de routes et chemins vers le sud du hameau de Mont-St-Jean, puis on revient vers la forêt de Sillé en descendant par quelques tronçons de goudrons et des chemins de bocage bien sympa, gouttières ombragées où l'on file entre eux murs de terre, le sol est sec et assez caillouteux, merci le SPARK.

Nous voici de retour en sous-bois, désormais on va attaquer le sérieux, une allée forestière permet de récupérer un peu avant, puis on oblique à gauche pour monter régulièrement un chemin forestier, on le délaisse pour partir sur la droite gravir un chemin moins fréquenté, bordé de sapins où un panneau humoristique annonce la couleur "20ans...20%", effectivement ça grimpe pas mal, mais rien de bien méchant et sûrement moins de 20%. J'ai peut-être pas de rythme dans les guibolles, mais niveau puissance ça répond sans faille, je passerais sans peiner toutes les bosses du parcours.

On va se taper une série de montées descentes avec grimpettes assez ardues, des efforts récompensés par des dévalades rapides ou ludiques et techniques sur sentiers et chemins forestiers nous menant vers le Nord-Est du massif forestier, avec bien sûr l'inévitable double bosse située en face du Saut du Cerf. Pour l'occasion un panneau a été déposé "10000%", ce qui a l'air d'effrayer les trois gus devant moi; ils posent pied à terre avant même d'essayer l'attaque du début de la première partie de montée. Je grimpe sans trop de mal, mais à mi-pente mon pneu ripe et je perd l'adhérence, obligé de me rattraper en posant le pied. Zut, pas cette année que je ferais Zéro. Quelques mètres plus loin je remonte en selle, puis termine la montée sans avoir failli dans sa deuxième portion bien plus raide.

On redescend rapidement par les sentiers sympa du coin, racine et cailloux au menu, ça se creuse de plus en plus je trouve, passage du petit pont de bois (tiens on dirait que c'est un nouveau), puis le sentier filant sous le Saut du Cerf nous mène en lisière de forêt, on ressort en campagne pour descendre vers La Touanerie, un peu de bitume pour récupérer, puis on attaque la longue remontée nous ramenant dans le massif forestier, Benoît me double à ce moment, j'ai un coup de mois bien passager, ça reviendra par la suite.

Le tracé nous mène faire un tour à l'extrémité Nord-Est de la forêt de Sillé, puis on revient par chemins et sentiers où les fougères bien vertes pullulent. Nous voici au niveau du Saut du Cerf, sentiers bien sympa descendant dans la tourbe de bruyère, ponctué de racines et cailloux et quelques dévers, puis on remonte vers Rochebrune via un bon raidillon bien court montant droit sur un sol de terre tourbeuse, je suis le seul des quatre concurrents à ce moment ici passant tout sur le vélo, les autres "préfèrent se préserver des crampes". Le sentier remonte, je cale par contre dans la myriade de grosses racines qui tapissent l'ultime butte menant au promontoire, j'ai pas pris la bonne voie cette année. Voici le beau sentier qui serpente entre les bruyères et les sapins, quelques blocs rocheux au début, un peu de répit, puis le tracé nous fait descendre rapidement vers le ruisseau sous Rochebrune.

Suit la bonne remontée sur le chemin de terre, physique et un poil technique au début dans un virage, je dépasse trois vététistes qui sont des randonneurs attardés, ou peut-être les derniers du parcours 40km, puis on arrive au niveau du ravito situé au bout de la Grande Ligne, pas d'arrêt pour moi j'ai tout sur le dos. Un peu plus loin le tracé nous fait rentrer dans le sous-bois par un petit sentier qui me parait nouveau, il serpente au pied des sapins, domaine des racines et des mousses, joli passage. Le parcours est un peu plus cool désormais, on alterne sentiers sympa et chemins forestiers.

On attaque la petite grimpette remontant vers la route Forestière du Genêt, passage repéré à l'échauffement avec Mary, le sol souple et les entrelacs de racines ralentissent juste un peu la progression, mais rien de méchant, puis on revient au calme sur un sentier qui va suivre un moment la ligne du dénivelé, portion de répit où la moyenne remonte.

Quelques montées plus ardues reviennent, des décentes rapides, des passages de gué, du sentier montant un peu technique ou la trajectoire doit être étudiée, on remonte de plus en plus de vététistes plus lents.

Voici le passage à l'étang des Molières, point ravito aussi zappé, ça sent le final, puis on longe un instant le Grand étang, trois gars m'ont passé en trombe -pas possible ils font le 40km- mais j'en repasserais un -cuit- avant la fin. On traverse la route pour se taper le petit raidillon habituel en face, les jambes sont encore là et sans crampe, puis l'allée de gauche pour récupérer sur le plat.

Du sentier sympa nous mène vers l'étang du Moulin, puis voici l'allée et le sentier nous menant à la descente de La Chaise du Diable, de loin j'entendais les spectateurs et la sono, y a de l'ambiance ici. J'arrive en haut de la gâterie, un gars hésite et pose pied sur la gauche, dans la pente deux gars descendent à pied, un autre idem tout en bas, la voie semble être libre alors j'y vais, bien en arrière. Bonne pente, les roues juste ralenties mais non bloquées, quelques bonnes grosses racines, un peu plus pentu en bas, je hèle un gars pour qu'il se pousse, et hop l'affaire est bouclée, cool !

En bas de LA descente, on repart à gauche, ça change de l'habitude car on partait à droite, je me demande alors quelle 'grimpette' ils vont bien pouvoir nous rajouter avant le final, mais ce sera plutôt calme, je m'attendais à avoir les deux courts raidillons habituels, générateur de crampes, mais on ne les a pas au menu cette année, on termine donc plus soft ce parcours 57km. Sauf que dans un sentier descendant entre les racines, j'ai du m'en choper une, au passage et me suis retrouver en travers du chemin assis par terre, pas de gros bobo, une égratignure saignotante à la jambe, de futurs bleus à la hanche et à l'avant bras plus un bas du dos malmené, un début de crampe sous la cuisse évité en me redressant vite. Je remonte en selle dans les 2 minutes qui suivent, puis repart doucement au début, puis je retrouve vite mon rythme.

Dernière remontée, panneau arrivée 1km, revoici les woops, l'arche d'arrivée, je boucle les 57km du parcours en 3h14, me classant ainsi 68ème, pas mécontent de ma place vu la forme de la semaine et comparé à ma place l'an dernier (64ème), de plus je termine moins 'déchiré' que d'habitude.

Je file à la voiture et y retrouve Mary, elle termine 4ème Dames à 10 minutes de Sylvie, pas mal. Coté mécanique, elle a juste eu une tombée de chaîne au début au pied d'une bosse, pas d'autre pépin par la suite, Ouf, j'y ai souvent pensé durant la course.

On se change, on mange et se réhydrate un peu puis on revient dans la foule discuter avec les amis en attendant la remises des prix. Sylvie monte sur la 3ème marche du podium Dame sur le 40km, Bruno sur la même distance en Masters 3 monte sur la 1ère marche.


podium Dames
Laurence, Françoise, Sylvie

Bruno 1er Masters 3
Ludo
Ludo

les BlackFox

Voila, il est 18h passé, nous devons maintenant rentrer vers les Yvelines, contents de ce beau week-end et de ce beau parcours VTT toujours aussi physique majoritairement tracé en cette belle forêt de Sillé, avec de bonnes descentes, de nombreuses belles 'grimpettes' et pas mal de beaux sentiers souvent ludiques.

Si les dires de Ludo et Éric de T.A. se vérifient par la suite, ce 20ème anniversaire de la Gamelle Trophy marque la fin de la compétition pour cette épreuve, l'avenir lui verrait succéder une rando longue distance et j'ai entendu des bruits de marathon chrono, affaire à suivre donc. En tout cas, grand merci à tous les bénévoles qui ont oeuvrés toutes ces années pour nous offrir cette belle organisation !

Lundi 29 septembre

Courbatures, bras droit et cou ankylosés, léger bleu à la hanche et à l'avant bras droit, témoins de ma chute d'hier. Repos today.

Pédalator


Le CR de Mary

Belle journée ensoleillée !!! il fait presque chaud... JM et moi arrivons vers 10h sur place... on déballe le matos et zou échauffement sur bitume... On emprunte quelques chemins avec les randonneurs qui sont vraiment très nombreux à la queue leu leu (pas glop ça), puis retour à la Vouature pour miam miam rapide...

Le vélo semble correct au niveau de la transmission... pourvu que... car JM (malade en +) s'est donné un mal fou pour régler la transmission qui ne voulait rien savoir.

Je retrouve Super Sylvie, Françoise Clouet et notre Lolo Nationale (qui met un terme à sa carrière de compétitrice) dans la grille de départ... Pierrot et quelques Fox sont présents pour encourager les Verts !


Sylvie et Mary
concentrées
concentrées les filles

Départ donné !! zou c'est partie... je démarre le plus rapidement possible... mais dur dur... je n'arrive pas à maintenir le rythme, les jambes ne sont pas tout' nettes sniff... bref je me fais dépasser par les tandems qui me bousculent !!! band de ..... !!!

Première montée, Sylvie me passe comme une balle ! en m'encourageant ! Bravo Cocotte... allez va titiller les filles de l'avant... Puis, la chaîne tombe au milieu à la montée suivante !!! je peste contre le vélo... je donne quelques nom d'oiseau à mon chéribibi qui s'est cassé le cul à me régler le vélo.. (Pélican, pingouin, goéland... ), je me fais donc passer par plein de gars... je coure, je remonte sur le vélo, je me fais bloquer dans la montée suivante (les mecs à pied... grrrr ...alors qu'il y a peine un peu de pente) – Bref je recoure (mes mini footings en 30/30 me servent bien... finalement dommage qu'ils me donnent mal au dos), puis c'est reparti sur le vélo...

Je prie le p'tit Jésus, qui s'en bat les c... de ma course... pour que ça ne le refasse pas... et pis ouf ça ne le refera pas. Mais, va falloir tout d'même revoir ça...

Je me demande si je vais continuer en mode course ??? vu mes jambes moyennes... puis je regarde ma moyenne + de 17 !!! Ho c'est pas si mal... même si ça diminue au fur et à mesure des bosses... mais ça reste ok... donc je continue... et par expérience parfois ça s'arrange en roulant... finalement le rythme n'est pas trop mauvais, même si je ne peux tout donner... (l'entraînement est là malgré tout).

Je roule avec un monsieur derrière moi... qui me propose gentiment de me tirer sur les plats, je refuse... je préfère gérer seule, surtout qu'il faut anticiper vite les virages ou les raidillons qui surviennent sur le parcours... et j'ai raison car peu de temps après un raidard comme je les aime arrive... je le passe (le gars m'aurait gênée s'il avait été devant) on continue... le gars ne monte pas trop mal derrière moi, même si certaines bosses lui sont plus dures que pour moi, il revient sur le plat... il me dit à un moment « qu'il n'est pas tout jeune... "non plus" !! » ... heu ... pourquoi non plus... bon chui pas si veille, jusque quelques heures de vol, c'est tout...

A mi-parcours, ou un peu avant, je vois les 2 jeunes filles tour à tour qui sont devant à l'arrêt, elles arrêtent le mode course car elles ne sont pas bien... je continue.

Tout va bien... je descends correctement, les descentes sont rapides... on arrive à la partie la plus technique avec la fameuse descente de la Chaise du Diable.... Que je ferai en courant (oublié d'aller la repérer avant pour la tenter et mon vélo est tout rigidifié ça me fout les ch'tons). Les quelques autres descentes techniques seront faites sur le vélo (youpi)... je me rate un moment sur une montée un peu technique... le gars me repasse... éh éh non non... je courre comme une tarée... je passe devant, je me remets en selle et zou c'est reparti. Pas question de le laisser passer, même s'il est sympa.

Et puis, l'arrivée ! Youpi Sylvie est là à m'attendre... elle est contente me félicite... on se félicite l'une l'autre : elle est 3ème... je suis 4ème, trop bien... J'ai finalement 16km/h de moyenne... coool c'est pas trop mal... Sylvie a roulé en 2ème position mais s'est fait rattraper par Françoise 1 mn avant la fin !! Dommage... elle a eu du mal pour la gestion car elle n'avait pas de compteur... Elle demandait aux gars où elle en était ! Elle n'avait pas entendu la rallonge du 4 km sur le 40... Elle a deux autres handicap : elle n'a jamais fait La Gamelle contrairement à nous et roule avec un Décath semi rigide pas forcément aussi léger que nos vélos... Donc chapeau, Double Chapeau ! Cocotte ! En tout cas, elle monte sur le podium avec Laurence Leboucher, Françoise Clouet et gagne un compteur !!! Nickel chrome non !!!

Bon Pédalator arrive plus tard du 55km, content car finalement malgré son gros rhume il n'as pas si mal roulé ! (il s'est pris une gamelle)... il est parti un peu moins vite mais à rattrapé bcp de gars dans les bosses.

On papaute avec les copains, on se change et zou le pod... je flash Sylvie et Notre super Nono qui est 1er chez les Masters 3.

Voilà, bin c'était bien bon cette Gamelle !!!

Merci à mon Pédalator qui s'est vraiment, mais vraiment, cassé le cul sur mon vélo !! Et c'est très rare que j'ai des soucis... même si je râle toujours en course sur mon vélo... normal c'est toujours la faute des autres nanh ??? :D :D


Les classements

scratch 55km

scratch 40km

cadets, cadettes1992,199325km
juniors, juniors dames1990, 1991
Dames1989 et avant40 km
Espoirs1986 à 198955km
Seniors1979 à 1985
Masters 11969 à 1978
Masters 21959 à 196840 km
Masters 31958 et avant40 km

Profil du parcours 57km

Profil du parcours 57km

Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :13h20'4113h20'04
Temps roulé :3h14'183h14'14
Temps total (avec arrêts):3h15'113h15'07
Moyenne:18,0km/h17,7km/h
Vitesse max.:52,6km/h50,7km/h
Distance:58,1km57,15km
Réglage compteur :2035 mm 
ODO1076,5km 
Dénivelée positif cumulé:+1325m+1344m
Dénivelée positif CartoExploreur-+1537m
Dénivelée négatif cumulé : -1345m -1340m
Température Min/Moy/Max: 17/19/27°C -
FC Min/Moy/Max:Sans ceintureSans ceinture
CaloriesSans ceinture2489 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto
Fichiers échantillons 2008:08092802.hrmTRK (privee)
Distance/dénivelée annoncés :57km / +1400m
44km / +1100m
GPS Firmware Revision-2.40
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXISIgnitor LUST26"x2.10"2 bars2035mm 
Arrière :MAXXISCROSSMARK LUST26"x2.10"2 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc94Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Tourisme & Aventure

Le photographe de l'épreuve : tavutaphoto

Mes Gamelles précédentes : 2007, 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2001, 1999, 1997, 1996


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mardi 07 octobre 2008 19:21

<<< ESCAPADES >>>