LE CRISTALP !

Mon premier

Grand Raid Cristalp

XC 131km, +4496m

24/08/1997  Verbier-Grimentz

 


Terrain sec. Très beau Temps. Chaud l'après midi.
Inscription dès le mois de novembre 96.

Après trois jours d'acclimatation passés en altitude (1300 m) à Vallorcine, près de Chamonix, arrivée en suisse à Verbier le samedi 23. Récupération de la plaque de cadre (un compteur CATEYE et un PowerBar offerts) et repos en regardant passer aux inscriptions la multitude de VTT de marques et d'horizons différents. Le soir, couchage de bonne heure dans l'abri PC de 100 places, pas complètement rempli.

Dimanche 24: 

Lever à 5 h et petit déjeuner solide. Préparation du vélo et du sac contenant les affaires de rechange puis direction la ligne de départ où s'agglutinent dès 6 h des centaines de VTTistes. Le jour se lève lentement sur Verbier, quelques spectateurs matinaux sont aux fenêtres. L'hélicoptère de la TV Suisse tourne au-dessus de la ligne de départ ainsi qu'un petit dirigeable. Les élites et les concurrents ayant déjà participé au GRC l'année précédente forment la première vague sur la ligne de départ. Nicolas est parmi eux, suite à une erreur d'inscription. Je suis en arrière avec les participants qui ont le départ à la carte.

7 h 00 : La première vague de coureurs s'élance à l'assaut de la Croix de Coeur, le départ étant donné de Verbier (1500 m), ce qui donne un premier dénivelé de +684 m.

7 h 09 : Après avoir passé le poste de pointage, équipé d'un crayon optique pour lire notre numéro sur la plaque de cadre, je prends le départ.
Une longue montée de 7 km (90% de route depuis le départ) nous attend. La pente est un peu marquée au départ puis devient moins prononcée.
Je remonte quelques VTT en maintenant une vitesse de 9 à 10 km/h, sur le plateau de 34 et le pignon de 30 pour les ¾ de la montée. Le départ en montée à froid est difficile, mes jambes se plaignent. Après 47 minutes, j'arrive au sommet de la Croix de Coeur (2174 m) où se sont massés beaucoup de spectateurs. Le dirigeable est au-dessus de nous. Vitesse moyenne de 8,5 km au sommet !

La longue descente de 11 km (-882 m de dénivelé) vers la Tzoumaz commence. D'abord sur une large piste forestière disposant d'un sol dur puis sur de la route. La vitesse devient impressionnante, je passe à 63 km/h en contrôlant celle-ci car il serait d'hommage de se prendre un volume dès le début. Nicolas passera à cet endroit à 87 km/h ! La vitesse moyenne est repassée à 22 km/h avec cette descente

Arrivée au bas de la station à Drotse (1292 m), une remontée lente de 8 km (dénivelé +388m) sur une piste alternant poussière et sable peu épais permet de remonter sur Softeu (1680 m) avant d'attaquer la descente de 7 km (-467m) vers Nendaz, par des chemins étroits et pentus par endroits, parsemés de cailloux et de racines. L'arrivée sur Nendaz se fait par un champ en herbe dont la pente assez marquée en envoie plus d'un au tapis. Petit escalier en fer puis descente rapide par la route vers Les Folats à 1213 m.

Remontée de 4 km pour arriver sur Fini (1470 m) puis descente sur Veysonnaz (1340 m) avec 1er ravitaillement en liquide pour moi, les deux autres ravito ayant étant passés sans arrêt. Montée de 6 km sur de la route pour arriver sur Les Collons (1890 m). Longue descente de 9 km très rapide sur Hérémence (1210m) avant d'aborder la TRES TRES LONGUE montée vers l'alpage de Mandelon (2100m) , par des petits chemins suivis par de la route jusqu'au ravito puis par de la piste vers le sommet à Vendes (2220 m). Le rythme très rapide durant ces 80 premiers kilomètres va rapidement se calmer. Après un cheminement sur un sentier étroit et très caillouteux par moments offrant une très belle vue sur le panorama, la descente de 12 km (-879m) vers Evolène commence. La piste, rapide par moments, est parsemée de cailloux et très creusée lors des virages. Je double des concurrents sur VTT rigide, au ralenti en raison du terrain cassant. L'arrivée finale sur le bas d'Evolène (1341m, km 90) s'effectue par un petit chemin à pente plus forte. Lorsque j'arrive au niveau du ravito d'Evolène , vers 1h30, j'entends le commentateur annoncer l'arrivée du premier à Grimentz. Il n'a mis que 6h25 pour parcourir les 131 km ! Il m'en reste encore 40 ! et pas les plus faciles !

Une première côte de 7 km (+439m) permet d'arriver par une piste puis des petits chemins étroits à La Fourcla puis son sommet (1870m). La montée est pénible car le soleil tape fort et il fait chaud. Le rythme n'est pas rapide, la vitesse de montée étant de 5 à 7 km/h.

Petite descente par chemin pédestre étroit et assez creusé mélangeant sable poussiéreux et cailloux avec de bonnes pentes par endroits. Je manque de passer par-dessus celui qui me précède, mais le concurrent qui me suit n'a pas le temps de s'arrêter et se prend un petit volume. Arrivée sur le petit village d'Eison (1583m) où un nouveau ravitaillement nous attend.

La longue montée de 12 km (+1150m) vers la ferme de La vieille, ultime point de neutralisation, va commencer. Cette côte est très pénible en raison de la chaleur et de la fatigue. Beaucoup d'arrêts de concurrents sur les bords de la piste pour se mettre à l'ombre, se décontracter où se rafraîchir aux nombreuses sources. J'arrive un peu avant 16h à la ferme de La vieille, la neutralisation aura lieu à 16h30. Le ravitaillement est très apprécié et beaucoup de monde en profite avant d'attaquer la difficulté majeure du Pas de Lona. La fatigue est générale et le petit chemin montant au pied du Pas de Lona sera parcouru entièrement à pied par l'ensemble des concurrents. Cette marche est bienvenue et permet de me décontracter les jambes et de reposer l'arrière-train qui commence à en avoir marre de la selle.

Je me repose et me restaure 7 minutes avant de commencer l'ascension vers le Pas de Lona. Un petit chemin de randonnée pédestre, parsemé de pierres, y mène péniblement. La pente est assez forte et le portage est très très pénible. Le vélo est lourd, on le pousse, on le tire et la progression est très lente. J'aimerais bien avoir un VTT en titane léger !!! On avance 10 cm par 10 cm. Chacun y va de sa technique, le vélo sur le dos, avec des bretelles spécialement aménagées, en le poussant... Après 33 minutes d'effort et trois petits arrêts, j'arrive au sommet à 2787 m. OUF !!! Les difficultés les plus dures sont passées. Un ravito nous attend dans un décor superbe mais de gros nuages ne poussent pas à s'y attarder longtemps et je remonte sur le vélo, mes jambes ayant retrouvé des forces par cette marche forcée.

Une petite descente puis un petit chemin nous permet de faire le tour du très joli Lac de Loa avant de remonter durant 4 km (+152 m) par une piste menant au Basset de Loa à 2792 m, point culminant de ce raid. Enfin ! Maintenant cela ne remontera plus !

La longue descente de 15 km (-1222 m) vers Grimentz commence. Il ne faut même pas songer à se reposer car les passages successifs des raids et de VTT ont creusé la piste et les chemins. La piste est assez rapide au départ avec un peu de cailloux. Au passage, on admire un superbe lac et son barrage puis la pente s'accentue. Quelques gouttes nous font accélérer le rythme. Elles vont s'arrêter rapidement. Une petite portion de route rapidement avalée mène sur un replat où des sources rendent le terrain gras par endroits.

Descente finale vers Grimentz, un petit chemin étroit mais entièrement couvert de pierres. Ca secoue fortement et les mains tétanisent, mais les panneaux "Arrivée 3 km" puis "Arrivée 1 km" redonnent des forces. Je rattrape des 'rigides' les mains et le dos en compote puis j'accélère le rythme pour dépasser d'autres concurrents et je déboule sous la tente d'arrivée à Grimentz (1570 m) après 11 h 05 de course.
OUF ! C'est terminé et j'ai réussi à boucler les 131 km du raid dans les temps et sans abandonner. Super content !!!
C'était dur mais les paysages valent le déplacement.

 PEDALATOR


Données

  Compteur
Temps total : 11h05
Moyenne: 12km/h
Vitesse max.: 63km/h
Distance : 120,6km
FC Moy/Max: 146/178

Le site de l'organisateur : http://www.grand-raid-cristalp.ch

 


Dernière mise à jour : mardi 27 mai 2003 15:39

retour page d'accueil Biker's Club