la plaque de Pédalator

La Trans-Figeacoise

07/10/2007

(46) Figeac

Rando 80km


La Bitumoise, ou rando Régime


Envie de finir la saison par un beau week-end de VTT dans le sud avant de replonger dans l'hiver froid et humide,
nous avons hésité un moment entre La Rando Silex en Dordogne et le 80km de La Trans-Figeacoise dans le Lot.
Finalement c'est sur la seconde rando, organisée par l'Association des Cyclotourismes Figeacois et le CAF Figeacois,
à Figeac dans le Quercy que nous avons finalement décidés de nous rendre,
mettant La Silex au menu pour l'automne prochain. Dommage, on aurait du commencer par elle...

Vendredi nous partons faire un petit tour de vélo de route cool, nettoyage de guibolles pour Mary qui a roulée pas mal cette semaine. Préparation des sacs et des vélos ensuite, je laisse le pneu Larsent-TT pour terrain sec à l'arrière du SPARK, tout en emmenant un petit bulldog en cas de pluie.

Samedi 06 octobre

Levés 7h, nous quittons Les Clayes peu après 10h, ciel bleu et soleil la-haut.

Sur le trajet, en traversant Mareil-le-Guyon je me retrouve bloqué derrière un scenic immatriculé dans le 69; dedans quatre jeunes qui rigolent en se foutant bien de bloquer la rue, alors qu'ils ont une place libre juste à droite. Patience expirée au bout de 30 secondes, je monte sur le terre-plein central et dépasse le scenic. Nous reprenons notre voyage. Plus loin à la traversée du village des Mesnuls je vois revenir rapidement derrière nous le scenic. Il me colle au cul dans la montée à la sortie du village, faisant des zig-zag pour montrer son impatience. Peine perdue, je maintiens mon allure à 50km/h jusqu'au panneau de la sortie du village, puis je reprends mon rythme croisière de 90km/h, montant la fin de la bosse des Mesnuls plus vite que son scenic poussif ne peut le faire. Celui-ci reviendra vite sur le plat qui suit, s'impatiente encore le temps de la ligne blanche, puis n'en tenant plus la franchie allègrement et s'envole en roulant au devant de nous, au moins à 120km/h, sur la route traversant la forêt de Rambouillet. Connaissant les quelques virages qui émaillent la traversée de cette forêt avant de rallier la N10, on se dit qu'il est aventureux d'y rouler trop vite comme ces jeunes sans cervelle. Puis, plus loin, nous voyons une camionnette arrêtée sur le bas coté et derrière...le scenic...avec le coffre avant plié...et son pilote plutôt embarrassé se dirigeant vers la cabine du second véhicule. Alors là on a applaudi intérieurement des 4 pieds et des 4 mains, espérant que cette mésaventure mette un peu de plomb dans la cervelle de ces moineaux niark-nark

Le reste du trajet s'est déroulé sans autre problème, le ciel bleu ensoleillé laissant peu à peu place à un ciel voilé, la température montant jusqu'à 23°C sous l'effet orageux local. Petite pause pique-nique sur une aire d'autoroute. On passe Brive, puis non loin de Rocamadour et les souvenirs de la BR reviennent à l'esprit. Sur la N140 on voit des panneaux jaune du balisage de la rando de demain. Nous sommes arrivés à Figeac peu après 16h, y trouvant rapidement notre hébergement, l'Hôtel du Faubourg que Mary nous a dégotté pour la nuit. Accueil très sympa de la propriétaire, on monte sacs et vélos à l'abri de la chambre. Dans le parking, une voiture immatriculée du 66 et une autre du 65 avec un VTT attaché à l'arrière, peut-être des participants pour La Trans-Figeacoise.

Figeac

Nous partons ensuite dans le centre faire un peu de tourisme et repérer les restaurants pour ce soir, il n'y en a pas dans notre hôtel mais la gérante,nous a donnée quelques idées sur le sujet. Figeac est une belle petite ville avec un coeur de ruelles plus anciennes. Le soleil d'automne donnait de beaux effets sur les différents édifices. A l'office du tourisme on trouve un dépliant sur La Trans-Figeacoise dans lequel le dernier mot d'une phrase nous laisse une mauvaise impression : "cette randonnée associe effort physique et tourisme"; espérons que nous ne regretterons pas notre choix...

paysage en arrivant paysage en arrivant du haut de Figeac
La Commanderie des Templiers
    La Commanderie

Retour à l'hôtel pour se reposer un peu, puis nous repartirons dans le centre de Figeac où nous dînons au restaurant l'Épicurien, rue Baduel. Un cadre original style ancien, des ardoises au murs avec menus écrits à la main, dans ce qui est la fois un magasin vendant des spécialités locales et aussi un restaurant, du personnel jeune très sympa et attentionné. La cuisine est très bonne, riche à l'image du terroir. Nous avons jeté notre dévolu sur une soupe aux orties pour commencer, puis du canard au jus de truffe servi avec une truffade. Mary a préférée une grosse salade de gésiers & magret, puis un bon Tiramisu. Pour ma part une bonne crème brûlée clôturait ces agapes pas très diététiques vélo, mais ça ne fait pas de mal de se faire du bien de temps en temps miam

Dimanche 07 octobre

Réveil 6h30, une bonne douche pour remettre les yeux en face des trous, je vais ensuite recharger le break avec vélos et sacs pendant que Mary se prépare. 7h33, le petit déjeuner est avalé rapidos, pas trop faim -c'est l'effet resto de la veille- je règle la note puis on file rejoindre l'aire de départ que l'on a repéré hier.

Stade de Londieu
Stade de Londieu

On arrive au stade de Londieu où les voitures commencent à occuper le parking, qui ne serait pas prévu pour une trop forte affluence.

On rejoint le grand bâtiment pour faire nos inscriptions; peu de monde donc pas d'attente, surtout à la table du parcours 80km, il semblerait que le 60km suffisent aux participants.

J'effectue nos inscriptions, à raison de 8€ tarif licencié + 7€ pour le repas, soit 15€ par tête. Le bénévole note consciencieusement sur son tableau les informations, je récupère en échange nos plaques de cadre et leurs attaches, par contre il oublie de nous donner nos bons pour le repas.

Pendant ce temps Mary discute avec Batsancats du forum VV, son beau maillot ayant attiré notre attention car nous sommes en phase de refonte de la tenue du club des Renards du Manet.

carte des parcours
Un beau maillot
Batsandcats et son
beau maillot

On regarde le panneau affichant la carte des parcours, petite photographie de celui-ci car on ne nous a pas distribué de plan (ça peut toujours servir si on se paume ou si le balisage est défaillant...), je n'ai pas percuté sur le coup, mais on aurait pu suivre au début la 1ère bouclette du 60km qui semblait plus intéressante que la coupure du parcours 80km.

On retourne à la voiture se préparer. Un départ groupé est prévu à 8h30, puis départ libre par la suite jusqu'à 10h.
A 8h26 il n'y a encore personne prêt à partir, alors on démarre tout doucement en se disant que la meute nous rattrapera par la suite.

Le début du parcours nous entraîne tournicoter au travers des rues de Figeac durant 2km pour rejoindre à Vidaillac la petite route du GR6 suivant le joli Ruisseau de Planioles qui coule en contrebas. Le parcours monte imperceptiblement vers Planioles, en majorité sur une petite route. On traverse des zones vertes et l'on voit partir à gauche et à droite de petits sentiers qui semblent bien sympa, mais on continue tout droit maintenant sur une large piste, puis on ressort à découvert dans la campagne. Un embranchement, des panneaux indiquent la direction à suivre pour les différentes distances, le petit parcours repart à gauche et les autres continuent tout droit. Pour le moment le balisage est bien fait, des panneaux jaunes fluo visibles de loin. On va suivre ensuite un chemin de bocage en bord de champ qui commence à monter un peu plus, du cailloux incrusté dans le sol rend un chouilla plus difficile la progression au début, puis le sol de terre dur redonne un meilleur rendement. Des vaches parées d'une belle robe grise paissent tranquillement dans le paysage encore noyé dans la brume, le soleil a du mal à percer ce matin. Puis nous suivons une petite route passant près de Doulans, nous quittons peu après le GR6 pour suivre le chemin montant vers le Bastit, un peu plus loin un chemin forestier grimpait vers le Pech Rouxou jusqu'au lieu-dit le Potié.

Entre-temps, une dizaine de vététistes sont revenus sur nous, l'avant garde du peloton avec deux gars du club de Laissac, ne répondant pas au bonjour au passage, ils ont du suivre le circuit 60km car nous ne les avons plus revu par la suite.


séparation 60/80km

Un petit groupe de participants du parcours 60km partaient alors sur la droite pour une belle bouclette de 6,7km dans la verdure, leurs offrant deux belles descentes, deux remontées, des singles et des sentiers avec passage de gué, du ludique, alors que notre tracé du 80km continuait sur un bon kilomètre d'une petite route. Snif.

Dommage, on aurait nous aussi bien aimé un peu plus de difficulté et de sentiers verdoyants, car on a presque 12km de tracé plutôt calme pour l'instant au compteur.


80km: tout droit
La 1ère variante 60km/80km
La 1ère variante 60km/80km
Cardaillac
Cardaillac

Un chemin descendant rapidement dans les sous-bois nous ramenait ensuite vers le village de Cardaillac, où nous allions tournicoter un peu dans ses jolies ruelles et passer non loin de son Fort. Il devait y avoir un ravitaillement à cet endroit, au kilomètre 15, mais nous ne l'avons pas vu, pourtant on ne roulait pas bien vite à ce moment. D'autres vététistes l'on bien vu, il devait être un peu en retrait et plutôt discret.

Cardaillac
Cardaillac

Ce qui est plus gênant, c'est que de ce village remontait vers Ste Colombe une boucle de 18,37km redescendant ensuite par St Bressou, la plus belle partie du parcours au dire du traceur et d'après les échos des participants sur le retour, avec des singles, du dénivelé positif, des descentes ludiques, bref sans le savoir à ce moment là, on a encore raté un morceau de choix, mais le balisage devait être peu visible ou confus au départ de cette boucle car on ne l'a pas vu et au moins deux autres vététistes ont fait comme nous.

boucle de Cardaillac
boucle de Cardaillac
Sur les 16 premiers kilomètres du parcours 80km, un peu plus de 54% se faisait sur petites routes. On sait bien qu'en venant dans les départements 24,46 et 47 on doit s'attendre à rouler sur un peu de petites routes, on a donc pris notre mal en patience, profitant de ces moments calmes pour admirer les paysages un peu perdus dans la brume, la végétation aux belles couleurs d'automne, les fontaines, les maisons typiques, les lavoirs et autres curiosités locales.
boucle du 80km
boucle spécifique
du parcours 80km

Depuis Cardaillac nous allions maintenant enchaîner par une boucle de 33km, spécifique au parcours 80km, nous emmenant vers Assier. Celle-ci était annoncée plus calme et reposante.

On descendait par une petite route, puis par un chemin rapide vers le village de Fourmagnac, puis on remontait progressivement via chemin et petites routes. Au niveau des Souleyries on suivait de petits sentiers qui passaient au ras ou à dans des propriétés privées, puis dans un chemin en creux arrivé au croisement le balisage avait complètement disparu. On y a vu deux vététistes remontant une voie visiblement sans issue, on est donc remonté avec eux par un sentier revenant sur une petite route menant vers Bonhomme.

Une partie de chemins et sentiers forestiers agréables nous faisait alors remonter doucement vers le Buyssou. Un chemin remonte, revient à un carrefour de route au niveau du lieu-dit les Claux. Là, à nouveau plus de panneau de balisage, on retrouve nos deux vététistes qui cherchent aussi le bon chemin. Tout de même, les organisateurs pourraient distribuer des plans et mettre des traces de balisage sur la route pour pallier à ces débalisages intempestifs.

Après 1,12km d'aller-retour sur la route sans trouver trace de balisage, j'appel sur mon portable le numéro d'urgence inscrit sur nos plaque de cadre; une voie essaye de me renseigner mais pas évident. Au vu des routes et nom de village indiqués sur mon GPS, nous décidons de rallier le village suivant par la route, on sait que le parcours y passe.

On se tape donc 1,5km de bitume, je ne regrette pas d'avoir laissé mon LarsenTT à l'arrière du SPARK, nous arrivons ainsi sur la N140 et là...au sol du carrefour nous trouvons tout un paquet de panneaux jaunes du balisage, que l'indélicat à déposer...DUCON !

Nous suivons sur 2km la N140 qui descend vers le Bourg, quand nous revoyons sur la droite au bord d'un étang les panneaux du balisage. On revient sur le parcours, un sentier tracé entre deux haies dans les herbes et les cailloux nous ramène vers une petite route dans le Bourg. On traverse la N140, petites routes et chemins sans dénivelé majeur nous conduisent au village d'Assier. Là un panneau indique RAVITO, mais on ne le voit pas. De plus il n'y a plus de balisage par panneaux, juste des flèches rouge sur la route, comme celles que l'on rencontré récemment sur le parcours, alors on se met à les suivre sur un bon kilomètre jusqu'à la sortie d'Assier vers la Balme. Ne voyant pas de panneau du balisage, on décide de faire demi-tour, retour au village, toujours pas de ravito.

En fait, les organisateurs ont calculé une heure probable d'arrivée des premiers participants ici, le ravito devant être monté en fonction de ce timing, mais comme on a raté la boucle de St Bressou, on était en avance sur leur prévision et donc régime pour nous. Heureusement on est autonome et la difficulté des 36k premiers kilomètres du parcours pour arriver jusqu'ici n'a pas assez entamé nos réserves, mais quand on paye 8€ l'inscription on aimerait bien avoir en retour les prestations associées.

Puis je vois un panneau du balisage dans un arbre, opposé au sens de progression, ce qui explique que nous ne l'ayons pas vu en arrivant à Assier. Il était disposé pour être vu du ravito, mais comme il n'y en avait pas... finalement on retrouve la suite du balisage et on repart du village.

Le parcours enchaîne alors petites routes et chemins de campagne, plutôt roulant et sans variation importante de dénivelée, en passant par le Pech d'Issepts.


Fons
On entame alors une longue descente par -enfin- un vrai beau et long sentier avec ce qu'il faut de pente et de cailloux qui nous mène au village de Fons. On y traverse une petite route pour poursuivre en face la descente dans l'herbe, jusqu'à la route suivante. Le balisage nous envoie à droite, on suit la route longeant Ruisseau de la Dournelle, puis arrivé à une fourche plus de balisage, encore une fois... petite descente herbeuse
Fons

Je regarde en zoom max la photo de la carte du parcours prise avant le départ, il semblerait qu'il faille continuer tout droit. Alors on repart en bouffant encore 2.5km de bitume en faux plat descendant, ce qui nous amène au lieu-dit Pont Aubard. De là on commence à remonter vers le Mas d'Assin, pour redescendre par un sentier encaissé sympa, des cailloux pour secouer un peu la suspension, en bas on revient sur une petite route, je manque d'écrabouiller un petit lapin gris, on retrouve au lieu-dit le Soulié, non loin de Camburat, les vététistes des autres parcours. Ici se terminait notre boucle spécifique du circuit 80km, qui faisait 33.6km, dont 49% sur de petites routes et bien roulante, plutôt à vocation touristique et non tracée pour un public de gens entraîné aux grand parcours et aux difficultés.

De retour sur le tronçon commun avec les autres parcours, on retrouve de la compagnie, des familles avec leurs enfants, des vététistes qui semblent avoir un peu de mal quand ça grimpe un peu, des jeunes qui dévalent la moindre descente au taquet.

Désormais le tracé devient plus homogène et correspondant à ce que l'on a l'habitude de trouver dans ces départements du 24/46/47, une partie bien plus intéressante avec plein de chemins et sentiers sympa en descente ou en montée, sans toutefois trouver de grimpette hard, d'ailleurs je n'utiliserais pas le petit plateau de la matinée et ce sans forcer à mort dans les grimpettes.

On commence par une montée soutenue sur un chemin encaissé sur sol de terre un peu empierré, on coupe une petite route et ça continue de monter encore en face dans un chemin de terre, un peu plus calmement pour rejoindre via des chemins et courte portions de bitume le village de Mouret où se trouvait un ravito, le premier pour nous au bout de 52km de roulage. Mary se plaint aux bénévoles du parcours 80km trop roulant et peu intéressant, on grignote un peu. La table du ravito n'offre pas une grande variété de victuailles; des pruneaux, du quatre-quart, des chips pour la partie solide, de l'eau au sirop pour le liquide. Un peu léger je trouve pour les 8€ d'inscription et pas vraiment de touche locale, surtout pour un dernier ravitaillement.

On repart avec des chemins et sentiers à profil descendant ludique, ce qu'il faut de cailloux, puis on arrive à Lissac par un peu de bitume en descente rapide. Un peu de bitume puis on reprend l'alternance de chemins, sentiers qui nous mènent vers le Moulin de Fraysse installé au dessus du Drauzou, fil conducteur de cette Trans-Figeacoise.

On attaque alors une forte remontée, un chemin avec des dalles et pierres qui rendent la montée un peu technique.

12h31:fin d'une sévère montée caillouteuse

On débouche sur une petite route, un peu de récupération après l'effort, puis on repart dans un sentier taillé entre les buis et petits chênes, ça grimpe moins fort, toujours un peu de cailloux dans le sol. Le parcours est devenu sympa depuis que nous avons rejoint le tronçon commun avec les autres distances, dommage de ne pas avoir rencontré cela plus souvent sur le reste du parcours.

12h31:entrée d'un beau sentier montant

On continue de grimper sur le sentier tracé dans la végétation vers le Pech Parrot, puis on rejoint une petite route qui descend rapidement pour nous ramener en agglomération, on y roule durant presque 3km, j'ai l'impression que nous sommes déjà de retour à Figeac, je regarde mon compteur : 64km seulement, chiotte !!! Il faut se rendre à l'évidence, on a du louper une boucle quelque part. Déçu je suis, quant à Mary elle en pleure de déception. On est descendu dans le sud pour faire un beau périple et au final on a une sortie franchement pas terrible. La partie finale de 14,5km comportait un peu plus de 40% de routes.

On range les vélos, puis on ira prendre le plateau repas, pas franchement faim car pas fait assez d'efforts. J'arrive à avaler le cassoulet, le bout de camembert, la salade de fruit, mais pas tout le pâté. On discute avec les bénévoles présents sur nos malheurs du jour. Les deux Tarbais du 65 qui étaient dans notre hôtel sont aussi très déçus d'avoir fait 2h de voiture pour ce parcours. On reçoit une coupe pour être les participants plus éloignés de Figeac, Mary qui n'aime pas les coupes aurait préférée des trucs locaux.

Pendant ce temps, un des organisateurs a emmené en voiture, au départ de la belle boucle ratée, deux vététistes qui ont fait comme nous; le balisage devait donc être tout de même un peu léger pour que nous ne soyons pas les seuls à en louper une partie, pourtant des épreuves VTT on en a déjà fait des centaines auparavant.

Les participants du 54km et du 60km étaient satisfaits, voit contents, fort probable au regard du tracé de leur parcours sur la carte qui étaient plus homogène dans la répartition des parties intéressantes avec les zones plus roulantes. Ce matin là il y avait un peu plus de 300 vététistes à Figeac.

Bon ben on n'a plus trop envie de s'éterniser, on s'en retourne donc à la voiture et on quitte Figeac. Rentrée vers la région parisienne franchement frustrés et déçus, c'est la première fois que ça nous arrive sur un déplacement lointain.

Je n'ai pas l'habitude de critiquer le travail de bénévoles et d'organisateurs, sachant en connaissance de cause tous les efforts que cela demande en amont et en aval d'organiser une épreuve VTT, mais je pense que dimanche il y avait à redire quant au tracé du parcours 80km, que ce soit par le choix des passages, par son balisage, par les ravitaillements et par la gestion du timing du cheminement des participants au long des parcours.

Au niveau du balisage, pour celui qui était présent, il était bien visible, mais il manquait sur les croisées de passages de routes des flèches de rappel au sol ; elles permettent de revenir dans le droit chemin au cas où un indélicat retire plusieurs panneaux de balisage, ce qui a été le cas à plusieurs reprises dimanche.
Si les organisateurs de Figeac sont réfractaires à l'emploi de peinture en bombe, par souci de pollution visuel,
point de vue écologiste que je cautionne aussi, l'emploi de plâtre permet de pallier l'inconvénient des bombes de peinture
par son aspect temporaire que la première pluie éliminera.

Pédalator


Profil de la sortie
Profil du parcours 80km
Les zones grises représentent les portions de parcours effectuées sur route

Les données de Pédalator
 POLAR
CS600
GPSmap 60CSx
Départ :8h26'538h26'33
données GPSmap60CSx données GPSmap60CSx
firmware v3.30
Temps roulé :3h54'22-
Temps déplacement :-4h05
Temps total :4h21'33-
Moyenne:16,5km/h15,7km/h
Vitesse max.:44,4km/h44,0km/h
Distance:64,3km64,16km
Réglage compteur :2030mm-
ODO896.3km
(+43km)
-
Dénivelé positif  :+1210m+1217m
Température Min/Moy/Max: 16/18/23°C-
FC Min/Moy/Max:73/129/179-
Calories2020 kcal-
Période échantillons:5 secondesAuto
Fichiers échantillons :07100701.hrm---TRK
Distance/dénivelée annoncés :23km/+600m
34km/+800m
40km/+1150m
54km/+1650m
60km/+2000m
80km/+2300m
  
Vélo : Le SPARK
 10.20kg
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy Light Tubeless2.10"2 bars 2030mm 690g+16g préventif
AR :MAXXISLarsen TT2.00"2,4 bars   667g 
   
Suspensions :  
Fourche :REBA WC100/100 psi100mm débattement fixe
Amortisseur :NUDE TC (le 2ème)90 psi 
      
Transmission : 22/32/44 et 11-32    

A voir et à Lire
Le site de l'épreuve: Trans-Figeacoise
Le CR de lpivttLa Trans-Figeacoise 60km et sa trace GPS du parcours 60km
Tourisme à FigeacFigeac-Carjac
La Gastronomie en QuercySud-Ouest-Gastronomie
Tourisme du QuercyQuercy-Tourisme

Le Budget
DATEA/RDésignationPrix
06/10/2007AllerPéage A11 : Allainville -> Vierzon-Nord 141km12,90€
06/10/2007AllerPéage ASF: Brive -> Martel : 8km0,60€
06/10/2007Aller34,29L gasoil à 1,109€ pour 554km38,03€
06/10/2007- Hôtel du Faubourg - Figeac (46) : 1 nuit 2pers. + petits-déjeuners48,00€
06/10/2007-Dîner à l'Epicurien 2 pers.45,00€
07/10/2007-2 Inscriptions 80km Trans-Figeacoise (8€) + 2 repas (7€)30,00€
07/10/2007RetourPéage ASF: Martel -> Brive 8km0,60€
07/10/2007RetourPéage A11 : Vierzon-Nord -> Allainville 141km12,90€
07/10/2007Retour35,03L gasoil à 1,061€ pour 586km37,15€
TOTAL :225,18€

Les Clayes-sous-Bois (78) -> Figeac (46) = 554km en 6h05
Figeac (46) -> Les Clayes-sous-Bois (78) = 586km (via St Arnoult)


Dernière mise à jour : jeudi 11 octobre 2007 21:33