la plaque de Pédalator

La Gamelle Trophy

23/09/2007

(72) Sillé

XC 54km


Vide intersidéral


Nous voici de retour en Sarthe pour notre traditionnel rendez-vous de fin de saison à Sillé-le-Guillaume
à l'occasion de la Gamelle Trophy, compétition que Mary et moi préparons depuis début septembre.
Le 28 mai j'avais envoyé mon chèque de 15€ pour mon inscription à cette épreuve, qui annonce généralement
complet vers la mi-août, mais curieusement cette année 15 jours avant il restait encore des places,
peut-être un effet de la météo foireuse de "l'été" 2007.

Un peu de footing deux fois par semaine, un peu de VTT technico-ludique, du vélo de route, voici dressé le menu qui aura composé mes semaines précédentes l'objectif de fin de saison, programme agrémenté de quelques randonnées VTT menées tambour battant pour réhabituer le diesel à passer en mode Turbo.

La météo étant clémente depuis bien longtemps, les sols bien secs permettent de chausser des pneus offrant un bon rendement et une faible résistance au roulage, j'ai donc troqué mon Ignitor arrière -un peu collant sur terrain dur- pour un MAXXIS Larsen TT en 2.0" plus approprié au terrain de Sillé. Nettoyage, bichonnage de mon SPARK, tandis que Mary fera la course sur le DEVINCi qui pour l'occasion se voit doté d'un nouveau grand plateau, d'une nouvelle chaîne et d'un réglage transmission top-moumoute, le tout essayé sur le terrain pour parer aux éventuels problèmes.

Jeudi soir nous terminerons bien tard la soirée de l'AG du club de Mary, pas trop bon de se coucher à minuit, avant cela j'avait fait mon petit tour d'entraînement sans y trouver une forme terrible, avec encore ce $%!#@ de vent sur la plaine qui me soule.

Vendredi après midi on quitte la région parisienne, impression de fatigue pour ma part, direction la Sarthe pour rejoindre la maison familiale au Mans et passer ainsi un court week-end avec mon père, qui nous a fait une bonne tarte aux mirabelles. Miam. Du sommeil a rattraper, à 21h on se faufile sous la couette.

Samedi, grasse mat', il a plus durant un quart d'heure mais pas assez pour changer la nature du sol qui aura pompé cette humidité en moins d'une heure. L'après-midi on ira au Bois de l'Epeau roulotter une petite heure en moulinant des guibolles, au retour massage des jambes puis je gribouille des essais de tête de Renard pour mon projet de nouveau maillot Fox. Le soir de nouveau au lit pour 21h.

Dimanche 23 septembre

La compétition se déroulant l'après-midi, pas besoin de se presser, bon petit déjeuner à la clé. On quitte Le Mans peu avant 10h, sous un brouillard humide qui couvre la ville et la campagne, il ne s'estompera qu'en arrivant vers la masse forestière de Sillé.

pas encore la foule
pas encore la foule

Nous arrivons à Sillé-plage alors que les randonneurs sont encore sur le parcours et que les compétiteurs commence à peine d'arriver sur place.

Pas de pression, tout le temps nécessaire pour aller retirer tranquillement nos plaques de cadre et récupérer le tee-Shirt de cette année; blanc ou brun au choix. On se prépare tranquillement, on mange un peu mais pas trop, puis on ira roulotter et s'échauffer.

avant les furieux
avant les furieux
la chaise du diable vue d'en bas
La Chaise du Diable,
vue d'en bas

On ira reconnaître la descente de "La Chaise du Diable", située non loin du départ, ce passage le plus technique du parcours est assez pentu. En reco je le passerais tranquillement sur le VTT, très en arrière de selle, ce passage que nous empruntons cette année en droite ligne, alors que l'an dernier on effectuait un virage dans les racines à droite pour revenir dans le bas sur la descente.

Seule la compétition de 55km empruntait ce passage cette année, vers la fin de la première boucle de 15km, alors que d'habitude on la passait en fin de parcours, option qui me paraissait la plus appropriée car on avait bien moins de chance d'y rencontrer du monde pouvant gêner, alors que cette année il y a eu des engorgements à cet endroit.

la chaise du diable vue d'en haut
La Chaise du Diable,
vue d'en haut

Nous irons ensuite rouler sur la route menant à Rochebrune, repérer le sentier du bout, puis retour vers le site de départ où nous rencontrons Alain un ex Biket; son fiston Antoine a fait la course des Kids hier et termine 24ème sur 28, mais très motivé, ça promet. Nous irons reconnaître le début du parcours avec Alain, puis retour à la voiture avant que Mary ne rejoigne l'aire de départ pour la mise en grille qui commence à 12h45 pour les compétiteurs du 40km, catégories Dames et Masters 2 & 3. Leur départ se fera à 13h, tandis que celui de la course 55km est prévu 15 minutes après. Coucou à Marmotte, wwwFabien et Chili qui ont fait la rando 55km ce matin. Je retourne m'échauffer sur la route, un peu plus intensément car pour le moment j'avait roulotté. Puis je rejoint à mon tour l'aire de départ, observe le départ des 40km, une chute peu après le départ, panier de crabes.

On entre sur la piste, porte 2-ligne 6 pour ma part, à droite j'aperçois perro avec qui on a bourriné dimanche dernier, je le reverrais peu après le départ, mais en sens inverse et à pied puis qu'il aura déchiré un pneu sur les 'sournois' cailloux de SilléWood. Les compétiteurs se mettent en place, ça se concentre, no-stress pour moi, c'est comme si j'allais faire une rando. Le départ s'approche, "dernière minute", je décompte dans ma tête les secondes, "encore trente secondes", puis le speaker égrène les dernières secondes 3....2...il n'a même pas fini de décompter que la bande des furieux de la première ligne s'élance en trombe, on décolle quelques instants plus tard le temps que la masse de coureurs se mette en route.

Ligne droite, nuage de poussière habituel, coup de frein du paquet devant à l'amorce du chemin de gauche, relance, faux plat montant, entrée du chemin de droite et ça joue des coudes, prudent je me faufile sur le coté droit et garde une distance raisonnable par rapport au gars devant car le nuage de poussière limite la vision plus loin et il y a souvent des chutes au départ à cet endroit. Plus loin on retrouve le grand chemin droit qui permet d'étaler, là je n'arrive pas à pousser la machine comme je le fait d'habitude, l'impression que les jambes n'ont pas de puissance, l'écart se creuse et je me retrouve presque en queue de mon peloton, Benoît des Fox m'a dépassé, je le tiendrais à 100m quelques minutes, puis il disparaîtra.

On effectue une première boucle de 15km mêlant chemin forestiers roulant, sentiers ludiques et qui tabassent bien par les cailloux et nombreuses racines qui sillonnent le sol, d'ailleurs j'ai l'impression que certains passages se creusent de plus en plus au fil des ans; la terre disparaît et les racines ressortent de plus en plus. Comme d'hab ça traîne devant dès que le terrain devient un chouilla plus technique, un malheureux ruisseau à traverser et voilà que certains on peu de salir leurs belles chaussettes blanches, allez zou dedans ! Les premières bossent permettent d'étaler le troupeau, là je m'aperçois que les jambes n'ont pas le répondant habituel, pas de tonus ni de punch, je monte tout sur le VTT mais en moulinant pépère là ou normalement je pourrais grimper au train sur le plateau intermédiaire. Le cardio est un peu haut mais pas d'impression d'être essoufflé; alors fatigue ? Sur les chemins plats et roulant j'arrive à turbiner sur le 44, mais il manque quelque chose, dès que ça monte c'est le ralenti. On revient par les anciennes carrières, le bord de l'Étang des Molières puis du Grand Étang, on traverse la route et on attaque le petit raidillon qui lui aussi s'est bien creusé et raviné, je vais chercher le bord droit pour éviter cailloux et sol meuble, puis un peu de grand chemin pour se 'reposer'. Un peu de sentier en dévers dans la terre de bruyère, quelques grosses racines, on arrivera sur le sommet de la descente de la Chaise du Diable où le public se masse, petit engorgement; on nous demande d'attendre un peu, je m'engage, ça va au 3/4 mais vers le bas le gars devant moi descend de vélo et met trop de temps à libérer la trajectoire, j'ai trop ralenti et butte sur une pierre, j'ai le temps de sortir un pied et de me rattraper afin d'éviter de me coucher complètement sur le coté gauche, Chiotte! Je descend un peu à pied puis remonte en selle et termine la descente.

perdu dans les fougères

On enchaîne avec le sentier en fond de bois qui serpente entre les fougères, puis on attaque la remontée, une bonne bosse courte, puis quelques sentiers plus roulant permettant de récupérer, puis ce sera la zone trialisante et ludique qui ramène à l'aire de départ où l'on passe une première fois la ligne sous l'arche, après 46 minutes de course effectuée à 20,2km/h de moyenne, le cardio est grimpée à 193bpm.

Allez, c'est reparti pour 40km, je sens que ça va être dur cette année...

Le premier tour a bien étalé les compétiteurs, devant je n'ai plus qu'un ou deux gars sur qui je reviens parfois, on se passe/repasse au gré du profil et des passages techniques, derrière c'est le trou. Pendant les 25 premiers kilomètres j'arrive à rouler assez vite, mais sans arriver à pousser la machine, je suis trop haut en pulse et j'ai l'impression que les guibolles sont vides, "pas dans le coup" sera ma pensée à plusieurs reprises. Sur le parcours de cette année on étrenne quelques nouveaux passages, zone de racines couvertes de mousse, descentes techniques un peu pentues au sol de terre meuble parcouru de racines, dans ce sens il paraît plus facile et j'ai eu l'impression qu'il y avait moins de montées raides, on échappe d'ailleurs à celle de Rochebrune qui remonte fort.

A partir de 25km je me traîne de plus en plus, l'impression d'être complètement scotché au moindre faux plat montant, à la moindre montée, pourtant je les passerais toutes sur le VTT, mais sur le petit plateau. J'essaye bien d'en passer une ou deux en me boostant un peu, mais le retour de bâton est pénible. Pas de jambes, la galère, le cardio chute inexorablement. J'en passe même par un court état presque dépressif. Si on était repassé sur la ligne de départ j'aurais posé le vélo ! Alors j'essaye de rouler plus calme, je vais me la faire en rando et y prendre plaisir, mais en dehors des descentes bien pentues ou des singles descendant que j'arrive à dévaler en pédalant, point de plaisir car à la moindre montée je suis scotché. Les kilomètres défilent bien trop lentement sur le compteur. J'avale un, puis deux tubes de sucre rapides, pas l'effet escompté, le moteur est bien sec. Le grand passage à vide, j'ai connu ça une fois lors d'une édition de la DEFI MODE CLASSIC où j'étais cuit au bout de 30km, sur les 90 du parcours.

Je passe par une phase de parcours un peu plus roulant me donnant l'impression de mieux rouler, mais quand les bosses reviennent les cuisses ne répondent pas et commencent à s'encrasser. Encore 14km, pfffff. Dix à 20 coureurs sont revenus sur moi et m'ont dépassés, je vois ainsi passer Olivier du groupe des Black, impossible de suivre, je me traîne comme une larve à moins de 10km/h parfois. Lors de certaines courses où je partais trop fort j'avais un coup de moins bien ensuite, mais en roulant plus calme un bon moment les guibolles revenaient, là rien de rien, ça ne s'arrange pas.

Les sentiers sympa se succèdent, les chemins plus roulants limite mon chemin de croix, le panneau 'Arrivée 3km' est d'un point de vue le bienvenu, mais de l'autre coté je songe "encore 3 bornes !!!" La dernière bosse, passée sans crampes cette année, les derniers chemins, la zone trialisante où j'arrive à me booster un tout petit peu, la ligne droite d'arrivée, je trouve la force de pousser un peu, bip de fin, Ouf !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
Je retrouve Mary, contente elle a terminée 5ème au sprint se faisant griller la 4ème place pour 3 secondes. Je me pose sur mon cintre, un coup de moins bien me tombe dessus, je reste prostré quelques minutes, poussé courte et subite d'état dépressif puis peu à peu je retrouve mes esprits, première fois que je termine comme ça. Je crois que je ne vais pas toucher au vélo d'ici la fin de semaine...

Malgré mon allure de larve je termine 102ème sur 329 classés cette année, en 3h08'36, étonné de ne pas avoir vu revenir plus de compétiteurs, il y a vraiment de sacré écart sur cette course. Le parcours était plus 'cool' cette année, j'ai trouvé qu'il y avait moins de bosse raide, plus roulant aussi peut-être, toujours autant de parisiens en tout cas.

Pédalator et Eric
Pédalator et Eric

On discute avec les têtes connues, franciliens, sarthois, j'avale deux verres de coca et un gobelet de chips, du salé.

On a retrouvé notre Manu maintenant expatrié au Mans, il a fait le 40km (enfin le début...). On retournera à la voiture se changer en discutant avec lui. On rate de peu le podium où Bruno et Philippe se classent 1er et 2ème en master3 sur le 40km.

Voila, il est temps de s'en retourner vers les Yvelines. Sortie de l'autoroute, bouchon à la sortie d'Ablis, on fera le retour par les petites routes. Grignotage puis gros plongeon dans le lit après avoir fait canapé devant le film du dimanche soir où point besoin de réfléchir il m'aura fallu.

Pédalator


Profil du parcours 55km
Profil du parcours course 55km

Les données de Pédalator
 POLAR
CS600
GPSmap 60CSx
Départ :13h15'0313h14
données GPSmap60CSx données GPSmap60CSx
firmware v3.30
Temps roulé :3h08'29-
Temps déplacement :-3h24
Temps total :3h08'37-
Moyenne:17,1km/h15,6km/h
Vitesse max.:49,1km/h48,7km/h
Distance:53,6km53,4km
Réglage compteur :2030mm-
ODO832km
(+43km)
-
Dénivelé positif  :+1140m+1197m
Température Min/Moy/Max: 17/19/23°C-
FC Min/Moy/Max:89/165/193-
Calories2216 kcal-
Période échantillons:5 secondesAuto
Fichiers échantillons :07092301.hrm-TRK
Distance/dénivelée annoncés :55km / +1220m
39km/+950m
22km/+500m
  
Vélo : Le SPARK
 10.20kg
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy Light Tubeless2.10"2 bars 2030mm 690g+16g préventif
AR :MAXXISLarsen TT2.00"2,2 bars   667g 
   
Suspensions :  
Fourche :REBA WC100/100 psi100mm débattement fixe
Amortisseur :NUDE TC (le 2ème)90 psi 
      
Transmission : 22/32/44 et 11-32    

Classements
<<< scratch course 55km >>>

<<< scratch course 40km >>>


A voir et à Lire
Le site du club : Tourisme & Aventure
Le site de la ville : Sillé le Guillaume
Mes Gamelles précédentes 2006, 2005, 2004, 2003, 2002, 2001, 1999, 1997, 1996

Dernière mise à jour : mardi 29 septembre 2009 21:51