la plaque de cadre du Pédalator

Rando Raid des Chanoinesses

XXX'trême Rando Raid

19/08/2007

(88) Remiremont

Raid 85km


Escapade Vosgienne


Les Vosges, une contrée que nos crampons n'avaient pas encore foulés, tout ça par la faute de préjugés attribués à
un territoire situé à l'Est du pays, zone où les précipitations nous semblent bien plus fréquentes, ce qui entraîne
généralement des terrains fort gras que nos montures n'apprécient guère, tout comme leur pilote d'ailleurs.

Et puis à la mi mai j'ai lu un post du forum VV où fredus du club Remiremont VTT annonçait leur Rando Raid de 85km avec 2700m de dénivelée, organisé au milieu du mois d'août; une épreuve intéressante située dans une période où la météo devait permettre de s'aventurer dans ces contrées sans trop de craintes quant à l'état du sol. Bref j'ai noté ça dans un petit coin de ma caboche, tout en attendant le dernier moment pour s'inscrire et chercher un hébergement car depuis le mois de mai on se demande si le gars la haut qui gère la météo ne s'est pas endormi sur le robinet de la douche...


Lundi 13 au matin, une fois la boule météo consultée, j'ai effectué nos inscriptions par Internet sur le site d'Active Europe, soit 10€ par tête pour l'inscription au Raid 85km, plus 1€ de commission pour la transaction CB, on devrait ainsi gagner du temps dans les procédures d'inscription le jour J et ça revenait moins cher que les 13€ prévus pour les inscriptions sur place.

Au début nous avions dans l'idée de profiter du gros week-end du 15 août pour se faire plusieurs jours dans les Vosges, mais par sûreté par rapport à la météo, nous avons préféré par la suite se la jouer classique avec juste le samedi/dimanche. En début de semaine Mary a commencée de chercher des hébergements autour de Remiremont, aidé par JCA qui se joindrait à nous et qui a finalement trouvé une petite chambre d'hôte bien sympa située dans un châlet-ferme non loin de la ville de Remiremont.

Pascal -qui était étant dans le coin à ce moment là- m'a donné des infos sur l'état du terrain et la monte de pneus appropriée pour rouler en VTT dans ce coin de Vosges, remarques confortées par l'avis des régionaux qui disent pouvoir rouler toute l'année là-bas avec des pneus d'été, comme des Pythons par exemple. Par sûreté, vendredi j'ai équipé nos montures de pneus polyvalents utilisés couramment en région parisienne. Mary roulerait sur le DEVINCI, sur lequel j'ai monté des plaquettes neuves à l'arrière, et moi sur le SPARK qui a reçu lui aussi pour l'occasion des plaquettes métalliques HBSP130S à l'arrière, histoire de voir si ça freine plus fort que les Standards HBSP130 montées d'origine sur les freins HOPE.

Samedi 18 août

Il n'y a que 4h17 de trajet pour rejoindre les Vosges depuis nos Yvelines, alors ce samedi matin on s'est levé seulement à 7h. On passe ensuite récupérer JCA à Guyancourt puis on file rejoindre l'autoroute A6. Un peu de trafic à la sortie de Paris, normal c'est encore la période de départ en vacances des aoûtiens, puis route tranquille sur les autoroutes A5 et A31. Passage par le centre d'Épinal, puis par les nationales on se rapproche des Vosges en découvrant un territoire vallonné, bien vert et fortement boisé, en plus il fait beau, cool.

on arrrive

Il est 13h quand nous quittons la N66 pour grimper par une petite route gravillonnée bien pentue, un bon 17% avec trois chevrons à la clé, qui traverse un bois de sapins d'un vert bien tendre et nous arrivons à la ferme qui nous servira de gîte pour la nuit, très bel endroit au calme, maison dans le plus pur style typique local, accueil très gentil des proprios.

La petite chambre que nous occuperons cette nuit est propre et conviendra très bien pour la nuit, WC et salle de bain avec douche, à 48€ la nuit avec petit-déjeuner, pour 3 ça revient bien moins cher que l'hôtel en plus. Bonne adresse pour la prochaine fois.

notre chambre pour ce soir
recyclage Meuh !
JCA et Mary testent le Tricycle
JCA et Mary testent
le Tricycle
pique-nique dans l'herbe

On pose les sacs dans la chambre puis on sort la glacière, c'est qu'il commence à faire faim, alors on se pose sur l'herbe et on profite du beau soleil, lunettes de soleil et casquette entrent en action.

Après avoir découvert la ferme, ses habitants à 2 et 4 pattes, testé le nouveau Tricycle de la gamme 2007, nous partons ensuite découvrir le coin à pied, pas un trop gros tour pour ne pas s'en mettre trop dans les guibolles.

bonjour vous !

En remontant la petite route passant devant la ferme, on y découvre les marques du balisage du raid de demain, la route s'enfonce dans le bois, les sapins et sous-bois sont couverts de mousse, une vraie moquette verte.

sur la route...
le parcours 20km

Nous retrouvons plus loin un chemin avec force marques de balisages, que suivront demain les randonneurs du parcours 20km.

Nous descendons le chemin, le sol est un peu humide par endroit, puis on délaisse le chemin au profit d'un beau sentier balisé que l'on va suivre un bon moment. Je s'amuse à déterminer le type des pneus de VTT d'après les différentes traces laissées dans la couche de boue superficielle; là c'était un Python.

un peu gras ici

En fait nous suivons à l'envers un bout du début du parcours de demain, un beau sentier au sol sec parfois 'agrémenté' de traversées de racines. Si on rencontre souvent ce genre de monotrace demain on va se régaler, on en salive par avance.
En tout cas le balisage de la rando de demain est bien visible.

Le sentier dispose d'un balisage permanent, des figures géométriques identiques que l'on retrouve reportées sur le tracé de la carte IGN locale.

Bon, on ne va pas s'éloigner trop, retour par la route, des allées forestières dont une à peine fréquentée, une source bien active la traverse, voici des restes de ce qui semble avoir été une biche ou un chevreuil; il y a peut-être des loups ici (pour bouffer le pauvre vététiste qui s'égare).

Retour au gîte, un peu de repos puis on descendra en voiture à Remiremont repérer le départ, Place du Champ de mars, puis faire quelques courses alimentaires au supermarket local.

Le soir on dévore à trois un paquet de 500g de pâtes bolo, puis on se couche de bonne heure, une fois nos affaires préparées pour la rando de demain. Pom,Pom,Pom, Bonne Nuit les petits.
Qui ronflait le plus fort ? JCA je crois, m'enfin la fatigue aidant ce ne fut pas un problème, on a tous les trois bien écrasé.

vue de notre fenêtre
Dimanche 19 août

Levés à 6h, je descend allumer la cafetière mais ne voit rien de préparer dans la cuisine, comme l'avait prévu nos hôtes. On verra plus tard, je remonte me préparer. A 7h on descend, personne de levé visiblement, on sort des bols de la cuisine. Je trouve pas le sucre, pas de beurre, pas de confiture, il nous reste juste un bout de pain d'hier; un peu frugal comme petit-déjeuner pour trois sportifs qui vont se taper 85 bornes. On passe le nez à travers la porte des proprios; c'est leur cuisine à coté et on y trouve une table avec pleins de bols et de choses préparées, mais on ne sait pas si c'est pour eux ou pour nous, alors on prend juste 3 sucres, un peu de confiture et on allait s'en retourner dans notre petite cuisine quand 7h passé une porte s'ouvre et la proprio entre; en fait tout cela était bien pour nous, alors elle nous prépare le petit déjeuner, les toast grillés, le lait chaud. Ouf sauvés. On va être à la bourre alors je dévore speed. JCA prend son temps et se resservira même un toast, je regarde ma montre, 7h25, Grrr. Finalement on prend congé de la proprio en la remerciant, puis vite en voiture, conduite sportive (enfin modérée, Mary aime pas ça...), on va être à la bourre.

Comme on avait repéré le départ hier après-midi, pas besoin de chercher dans la ville et je me gare de suite sur le grand parking du Champ de Mars, pas très rempli pour le moment, puis on file vers le podium s'inscrire.

En plus des randonnées VTT de 20/45/85km, il y avait aussi une randonnée cyclotouriste de 60km ou 120km organisée en même temps. En tout, ce sont 350 participants qui étaient présents ce matin là, dont 98 vététistes sur le Raid de 85 kilomètres. Ce n'est pas énorme, mais un w.e. de 15 août et en pleine période de vacances d'été ça peut se comprendre, d'autant qu'avec la météo pourrie de cette année bon nombre de vacanciers ont préférés aller s'entasser sur les plages du sud.

J'avait effectué nos pré inscriptions par Internet pensant gagner du temps en trouvant sur place une file 'inscrits', mais non, tous les vététistes souhaitant participer au Raid 85km doivent cohabiter dans la même file, inscrits et non inscrits. Heureusement il n'y a pas grand monde, j'ai cru entendre dire qu'il devait y avoir 70 pré inscrits, de plus c'est une rando mais je n'ose imaginer ce que cela donnerait pour une compétition avec plus de participants bien stressés; c'est le seul défaut que je pourrais reprocher à cette organisation, car tout le reste était bien géré. Allez, encore deux gars devant moi puis j'arrive devant les deux bénévoles souriants; La gentille dame me demande de remplir en plus un bout de papier pour un tirage au sort. Mince... encore du temps de perdu; à quoi sert de s'inscrire au préalable. Je sous-traite le remplissage du bout de papier à Mary pendant que je récupère les mini cartons qui font office de plaque de cadre, avec les attaches colliers. On nous donne chacun un Tee-Shirt (taille XL...) souvenir de l'épreuve, ce n'est pas un collector alors ça fera toujours plaisir à un ami.

Les formalités administratives enfin effectuées, on file rapidos à la voiture déchargé les VTT puis on s'équipe. Pression des pneus, 100Psi dans l'amortos du SPARK, huile sur la chaîne, raz des compteurs et GPS, voilà on est enfin prêt, il est 07h57'50, je rejoint les barrières de départ où je retrouve Pascal qui roule ce matin dans son beau maillot orange du VVcamp auquel il a participé cette année. Peu de temps pour discuter, l'heure du départ groupé est proche.

Alors que quelques randonneurs ont devancés le départ officiel de 8h, dont JCA parti 3 minutes avant nous, à 8h04 le speaker lâche la meute qui s'élance tranquillement. Nous commençons par un tour de 2,5km dans les rues de la ville de Remiremont, idéal pour s'échauffer et appréciable pour étaler le 'troupeau' de vététistes avant d'attaquer les premières difficultés. Je remonte rapidement vers l'avant du peloton, à la recherche de têtes connues, mais n'apercevant personne je reste devant à suivre les premiers.

A l'issue du tour dans la ville, on repasse tout près des barrières du départ, puis nous embrayons sur le premier chemin. J'ai bien fait de me ramener devant car après un virage on attaque assez fort dans la pente durant 300m d'un chemin de terre meuble avec des zones de cailloux, genre de passage où ça bloque généralement quand il y a du monde, je passe en force en tirant le guidon, puis les cailloux se font plus rare et le chemin grimpe un peu moins fort durant 500m, je reste à moins de 10m des deux premiers, on s'écarte rapidement de nos suivants. Le chemin se termine, on arrive sur une large piste plane et dure, l'allure augmente, je suis à une dizaine de mètres derrière les deux affûtés, dont l'un ne cesse par moment de rouler debout sur les pédales en tirant du braquet. On roule vite mais je ne force pas, on a 85km à faire tout de même.

La piste dure 3,4km en grimpant doucement dans le Bois du Corroy, on se retrouve ensuite sur une petite route que l'on suit un instant, puis on la délaisse pour attaquer le début du single que nous avions repéré hier, un coup de cul de 2m d'un chemin avec terre et gravier humide, je cale au 3/4 par manque d'adhérence et termine 2m à pied, l'autre passe en force en tirant du gros braquet, on entre alors dans le premier passage bonheur du parcours, 700m d'un beau sentier en faux plat montant, sol dur ponctué de quelques racines, on a dépassé un randonneur qui était parti en avance. Le sous-bois est d'un vert éclatant, passage près d'une petite source dont les environs humides fleurissent d'une végétation de mousses créant un vrai tapis.

un ruisseau
sentier Drouot

On a traversé une petite route pour reprendre en face un autre sentier, nommé sentier Drouot, toujours aussi chouette et cheminant à plat maintenant.

On arrive à l'embranchement des parcours, nous partons à gauche en descente sur le chemin balisé pour les distances 45 et 85km. Le début du chemin de terre est un peu défoncé, des ornières où coulent un filet d'eau, j'essaye de ne pas rouler dans les rigoles de flotte pour éviter d'envoyer de la boue dans les étriers de freins, c'est le genre de mélange qui use bien les plaquettes de freins.

45km et 85km à gauche, 20km à droite

Mes deux compères ont pris la poudre d'escampette dans la descente, nous avons quitté le chemin forestier pour un autre moins emprunté par les engins, ça descend un peu plus puis on passe près d'une maison et on débouche sur une petite route qui grimpe pas mal durant 600m, puis on redescend légèrement et l'on va récupérer un chemin. A ce croisement était monté le 1er ravitaillement, situé pour nous au kilomètre 10,53, un peu trop près du départ et du petit-déjeuner, donc je file sans m'y arrêter.

Peu après, dans les chemins forestiers qui suivait j'ai rattrapé et dépassé JCA. Après une bonne grimpette courte et forte sur un sentier où quelques cailloux un peu glissant se dissimulaient sous l'herbe, suivait un autre chemin qui montait encore pas mal, avant de plonger dans une descente sympa et caillouteuse qui tabassait. D'ailleurs arrivé en bas j'ai dégonflé un peu mon pneu arrière, car avec 2.4bar dedans le petit Bulldog rebondissait trop.

Le parcours nous emmène ensuite au travers de bois et parties de campagne, nous faisant passer près de petits étangs, des fois nous roulons sur de courtes portions de petites routes, souvent sur des chemins forestiers agréables, peu de singletrack par contre. Le terrain est relativement sec, sauf quand nous passons les zones de gués et multiples ruisseaux qui courent à travers et dans les chemins, c'est la première fois que j'en vois autant sur un parcours VTT. Les pieds sont déjà bien humides, heureusement que l'eau n'est pas froide en cette saison car on y trempe souvent les pompes. Le terrain est particulièrement rocailleux sur cette début du parcours, j'ai trop gonflé l'amortos du SPARK et ça tabasse un peu.

Une descente en sous bois sur chemin forestier nous emmène traverser un des ruisseaux par le biais de ponts de bois, je m'arrête quelques instants pour arroser moi aussi la végétation, puis repart sans avoir vu arriver d'autre participants; on a creusé un sacré trou.

A l'issue de la descente nous remontions un peu pour parvenir au village de Girmont-Val-d'Ajol où était mis en place le 2ème Ravitaillement, au kilomètre 21,15. Celui-ci je m'y arrête quelques instants pour boire un bon verre de boisson énergétique, grignoter quelques trucs sucré et nettoyer mes lunettes un peu embuées. La table est bien pourvue et l'on y trouvait salé comme sucré.

Une des bénévoles me trouvait bien pressé de repartir, ce n'est que pour éviter de trop refroidir les muscles car après j'ai du mal à relancer la machine. Je repart avec mon compère de route, un gars de Nancy qui chevauche un ORBEA semi-rigide en carbone, roulant souvent en danseuse et tirant un gros braquet, ç'en était presque fatiguant de le voir tirer ainsi sans cesse, en tout cas il avait de la puissance à revendre. On repart en montant doucement et régulièrement sur 1km de petite route , puis on bifurque vers les chemins de campagne.

Nous avons roulé ensemble un bon moment, puis passé la mi-parcours j'ai baissé un peu mon rythme car j'étais un peu trop haut à essayer de le suivre.

Le parcours est plus calme au niveau relief maintenant, suivant des petits chemins de campagne à travers de petits bois, puis on commence à descendre vite sur un beau chemin sec filant droit dans le bois, plus loin zone de racines qui secouent bien. Dans la matinée je crois que j'ai utilisé toute la course de la REBA, sur une grosse racine en travers du chemin, merci les 100mm de la suspension. Traversée de petite route, puis courte remontée avant de replonger à partir de Rapaumont par un chemin un peu herbeux au début avec deux virages en lacets - on se croirait dans les alpages- puis descente rapide vers le fond de vallée où se trouve le village de Val-d'Ajol. Petite séance de roulage dans les rues planes.

S'en suivait une longue remontée régulière de 3km, sur petite route au tout début, puis sur chemin large et dur par la suite.

Petite pause peu avant la fin à la feuillée Nouvelle pour admirer de ce point de vue les paysages vosgiens environnants; bien vallonné le terrain par ici.

Peu après le sommet on arrivait au troisième ravitaillement, situé à 36km du départ sur un parking après avoir traversé la D20. Séance grignotage de 5 minutes.

Le parcours chemine ensuite calmement sur chemins et petites routes de campagne, refait une incursion dans les bois avec une belle descente, suivie d'une bonne remontée d'un kilomètre.

On emprunte quelques beaux sentiers sauvages, puis on redescend dans la campagne pour rejoindre la Forêt Domaniale de Humont où l'on roule durant presque six bornes sur des allées et chemins sans grande variation de relief, séance récupération.

Petite liaison campagnarde pour rallier la zone verte suivante, la Forêt Domaniale de Thiébémont-les-Drailles, grande allée puis chemin descendant sympa nous amenant au quatrième ravitaillement d'Haussonville situé à 61,9km du départ.

Petite pause de 5 minutes pour grignoter quelques trucs, le soleil donne bien et il faut se réhydrater correctement. Les deux premiers ravitos étaient bien disposés par rapport à la distance, par contre celui-ci je l'ai trouvé placé un peu loin du précédent (mais c'était roulant avant), comme les autres il était bien pourvu, avec de la variété et même du salé; saucisson, fromage, de la salade de riz et des nouilles; de quoi refaire des forces. Des barres et de la boisson énergétique ou du sirop, bref rien à redire. Ah si; les guêpes . . . c'est pas bon; en commençant de manger un morceau de banane, j'ai commencé à en bouffer une (bizarre de la banane qui pique). Vite recrachée, la lèvre un peu gonflée ensuite, mais j'ai du l'éjecter avant qu'elle ne lâche tout son venin, Ouf ! Cela m'a titillé la lèvre pendant un moment.

On repart en grimpette sur chemin en Forêt Domaniale de Thiébémont, puis redescente vers la campagne.

Là on repart en grimpette sur un chemin montant dans le Bois de la Halleuche où l'on va suivre un sentier qui donne l'impression de cheminer dans une tranchée, à plat un moment sur ce tapis de feuilles et d'épines de pin souple comme une moquette. Commence alors une belle descente, avec pif-paf entre bloc rocheux et racines, puis droit dans le pentu avec de la racine et un peu de cailloux. Chic-Chic me dis-je quand je vois le panneau 'Danger' annonçant ce passage, mais rien de bien méchant quand je songe à ce que l'on a descendu dans les hautes Alpes il y a quelques semaines de ça.

le parcours dans l'eau

En bas, le parcours suit une partie d'un circuit balisé local, qui nous fait rouler dans le lit d'un ruisseau, peu d'eau, très joli coin avec un bel éclairage au travers des frondaisons de la pinède.

On est passé maintenant dans les Bois des Hauts de Raon, pour y suivre un beau sentier descendant,suivie d'une remontée de 2,5km.

on doit suivre le ruisseau

On redescendait ensuite pour une petite liaison de campagne nous ramenant dans les bois de Remiremont, pour un beau final présentant plusieurs bosses sévères, de beaux sentiers, des relances, bref de quoi se faire plaisir et donner mal aux guibolles de ceux qui auraient un peu trop avoiné sur les portions roulantes précédentes. Pour ma part m'étant plutôt préservé, j'ai pu finir avec un bon rythme.

Au final j'aurais bouclé les 84,7km de ce Raid bien sympa, en 4h52 (temps de roulage) à 17,4km/h de moyenne. Le parcours serait pas mal pour une épreuve marathon, mais il faudrait tout de même le corser, avec un peu plus de bosses car c'est roulant tout de même, surtout au milieu où il faudrait ajouter du sentier forestier.

Petite suée sur la fin, en entendant un flop-flop à l'arrière; arrêt pour trouver un tortillon de fil barbelé planté en travers d'un crampon du pneu, mais heureusement pas rentré dedans, Ouf !

Un balisage excellent, visible de loin sans chercher; fallait être miro ou fatigué pour en louper un bout; de grosses flèches au plâtre, des confirmations, de la rubalise, des panneaux aux arbres, de flèches peintes au sol sur le bitume, ça pouvait donner l'impression de surcharge et pas très écolo dans la verdure, mais on ne risquait pas de s'égarer.

Le terrain était généralement quasi sec, sauf dans les parties ombragés où la terre noire -jamais collante- était parfois humide, ou dans les multiples sources et ruisseaux qu'on traversait (il ne fallait pas compter garder chaussettes blanches et pieds au sec ici).

La première partie du parcours -plus physique- se faisait sur un terrain plutôt accidenté, pas mal de cailloux, pas mal de montées moyennes avec quelques coups de cul pas violent, des descentes sympas, des passages un peu techniques avec les racines, la caillasse, les ornières, quelques singles, quelques chemins fort humide ou lourdement boueux sur quelques dizaines de mètres, mais jamais galère, des allées et des chemins sous le couvert forestier, c'est bien vert là-bas, oubliez aussi les lunettes noires, le dessous de sapins c'est parfois bien sombre.

Au centre du parcours, toute une partie plus plane, avec des allées, de grands chemins roulants où on décrassait le 44, des parties de campagne, des étangs avec nénuphars, des étangs avec des ilots, des chemins en herbe qui cassent les guibolles, des maisons fleuris avec petit moulin, des gens souriants quand on traversait leur propriétés, une mémé chaudement équipée et bien campée dans sa chaise en regardant passer les sportifs au pied de sa maison, l'animation du jour en sorte.
Sur l'ensemble du parcours, plusieurs petites portion bitumées, mais jamais longues, certaines en descente dont une où il ne fallait pas être trop généreux dans un des virages vu les gravillons vicieusement disposés dans la courbe. Petite frayeur.
Un retour plus forestier, avec à partir du km70 un final bien sympa avec plein de sentiers, de petites montées, de descentes sympas avec moult racines, une longue enfilade de single en balcon peu avant l'arrivée; excellent, il en faudrait encore plus !

Dans l'ensemble, j'ai retrouvé le terrain et le type de parcours que l'on rencontre dans le Morvan durant les épreuves VTT du Morvandiau ou sur La Transmorvandelle, avec un peu plus de caillasses et de sources à traverser, des passages secs/bruyères qui ressemblent au terrain du Forez ou des Cévennes.

13h52:arrivée de Mary

Mary arrive 40 minutes derrière moi, elle aussi bien contente de ce parcours, devançant de presque une demi-heure JCA parti avant nous.

Il y avait possibilité de manger sur place avec des grillades (2,50€ le sandwich saucisse). On en a profité.
Bonne humeur, bénévoles souriants, un lavage vélo à l'arrivée, un grand parking, le beau temps juste 3 gouttes d'averse à l'arrivée, avant retour du soleil.

13h52:arrivée de Mary

Nous sommes rentrés le dimanche soir à 20h30 en région parisienne, bien contents d'avoir découvert une nouvelle région grâce à cette escapade Vosgienne; je garderais désormais un oeil au calendrier VTT de la région de Juju, il paraît que dans les Hautes-Vosges c'est encore plus technique. Bref de quoi nous donner envie de revenir creuser le sujet plus longuement. Et puis peut-être un week-end club dans les parages, avec juste 4h15 de route c'est pas trop loin de Paris.

Nous avons eu une chance de c..u avec la météo, car sur le trajet retour on a ramassé de la flotte à gogo, j'étais même parfois obligé de rouler à moins de 90km/h sur l'autoroute car on n'y voyait presque plus rien devant sous le rideau de flotte.

La prochaine édition de ce raid est prévue le 17 septembre 2008, avec un parcours 85km plus corsé reprenant seulement 40% du tracé de cette année et restant souvent dans les bois autour de Remiremont; la meilleure partie de mon point de vue. Il n'est donc pas impossible que nous revenions en 2008 poser nos crampons dans le coin...

Je ne résiste pas à remettre ci-dessous un superbe cliché pris par l'organisation,
les vététistes de passage créant l'animation pour quatre belles bêtes bien synchronisées.

Pédalator


Profil du parcours 85km
Profil du parcours 85km

Les données de Pédalator
 CM436
(Mary / Devinci)
POLAR
CS600
GPSmap
60CSx
Départ : 8h04'168h04
firmware v3.30
Temps roulé :5h35'294h52'33-
Temps déplacement : -5h05'
Temps total : 5h10'52-
Moyenne:15,3km/h17,4km/h16,6km/h
Vitesse max.:43,4km/h43,8km/h44,5km/h
Distance:85,77km84,7km84,55km
Réglage compteur :2050mm2030mm-
ODO1261km574.5km
(+43km)
-
Dénivelé positif  :+1745m+1790m+1794m
Température Min/Moy/Max: 12°//26°C 12/17/26°C-
FC Min/Moy/Max:-76/156/186-
Calories-3334 kcal-
Période échantillons:20s5 secondesAuto
Fichiers échantillons :19082007.tur07081901.hrm-TRK
Distance/dénivelée annoncés :85km / +2700m
  
Vélo : Le SPARK
 10.15kg
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy Light Tubeless2.10"2 bars 2030mm 690g
AR :HUTCHINSONBulldog MRC-H Tubeless1.85"2,4 bars   695g 
   
Suspensions :  
Fourche :REBA WC100/100 psi100mm débattement fixe
Amortisseur :NUDE TC100 psi(un peu raide)
      
Transmission : 22/32/44 et 11-32    

A visiter :
L'organisateur  CLUB REMIREMONT VTT
Le Blog de l'organisateur  remiremontvtt.blogspot.com
Le site de la ville  Remiremont (88)
Les photos du jour  Galerie de l'organisation
Tourisme dans les Hautes-Vosges www.hautes-vosges.net

Le Budget
DATEA/RDésignationPrix
18/08/2007AllerPéage A5/A3118,70€
19/08/2007RetourPéage A5/A3118,70€
19/08/2007Aller37,53L gasoil à 1,045€39,22€
20/08/2007Retour37,09L gasoil à 1,050€38,94€
19/08/2007-Gîte : 1 nuit chambre 3p + 3 petits déjeuner48,00€
 163,56€

Dernière mise à jour : vendredi 15 février 2008 20:05