La Revancharde

01/07/2007

Elancourt (78)

XC 5x8.3km


Podium éphémère


J'ai beau me creuser les méninges, je crois que je n'ai jamais fait la course de La Revancharde, organisée conjointement
par le VCME et de l'ASSPSQY, les Sapeurs Pompiers de Saint Quentin en Yvelines. Il faut dire que c'est juste à coté de chez nous et que j'avais l'impression d'aller rouler dans mon jardin et puis ce terrain n'est pas très clean car on y trouve pas mal d'objets comme des bouts de verre et de métal n'attendant que nos pneus pour s'exprimer. En plus les parcours des éditions précédentes ne m'attiraient pas particulièrement car il y avait plusieurs portions de goudron dans le bas d'Élancourt.

Organisée au profit des orphelins des sapeurs Pompiers Français, noble cause à laquelle nous pouvons nous associer le temps d'une épreuve sportive, cette course de VTT servait cette année de support à la 4ème manche du challenge UFOLEP Yvelines.


Ce week-end nous ne savions pas trop quoi faire, puis nous avons évoqué l'idée d'aller faire la compétition VTT de La Revancharde pour nous secouer un peu, vu qu'on se diéselise, alors samedi soir Mary a pris son SPErouge et moi son vieux DECATHLON XC1 (pas envie de nettoyer le TITUS ou le DEVINCI si on devait faire la course le lendemain) V-Brake inside, puis nous avons été en voiture au pied de la colline de la Revanche.

De là nous avons fait un tour de reco du circuit, rencontrant au passage Hervé et Guillaume. J'ai été étonné que le terrain soit tout sec, il y avait juste 5cm d'épaisseur de boue liquide/grasse sur 30m à l'ombre des feuillages. Le circuit était bien sympa, de nouveaux singletracks techniques avaient été ouverts par Thierry FABRE et son équipe, un beau boulot qui permettait de rester maintenant complètement sur le site de la Revanche. En tout cas ce parcours serait physiquement exigeant, 5 tours étant prévus. Vu le parcours, Mary était excitée de faire la course, ça me branchait bien d'essayer aussi, mais sûrement pas en semi-rigide vu que ça tabassait dur dans les ornières sèches, les passages techniques ou les mottes d'herbes, le DEVINCi serait de sortie. Au début on avait pris le circuit à l'envers et en remontant une butte pentue de 5m j'ai déclipsé -pédales usées- et me voici à terre tandis qu'au même moment Mary cassait sa chaîne... Réparation effectuée, nous avons quasi bouclé le circuit, évitant juste la grosse remontée au sommet que l'on connaissait.
Nous sommes vite rentrés prendre une douche, puis avons foncé au BBQ partie organisées par Les Renards du club de Mary.
En rentrant j'ai changé cassette et chaîne du spad de Mary, puis au dodo après avoir tout préparé pour demain.

Dimanche 1 juillet

Levés 6h30, il a du pleuvoir un peu il n'y a pas longtemps car quelques gouttes finissent de sécher sur le balcon. Prêts à 7h30 passé nous filons à Élancourt où nous arrivons assez tôt pour  trouver encore une place dispo sur le parking du complexe Sportif Europe; plein de têtes connues des clubs franciliens, Gégé est venu avec toute la famille Mauloise. On s'inscrit sur place, soit 12€ et on reçoit en plus de la plaque de cadre, de ses attaches, du dossard et ses épingles, un sac de bienvenu avec un magazine des pompiers, de la pub et de petits lots; j'ai ainsi droit à un porte cartes de visites siglé d'un sponsor et d'un petit portefeuille, tandis que Mary reçoit dans le sien un Tee-shirt et un pot à crayon. Petite lot sympa.

Une dame aux inscriptions m'a affectée à la catégorie Senior B, j'ai pas percuté car je ne fait pas souvent de course UFOLEP, mais en fait étant de 1964 j'aurais du être mis dans la catégorie Vétéran A.

On retourne à la voiture se préparer, puis on part s'échauffer sur le goudron, pas besoin de reco on a assez donné hier; mal aux guibolles au début, après ça allait mieux, 13,2km avec une montée au sommet de la colline via l'ancienne route bitumée. On rejoint l'arche de départ, au pied de la butte de la Revanche, les Tandems devant, les seniors A/B -où je suis- ensuite. Les vétérans A/B encore derrière, suivis des féminines avec Mary, des cadets. Tout ça pas cloisonné et quarré comme Gégé l'aurait aimé. Enfin, après le blabla du speaker, une minute de recueillement silencieux en hommage aux pompiers disparus, le POLAR est armé et à 9h10 la meute s'élance sur un grand chemin large et dur, c'est parti pour 5 tours de 8,3km. Les Vétérans A et B partaient 2 minutes derrière nous.

Au bout du grand chemin qui durait 500m, durant lequel j'ai grappillé quelque places, ça remontait légèrement puis on redescendait en faux plat sur 20m avant d'attaquer une première butte herbeuse de 2m; normalement ça se passait sur l'élan avec un coup de jarret et en haut on basculait au sommet immédiatement, en faisant attention à la grosse pierre un peu pointu qui émergeait de l'herbe, et des trous cachés sous les herbes. Au premier tour il y avait tout un paquet de gars montant à pied, obligé de faire pareil, par la suite aux tours suivants je passais ça sur le VTT. Ensuite on filait droit durant 300m sur un chemin qui avait été défriché pour l'occasion, pelouse tondue, il y avait une trace centrale où la terre apparaissait avec les passages répétés, mais la terre était souple, légèrement humidifiée et le terrain ne rendait pas trop. Virage gauche à 90°, encore un, on repart en contresens, la terre est encore plus souple et on a l'impression d'être un peu scotché et ça s'est empiré au fil des tours, ça remontait un peu en faux plat casse patte puis on revenait ensuite sur le sol dur d'un grand chemin en faux plat descendant où on pouvait envoyer.

Le chemin se rétrécit, virage droite et on on entre en sous-bois, un peu de monde car on entrait dans un single avec deux petits passages technique au début, dont une marchounette de 50cm facile et une remontée en face, puis le sentier descendait en longeant un grillage. Un peu trop de monde pour avoiner. En bas on traverse 2m de bitume et on reprend en face dans l'herbe pour se diriger vers le ruisseau, mais au lieu de le longer par la gauche on entre à droite dans le sous bois pour suivre un sentier tracé dans la terre noire un peu humide, racines et trous avec les passages répétés, puis on arrive au niveau de la source; un trou enjambé, 10m de terre noire boueuse puis retour en selle. Petite butte dans l'herbe qui grimpe fort sur quelques mètre puis on débouche sur du vieux bitume. Remontée de 100m pour arriver à l'entrée d'un chemin un peu défoncé de terre, une  bonne grimpette suivait sur 100m. On arrivait alors sur un court portage de 3m -mais raide- dans la terre où des marches en bois avaient été aménagées (au fil des tours elles se sont barrées), puis on entrait sur un petit single qui louvoyait dans la végétation, des passages pas très propres avec restes de PQ et bâches plastiques au début, après c'était mieux. Le sentier de terre comportait plusieurs petits passages techniques avec des buttes, des dévers, des trous, il fallait rouler souple. Après un virage à 90% sur un monticule, on remontait dans l'herbe en sortant du sous-bois un instant pour y retourner et suivre de nouveau un sentier, plus technique, une descente pentue de 3m (bouchon au premier tour assuré), des petites remontées raides, il fallait souvent relancer. Butte de 1m50 pas passée au 1er tour, le sentier remonte, butte descendante sur 1m50 avec souche à gauche et arbre à éviter à droite, des pompiers veillaient ici aussi au cas où.

Le sentier se terminait par une montée un peu plus forte juste après un virage droite 90°, passage enter 2 arbres -oups mal barré au premier tour car gêné- on revenait sur un chemin de 2m tracé dans l'herbe défriché, doublage sur les bords, on revenait ensuite sur un sol dur pour 300m de sentier qui permettait d'augmenter la moyenne et de doubler. Virage droite serré, encore quelques dizaines de mètres de chemin dur puis on entrait à droite 90° dans le sous bois pour suivre un sentier tracé dans la terre noire et un peu souple, des montagnes russes, des racines, deux buttes passables en force et on revenait ensuite sur un chemin dur. Virage en épingle, chemin sur sol très sec et dur un peu caillouteux, descente rapide de butte sur 10m, on repart à droite. Suivait toute une partie plus roulante de chemins tracés dans l'herbe fauchée, ponctués de passages de petites buttes de moins qui se passait toutes dans l'élan et au mollet, des passages de chemins dur. Le troupeau s'est déjà clarifié, on est revenu au pied de la colline pour entrer en sous-bois. Là il y avait des sentiers un peu plus gras, en montée au début, puis à plat dans de la mélasse où le pneu patinait un peu (merci le Bulldog). On attaquait ensuite le chemin en dévers descendant, un peu de mal au premier tour  car devant certains n'était pas à l'aise, ensuite à partir du 3ème tour ça glissait trop et on allait plus vite à pied. Descente courte et on repasse sous l'arche de départ, puis on remontait 300m sur le chemin bitumé grimpant au sommet de la colline, mais on bifurquait à droite avant pour suivre un sentier de terre lourde et glissante, virage en montée, ça glissouille, encore à gauche et entrée en sous-bois sombre, sentier en dévers un peu glissant avec racine puis courte remontée pentue qui revenait sur le chemin bitumé. Partie en légère remontée sur 300m, qui nous amenait au pied de LA bosse, un sacré raidard; au premier tour j'était un peu dans le rouge, mis au moins la moitié du tour pour trouver mon rythme alors j'ai callé au milieu du raidard, ensuite c'était poussage pénible, on était enfin au sommet de la colline de La Revanche. Un peu de plat, passage devant le ravito, puis on redescendait par un sentier mais pas en suivant la trace droite habituelle, le parcours faisait deux boucles dans l'herbe, et on revenait pour finir la descente sur le sentier dont le bas secouait pas mal.

On débouche sur un grand chemin en faux plat descendant que l'on suivait en bourrinant sur 400m,virage 180° et on revenait sur le grand chemin emprunté au départ, le circuit était bouclé, soit un tour de 7,8km que je bouclais en 30'33 à 32'31". Voilà, déjà un tour de fait, reste plus que 4, ça promet.

Dans ce premier tour, casquette d'or au N°103 (Eric DECARY du V.C.M.E.), qui a délibérément jeté un tube ou un emballage énergétique devant nous !!! Il devrait être disqualifié ce cochon.

Deuxième tour, les rangs se sont éclaircis; presque personne derrière moi, idem devant car les jeunes et cadors sont loin. La descente en dévers passe encore, mais ça commence à glisser. Deuxième passage de la grosse bosse à monter, je cale encore à la moitié, mauvaise trajectoire. Lors du début de la descente de la colline je manque de bouffer une abeille, bloquée sur mes lèvres je l'enlève assez rapidement mais pendant un tour je sentirais ma lèvre inférieure bizarre, la bestiole avait du commencer à me piquer, j'espère que je vais pas me retrouver avec une tête en tomate. Moins de monde sur le parcours équivaut à la satisfaction de pouvoir passer les obstacles techniques sur le vélo, enfin presque, juste la butte en sous-bois me résistera durant les deux premiers tours.

Troisième tour, un tandem crève juste à l'attaque de la bosse en herbe,un solo qui suivait de trop près s'étale dans l'herbe, j'évite tout ça. Dans les bois, je passe enfin la butte du single - Yes ! - j'ai rattrapé Lolo qui a crevé et s'arrêtera plus loin. Je commence à revenir sur quelques gars qui semblent avoir un peu présumé de leurs forces. La descente en dévers n'est plus passable sur le vélo, du moins avec mes pneus. Je crois que c'est au 2ème ou 3ème tour que Philippe m'a passé sur la remontée bitumée, pas envie de me griller pour le moment j'ai continué à monter en moulinant. Les Renards du club de Mary,  venus en touristes nous encouragent au passage, sympa.

Je vous passe sous silence les détails du tandem qui se met en travers total sur le sentier montant, des motos qui passaient presque à chaque tour en nous inondant de leurs effluves nauséabondes d'huile brûlée, sans parler de celle qui s'est mise en travers couchée au sole et me bloquant quelques dizaines de secondes le passage dans le portage, pas cool.

Pédalator

Quatrième tour, je commence à fatiguer un peu et le terrain au fil des passages devient mou et scotchant par endroits. Content, j'ai réussi à passer les 3/4 de la grosse bosse sur le VTT en roulant complètement à droite, normalement -hors course- j'arrive à la passer complètement sur le VTT, encouragé avec force voie par Mary placée au sommet. La gadoue en sous-bois s'étale, certains coureurs ont du mal dans cette mélasse et certains marchent, d'autres doivent s'arrêter pour débourrer leurs V-Brake arrière qui accumulent la boue, moi ça passe facile avec le Bulldog petite section montée à l'arrière.
 

Cinquième tour, je m'en serais bien passé de celui-ci. Plus grand monde sur le parcours, en dehors des Seniors A/B et nous les Vétérans A, je rattrape encore quelque compétiteurs cramés, dont David du club de Poissy, puis je reviens sur Olivier des Koyotes; je l'aurais en ligne de mire à 25m sans pouvoir revenir sur lui jusqu'à la fin. Des amorces de crampes se manifestent, la montée du portage aux marches est ainsi négociée avec délicatesse pour éviter le blocage musculaire. Plus de flotte dans le ChamauBack. Je rattrape Philippe, on attaque ensemble la grosse bosse, lui à pied dés le bas tandis que je m'arrache et serre les dents pour en monter plus de la moitié sur le VTT, Mary m'encourage avec force décibels. Ouf ! Passage de la ligne d'arrivée après 2h36'20 de course, bien content d'en terminer avec cette course qui aura vu pas mal d'abandons.

Certains gars se sont plaint du circuit trop dur et pas assez roulant pour leurs pauvres petites gambettes; z'avez qu'à faire de la route les gars, c'est ça le vrai VTT ! Et encore vous feriez bien d'aller voir dans le sud, niveau technique c'est bien pire et pas mal de coureurs aujourd'hui ne passaient même pas la pauvre petite descente de 3m...

Repos bien mérité, je dévore et me réhydrate en papotant avec les connaissances. On félicite Thierry FABRE pour le boulot qu'ils ont fait en nous offrant ce beau circuit où plusieurs nouvelles parties avaient été aménagées spécialement pour l'occasion. L'organisation était pas mal, niveau secours on ne pouvait trouver mieux puisque plusieurs équipes de pompiers étaient réparties sur l'ensemble du circuit. Niveau ravito, je n'y ai pas eu recours durant les 5 tours, à l'arrivée c'était très correct. Un petit vent balaye le sommet de la colline, on redescend en VTT par un sentier bien pentu. On se change puis nous rejoignons la salle du complexe sportif où se fait la remise des prix et les discours des officiels.

Mary monte sur la 3ème marche du podium en catégorie Féminine, recevant au passage une coupe, un bouquin sur les femmes pompiers et un saladier en verre. Toujours des lots qui font plaisir à cette course, les pompiers savent mobiliser.

Je ne m'y attendait pas et me voici à mon tour appelé pour monter sur la 3ème marche du podium de la catégorie Vétéran A, ça ne m'était encore jamais arrivé. Je n'ai pas percuté sur le coup, mais j'était parti avec les Seniors A/B, donc 2 minutes d'avance par rapport aux vétérans A/B qui partaient après nous.

podium des filles

De retour à ma place, Philippe me fait remarquer que normalement c'est lui qui aurait du se trouver 3ème puisque lui est bien parti 2 minutes après moi, avec les Vétérans A. Il n'est pas très content car on lui a déjà fait le coup l'an dernier sur cette même épreuve. Sans tergiverser je lui redonne la coupe et le lot qu'on ma donné, le speaker annonce au micro la rectification, mais le mal est fait; ils auraient du rappeler les trois vétérans A et refaire le podium et les photos. J'ai ainsi l'impression d'avoir 'volé' à Philippe son podium, pas très agréable, surtout pour moi qui venait juste profiter d'un beau circuit et me booster la couenne sans même songer à quelques performances que ce soit, si ce n'est m'amuser à griller les copains sur le terrain.

Lundi 16h30, alors que j'avait prévu d'aller ce soir faire une petite heure de vélo de route pour décrasser les toxines accumulées durant la course, mon portable sonne au boulot, c'est Papa; "Maman va pas bien, tu devrais venir". Je quitte immédiatement le boulot, Mary était déjà à la maison. Le temps de faire nos sacs, puis on file vers Le Mans, où l'on arrive peu avant 8h . . . trop tard, Maman s'est éteinte paisiblement, une difficile semaine commence pour nous.

Pédalator


CLASSEMENTS

classement par catégories


Profil des 5 tours
Profil du parcours

Les données de Pédalator
 POLAR
S725
CICLOMASTER
CM436
GPSmap
60CSx
Départ :9h109h09'40-firmware v3.30
Temps roulé :2h312h42'34-
Temps déplacement :---
Temps total :2h36'322h36'20-
Moyenne:16,1km/h15,6km/h-
Vitesse max.:45,1km/h45,4km/h-
Distance (2050mm):40,7km41,47km-
ODO1749km811km-
Dénivelé positif  :+745m+608m-
Température Min/Max: -19/25°C-
FC Moy/Max:174/205(?)--
Période échantillons:5sec.20 sec.Auto
Fichiers échantillons :07070101.hrm01072007.turRDNTRK
Distance/dénivelée annoncés :40km (5 tours)
  
Vélo : T.S. - DEVINCI Moon Racer
  
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy - Tubeless2.10"2 bars 2050mm  
AR :HUTCHINSONBulldog MRC-H- Tubeless1.85"2,5 bars    
   
Suspensions :  
Fourche :FOX FLOAT 100RL64 psi100mm débattement fixe
Biellette :DEVINCI 85mm débattement
Amortisseur :FOX RL74 psi 
      
Transmission : 20/32/44 et 11-32    

A visiter :
Le site de l'épreuve :  La Revancharde
Belles photos de l'édition 2007 : Bertrand PIOGER
Photos de l'édition 2007 lemoustic production

Dernière mise à jour : lundi 09 juillet 2007 22:57