Raid des 4 Forêts

03/06/2007

Frépillon (95)

Rando 80km


Luxuriant


Nous connaissions la rando de Frépillon pour y avoir déjà posé nos crampons, mais pas encore la randonnée longue distance
organisées par le CS Frépillon et c'est au dernier moment que l'on s'est décidé d'aller là-bas voir de quoi il retournait,
la météo pluvieuses des derniers temps ne m'ayant pas motivé plus que ça pour aller patauger dans la boue du Val-d'oise.


Semaine de vacances, la première moitié pourrie niveau météo et pas engageante pour sortir les deux roues. Puis jeudi petite sortie tonique à bosses avant l'averse, vendredi un grand tour cool de 119km sur route. Samedi avec Mary on profite du beau temps pour aller se faire une séance de 113km à bosses Vexinoises, j'étais à la rue sur les 80 premiers kilomètres puis les guibolles sont revenues, décoincées par une bosse à 15%. Le soir j'ai dévoré une grosse entrecôte -pas top pour la récup- mais j'en avait rêvé sur le vélo tout le début de la sortie.

Dimanche 3 juin

Réveillés à 5h30, une belle journée en perspective au vu du ciel et du thermomètre qui reprend du poil de la  bête, les guibolles semblent être en forme. On quitte Les Clayes vers 6h30, direction le neuf-cinq. On arrive à Frépillon 45 minutes plus tard, on se gare dans une petite rue, puis nous rallions en VTT la salle des fêtes une fois équipés.

Pendant que Mary surveille nos montures, je rentre dans le bâtiment effectuer nos inscriptions. Salle de gauche pour le raid 80/100km, salle de droite pour les petites distances 25/50km. Je remplis nos fiches pour le Raid 100km, bien que pour moi ce sera plutôt 80km vu que la boucle spécifique du 100 km rajoute 20 bornes en Forêt de Chantilly, plate avec ses grandes allées, passage que je n'avait pas aimé sur d'autres randonnées VTT y passant. Ne sachant pas que l'on viendrait faire cette rando, je n'avait pas effectué nos pré inscriptions et du tarif normal de 15€ par tête de licencié, il me fallut aligner en plus 5€ de surtaxe pour inscription sur place, je le savais en venant ici mais à 20€ la rando ça fait tout de même cher. Pour ce prix on avait droit à une enveloppe contenant le plan des parcours, la plaque de cadre et ses attaches, un carton plastifié avec les numéros d'urgence et servant aussi pour pointer les prestations associées, à savoir le plateau repas (servi à mi-parcours ou à l'arrivée) et le Tee-shirt souvenir distribué au retour.

Même si je me dit en connaissance de cause que pour l'organisateur avoir un paquet de participants qui s'inscrivent sur place est plus difficile à gérer et représente un coup supplémentaire au niveau alimentaire, ce qui est inclus normalement dans la surprime d'inscription sur place, chacun devrait pouvoir choisir s'il le souhaite de payer pour le plateau repas, voir pour le Tee-Shirt souvenir qui en passant ne devrait pas faire monter le prix de l'inscription quand il est autant sponsorisé...

Enfin, les formalités effectuées, je retrouve Mary qui papotait avec des vététistes qui ont terminés le Die-gap. Les plaques accrochées au spad, on décolle à 7h42 avec JCA, du club de Mary, en compagnie de plusieurs Poissy's Boys.

En trois coups de chemin nous rallions le premier massif boisé, j'ai laissé Mary avec JCA, puis je me suis glissé dans l'aspiration de Fred et Lionel les FastBoys de Poissy. Moi qui était venu en pensant me faire une rando en mode pépère pour nettoyer des guibolles ayant les centaines de kilomètres accumulés les jours précédents, les jambes répondant prêtes aux sollicitations appuyées, je me suis laisser prendre au jeu et on n'a pas vraiment laissé refroidir le moteur durant les 46 premiers kilomètres.

Le parcours nous emmène de suite en Forêt Domaniale de Montmorency. Tout occupé à papoter VTT avec Fred, on en aurait presque oublié la rubalise du premier chemin montant dans cet espace vert, heureusement Lionel avait vu du coin de l'oeil un truc ressemblant à du balisage. Demi-tour sur les 25m de petite route effectués en rabe, puis on attaque une longue remontée régulière dans les bois, le terrain y est un peu gras par endroits mais c'est une boue non collante et presque lourde, sans humidité. je ne regrette pas d'avoir le petit Bulldog à l'arrière, il fait merveille dans ce mélange en y assurant un bon grip, tout en favorisant le débourrage, ce qui me permet de passer avec un peu de watts des endroits où certains marchaient. D'ailleurs les semi-slick d'été, ça le faisait pas trop dans ces passages sur le spad de Lionel dont j'ai vu plusieurs figure de style non voulu au cours de la matinée.

Nous enchaînons les chemins forestiers, les sentiers sympa entre les fougères bien vertes, une descente rapide sur un chouette sentier où je manque de m'en prendre une à cause d'un double trou de terre où un petit tronc se planquait, merci la FOX. On suit maintenant un chemin tracé à découvert en droite ligne sous la ligne électrique, hésitation à l'embranchement de deux sentiers, avant de voir le balisage en face.

mauvaise méthode
Premier clients,
mauvaise méthode !

J'oblique à droite pour remonter par un beau sentier tracé dans les fougères, terre noire meuble mais le pneu y trouve du grip, ça grimpe fort, mais ça passe sur le vélo. Je m'arrête en haut et attend les compères du jour pour faire un cliché, Lionel passe, puis Fred, puis on repart.

Un peu de chemins et sentiers forestier agréables pour se reposer, puis on amorce une longue descente rapide nous ameant en borudre de la forêt de Montmorency, du coté de Béthemont-la-Forêt.

C'est mieux ! 
Bien !

A partir de là nous effectuons une liaison en plaine, par des chemins entre les champs, sol dur avec pas mal de cailloux dans les ornières, en faux plat descendant sur moins de 2km jusqu'au massif de verdure suivant, la Forêt de l'Isle-Adam. Nous allons la traverser sur 5km, en y suivant à un moment une longue ligne droite de 1.5km montant doucement et ressemblant à une ancienne voie romaine, les 'pavés' disparaissant presque sous les herbes mais sans se faire oublier, ce qui me conforte dans mon choix du jour d'avoir préféré le Tou-Mou au TITUS. D'ailleurs je songe à ce moment à Fred derrière chevauchant son semi-rigide ORBEA quand Lionel lance un "et ça donne quoi un semi-rigide carbone la dessus ?". Le chemin s'est rétréci, le sol est couvert de graviers et creusé par les pluies, la pente s'accentue un peu quant on arrive au Poteau de la Tour. Un peu de sentiers et chemins forestiers pour calmer un peu les chevaux, des petits coup de culs, puis une descente rapide nous emmène du coté de Nerville-la-Forêt où nous ressortons en plaine.

Nous allons ainsi cheminer durant 4 bornes par des chemins entre les champs, en descente rapide pour commencer -Oups c'est à droite, freinage rapide- puis sur un chemin en lisière du Bois Carreau, passant ensuite près de Mafflier, pour redescendre ensuite passer la N1, poursuivre la descente jusqu'à la zone de verdure suivante.

Sur les chemins plats Lionel en bon bourrineur traçait devant, je suivais dans son aspiration en me boostant pour suivre son rythme, Fred fermait le peloton.

On est remonté progressivement jusqu'à la Ferme de Franconville où était monté le 1er ravito à 23,37km du départ. J'ai eu l'impression qu'il était situé un peu loin, ou alors je l'attendais afin d'y trouver l'occasion d'une pause récupératrice. La table était alors bien fournie, il y avait même de la compote et la patience d'une bénévole pour nous faire des petits canapés sur pain d'épices. "Avec du Saumon mamzelle c'est possible ?"
Séance grignotage, buvage, papotage puis on repart.

Le temps de remettre la machine à température, on remonte progressivement et tranquillement vers St-Martin-duTertre par une petite route en lisière de la forêt de Carnelle, puis on redescend longuement en suivante le PR16 qui traverse cette forêt il y a du cailloux qui secoue, des ornières pièges et parfois du dévers glissant à bien négocier.

On se retrouve du coté de Viarmes, où on enchaîne par des passages sur chemins à découvert et en zone boisée, courts bout de bitume, descente rapide, l'allure est vive et ça ne chaume pas. Suivra une partie plus roulante et de moindre intérêt durant presque 4km sur de larges chemins pour contourner le Golf de Mont Griffon en suivant le GR1. Après un court intermède de verdure, nous circulerons ensuite durant 4 bornes à travers rues et chemins de Luzarches, sans grand dénivelé, quelques sentiers champêtres. Oups un coup de cul au détour d'un virage, pas le temps de passer les vitesses, jus de mollet et watts en action, ça passe hard.  On remonte ensuite dans Thimécourt. Petite pause pour attendre Fred, petit souci mécanique, puis on repart. On grimpe maintenant par des chemins nous menant en Forêt de Coye, où l'on dévale rapidement de grandes allées pour arriver au 2ème ravito, situé au kilomètre 46,09 près du Crochet de Coye.

C'est à cet endroit que le parcours 80km entamait le retour, tandis que les participants du 100km partaient pour une petite boucle supplémentaire de 20km en Forêt de Chantilly, pour revenir ensuite ici même profiter à nouveau du ravito, avant de prendre le chemin du retour.
Un coup d'oeil au compteur; 18.6km/h de moyenne jusque ici. Allez on profite du ravito pour boire - le soleil commence à bien taper et le gosier se dessèche vite- et reprendre des forces. Chic des bananes séchées. On papote et grignote pendant près de dix minutes, les participants pouvaient prendre ici le plateau repas inclus dans le prix de l'inscription, je préfère prendre le mien à l'arrivée.

Ayant vu le plan affiché au départ, comme je l'avait initialement prévu je vais zapper les 20km plat en Forêt de Chantilly et effectuer juste le parcours 80km, préférant rester ainsi sur une bonne impression, de toute façon j'avait pas envie de faire 100km aujourd'hui. Je laisse donc mes deux compères de Poissy partir sur le 100km et je rentre en mode pépère sur le retour.

Petite descente agréable sur un chemin de la Forêt de Coye, c'est plus sablonneux dans ce secteur, puis j'arrive au pied d'un longue et grosse remontée, le petit plateau va chauffer un moment, racines et sablon use de l'énergie mais ça passe sans s'exploser, m'enfin elle était bonne celle-là. On arrive ainsi au Carrefour de la Charmée. Un peu de repos à plat puis on repart en descente.

Suit une longue ligne droite de montagnes russes, en suivant l'allée de la Route de la Verrerie, descentes suivies parfois de bonnes remontées, les fougères sont en pleine forme avec le soleil et les pluies abondantes de ces derniers temps, le vert est à l'honneur ici et les rayons de l'astre Divin traversant la canopée inondent cette scène magnifique.

Le parcours nous fait maintenant redescendre en bordure de forêt, pour suivre un sentier en lisière du Bois de Bonnet en longeant une petite rivière, un long passage très chouette, on remonte ensuite un peu suivre la Route Forestière de Royaumont.

ancienne Abbaye de Royaumont

On sort ainsi de l'îlot de verdure pour redescendre vers l'ancienne Abbaye de Royaumont.

Désormais le parcours chemine à plat durant 2km, en suivant route et chemins menant vers Asnières-sur-Oise, que l'on traverse en remontant ses rues jusqu'au chemin grimpant dans l'espace vert suivant, la forêt de Carnelle.

11h37

On y retrouve un relief plus marqué, avec de la bosse sympa sur des entiers et chemins agréables, puis tendance descendante avant de retrouver une partie de petites montées descentes, tout ça risque d'en user plus d'un au retour.

On ressort de la forêt en descendant du coté de Presles, suivre un peu de route et de chemins de plaine nous ramenant dans le massif forestier de l'Isle-Adam, petits sentiers sympa d'où je vois un gars déboulé en sens inverse; "Tu es sur le 80km ?", "Oui", "T'as combien au compteur ?", "Presque 71km", "Ha ben alors c'est bientôt l'arrivée, j'ai l'impression que ça n'en finit pas" et lui de faire demi-tour et me suivre, je le distance sans forcer dans les sentiers tournicotant qui suivent.

Une allée droite, on redescend la Route des pavillons, pour arriver au 3ème ravito, situé au kilomètre 75,11. Je m'arrête 5 minutes pour grignoter un peu et avaler deux verres d'eau au sirop, il fait presque chaud.

Le parcours continue ensuite par une allée droite en suivant la Route Neuve, puis un sentier descendant vers l'ancienne Abbaye du Val. On ressort en plaine du coté de Mériel pour remonter doucement par chemin et petits bout de bitume jusqu'au massif boisé suivant, le Bois des Garennes où l'on va suivre un bon moment un sentier nous ramenant au dessus de Frépillon, dernières descente et retour au départ, j'arrive un peu après 13h. Je profite du jet pour laver le VTT, presque pas sale, puis je me pose à l'ombre (le soleil cogne, on a 28°C tout de même) en attendant l'arrivée de Mary. Elle arrive 30 minutes plus tard avec deux routiers reconvertis vététistes de l'ACBB, qui m'ont demandé ce que je lui donnait à manger.

Pendant qu'elle garde les vélos, je rentre dans la salle récupérer nos Tee-shirt souvenir; mouais on a eu plus sympa.  Mary a même droit a une coupe pour 'La plus méritante', en fait je nous ai inscrit sur le 100km, il ne devait pas y avoir beaucoup de filles à le faire, au moins Christelle que j'avait dépassé au début; c'est plutôt elle qui devrait recevoir cette petite coupe. Je demande nos plateaux repas et on me répond qu'il n'y en a plus ici, il faut attendre le retour du camion pour 14h-14h30, soit une heure à poireauter, pas cool ça, alors que j'avait bien mentionné sur le bulletin qu'on le voulait à l'arrivée. En attendant on se rabat sur les sandwichs, que l'on va manger à l'ombre. séances papotages. Lionel arrivera plus tard, sans son compère qui a pris un coup de moins bien, pas tenu le rythme le pauvre Fred. Les plateaux repas sont finalement arrivés, on dévore tout ça; tranches de rôti froid, coquillettes, carottes râpées et haricots verts, morceau de fromage, tartelette, très correct et frais.

Fred finira par arriver, on le croyait paumer (pourtant il a un GPS) ou alors atteint d'un vrai coup de barre, finalement il s'est un peu gourré au retour, plus le coup de méforme.

Nous avons quittés assez tard Frépillon, bien content de cette journée.

Le parcours était agréable, moins physique et ludique et plus roulant qu'une Transmontmorencéenne, mais comportant tout de même pas mal de sentiers bien sympathiques. Niveau balisage il fallait être attentif aux petits panneaux, mais sans problème.
Les ravitos étaient bien fournis et variés en victuailles, par contre situés un peu loin; il faudrait tous les décaler vers l'avant de 5km.
Reste que le tarif est trop élevé au regard des prestations fournies.

Pédalator


Profil du parcours 80km
Profil du parcours 80km

Les données de Pédalator
 POLAR
S725
CICLOMASTER
CM436
GPSmap
60CSx
Départ :-7h427h43firmware v3.30
Temps roulé :-4h53'36-
Temps déplacement :--5h07'
Temps total :---
Moyenne:-17,1km/h16,2km/h
Vitesse max.:-45,4km/h58,4km/h
Distance (2030mm):-83,75km83,38km
ODO-675km-
Dénivelé positif  :-+1301m+1395m
Température Min/Max: -14/28°C-
FC Moy/Max:---
Période échantillons:-20 sec.Auto
Fichiers échantillons :-03062007.turRDNTRK
Distance/dénivelée annoncés :80km / 1600m
100km / ?
  
Vélo : T.S. - DEVINCI Moon Racer
  
Pneus : 
AV :SCHWALBEJimmy - Tubeless2.10"2 bars 2030mm  
AR :HUTCHINSONBulldog MRC-H- Tubeless1.85"2,4 bars    
   
Suspensions :  
Fourche :FOX FLOAT 100RL58 psi100mm débattement fixe
Biellette :DEVINCI 85mm débattement
Amortisseur :FOX RL60 psi 
      
Transmission : 20/32/44 et 11-32    

Dernière mise à jour : jeudi 07 juin 2007 21:19