L'Oxybike

06/05/2007

Saint Etienne du Rouvray (76)

Rando VTT 80km


Avis de Recherche


L'an dernier (voir CR 2006) nous avions participé à la 2ème édition de cette randonnée organisée par VTT ROUEN, qui se déroulait alors début avril, avec à la clé un terrain un peu plus 'humide' rendant le parcours plus physique. N'ayant pas d'escapade sudiste en prévision ce week-end, nous avions prévu d'y retourner, le club de Mary s'y déplaçant aussi en nombre. Le 30 avril j'ai donc envoyé donc mon bulletin inscription, soit 13€ au tarif licencié. Le 2 mai je recevais par mail la confirmation de mon inscription, témoin d'une organisation soucieuse de bien faire.

Vendredi un gros orage a copieusement arrosé notre secteur; vu la durée et la densité des précipitations et malgré les terrains bien sec j'ai préféré assuré et ressortir le semi-rigide TITUS avec ses pneus étroits et polyvalents, le DEVINCI restant en configuration terrain sec. J'en ai profité pour démonter et nettoyer le pédalier EXTRALITE qui émettait depuis quelques temps des bruits de fin de saison hivernale. J'ai aussi réinjecté un peu d'huile dans le circuit hydraulique du freins à disque XTR2007 arrière pour avoir un peu plus de puissance et réduire la course un peu trop grande au de niveau des la poignée.

Dimanche 6 mai

Réveil 5h du mat. Clic sur le bouton de la cafetière préparée hier soir. Douche pour réveiller l'endormi. Derniers préparatifs, je vais ensuite chercher la voiture et charge celle-ci pendant que Mary finie de se préparer. A 6h15 on quitte le parking pour passer prendre Audrey à Plaisir, puis on file rejoindre l'A13. Peu de monde sur l'autoroute, le ciel dégagé par chez nous se couvre au fil de notre progression vers l'ouest. On arrive une bonne heure plus tard à Saint Etienne du Rouvray, déjà quelques voitures squattent le parking du Lycée Le Corbusier d'où se fait le départ.

Nous passons aux inscriptions, je récupère ma plaque de cadre plus deux colliers, accueil sympa et bien organisé. Mary et Audrey s'inscrivent sur place. La Mary termine 15 jours de repos-vélo, pour cause d'inflammation rotulienne, mais pour l'empêcher de rouler...bref elle s'inscrit sur le 80km et suivant sa forme du jour bifurquera éventuellement sur le 60km. Audrey qui participe à sa deuxième rando organisée s'inscrit au parcours 60km.

café
Kawa

Une table était mise en place pour offrir grignoteries et café aux participants n'ayant pas pu déjeuner avant.

Un coup d'oeil aux parcours affichés, photos de ceux-ci avant de partir au cas où on se paumerait, puis on revient à la voiture s'équiper. Coupe-vent et manchettes pour parer la brise et la fraîcheur matinale.

Les Renards du club de Mary arrivent peu à peu ; coucou au duo Seb & Denis.

La première vague a déjà pris le large peu après 8h, lorsque nous décollons à 8h09. Je laisse Mary avec Denis, Seb et Audrey tandis que j'engage le Turbo, c'est parti pour 80 bornes en mode TGV. J'ai pas les jambes au super top, il me reste encore des séquelles de ma sortie de jeudi où j'ai avoiné bien fort sur mon circuit habituel, mais ça ne vas pas m'empêcher de me secouer les tripes.

Le parcours commence en Forêt du Madrillet, par un court bout de piste cyclable, puis sur différentes allées et chemins à travers bois, sans grand dénivelé, de quoi s'échauffer et doubler un peu le peloton qui s'étire rapidement. Profil en légère descente, le sol est parfois bien dur, ça secoue en semi-rigide, par endroit du silex éparpillé ou bien certains chemins sablonneux mais peu profond, bref du roulant où l'on roule facilement entre 25km/h et 30km/h. Légères petites descentes, faux plat montant, les allées et chemins se succèdent, je reconnais certains passages empruntés l'an dernier, sauf qu'il me reste encore à l'esprit l'impression d'y avoir rencontré un peu plus de cassure dans le rythme avec quelques sentiers et difficultés au début, alors que là on avoine. On rejoint la piste cyclable; Je m'arrête et retire manchettes et coupe-vent, je suis arrivé à température'. Je repart, on descend très rapidement la piste cyclable, puis on part à droite récupérer un sentier sympa qui nous emmène en lisière de forêt vars Oissel.

Descente sur un chemin pour arriver dans le virage de la D13, où un commissaire moto-man m'indique de partir à droite, je suis son geste et remonte la D13. Je passe devant l'entrée du chemin par où on passait par l'an dernier, pas de trace de balisage, zarbi, je continue jusqu'au rond point, rien, je reviens en arrière et redescend, toujours rien, alors je retourne vers le commissaire et là je vois une file de vététistes qui descendent tout droit...mal luné le commissaire...j'embraye et rattrape puis dépasse Mary, Denis et Seb, avec 1.3km de rab au compteur. Zen...

On suit des morceaux de route et de chemins près dOissel. Route légèrement descendante le long du Château de la Perreuse, je me rappel qu'on tournait brusquement à droite, alors je ralentis et malgré cela à 1m près je manque de louper la bifurcation. Hop à droite toute, on descend par une ruelle vers les bords de La Seine. De là on roule à plat toute voile dehors durant 700m sur un chemin bordé par endroits par deux murs de végétation, puis on remonte sous le viaduc d'Oissel. Traversée de route sécurisée, on remonte alors progressivement vers le massif forestier durant un bon kilomètre par du chemin roulant puis on part à droite pour attaquer la falaise, première vraie bosse par un petit sentier qui monte en virages, ça grimpe bien et la vitesse passe sous les 10km/h, puis sous les 5km/h, bec de selle, watts, 3.3km/h, ouf c'est le haut. Récupération en roulant maintenant sur un chemin qui longe le bord du massif forestier.

Petite descente sympa, il y en aura d'ailleurs beaucoup sur l'ensemble du parcours dont une majorité assez pentue sur un sol dur avec souvent du silex aiguisé en pagaille (d'où un nombre de crevaisons impressionnant) et la terre hyper sèche allongeant les distances de freinage, les crampons de nos pneus ayant du mal à y trouver du grip, moments chauds parfois. On remonte en face dans la Forêt du Bois des Pères. Le parcours nous emmène alors vers la forêt de la Londe Rouvray, par une succession de chemins, d'allées, de petits morceaux de bitume, durant trois bons kilomètres. Descente très rapide sur l'Allée Sanson, pour remonter à la force des mollets au Carrefour de l'Étoile. Un bout de chemin, on traverse la D132 -bien sécurisée ici encore- puis quelques mètres plus loin on arrive au 1er ravito situé au kilomètre 21,87 où quelques vététistes reprennent des forces. A ce moment j'ai un 22,1 km/h de moyenne pour les 285m de dénivelée positif de cette première partie du parcours; c'est pas souvent que ça arrive, il faut dire que le terrain hyper sec est propice au rendement et le début de parcours commun au circuit 40 km était prévu pour un plus large public et se voulait donc moins difficile. Toutefois ce roulant ne m'a pas paru ennuyeux, vu qu'on roule essentiellement en forêt sur des chemins variés.

Je m'arrête deux minutes à ce premier ravito, le temps de boire un godet et grignoter quelques trucs sucrés. La table est plutôt bien fournie, fruits secs, dates, quartiers d'oranges, bouts de bananes, quatre-quarts, carrés de chocolat et un très bon pain d'épices comportant des raisins ou de la pomme, de quoi refaire le stock de sucre rapide tout en papotant. Retour en selle.

On repart sur du chemin descendant rapidement, puis petits virages d'un sentier descendant nous ramenant sur la D64. On la remonte sur 400m, puis dans le virage les bénévoles de l'organisation nous dirige sur un chemin descendant de la forêt. Au plus bas, il nous faut maintenant remonter durant un bon kilomètre par une petite route goudronnée -bof je préfère la terre- qui monte régulièrement au début puis un peu plus fortement avant d'arriver vers la fin. Un peu de chemin plat pour récupérer un peu, puis on bascule alors dans un sentier descendant rapide, toujours ce sol dur, légèrement en dévers par endroits, ces silex qu'il faut savoir survoler en se faisant tout léger, je revient rapidement sur mon prédécesseur aux guibolles affûtées de routier qui ne semble pas très à l'aise et joue trop brutalement des freins, trop chaud de faire la bordure ici avec ces amas de gros silex instable et acérés, on arrive en bas de la descente, virage en épingle serré à droite pour repartir sur un chemin forestier, on passe le 'freineur'.

Sur une bonne partie du parcours je vais rouler assez souvent avec les mêmes vététistes dont certains faisant aussi parler la poudre, le roulant avantageant les uns, généralement je revenais puis repassait dans le dénivelé positif, sans traîner dans le négatif mais en y restant vigilant car certaines descentes se terminait parfois les freins bloqués à la limite d'aller tout droit, pour cause de sol dur et glissant. Le balisage était plus que correct, mêlant rubalise -avec confirmation quelques mètres plus loin après les changements de direction- avec panneaux triangle rouge sur fond jaune bien visible de loin, plus des flèches fluo orange au sol. Mais plusieurs fois ce balisage n'était visible qu'au tout dernier moment, où une fois le croisement passé, d'où quelques arrêts demi-tour involontaires, surtout si l'on roulait un peu vite. L'oeil attentif se devait d'être.

Petit bout de bitume, chemin plus roulant, du sentier sympa descendant en virolo puis cheminant un moment en dévers et remontées avant de redescendre pour aller chercher un court bout de bitume et passer sous la N138. On partait alors faire la boucle spécifique au parcours 80km, une excursion à l'ouest de la forêt de La Londe Rouvray qui nous rajoutait presque 20km au compteur. En faisant attention il n'y avait pas moyen de se tromper, le balisage des flèches au sol indiquant bien 80km Aller/Retour couplé aux panneaux 60/80km sur un arbre. Plus tard Audrey, qui pensait faire juste le 60km au début, s'embarque allègrement sur le 80km, même pas peur.

On commençait la boucle du 80km par une montée de 1,5km sur une piste cyclable goudronnée -bof bis- pour redescendre rapidement pour longer ensuite la voie ferrée durant 300m, peu de ballast donc cool. Passage de tunnel, on remonte par des chemins, du sentier sympa, petite descente rapide et on arrive sur une autre piste cyclable goudronnée, que l'on suit à plat sur 900m. On repart à gauche sur un chemin forestier roulant qui remonte régulièrement durant un kilomètre vers le bord de la forêt, non loin des Roques. Un peu de chemin plat pour se 'reposer' et nous voici au départ d'un petit chemin descendant qui s'annonce plutôt sympa, une large gouttière avec le fond tapissée de feuilles, ça descend plutôt fort, puis de plus en plus, à mi-pente le tapis de feuilles mortes laisse place à la terre dure ravinée avec du silex fuyant, les pneus dérapent et le freinage devient quasi inopérant, on se place bien en arrière de la selle, je sens le gars 2m devant moi qui se raidit n'arrivant plus à rien contrôler, il se couche tout d'un coup à gauche sur le sol, j'arrive à ralentir, il a alors le bon réflexe de vite retirer son vélo qui barrait le chemin et je termine la descente, avec une hésitation 3m avant la fin car le balisage indiquait de partir à gauche et j'avait l'impression qu'il y avait un sentier juste à cet endroit. Je remonte 2m à pied pour vérifier qu'on ne loupe rien, mais non c'est bien en bas la bonne direction, par un sentier sympa au sol plutôt caillouteux au début.

Un court bout de chemin pour reprendre nos esprits, puis on repart pour une bonne montée vers Les Jouveaux en lisière de forêt. On chemine un instant en lisière, puis on repart sur des chemins pour une séance montée-descente rapide qui nous amenait sur la Route Forestière du Mesnil où était planté le 2ème ravitaillement, bienvenu d'ailleurs, au 43ème kilomètre.

Pause de presque 4 minutes pour grignoter à nouveau de ce très bon pain d'épices et reposer un peu les guibolles qui fument, parti un peu trop vite d'ailleurs. Avec 19.2km/h de moyenne depuis le premier ravito pour 460m de D+ avalés au train, le parcours reste encore plutôt roulant.

On repart, avec nouvelle alternance de chemins forestier, un peu de sentier, deux bouts de bitume pour rejoindre une longue allée rectiligne que l'on suit durant plus de deux kilomètres, mais sans monotonie, de quoi se reposer un peu, puis un faux plat descendant sur une large piste nous ramène au Carrefour de La Brèche aux Loups, pour redescendre par un sentier, puis une ancienne voie romaine, jusqu'au point de départ de la boucle du 80km. J'en ai vu à cet endroit qui avait l'air un peu désorienté, sans compter les vététistes qui nous voyait revenir en sens inverse -puisqu'une petite portion du début de cette boucle 80km était commune- pensant alors à un problème de balisage, mais non, j'ai repéré à droite le panneau 80km retour et m'engage sur le chemin de terre qui remonte, la pente s'accentue, ça grimpe pas mal, puis un chemin plus plat permet de récupérer jusqu'à ce que l'on rejoigne une autre piste cyclable goudronnée. On va la descendre rapidement durant 700m, puis brusquement à droite on va choper un petit sentier qui remonte un peu, passage à peine marqué dans les feuilles et les touffes d'herbe, pour rejoindre un autre chemin descendant vers une petite route goudronnée -bof ter- que l'on va remonter sur plus d'un kilomètre.

Le parcours chemine alors sur différents chemins du Bois de la Hérangére, on arrive ainsi rapidement au 3ème ravito situé au kilomètre 61 tout près de La Londe, signalé par une succession de 3 panneaux RA...VI...TO avec ballons de baudruche accrochés aux arbres. Je m'y arrête un peu plus de deux minutes, pour boire et manger. La table a été un peu plus dévalisée ici car il y a beaucoup plus de monde à ce ravito avec les participants du 60km. Les bénévoles ont bien du travail devant tous ces bouches, les quartiers d'oranges à peine découpés sont avalés directos. Je ne m'attarde pas trop.

Le final du parcours, à savoir les vingt derniers kilomètres restant, formeront le meilleur morceau de la matinée, avec plein de sentiers ludiques et physiques, plusieurs bosses bien raides, des descentes rapides en sentier, en dévers ou en montagnes russes, bref de quoi finir en beauté.

Du bon sentier enter les herbes emmené tout en relance rapide, de brefs coup de cul bien hard avec passage technique de grosse racine le long d'un grillage, tout passe sur le vélo mais technique de montée et watts requis, un autre raidillon et on revient sur un chemin où je vois Seb et un autre Renard se reposant sur le coté. Un grand chemin roulant -avec vue sur le port- pour récupérer un peu, puis deux petites montées sur route assez forte, j'y dépasse un ancien Biket "ça va Pascal ?", "Non !" lui de répondre, bien cuit visiblement... Je reviens au train sur un petit jeune, on monte au train à bonne allure de concert et on arrive au 4ème ravito, passé le 76ème kilomètre, apparemment monté promptement sur le haut de Grand-Couronne.

Nouvelle pause d'un peu plus de 3 minutes pour reprendre des forces, les jambes vont mieux maintenant, puis je repart.

Retour en forêt, une dernière longue remontée durant 500m, une descente rapide pour aller rechercher une dernière grosse montée puis succession d'allées et de chemins roulants avalées à fond de train en chasse avec en ligne de mire à 50m devant un des gros rouleurs que j'avait distancé depuis un moment, bref une fin de parcours qui se termine à presque 25km/h de moyenne jusqu'au retour à la civilisation sur l'aire de départ où je me pointe à 12h58.

Je range le spad dans la voiture et me change de suite, pour aller ensuite me restaurer au buffet dans le hall du lycée. La table est bien pourvue, en plus du sucré que l'on trouvait sur les ravitos il y avait aussi du salé avec différents sandwichs (emballés sous vide comme ceux que l'on trouve dans les stations services en bordure d'autoroute) au poulet, au jambon, au thon, tiens celui-là m'ira très bien. Il y avait même du vrai café, super. Je récupère le Tee-shirt offert aux participants, regarde les photos du jour, jette un oeil au matos exposé par le vélociste partenaire de l'organisation, papote avec différentes têtes connues et un des organisateurs; j'ai trouvé le parcours plutôt roulant, avec une impression de ne pas y retrouver dans ses deux premiers tiers les ruptures de rythme, les sentiers et les difficultés que l'on avait l'an dernier, puis surtout un peu plus de route goudronnée pas glop, mais dans l'ensemble je reste assez content de la matinée car le parcours comportait pas mal de belles descentes et de beaux sentiers.

Saluons ici le travail effectués par tous les bénévoles de cette organisation pour les inscriptions, la sécurité, les ravitaillements sur les parcours et à l'arrivée, le tee-Shirt, la plaque de cadre, l'accueil avec sourires et gentillesse, tout cela s'appuyant sur un bon parcours qui bien que 'roulant' était essentiellement tracé en forêt, le rendant ainsi agréable avec en particulier un beau final. Le beau temps étant de la partie, ce sont pas moins de 796 vététistes qui sont venus pédaler ce jour là, avec plus de la moitié d'inscrits sur place. L'organisation aura bien gérée cet afflux imprévu de dernière minute et la pénurie ne s'est pas fait sentir sur les postes de ravitaillements sur les parcours et à l'arrivée, il restait même pas mal de victuailles et de boisson à la fin.

Mary arrivera un peu plus tard avec Denis en ayant bouclé le 80km, à peine mal aux genoux pour elle. Seb les a précédé puisqu'il avait pris l'option du 60km.

On range le spad de Mary, elle va se restaurer et on commence à attendre Audrey. D'après des participants elle se serait engagée sur le 80km, vue à 60km et plutôt roulant bien à ce moment, donc ne devant plus tarder maintenant.

Et puis le parking s'est vidé peu à peu, les vététistes arrivaient maintenant au compte-goutte, l'organisation commençait doucement à replier. Mary demande aux arrivants s'ils n'auraient pas rencontré une fille portant le maillot vert de Montigny; niet pas vu.

Puis la moto balais est arrivée, le pilote indiquant avoir vu un paquet d'une quinzaine de vététistes en terminant bientôt, mais sans souvenir d'y avoir repéré une fille correspondant au signalement d'Audrey. Mary inquiète scrute les arrivées qui s'étalent maintenant dans le temps, toujours pas d'Audrey, l'angoisse monte, mary se reproche d'avoir embarquée son amie ici.

Les bénévoles du dernier ravito sont rentrés, ils n'ont pas vu Audrey passer. Yves le président de VTT Rouen part en voiture à différents points de fin de parcours voir s'il ne trouve pas Audrey, un motard part aussi de son coté vérifier certains points de passages routier. Un des vététistes de l'organisation qui vient de terminer le débalisage du 20km repart sur la fin du parcours à la recherche d'Audrey. Pour avoir géré moi même plusieurs organisations, balisé le samedi, vérifié le balisage le dimanche, je l'en remercie vivement car je sais par expérience ce que cela demande de devoir retourner en selle.

Il est 15h30 passé, Mary angoissée arrête une voiture de Police Municipale, l'officier féminin note nos coordonnées et la description d'Audrey, son co-pilote masculin nous dit d'appeler le 17 afin de transmettre un appel général.

Yves de retour appellera le 17. L'organisation a presque tout replié, nettoyé. Il est 16h50 quand Mary aperçoit un vélo, elle coure à travers le hall, c'est Audrey qui a enfin retrouvée le droit chemin, avec un bon 100-110km au compteur pour avoir refait une partie du parcours, après le ravito 3 où il fallait prendre à droite le retour du 80km, mais elle a pris alors à gauche et refait un tour gratuit... Ouf pour tout le monde !!! A peine fatiguée, on l'emmène se restaurer car elle en a bien besoin et dévore. Elle aura même droit a des lots de consolation. Tout le monde est soulagé, un grand merci aux bénévoles !

Alors que nous retournons à la voiture, le dernier vététiste arrive, pas perdu lui mais avec tendinite imposant allure cool.

Retour dans les Yvelines, dans le flot des franciliens de retour d'un long week-end se dépêchant d'aller voter Sarko avant la fermeture des bureaux de vote à 20h.

On dépose Audrey en bas de chez elle, je crois qu'elle va bien dormir ce soir. Retour at home pour un bonne douche, passage au bureau de vote un quart d'heure avant la fermeture, puis on se rentre, couchés tôt après cette journée riche en efforts et émotions diverses.

Pédalator

08/05/2007
Audrey?

Enseignements du jour  :

Pour l'organisateur:
  1. inscrire sur la plaque de cadre et/ou sur un papier remis aux participants deux numéros de téléphone portable pour pouvoir joindre des responsables de l'organisation en cas de problème.
Pour les participants:
  1. Si possible partir avec un téléphone portable (ses batteries bien chargées...).
  2. Penser à y mémoriser le ou les numéros de l'organisation.
  3. Noter aussi la ville et le lieu de départ.
  4. Toujours porter sur soi (le mieux étant de les laisser à demeure dans une poche du Camelbak) une carte plastifiée portant les numéros de différentes personnes (Elle, lui, Pôpa, Môman, amis proches...) à joindre s'il vous arrive un accident, car vous ne serez peut-être pas en mesure de communiquer dans certains cas grave, ou si votre téléphone tombe en rade (ou dans l'eau), vous aurez alors peut-être du mal à vous souvenir des certains numéros utiles.
  5. Notez y aussi vos nom, prénom, adresse, date de naissance.
  6. Vous pouvez aussi emmener une carte d'identité, votre licence; ça pourrait servir en cas d'accident grave, si on vous trouve dans les bois.
  7. S'il vous arrivait d'être paumé dans les bois, il se peut qu'il n'y ai plus de ravitaillement passé une certaine heure, donc gardez toujours dans votre sacs de quoi boire et manger.

Profil du parcours 80km

Les données de Pédalator
 POLAR
S725
CICLOMASTER
CM436
GPSmap
60CSx
Départ :8h09-08h07firmware v3.30
Temps roulé :4h224h26'33-
Temps déplacement :--4h34'
Temps total :4h37'25--
Moyenne:18,9km/h19,0km/h18,3km/h
Vitesse max.:101,8km/h (?)47,8km/h48,5km/h
Distance :
(réglage compteur)
82,8km
(2030mm !)
84,54km
(2050mm)
83,67km
ODO1552km402km-
Dénivelé positif  :+1535m+1386m+1591m
Température Min/Max: -10/16°C-
FC Moy/Max:---
Période échantillons:5 sec.20 sec.Auto
Fichiers échantillons :07050601.hrm06052007.turRDNTRK
Distance/dénivelé annoncés :77km / 1450m
  
Vélo : TITUS FCR Exogrid
  
Pneus : 
AV :SCHWALBEJIMMY Tubeless2.10"2 bars 2050mm  
AR :MAXXISIGNITOR LUST - Tubeless1.95"2,2 bars    
   
Suspensions :  
Fourche :FOX FLOAT 100RL100mm débattement
     
Transmission : 22/32/44 et 11-32   

Le Budget Transport
 km Prix
PéageALLER
114km
SAPN - Heudebouville S23,00€
PéageSAPN - Buchelay S22,20€
PéageRETOUR
114km
SAPN - Buchelay S12,20€
PéageSAPN - Heudebouville S13,00€
Gazoil228km6,22L/100km14,60€
  TOTAL : 25,00€
Plaisir - Saint Etienne du Rouvray : 228km A/R

Dernière mise à jour : mardi 08 mai 2007 21:42