La Rando des Coyotes

01/04/2007

la Madeleine de Nonancourt (27)

Rando 60km


Bip-Bip


Vendredi nous avons été faire un petit tour de VTT du coté de Montigny pas bien long, juste 13km, mais on est revenus bien crade, les chemins labourés par les engins forestiers, de quoi vous dégoûter du VTT, surtout quand on repense au dimanche précédent où la poussière et les cailloux parsemaient les sentiers de Cassis. Snif. Malgré cela, j'avait envie de faire du VTT, une bonne sortie en mode Bikets (la poignée de gaz en coin),  car la route ça va durant l'hiver mais à la fin ça devient gonflant.

Un petit coup d'oeil au calendrier VTT, voyons voir ce que l'on pourrait se mettre sous la dent dimanche, si possible dans une région pas trop boueuse vu ce qu'il est tombé ces jours ci. Tiens La Rando des Coyotes près de Nonancourt dans le 27, connais pas celle-là. Petit mail de demande d'info envoyé à l'organisateur, il répond "Le 60Km comporte 13 cotes dont une causto...3/4 dans les bois et une traversée en plaine. Une partie un peu technique mais sans trop de difficulté." Ouaip, ça peut-être intéressant, allez vendue.

Au cas où l'on tomberait sur des passages boueux, je monte un pneu spécifique sur l'arrière du TITUS et du spad de Mary, un MAXXIS Medusa LUST 2.10". Je vais ainsi avoir l'occasion de voir ce qu'il vaut, Franck et Antoine l'ayant bien apprécié durant l'Extrême-sur-Boue en septembre dernier..

Dimanche 1er avril

L'affreux nous réveille à 5h30. A 6h30 on quitte le nid, direction la N12 vers DREUX et l'on arrive en moins d'une heure à la Madeleine de Nonancourt, petit village perché en haut d'une bonne bosse. Heureusement que l'accès était balisé avec  des panneaux VTT car le nom du bled je ne l'ai pas vu sur les panneaux. Deux voitures sur le parking, c'et bien là ? Oui. On se gare et on rentre dans la salle associative pour s'inscrire. Accueil sympa des Coyotes (avec un C devant, à ne pas confondre avec nos amis des Koyotes de Paris), un café et grignoteries sont proposé. On laisse 5€ par tête et on récupère en échange un bon pour le tirage au sort qui aura lieu au retour. On prends aussi un plan du parcours, au cas où.

On retourne s'équiper à la voiture. Fait pas bien chaud, frais humide. Un petit courant de voitures arrive peu à peu, mais rien à voir avec la cohue d'une Jean Racine, l'an dernier il avait ici 110 participants. Il ne devait pas y en avoir bien plus ce matin. Au moins ça bouchonnera pas à la première racine de travers.

La tribu des Poissy'Boys arrive au moment où nous démarrons Mary & moi, soit 8h à peine passé.

Nous ferons tranquillement les 5 premiers kilomètres, le temps de s'échauffer un peu puis chacun roulera ensuite à son rythme comme prévu.

Le parcours 60km commence par un peu plus d'un kilomètre de rues dans le village puis on traverse le Bois Clair pour rejoindre un chemin en bord de champ qui va descendre rapidement jusqu'au tunnel passant sous la voie ferrée. Le sol est dur et incrusté de silex émoussé, typique de la région du 27. En bas, une personne de l'organisation assure la sécurité au sortir du chemin débouchant sur la route. Sérieux.

On roule à plat sur de petites rues de St-Lubin-des-Joncherets durant près de 2km, en longeant un temps une petite rivière où s'ébattent des canards, une oie s'étire le coup sur la rive, vue bucolique. Fin du goudron, on entre sur un chemin puis à gauche de suite pour attaquer un beau sentier en creux qui monte pas mal dans un bois, sol de terre noire grasse mais pas collante, plateau milieu en danseuse j'apprécie le Medusa qui ne ripe pas d'un poil à l'arrière. On avait un peu froid mais la bosse réchauffe. Gauche sur un chemin plat du sous-bois, retour au calme en attendant Mary, pas longtemps elle n'a pas traînée dans cette petite montée.

On roule un peu en lisière de bois et bordure de champ pour rallier bien vite un beau petit single qui se met à dégringoler de la butte, début tout en virage relevés où l'on prend appui avec délice, puis gaz tout droit et retour sur une petite rue. Cool, ça commence bien. Quelques gouttes de petite pluie, ça ne durera même pas 5 minutes, les seules de la matinée. On fait 100m sur le bitume, le temps d'arriver au pied 'un chemin montant. Pause pour enlever les vestes, Bisou à Mary, je vais maintenant engager le moteur.

Allez hop, c'est parti, ça grimpe régulièrement durant 300m sur un chemin montant dans le Bois d'Hauteterre, je dépasse un premier vététiste,  on part à gauche sur un chemin en faux plat descendant, puis on redescend rapidement vers St Rémy-sur-Avre, par un kilomètre de rue descendante, puis on prend à droite un chemin en bordure de champ de la Vallée de Crampeau. Là le parcours va cheminer durant 1400m en léger faux plat montant entre champ et lisière de bois au bas d'une butte,  le sol incrusté de silex secoue un peu et la terre dure mais humide n'a pas un rendement terrible.

A gauche, troisième bosse du parcours, on attaque un gros chemin au sol assez dur qui grimpe bien durant 330m, mais pas encore de quoi mettre le petit plateau. En haut, souriez, le photographe immortalise votre rictus en plein effort. La photo pouvait être achetée à l'arrivée pour 2€. A gauche, un petit woops et on embraye sur une petite allée forestière, un peu de racine et toujours ce sol dur. C'est cool, on ne devrait pas avoir de boue sur ce genre de parcours, on a bien fait de venir ici. Pendant ce temps là, il y en a qui poussent leur VTT dans la colle du Val-d'Oise...

Le chemin se transforme en sentier, qui descend puis chemine en balcon, joli, puis on remonte vers Le Plessis St Rémy où l'on suit une petite rue sur un kilomètre, jusqu'à un chemin en lisière de bois et bordure de champ sur le plateau. A partir de là, on aura plus de 4km de parcours plutôt plat et roulant, dont un peu plus de 3 bornes sur les allées du Bois Didot, mode bourrin activé. On enchaîne ensuite par un bon gros kilomètre de petite route menant jusqu'à Escorpain, où se trouvait situé la table du 1er ravitaillement au kilomètre 18,30, près d'une petite mare où il y avait un concours de pêche. Allez, petite pause le temps d'avaler un verre de Coca e, bout de pain d'épice et un carré de chocolat. Le soleil a du mal à filtrer à travers la chape brumeuse.

Retour en selle, droite sur la route, encore 900m de bitume puis hop à gauche pour suivre un sentier dans le bois. Descente, traversée de route et on récupère un large chemin qui remonte vers le Bois de Crampeau. On délaisse le chemin pour suivre un petit sentier à peine marqué dans les feuilles, on se repère juste aux rubalises, puis hop à gauche pour une courte descente sympa droit dans la pente sur ce tapis de feuille et d'humus, quelques silex et racines planqués là-dessous. En bas on débouche sur un grand chemin, à droite. On remonte en lisière de bois, puis on redescend par un sentier. On part à droite, une petite montée pour aller chercher une descente-remontée de traversée de vallée, une big maousse flèche de balisage en face.

On chemine alors à plat sur l'Aqueduc-de-l'Avre durant 1700m, puis on entre en sous-bois. Petite descente-remontée par un sentier, puis le parcours revient sur l'Aqueduc. Une grimpette et nous voici sur le plateau, sortant du bois pour attaquer la plaine. On y roule sur l'aqueduc sur 1400m, puis on le quite ensuite pour monter un peu, on rejoint un petite route que l'on emprunte sur un kilomètre, puis on prend à droite sur un chemin en lisière de bois. On rejoint ensuite une petite route qui descend du plateau en nous amenant à Dampierre-sur-Avre. On remonte alors en suivant le sentier du GR22. Descente de sentier sympa, dans un bois, on embraye par une bonne montée, la Côte Georget, pour repartir en descente rapide sur un beau sentier. Nouvelle montée en sous-bois pour revenir sur le plateau, un peu de repos et on part en descente par la Côte Barry.



un peu de campagne
On remonte à nouveau vers le plateau en direction de Villeneuve.

Un petit morceau de route, puis on repart sur un chemin qui descend rapidement vers la vallée, les silex ça tabasse un peu. Oups, un gué assez profond. Paraît qu'il y avait un pont sur la gauche, pas vu. Alors je m'engage du coté où il y a moins d'eau, l'eau est claire on voit bien le fond, j'essaye de garder les manivelles à plat et avance par petite saccades, ça devient chaud, un coup de mollet et hop c'est passé sans mouiller les pieds.

 

Le chemin remonte vers le Chêne Simon, j'arrive sur une route où se trouvait montée la table du 2ème ravito, kilomètre 41,66. Je fait une pause pour manger un peu, pain d'épices, carrés de chocolat, morceaux de banane et avale un godet de Coca. Je discute un peu avec les bénévoles sur les parcours du coin et des éditions précédentes et à venir de cette rando. En dehors du début, j'ai trouvé ça plutôt roulant pendant 30 bornes, il y avait bien quelques bosses mais on ne les sent pas passer. On me dit que ça va venir, patience.


Début d'une
descente empierrée

Je repart, le parcours rentre dans le Bois des Brouillets et le traverse en droite ligne sur une large allée avec quelques ornières d'engin forestier au centre, mais en roulant sur les bords on évitait la gadouille facilement. Au bout s'amorce unz longe descente avec pas mal de silex incrustés n'attendant qu'un pneu faible pour lui faire son affaire, d'ailleurs le Scorpion de nos amis n'a pas aimé...

500m de petite route, on passe à coté de la Mulotière et là, flèche à droite, on attaque LA vraie bosse du parcours. Vite, anticipation, petit plateau et je monte des pignons, ça calme d'emblée.



Haut de la vraie bosse

La montée est bien pentue, en plus le terrain ne rend pas vraiment, par endroit on roule sur un tapis de feuille et d'humus qui pompe l'énergie par moment, mais ça se grimpe. J'en suis au 3/4 de la gâterie quand mon portable sonne. C'est peut être Mary qui a un problème, je m'arrête et répond. Une voie d'endormi au bout: "Allo, c'est pour La Rando des Bikets". Mais elle elle annulée ! Il est 10h25...
Je termine la bosse. On redescend presque aussitôt par un sentier vers la vallée de l'Avre.
Le parcours chemine un instant à plat, puis on remonte vers le plateau par une longue bosse, les cuisses s'en ressentent après avoir avionné au début.

Un peu de chemin calme sur le plateau, un chouilla de bitume, on rattrape un sentier qui redescend vers la vallée de l'Avre.

Un petit bout de route puis ça remonte bien par la Côte du Moulin, on redescend ensuite par une petite route que l'on suit sur un kilomètre, un coin bucolique avec petite mare, canards, plantations fleuries, petit ruisseau, et on enchaîne par un chemin à travers champ. On longe ensuite le bord d'une rivière par un chemin lézardé de racines, ça secoue un peu, retour sur le bitume au niveau du Ménillet. Les six derniers kilomètres seront très roulant sur la route, traversant à la fin Nonancourt pour s'achever par une bonne montée avant de rejoindre la salle du départ. J'y arrive à 11h12, c'est pas souvent qu'on termine une  rando en ayant autant de marge. Parcours bouclé en 2h57 de roulage pour 20.0km/h de moyenne.


Les Poissy'Boys
au lavage

Le temps de laver le vélo (1 seule personne devant moi) , de me changer, de me restaurer un peu, et Mary arrivera peu après, contente elle aussi de cette rando, on aura découvert un autre coin, moins accidenté en relief que du coté de Mantes mais différent.

On discutera un moment avec les Poissy'Boys, puis on s'en retourne chez nous.

Finalement, c'était si roulant que le Medusa était plus pénalisant qu'un pneu polyvalent et mieux approprié au roulant du genre de Ignitor

 

Le parcours est plutôt roulant, en dehors du début et de la fin où sont regroupés de vraies bosses, sans difficulté technique il comporte quelques -trop rares- beaux sentiers et traverse de jolis coins. Un bon moyen de faire du rythme, de rentrer tôt à la maison.
On apprécie le sol souvent dur qui en cette période humide ne comportait pas de boue collante ni liquide.
Le balisage sans surcharge est efficace, mêlant rubalises et marquage orange au sol avec des croix barrant chaque voie hors parcours, les changements de direction sont indiqués bien à l'avance, tout comme les distances des parcours.
Bon accueil, bonne ambiance, ravitaillements et collation suffisantes.

Pédalator


Profil du parcours 60km

Les données de Pédalator
 POLAR
S725
CICLOMASTER
CM436
GPSmap
60CSx
Départ :8h03-8h03
firmware v3.30
Temps roulé :2h572h58'32-
Temps déplacement :--3h06'
Temps total :3h08'48--
Moyenne:20,0km/h19,9km/h18,9km/h
Vitesse max.:43,1km/h42,7km/h46,9km/h
Distance (2050mm):59,2km59,33km58,60km
ODO1213km190km-
Dénivelé positif  :+625m+590m+684m
Température Min/Max: -7/11°C-
FC Moy/Max:---
Période échantillons:5 sec.20 sec.Auto
Fichiers échantillons :07040101.hrm01042007.tur---TRK
Distance/dénivelé annoncés :60km / ?m
  
Vélo : TITUS FCR Exogrid
  
Pneus : 
AV :SCHWALBEJIMMY Tubeless2.10"2 bars 2050mm  
AR :MAXXISMEDUSA LUST - Tubeless2.10"2,2 bars   652g
   
Suspensions :  
Fourche :FOX FLOAT 100RL100mm débattement
     
Transmission : 22/32/44 et 11-32   

Dernière mise à jour : lundi 09 avril 2007 18:08