la plaque de cadre de Pédalator

La Granit'Montana ULTIME

10/06/2018 - (87) St-Sylvestre

Raid Marathon VTT 75km

Approved !

 

Couchés minuit, tout juste de retour de notre messe annuelle des Monts d'Ambazac où la 9ème Granit'Montana n'aura pas failli à sa réputation d'épreuve exigeante...

Beau temps chaud avec 26°C le samedi, pique-nique en arrivant au gîte, puis nous passons récupérer les plaques de cadre et le Tee-shirt cadeau à l'étang de Jonas où nous retrouvons avec plaisir nos amis Limousins.

Nous partons ensuite dérouiller les gambettes sur début & fin du parcours, quelques flaques éparses témoignent des restes orageux de vendredi, mais à ce moment le grip en descente est bon ; la tourbe est juste légèrement humide, parfait pourvu que ça tienne... On n'en fait pas trop, retour au gîte via Ambazac où l'on se dévore une cht'ite pâtisserie. Puis séance guibolles en l'air avant de rejoindre pour 19h l'Auberge des Trois clochers à Saint-Léger-la Montagne, où nous retrouvons Antoine et ses 2 copains. Bon dîner et ambiance au calme car il y a match ...

05:00 réveil, peu avant j'ai entendu des orages gronder au loin...effectivement sol déjà bien mouillé en sortant et il pleut un peu...la prévision Météo France s'avère exact, prions pour que celle de Météociel en reste au stade de théorie...

Le gîte rendu propre, passé 6h on rejoint l'étang de Jonas et trouvons une place sans problème, je pense au vu de la météo qu'il devrait y avoir moins de clients au départ...

On prend son temps pour se préparer, la pluie s'est peu à peu réduite à quelques fines petites gouttes, puis s'estompe assez pour que je puisse aller tourner un peu les jambes.

Cette année, en plus des randos de 50, 75km et le 100km initié l'an dernier, la compétition est de retour, mais seulement le 75km chrono ; c'est sur celui-ci que nous sous sommes inscrits, passé le demi-siècle cette distance permet d'en profiter un maximum.

Mary va démarrer un peu avant, elle a ainsi le temps de s'échauffer tranquillement sans être gênée par la meute.

La pluie a cessée, le ciel se dégage, il ne fait pas froid, les compétiteurs entrent dans le parc coureurs, je rejoins la 1ère ligne, les cadors sont là, j'aperçois Vincent Lombardi. Stef fait son briefing, il ne pleut plus et le beau temps arrive : "on a le cul bordé de nouilles"

Il est 7h, le départ est donné, la meute s'élance, 25m plus loin premier goulot à l'entrée du chemin, on se fait sa place, je commence à remonter tranquillement pour arriver assez tôt dans le sentier, on tournicote un peu plus cette année en bordure de lac, un S pour étirer avant de nous lâcher dans la nature, puis en avant dans le premier sentier montant, terrain plus humide qu'hier, le sentier en dévers glisse un peu.

Le haut de la première remontée est glissant cette année, conséquence des pluies récentes, les premiers ont sans doute pu passer mais nous on pousse sur 25m, même avec mes Ignitors cramponnés je patine de trop. J'ai bien fait de laisser celui de l'arrière au lieu de l'IKON 2.0" initialement prévu.

La première descente dans la tourbe encore bien humide se joue par endroits en Holiday-On-Ice, le pneu avant se débine ; j'essaye de me ralentir mais file sur le bas-côté : 1ère cabriole, roulé-boulé, pas de bobo, je repars.

Avec le soleil et la chaleur le terrain va sécher, ça draine assez vite, et les descentes seront plus 'faciles'. J'arriverais à tout passer en descente, sauf par prudence la dalle de Pouyaud, puis en 1ère partie une courte descente de butte glissante avec rocher à gauche et un arbre à droite qui n'attendait que d'accrocher mon cintre, et l'épingle dans la pente de terre glissante rajoutée dans la dernière descente du BikePark. Il fallait savoir se jeter dans les nombreuses descentes de butte pentues en faisant abstraction des cailloux du milieu, sans trop (ou pas) freiner, jusqu'à retrouver l'adhérence au replat.

J'ai rattrapée Mary, ça avait l'air d'aller, pour une fois elle a pas son mal de guibolles, cool.

Je zappe le premier ravito du 15ème kilomètre, il ne fait pas assez chaud et je me sens bien, mais je m'imposerais l'arrêt aux suivants, sans trop y rester. A la cabane du Bikepark je remplis le Camelbak à fond, ce sera l'unique fois ; bien calculé, je n'avais plus d'eau sur les 5 derniers kilomètres.

Kilomètre 18 après la Combe on débouche sur le bitume et je vois deux gars tourner en rond; plus de balisage. Sans perdre de temps je fais demi-tour, réaffiche la trace GPS, m'engouffre dans le premier sentier à droite confirmé par la trace et un panneau de balisage situé un quelques mètres plus loin. Il s'avèrera ensuite qu'il y a eu débalisage à cet endroit.

Sur les 20 premiers kilomètres je vais rouler en mode vieux Cadet, menant bon rythme mais sans taper dedans, PLF dans ma roue, puis ensuite je relâche et passerais les nombreuses bosses en moulinant bien, mais dès que ça pouvait rouler -rare- je ne traînais pas. J'ai bien fait car dès le 27ème kilomètre je ressens une petite baisse de régime, il faut dire qu'avec l'hiver humide on n'a pas l'entraînement rythmé de route et moins de travail de force, ayant privilégié les sorties VTT. Sur la quantité de D+ , d'endurance et de sessions techniques effectuées, pas de problème, le cabas est plein.

Je savoure ce parcours bien remanié, de nouveaux jolis sentiers technico-ludiques ont été ajoutés, on tournicote plus en première partie de parcours, du coup avec le terrain humide la moyenne en prends un coup ; j'ai à peine 10 km/h de moyenne, 2 de moins que l'an dernier sur terrain sec. De nouvelles belles descentes techniques ont été créées, certaines pour remplacer d'anciennes désormais trop abîmées, parfois avec une bonne pente dans la tourbe non stabilisée, comme celle de St-Sylvestre où je descendais comme je pouvais en surfant sur la terre meuble humide. Les p'tits gars d'Ambazac ont super bien bossé cette année en renouvelant leur circuit, les enchaînements sont différents, on ne passe plus à certains endroits connus, deux portages ont été supprimés (cool) il en restait juste un dans la sapinière, on n'a plus les mêmes repères et c'est pas plus mal car on ne roule plus en se disant « après celle-là, je vais avoir la bosse truc où je vais encore en chier », le roulant du 100km coté campagne de l'an dernier a disparu, il y a bien quelques rares portions de chemins dur et plat où l'on peut récupérer, la parte finale m'a parue moins assassine.

Au kilomètre 22,6 à l'Ouest des Sagnes en suivant deux coureurs je n'ai pas du prêter attention au balisage et on file tout droit...un peu plus loin je reconnais un passage où je viens déjà de passer ; Merdum, je ne m'attarde pas et repart, affichant la trace GPS pour vérifier où on a merdé, je reviens à la bifurcation, pourtant il y avait bien une flèche et panneau visible partant à gauche...: bilan 1,6km en plus et 10'35" de perdu, chiotte.

Un écrou de rayon a cassé sur ma roue arrière, le rayon fait un cling-cling accentué dans les DH du Bikepark, mais à chaque ravito j'oublie de l'immobiliser avec un serre-fils. Heureusement mes ligatures font leur boulot et empêche que ce rayon ne vienne s'empêtrer dans les autres et la transmission.

On s'amuse dans les trois DH du Bikepark, commençant par la Caolin, on prendra pour la première fois la verte qui passe sur la passerelle en bois, ludique en virolos sans difficulté technique.

Une petite alerte de crampe à la cuisse droite, j'avale un cachet de Sporténine plus un sachet de gel énergétique et commence à m'hydrater très régulièrement en mode forcé. J'aurais trois autres alertes, mais sans la cata de l'année dernière liée à la chaleur.

On ne passe plus par la descente de l'Arbrissou entre les murets, une jolie nouvelle la remplace avec de la pente dans la tourbe, fun.

On est revenu sur le tronc commun du parcours et le terrain est désormais plus remué avec le passage des 55km, ça re-glissouille, du coup dans l'épingle de Pouyaud je me retrouve bloqué par un arbuste, je me couche, empêtré dans le vélo.

Un tube de gel avalé au bas de la montée de St-Sylvestre, le juge de paix d'habitude où les crampes survenaient aux arrivées des premières éditions, mais là je serais tranquille, ouf.

Me revoici sur le chemin final, je remets du rythme, quelques zones grasses à éviter, sur l'une d'entre elles un gars à du zipper et s'est retrouvé en contrebas ; pas de bobo, pas besoin d'aide, je continue.

Quelque gouttes d'averses commencent à tomber alors que j'en termine sur le dernier sentier longeant l'étang, me revoici sur l'herbe pour le demi-tour de lac, j'entends Stef à la sono annonçant mon arrivée, j'ai encore assez de guibolles pour mener bon train jusqu'à franchir la ligne d'arrivée. Il est 15h19, j'aurais mis 8h20 (08:00 roulage) pour boucler les 76km/+3316m de cette 9ème édition qui était effectivement moins roulante ce fut bon mais dur. Yes !

Le sticker FINISHER est apposé sur ma plaque, Pa'cal me donne mon classement 58ème scratch et 5ème Master3 ; le niveau était plus relevé cette année dans ma catégorie, les trois premiers du podium Master 3 habitués aux compétitions étant plus forts, moi qui « roule » sans vrai entraînement. Si je ne m'étais pas trompé avec ma double boucle et ses 10'35" minutes perdues j'aurais pu approcher la 4ème place, mais ce n'est qu'une cerise sur le gâteau, le plaisir d'en terminer en ayant bien profité du parcours est plus important. Le tracé 2018 était effectivement plus dur et moins roulant cette année, avec les conditions de terrain plus humide, j'y passe 1h10 de plus.

J'ai le temps de patienter un peu en attendant un jet de libre pour laver mon spad, de me changer, de manger -sans grande faim- , de voir quelques arrivées, certains complètement rincés et parfois surpris du niveau physique technique requis, puis un orage éclate ; ça va dracher longtemps et fort, là je plains ma Bikette sur le 75km et ceux qui sont encore sur le parcours, car ça va leurs pourrir les descentes finales et rendre certaines montées plus difficiles, sans compter les rares gars ayant continués sur le 100km. Le soleil reviendra ensuite, pour voir Mary arriver avec le sourire à 18h40, après 11h40 de vélo, fatiguée mais contente d'avoir bouclée le 75km en entier. Elle se classe 2ème féminine, la 1ère étant beaucoup plus jeune.

Mary part manger, je lave son tas de boue, elle se change et on revient sur l'arrivée pour attendre l'arrivée de Marco, un des rares à finir -au moral- le 100km dans l'intégralité en subissant les dernières descentes ingérables après l'orage ; il arrive à 19h22 juste derrière Tracto lui aussi Finisher du 100km comme PFG arrivé un peu avant; respect les gars, car cette année avec les conditions et la difficulté accrue du tracé l'aspect mental a dépassé celui du plaisir pour en terminer.


Arrivée de Marco, dernier du 100 km

Voilou, une nouvelle Granit' s'achève, la plus dur je pense, repos cette semaine et la suite pour la 10ème ?

Ce lundi matin, je resterais bien encore un peu au lit avant d'aller Taffer. Un peu de mal à lever la jambe gauche, ma hanche me rappel mes cabrioles d'hier, moulu de partout.


Pédalator



Les classements

Scratch 75 km (lien directe)


Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge1030
POLAR
CS600x
Départ8h31'516h59'42
Temps roulé-8h00'07
Temps de déplacement -
Temps total (avec arrêts)8h20'058h20'05
Moyenne (roulé)-10.4 km/h
Moyenne (avec arrêts)9.11 km/h-
Vitesse max.41.79 km/h41.8 km/h
Distance76 km83 km
Réglage compteur -2240 mm
Dénivelée positif cumulé+3313 m+3075 m
Dénivelée négatif cumulé-3318 m-3085 m
Température Min/Moy/Max-14/19/29°C
FC Moy/Max153/182-
Calories3308-
Période échantillonsAuto5s
Démarrage compteurmanuelmanuel
Vélo du jour :ORBEAOccam TR M-Ltd29" 120mm
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS Ignitor Exo Tr29"x2.10"    
Arrière :MAXXISIgnitor Exo Tr29"x2.10"    
Transmission :24/34 et 10-4211 vitesses  

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Ambazac Sprinter Club

La page Facebook de La Granit'Montana

Le site des riders de Singletracks'Assos (ou http://wordpress.singletracksassos.com/)


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : samedi 16 juin 2018 09:25

<<< ESCAPADES >>>