la plaque de cadre de Pédalator

1er RAID All Mountain Luberon

22/10/2017 - (84) Buoux

Rando VTT 66km


Fin de saison en Buouxté

En vacances à Céreste (04) en 2015, nous étions descendu sur Buoux (84) pour y refaire la trace d'une précédente édition
de la Rando du Luberon, une sortie VTT que nous avions beaucoup apprécié par sa diversité.
Alors quand Mary remarqua sur FB l'annonce du 1er RAID All Mountain Luberon démarrant de Buoux,
la date de cet évènement annonçant 66 km/+2580m fut illico inscrite au calendrier de nos évènements vététistiques.


Pour sa première édition, les inscriptions à cette épreuve ne s'arrachent pas -encore- aussi rapidement que certaines épreuves réputées, mais cela risque de changer à l'avenir étant donné le peu de places attribuées au Raid, pour lequel la préinscription était obligatoire. Nous avons attendu les dernières semaines, soit le 4 octobre, pour s'inscrire sur Vélo 101 en prenant la formule 'avec repas' à 25€ par tête. La clôture des inscriptions se faisant le vendredi 13 octobre.

Le Raid se déroule en parallèle de la Rando Luberon pays d'Apt : pour les randonnées de 20 km (+500 m), 33 km (+800 m) & 46 km (+1200 m) et le Randuro de 29 km (+1150 m), les participants pouvaient encore s'inscrire sur place; ce qu'auront fait une majorité de locaux en attendant d'être sûr qu'aucune humidité ne vienne gâcher la couche de poussière locale, car c'est bien connu boue et sudiste ne font pas bon ménage

Pour cette 1ère année le raid est non chronométré et se fera par guidage GPS, l'organisation nous ayant envoyé les fichiers GPX cinq jours avant l'épreuve. Nous partirons depuis le château de l'environnement de Buoux (84) pour emprunter les sentiers menant sur le massif du Petit Luberon, sur un tracé mitonné aux petits oignons par le sympathique Remy Mendez que nous avions rencontré à un de ses stages VTT dans le secteur.

Ayant pu constater lors de notre dernière venue en Luberon une propension à la surpopulation caillouteuse, souvent du fuyant où les pneus ronds -même en 2.35"- flottent allègrement à vive allure dans les sentiers remplis de ballast, j'ai carrément monté à l'avant de mon ORBEA Occam-TR 29" un pneu renforcé plus typé DH/Enduro, le Maxxis Minion DHF 3C Exo Tubeless 29x2.30" au profil plus carré, comportant une bande de roulement le rendant peu pénalisant au roulage, comme j'ai pu le constater sur l'Occam-AM de Mary qui en est équipé depuis notre petite visite au printemps sur les traces de la SHIMANO Epic et dans le Caroux. Le raid n'étant pas chrono, je peux me permettre de traîner devant les 934g (Glurp ! Gasp ! Arghhhh ! ) de ce pneu, soit 212g de plus de masse en rotation augmentant l'inertie au démarrage de ma roue avant. Derrière je conserve mon Maxxis Ignitor Exo TR en 2.10", au ballon élargi par les 30.8 mm de largeur de mes jantes DUKE.

Vendredi 20 avril

Ce week-end coïncidant avec le début des 15 jours de vacances de Toussaint, pour éviter les bouchons et profiter un peu plus du déplacement j'ai posé une journée de RTT et nous partons ce vendredi, laissant la grisaille humide en région parisienne pour filer cap au sud rejoindre le ciel bleu, le soleil et la poussière. J'ai réservé pour deux jours une chambre à l'Ibis d'APT, en profitant de leur offre 'Tarif Sportif' à 35€ la nuit.

Partis le matin après 9h, pour éviter le trafic des franciliens allant au boulot, nous sommes descendus par l'A6 et l'A7 sans nous presser, arrivant 8h plus tard sur APT.

Dépôt des sacs et vélos à l'hôtel, nous partons ensuite nous dégourdir les jambes en marchant vers le centre ville et ses jolies ruelles.

Petites courses, visite de l'Office du Tourisme, on se prend un petit plaisir à la pâtisserie du coin ; éclair à la violette pour Mary, Miam.

La fatigue du voyage nous gagnant, jump in the dodo pour une bonne nuit.

Samedi 21 avril

Réveillés de bon matin, la journée s'annonce radieuse, alors vite en tenue vélo pour aller dérouiller nos gambettes en VTT sous le soleil azuréen, tout de court vêtus, afin d'éliminer les toxines accumulées par le voyage d'hier et surtout de profiter au maximum du déplacement. Nous rejoignons Buoux en voiture pour s'y garer en contrebas de l'entrée du village, une fois équipés on démarre à 9h38. Nous allons à la rencontre des gars de l'organisation partant baliser les parcours randos et Randuro. Il y a là Christophe MORERA, Boss de RACE-COMPANY, alias 'Dangerous Momo', très sympa comme toute sa bande. Sur ce week-end nous verrons même Fabrice Taillefer, dont le frangin Christian s'est illustré par le passé en XC, Descente et record de vitesse; du beau monde quoi.

Nous partons avec Mary sur une boucle de 25km partant vers l'Est suivant le tracé GPS d'une précédente édition de la Rando de Buoux, parcours que nous avions beaucoup apprécié en 2015 par la diversité des terrains et sentiers/chemins parcourus. J'avais dans le GPS une seconde boucle de 18km, mais il faut savoir rester raisonnable (Si, Si, ça nous arrive) en prévision des +2580m annoncés pour le RAID demain.

Une montée progressive par le GR911 nous mène via de beaux sentiers terreux jalonnés de passages caillouteux vers la corniche rocheuse surplombant Seguin, superbe panorama.

Le sentier se poursuit jusqu'à nous mener au début de la belle descente en lacets tout pavés façon voie-romaine redescendant en fond de vallée. Demain à la rando ils remonteront par là; c'est moins jouissif.

Le sentier passe sous les roches en surplomb, puis remonte progressivement vers Sivergues, on a croisé les baliseurs sur cette portion.

Petite redescente, puis nous partons pour 4 bornes de montée sur chemin et piste pas très difficiles jusqu' 957 m d'altitude, là ça devient caillouteux-roulant et on pousse un peu pour pas y laisser trop d'énergie car demain il faudra être frais.

Encore un petit effort et nous parvenons au point culminant des Estrugets (984 m), face au Mourre-Nègre (1125 m).
Photos-panorama, puis on se lance dans la descente, avec un bout de piste rapide jusqu' à 940 m. Là on laisse les VTT pour la pause pic-nic.

On repart ensuite sur un beau sentier descendant, le GR92, qui nous mène sur un passage de marches rocheuses sympathique, par contre un peu plus loin la pente s'accentue et le sol se couvre de ballast roulant et fuyant, et ce durant 3 épingles, on passe à pied, puis on reprend le sentier plus bas redevenu moins caillouteux.

On retombe sur Momo et les baliseurs, en poursuivant à droite sur un sentier terreux en virolos, on revient ainsi dans le Vallon de Petarelle. Là nous allons rouler avec les baliseurs, en s'arrêtant avec eux, papotages et bonne humeur.

On remonte sur Plan-Neuf pour redescendre vers la Combe de Bade Lune, là le joli sentier remonte le fond de vallée en longeant le faible ruisseau de l'Aigue-Brun, on va suivre les baliseurs jusqu'au carrefour par où nous étions descendus.

On les quitte là, puis remontons tous deux par Chaix pour redescendre le beau sentier sous Salen.

Une dernière remontée, puis retour tranquille sur Buoux par chemins et sentier plus lisses et plat.


Une bonne sortie bien agréable par ce beau temps, ça regorge de sentiers ce secteur. Retour à l'hôtel d'APT, avec le petit détour par la pâtisserie pour se remettre de nos efforts ; éclair à la pistache pour Mary, banane pour bibi, Miam.

Une bonne douche, un peu de repos, on remonte ensuite en voiture vers Buoux récupérer nos plaques de cadre, retrouvant là Remy et Yoyo de l'équipe organisatrice. Pas grand monde, on verra Christophe l'Alsacien et aussi Thierry le Niçois venus avec leur petite famille. Un peu de papotage puis on redescend sur APT.

On prépare toutes les affaires pour demain et zou au dodo.

Dimanche 22 avril

Réveil 5h15, il fait un peu plus frais qu'hier, rosée matinale et effet du Mistral prévu pour ce dimanche. On quitte l'hôtel, dans la nuit on remonte la petite route menant au château de l'environnement de Buoux, pas encore la foule. On sort les VTT et on se prépare à la frontale, manchettes et coupe-vent bien fermé, puis on tournicote les gambettes en rejoignant le point d'inscription où l'on retrouve des têtes connues et les amis.

Seulement 67 participants, dont 5 féminines, venus des 4 coins de France pour cette première édition, les organisateurs ayant voulu en limiter le nombre pour mieux gérer et s'étalonner sur le format de cette nouvelle épreuve. Le menu de ce 1er Raid All Mountain  annoncé 66 km pour +2580 m de dénivelé, pour un niveau qualifié de "très difficile" et organisé par Vtt Luberon, le Parc naturel régional du Luberon, Vacances Léo Lagrange Château de Buoux.

Le départ en ligne est prévu pour 7h30, on rejoint le pré situé en contrebas où la ligne de départ est matérialisée entre deux bannières.
J'y retrouve Fred, ex Sarthois de Tourisme & Aventure, heureux veinard résidant désormais dans le Vaucluse. Il profite d'un break inter-emploi pour rider à très souvent dans son nouveau jardin.

La nuit cède vite place au levé de soleil, sur fond de ciel bleu azur. Dernier briefing de Rémy, puis le décompte amorcé s'achève et les 67 Raideurs s'élancent, pas si calmement que ça je trouve puisque quelques affûtés locaux mènent déjà bon train, Thierry (Levens) est déjà aux avant postes, mode 'Sport' activé.

Je démarre plus calmement avec Fred, j'ai les toxines d'hier à éliminer des jambes et le vieux Diesel à faire chauffer avant de pouvoir commencer à envoyer, mais on ne traîne pas et ça vaut mieux car après 1,7 km de chemin roulant rapide on embraye directe dans un petit sentier menant à une courte descente tortueuse tracée récemment, un peu de pente dans la terre ultra sèche, zig et zag entre les arbustes, deux ou trois marches rocheuses à franchir, je file le train à Fred et on passe tout sur le spad. Si le reste est dans le même style ça promet du bon. Pierrot me disait que derrière certains étaient déjà à la peine...

On débouche sur la D113, traversée protégée par bénévoles et militaires (2ème Régiment étranger de génie) -Waou ils ont mis le paquet- 500m de bitume montant puis nous attaquons d'emblée la première suée de la journée en posant les roues sur un joli sentier emprunté par le 'Tour des Claparèdes' montant durant 700 m, une bonne montée technique sur sol terreux parsemé de plaques rocheuses, tout passe sur le VTT assez rapidement sans trop y laisser d'énergie, je distance un peu Fred ... pour le moment. Certains poussent déjà ; la journée sera longue pour eux.
La pente s'atténue, un peu de récup puis à gauche toute en entrant dans un joli sentier ludique louvoyant entre basse végétation, légers faux-plats, la moyenne remonte légèrement, quelques relances, pas besoin de garder les yeux sur la trace GPS -juste vérifier par sécurité- car plusieurs petits panneaux fléchés jalonnent tout le parcours, utiles aux changement de direction peu visibles, ou lorsque le sentier sauvage est à peine marqué. Durant un peu plus de 2 km on progresse ainsi agréablement, puis le sentier se met à monter d'un coup plus fort et débouche sur une marche de racine/roche un peu haute. J'en profite et pose le Bike pour retirer le coupe-vent devenu superflu au rythme mené. Fred, puis Pierre et Christophe passent à ce moment là. Je repart, remontant maintenant le chemin menant vers les Eyroles.

Là commence la partie la moins intéressante du Raid à mon goût (je chipote, faut bien trouver quelque chose à redire), une montée de 2,7km pour 160 m de D+ sur petite route, avec un peu de mistral dans le museau pour corser le tout, nous menant vers la Tour Philippe à 583 m. Sur cette longue montée bitumeuse, je sens bien le gros gommard DH de 2.30" devant et en 29" l'inertie n'arrange pas mes affaires. Je ne sais pas si par le Village Gaulois ça serait pas moins "déprimant", sans doute plus raide je pense...

Bon, passé cet épisode bitumeux, on rejoint un petit sentier en dévers, un peu caillouteux par endroits, qui continue de nous monter à 570 m, d'où nous amorçons une longue et belle descente de trois bornes avec de bons morceaux de ludique inside et quelques passages techniques rigolos, marchounettes et autres gâteries, à la sauce cailloux.

On remonte ensuite 500 m de piste vers le Vallon de Séyes, nous menant au pied d'un chemin...gorgé de cailloux, façon ballast voie de chemin de fer à la retraite, qui grimpe de 64m sur 278m, le truc immonde que si t'essaye de le grimper en VTT t'y laisse 500 W à ripper sans cesse sur les cailloux, c'est là qu'il vaut mieux savoir se préserver pour le reste des réjouissances; Bref, mode portage durant 6' pour tout le monde (même Pierrot, Si-Si !).

Cette première gâterie va me pourrir les cuissots pour la moitié de la matinée, je paye là mon manque d'entraînement à la marche/course à pied, activité délaissée pour cause de boulot depuis nos vacances d'été. Par la suite cela diminuera un peu, mal réactivé un peu à chaque nouveau portage (il y en avait plusieurs pas très longs).

On remonte ensuite en selle sur un sentier donnant belle vue sur le panorama, puis la pente s'accentue dans un virage à gauche, je monte devant Pierrot et on y force un peu pour rester en selle, il faut toutefois pousser un peu sur quelques mètres d'un passage caillouteux trop usant, avant de remonter en selle pour parvenir sur un replat, récup et mirettes à 360°.

Hop, Pierre et Christophe s'engagent dans le sentier annonçant la récompense, 3.3 bornes de belle descente en sentier terre et cailloux trépidants, dont les deux premiers se font en crête, avec une petite remontée et des relances, vers la Tête du Maupas (450 m), pour plonger par un sentier étroit et rocailleux vers le Vallon de la Tuilière, un régal.

Mes deux loustics Alsaciens se sont évadés dans ce D- jubilatoire, je les rattrapent un peu plus loin pour les 5,2 km de looooongue montée (323 m de D+) que l'on va maintenant se farcir sur large piste par la Combe de Recaute. La pente n'est pas forte, on déroule les gambettes, avec mon 29" je pourrais y mener un train plus élevé mais j'ai encore trop des restes du précédent portage dans les cuisses, alors je reste à monter en papotant avec Pierrot et Chris.

Au bout d'une demi-heure (9h48'20) au kilomètre 24.2 on arrive au col au lieu dit l'Aire de la Bosse (570 m) où est installé le barnum du ravito sous lequel les bénévoles souriants nous accueillent comme il faut avec de quoi se refaire, c'est la première fois qu'on y passe, on aura mis un peu plus de deux heures pour y parvenir. Rémy pointe les arrivants, nous on se restaure, il y a là de quoi se refaire, bien varié en sucré et salé, avec des fruits/plantes séchés très gourmands, et même des produits énergétiques du partenaire Apurna ; j'en profite et Hop, je m'en colle un tube dans le bec, histoire de nettoyer les cuissots. Fred repartait déjà lorsque j'arrivais.

Au bout de 5 minutes, pour ne pas trop me refroidir avec le Mistral balayant ce col, pendant que Pierre grignotent encore, je repart tranquillement à mon rythme dans la montée qui suit, ça grimpe de suite sur un sentier hyper caillouteux, aidé par la suspension d'Occam en full ouverte j'arrive à grimper quelques mètres sur cet univers minéral trépidant, puis comme tout le monde je continue en mode portage forcé.

Le portage donne l'occasion de papoter quelques minutes avec d'autres participants, on monte vers les Portalas où un sentier plus calme permet ensuite de se remettre en selle et rouler vers le Massif des Cèdres où l'on suit une petite route en faux-plat descendant durant 600m, puis on oblique à gauche sur un sentier descendant.

Celui-ci nous mène pour remonter progressivement durant 1.3km sous la barre rocheuse du Roque des Bancs, très joli coin, puis on revient sur la route goudronnée que l'on va descendre en faux-plat descendant durant 1.9km jusqu'à la cote d'altitude 672, bof mais pas d'autres solutions à cet endroit visiblement, on en profite pour se dérouiller les guibolles en vélocité car grimper en vélo dans la caillasse ça marque son homme.

Zou à gauche hors bitume pour amorcer 700m de descente en sentier jusqu'à la cote d'altitude 554, pour remonter ensuite à 585 m vers un mamelon donnant une très belle vue sur la vallée au sud du Petit Luberon.

Go pour 3.5 km de descente sur une draille souvent caillouteuse fusant entre les buis desséchés, j'ai rattrapé un participant qui sifflotait tout guilleret dans les descentes, il me laisse passer dans un passage plus 'remuant' et je trace devant, les 120 mm de mon ORBEA Occam-TR ne sont pas à la peine, les roues de 29" aidant la suspension full FOX très efficace.

La fin de descente sur sentier élargi est plus rapide vers le Jas de Bourdillon. Au carrefour de deux pistes je bascule sur la 2ème trace du parcours. En effet, comme il y avait croisements et boucles, j'ai scindé la trace en deux parties, une pour l'aller, la seconde pour le retour. Je décoche donc l'affichage de la première et hop ça repart sur la seconde.

Un peu de récup en tournant les jambes sur du chemin plus lisse et roulant en fond de vallée durant 764m, puis on réattaque une nouvelle grimpette de 3.4 km commençant durant un bon kilomètre sur un beau sentier ombragé tracé en fond de combe grimpant sans trop de pente entre les buis, puis un bout de chemin un poil plus roulant, avant d'en remettre une couche dans un sentier plus pentu où ça roule et porte pour rallier le point haut local.

Les efforts de la montée sont récompensés par 2.8km d'une longue descente en sentier rapide ludique vers le Vallon du Tour Nègre, se poursuivant vers la vallée via le GR 97. On reste dessus pour rejoindre une piste peu pentue, qui va donc remonter looonguement-mal-au-cul durant 5,8 km sur piste large, nous ramenant pour la seconde fois au ravito de l'Aire de la Bosse. A une borne du ravito j'entends une fusée revenir sur moi, je pense de suite VAE, mais non, c'est tout simplement Pierrot qui se fait son KOM, allez je me boost le cardio et augmente le rythme de pédalage pour rester dans sa roue, ça le fait et on arrive ensemble au ravito, Christophe peu après.

Il est déjà 12h12, une bonne pause restauration & réhydratation, je m'enquiers auprès de Rémy pour savoir s'il a vu Mary passer une première fois. Il me dit que ça allait, elle était dans les temps, mais il était pas sûr qu'elle puisse passer les autres portes-horaires; la suite le contredira, elle est arrivée dans les derniers mais avec la satisfaction d'avoir bouclé un nouveau Raid.

Bon c'est pas tout ça, mais on a encore du chemin à faire. Hop, Pierre et Christophe passent devant dans un sentier montant qui nous mène au départ d'un bon gros kilomètre de descente en joli sentier ludique par le Vallon de Roumias, toujours ce tapis de cailloux façon ballast, je laisse filer le spad, assis légèrement sur l'arrière, le pneu de DH fait merveille là-dedans et garde le cap sans flotter.

Le parcours remonte ensuite d'un kilomètre par le Vallon de Vallauris, je commence à marquer un peu le coup et mouline de plus en plus, les cuissots sont marqués. On débouche sur la piste qui nous avait amenée une première fois au ravito, mais cette fois on la redescend sur 1,6 km (bof) par le Vallon du Gros Ubac, jusqu'à l'entrée d'un sentier.

Ce sentier attaqué en mode Portage durant 400m est un peu étroit au début et le bike perché sur le dos à tendance avec ses grandes roues à s'accrocher aux arbustes de buis, ensuite ça se calme mais la pente et la rugosité du vil terrain vont rajouter une couche de moins-bien dans mes cuisses, pas cool.

Bon le portage est court et on peut vite remonter en selle profiter d'un beau sentier descendant en virolos vers la Combe du Sautadou.

De là on attaque 2,9 km de longue remontée sur chemin vers Pantayon, je me traîne à peine au dessus de 7km/h, puis j'apprécie les deux descentes qui suivent en sentier et chemin vers Moiren.

De là on remonte d'un kilomètre par chemin puis sentier sur St-Pons pour y rejoindre un joli sentier descendant sur l'autre versant, débutant avec deux épingles serrées avec gaaz en face...merdoum la première, la seconde ça le fait, puis descente en balcon avec quelques passages rocailleux sympathiques un peu expo, ça passe :-))), puis le joli sentier continue de dévaler sympathiquement vers la Combe de Bonnieux.

Je suis désormais un chemin en fond de vallée longeant L'Aigue Brun, durant 2,4km pour remonter ensuite au niveau de la D113 où le balisage nous emmène sur un chemin goudronné remontant tout droit et doucement durant 1.8km, qui me semble très long, plusieurs parkings encore partiellement remplis des voitures des participants à la rando, j'y croise des voitures quittant les lieux. La route remonte un peu à gauche - mal aux cannes- puis on redescend vers le pré de départ, là tu crois que t'en a terminé...ben non faut faire encore un effort et 500m pour aller grimper une butte de quelques mètres qui mène enfin à l'arrivée. L'organisateur sticke ma plaque avec un totocollant FINISHER, cool. J'ai les jambes bien marquées, mais très contents du parcours. Annoncé "très difficile", je dirais plutôt "Difficile", voir un peu usant, avec ponctuellement quelques passages bien techniques et en majorité du ludique, j'y ai reconnu la patte de Remy dans ce tracé ; faut que ça file.

J'arrive à 14h28 en ayant mis 6h20' mode tranquille pour boucler les 66,84 km/+2539 m de ce beau Raid. Coté GPS, il me reste 43% de capacité de batterie sur mon Garmin Edge 1000. Pierre est déjà là, je lui laisse mon bike en garde le temps d'aller cherche le plateau repas auquel nous avons droit; une assiette de pâtes, choix de sauce, fromage, fruits et laitage, kawa et du Pif. Un petit vent frais balaye la terrasse du château. J'avale mon assiette puis je file me changer à la voiture pour pas choper la crève, puis je reviens sur la terrasse profiter du soleil en papotant avec Nanard et Cie en attendant le retour de Mary. Elle m'a envoyé SMS m'indiquant son 2ème passage au ravito et un 'Youpi dernière PH passée', yapluka l'attendre c'est dans le pipe.

La terrasse se vide, Bernard et sa troupe s'en retourne, il ne reste plus grand monde, l'organisateur me dit qu'il reste une dizaine de raideurs sur le parcours, ils arrivent au compte-goutte au fur et à mesure, puis c'est au tour de Bikette d'arriver à 16h28, tout sourire, sans problème, ravie d'avoir été au bout, cool.

Je lui garde son Bike pendant qu'elle va chercher sa past'assiette.

Nous étions 63 finishers à passer les 3 portes horaires du RAID dans les temps, le premier affûté bouclant le Raid en 5h15, le dernier arrivant au bout de 9h15 d'efforts.

Entre la rando, le Randuro et le Raid nous étions 922 participants ce dimanche à Buoux, majoritairement contents d'après les échos.

Ainsi s'achève un beau week-end au soleil durant lequel nous avons pu revoir avec plaisir nos amis sudistes, Nanard, Fred, Thierry, Fred Vdw, Remy, Yoyo, Tiphanie & Fred. Il est temps de remonter sur la région parisienne; départ 17h de Buoux, couchés à 1h du mat', lundi le réveil sera difficile.

Pédalator


Profil du parcours 66km

Profil du parcours 66 km

Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600x
GARMIN
Edge1000
Départ : 7h44'02
Temps roulé : -
Temps de déplacement :-5h48'34
Temps total (avec arrêts): 6h20'26
Moyenne (sans arrêt): -
Moyenne en mouvement :-12 km/h
Moyenne (avec arrêts):- 
Vitesse max.: 42,09 km/h
Distance: 66,84 km
Dénivelée positif cumulé: +2539 m
Dénivelée négatif cumulé :   -2686 m
Température Min/Moy/Max: 8/14/20°C  
FC Moy/Max:sans ceinturesans ceinture
Caloriessans ceinture2536 cal
Période échantillons :5s1s
Démarrage compteur :manuelAuto
Fichiers échantillons GPX
(!!! Propriétés Privées)
Distance/dénivelée annoncés :66 km (+2580m)
Vélo du jour :ORBEAOccam TR M-Ltd29" 120mm
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS Minion DHF 3C Exo TR29"x2.30"    
Arrière :MAXXISIgnitor Exo TR29"x2.10"    
Transmission :24/34 et 10-4211 vitesses  

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Raid All Mountain Luberon

Le CR des Alsaciens Pierre et Christophe sur VTT-Alsace

Nos albums photos Mary & Pédalator

Album Photos 1 : par Philippe Clin sur Luberon-news.com

Album Photos 2 : par Mathieu Vitré

Site locaux : Luberon News


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 20 novembre 2017 22:49

<<< ESCAPADES >>>