la plaque de cadre de Pédalator

Raid des Chapelles 2K16 - Raid'Hard

20/03/2016 - (66) St Jean Pla de Corts

Rando VTT 83km/+3300m

Approved !

Bienvenue en Vallespir, mode Transbiking ON

Les Pyrénées Orientales nous attirent régulièrement sur des évènements VéTisTiques alliant physique et technicité
de par le relief et la nature des terrains variés propices en l'assouvissement de notre passion du deux-roues cramponnées,
région que nous avons découvert avec bonheur lors de nos premières participations à la Garoutade,
puis en version plus costaud avec les Transbiking de nos amis Catalans.

Moins connu en nos contrées Franciliennes, le Raid des Chapelles organisé par le Club FFC du Camí Calent Català (CCC) de Céret,
propose depuis ces trois dernières un Raid plus couillu mélangeant le meilleur du style et de l'esprit d'épreuves VTT Pyrénéennes.

Ça tombe bien, on cherchait un nouvel os à ronger pour nos dents...de plateaux...pour combler le vide laissé par la Transbiking,
et c'est bien alléchés par les images CR des deux précédentes éditions du Raid des Chapelles que Mary avait promptement cochée
la date du 20 mars sur notre calendrier 2016 déjà bien rempli.


Le Raid Des Chapelles se décline en deux formules : le Raid'Hard donné pour 83km/+3300m , réservé aux vététistes entraînés déjà bien aguerris aux passages techniques, et le Raid'Illon de 67km/+2500 m de dénivelé positif, parcours à tendance plus ludique avec difficultés moins grandes. Seulement 200 places étaient prévues pour le Raid'Hard et 150 places pour le Raid'Illon. La popularité de l'épreuve et la difficulté font qu'il n'est pas encore nécessaire de se précipiter dès l'ouverture des inscriptions, j'ai toutefois effectué les nôtres le 26 janvier sur le site partenaire engage-sports.com, à raison de 13€ par tête de licencié FFC, en bénéficiant ainsi du tarif réduit (normalement 15€) pour ceux qui s'inscrivaient avant le 1er mars. En espérant bénéficier d'une météo favorable, car l'an dernier c'était piscine la veille.

A mi-mars, nous avons reçu la trace GPS du Raid, celui-ci se faisant uniquement par ce biais afin de simplifier le travail des organisateurs, tout en respectant le milieu naturel. Seuls le Raid'Illon et les 2 circuits de randonnées VTT 24 km (+400 m) et 35 km(+700 m) seraient totalement balisés.

Afin de se préparer pour l'évènement, que Mary appréhendait un peu aux dires de sa difficulté physique/technique, nous sommes descendus quatre jours à Céret pour renouer avec les petits cailloux sudistes et découvrir le secteur en roulant sur des portions du Raid 2015 du coté d'Amélie, Arles, du Pic d'Estelle et du Puig de Fontfreda, terminant la semaine le dimanche par La Garoutade, version raccourcie à rouler en autonomie, où nous avons retrouvés quelques têtes bien connues. Nous avions alors quinze jours pour récupérer, réviser les Genius et se faire un petit XC pour redynamiser les gambettes.

Samedi 19 mars

Nous quittons nos Yvelines de bonne heure, direction le Chud, pour huit heures de voiture via le Massif Central baignant sous le soleil alors qu'à l'approche des Pyrénées le ciel se couvre. On arrive à St Jean Pla de Corts où nous passons récupérer les plaques de cadre au lieu de départ du Raid, discutant un peu avec Oscar un des traceurs, puis direction le camping "LES CASTEILLETS" où Mary nous a réservée un petit chalet pour la nuit. Nous resterons la semaine dans le secteur, mais en location à Sorède un peu plus loin.

On pose les affaires et on repart à la location en espérant pouvoir y déposer un peu du barda, mais il restera dans la voiture ... car on va perdre une bonne demi-heure là-bas vu que le Wi-Fi ne marchait pas, prestation que Mary avait demandée afin que nous puissions télécharger des traces du Net, comme nous le faisons durant tous nos congés. Le proprio tente vainement de faire marcher le répétiteur Wi-Fi tout neuf, mais ni nos iPhone, ni le PC portable ne peuvent se connecter au réseau...vu qu'il manquait une lettre au password... que le monsieur soutenait bon. Mary est prête à annuler la résa, pour prolonger au camping de St Jean où il était encore possible de basculer sur un mobil-home, mais comme la loc est prévue dispo dimanche soir, le proprio assure que demain ça marchera. Bon, on rentre au camping, l'heure tourne et le petit tour de décrassage prévu va finalement durer moins de deux bornes vu qu'on aura papoté avec Georges & Cécile, Marco & Sandro, et qu'un petit vent frais balayant la fatigue du voyage Mary préférait rentrer.

On passe donc le début de soirée à papoter avec les têtes connues, comme Laurent venu de son Ariège pour se faire braquer des frusques à Colioure...ça craint l'sud... la bandes des Toulousains avec Yves, des Niçois avec Thierry, des parigots, et nos amis Limousins Stef, Auré et Marco/Sandro avec lesquels on se fera la séance apéro. Nous préparerons nos affaires, puis le plumard vite fait se verra testé pour qu'une bonne nuit vienne réparer nos fatigues du jour. Le vent souffle cette nuit, le petit chalet résistera.

Dimanche 20 mars
CCC

Vu la distance et la difficulté de l'épreuve, nous avons prévu de prendre le tout premier départ, possible dès 07:00 du matin. Donc levés tôt, petit déjeuner, fais pas bien froid dehors et le vent s'est calmé, par contre il bruine par moment et le ciel gris n'augure pas de soleil... Par précaution j'ai glissé dans le Camelbak ma veste Goretex WaterProof-Transbiking-Approoved, que j'utilise plus dans les P.O. qu'en Ile-de-France . La météo humide en aura rebuté plus d'un, car sur la liste des inscrits j'ai repéré des noms connus que nous ne verrons pas de la journée.

Le parking se remplit peu à peu, on monte les Genius-10, puis on rejoint le pré de départ où l'on retrouve Georges déjà en train de se battre avec son GPS. J'ai assuré pour le coup coté GPS : j'aurais mon Edge1000 dont l'autonomie constatée est d'au moins 9h (luminosité au mini, cartographie non affichée en permanence), avec une batterie de recharge USB au cas où. Mary va garder son Edge810 éteint en secours. Dans le sac je garde l'Anima+, avec une batterie de secours. Avec ça on est prêt à parer toute éventualité.

Allez Hop, en selle, on démarre tranquillement à 07:06 sous une fine bruine intermittente. Le Raid tourne en sens inverse cette année, dans le sens horaire, débutant par un peu de plat dans la vallée -altitude 114 m- sur petites routes, chemins et pistes durant quasi 4 bornes, idéal pour s'échauffer avant de monter au Nord dans les Aspres. Mary papote suivant le relief et l'allure avec Nathalie, alias Pichotte, une des trois féminines inscrites sur le Raid, l'autre étant Tiffany qui renoncera par la suite pour mauvaise gestion d'alimentation. Nat' qui avait pris un peu d'avance se fourvoie dans une mauvaise direction, pas toujours facile de discerner la voie à suivre au GPS en arrivant sur les Y, on ne la reverra que bien plus loin. On ne la connaissait pas encore, mais les filles vont bien papoter et se retrouver à divers moments du Raid, Mary étant moins technique et moins en forme physique suite à plusieurs chutes et aux arrêts imposés.

La piste commence à s'élever, les jambes répondent bien, première petite poussette de quelques mètres pour franchir le fossé et la butte menant à l'entrée d'un sentier, qui revient sur la piste nous menant à la Chapelle de l'Ermitage Saint Ferréol. Là débute la première petite descente de mise en jambes sur sentier au sol parsemé de pierres plus ou moins stables, de blocs en marches un poil plus gros, rien de bien méchant mais Mary est déjà un peu sur la défensive comme pour tout début de parcours, augmenté par la légère humidité des cailloux, mais ça devrait aller de mieux en mieux par la suite.

On rejoint une piste, puis les rues de Céret que l'on traverse, rejoint par Pichotte et sa bande avant de traverser le Pont du Diable. Petite liaison roulante sur les chemins larges bordant la rivière du TECH, puis on commence à s'élever dans les rues de Céret. Seb et Aurélien nous dépassent à ce moment , sur un rythme un poil plus soutenu -ça se payera plus loin Stef.

On alterne petits sentiers, chemins en montant progressivement vers Reynes, la végétation est plus verte et dense sur ce versant Nord, le terrain parfois humide rend difficile la progression sur les blocs rocheux arrondis sur lesquels le pneu arrière ripe, alors que par temps sec on pourrait gravir une bonne partie du chemin en restant sur le VTT, là il faut batailler, voir pousser quelques mètres si l'on veut préserver un peu d'énergie pour la suite des festivités.

Un petit bout de bitume pour récupérer, Yves et la bande de Levens nous passent à ce moment, ils mènent déjà bon train malgré le 'petit' tour de 58 km/+1800m qu'ils ont effectués hier du coté de Rosas.

Les choses sérieuses commencent, longue grimpette plus pentue en sentier vers Puig Nou (641m), mode roule et parfois pousse/porte pour une fois passé un pas rocheux rejoindre un beau sentier descendant, mélange terre et blocs rocheux joueurs.

On rejoint un sentier en balcon qui remonte tout doucement, c'est parfois un peu dur pour Mary d'y cheminer car le 'vide' à droite, plus les moments en dévers combiné aux irrégularités du terrain ponctué de roches, racines, déclivités, l'empêche de rouler en rythme, sa progression est saccadée et ça use un peu. Joli coin tout de même.

Petite liaison bitumée de 2.7 km pour rejoindre une piste s'élevant au dessus d'Amélie-les-Bains, qui nous mène au début d'un petit sentier ludique descendant vers le Roc de la Merla, petite épingles et blocs rocheux pour bosser la maniabilité, fun.

On se retrouve dans la vallée à Alzine Rodone, moment de récup en suivant la D115 longeant le TECH, puis une petite rue nous mène au 1er ravito situé kilomètre 35 devant le Centre Sportif d'Arles-sur-Tech. Il était temps, on commençait à avoir une ch'tite faim. Il y a là de quoi bien se refaire, en sucré comme en salé. Je dévore de tout et avale deux verres de CocaPasCatalan.

Bon c'est pas tout ça, mais on a encore du pain sur la planche. Allez-zou, en selle ! On repart à travers les rues d'Arles, puis on commence à grimper sur une petite route menant à 400m d'altitude sur le versant Sud, déjà plus sec au niveau terrain et végétation. Fin du bitume, à droite toute sur un chemin bien pentu, ça monte à moitié sur le bike pour moi mais l'adhérence arrière à raison de ma motivation et je pousse à mon tour sur les quelques mètres menant à l'entrée d'un sentier en balcon partant à droite. On peut rouler un peu, puis on revient sur le GR10 où il faut se résigner à passer sous le VTT afin d'enclencher de nouveau le mode portage jusqu'à 600m d'altitude, sur un terrain où le granit bosselé par l'érosion donnerait bien plus de plaisir à emprunter dans le sens inverse, on s'en fait d'ailleurs la remarque. J'apprendrais par la suite que c'est la fameuse 'descente des Wagonnets', rapport aux exploitations minières de Fer dont il reste encore quelques vestiges de pylônes et câbles. Restant la semaine ici, celle-là nous aurons la chance de la faire dans le sens homologué plaisir. Pour l'heure, faut crapahuter, j'attends Mary un peu plus haut sur le replat, profitant du beau paysage.

Parvenus au sommet, on part dans une petite descente avec passages pentus entre les arbres, un peu de dévers, tout ça dans la terre parfois meuble parsemées de quelques cailloux.

On débouche sur une piste qui va nous hisser à l'altitude 817 m pour 3,7 km de pédalage, on revient sur Georges qui a crevé, respect à lui avec ses 63 ans de continuer de faire tous ces Raids comme Garoutade et Transbiking sur lesquels on le croise souvent.

Nous sommes parvenus au point haut du raid, la piste cède place à un petit sentier montant en balcon, ça roule quelques temps puis au détour d'un virage terminé par un petit amas de cailloux les arbres s'effacent, laissant la vue sur un rétrécissement du sentier que ma légère appréhension du vide m'incite à passer en mode pédestre. Miguel est posté en embuscade pour saisir l'instant où des 'clients' passeraient sur leur VTT ce passage aérien; ils seront peu à le faire.

Quelques mètres plus loin nous remontons en selle et poursuivons sur le sentier qui remonte encore un peu, avant de nous offrir une longue dégringolade sur sentier ludico-technique, tantôt rapide, ponctuée de volées trépidantes rocheuses ou zone de maniabilité, via le Coll d'en Gros, on était déjà passé là avec Mary il ya quinze jours. Je m'arrête en l'attendant, le petit train de vététistes défilent plus ou moins vite, je verrais ainsi passer un trio-TGV d'enduristes, puis Romain alias Minirom un ancien Francilien, puis François de TOPWHEELS à la poursuite de ses compères qui me dit que Mary s'est un peu vautrée, mince. Rien de grave, Ouf, elle arrive.

Fin de la belle descente, retour en vallée, altitude 270m, le 2ème ravito se trouve là, kilomètre 51. On s'y attarde sept minutes, le temps de bien se restaurer et se réhydrater. J'ai encore bien assez de liquide dans le Camelbak, chargé à 3 L ce matin, je remplirais si besoin au dernier ravito dans 15-20 bornes.

On va maintenant remonter 6 bornes débutant sur petite route, puis piste via le Puig de Rossa, par endroit un peu d'humidité plombe l'adhérence mode léger collage, mais en cherchant les bords plus secs plutôt que suivre les traces on évite d'y laisser trop de plumes.

A l'altitude 690 m nous arrivons à hauteur d'un bénévole de l'organisation, dont le 4x4 barre l'entrée du sentier que la trace indiquée comme prochaine direction à suivre sur mon GPS. Il est alors 15h10, c'est la première barrière horaire que nous rencontrons. Elles était prévues sur la base de 7 km/h. Celle-ci initialement établie à 14h a déjà été repoussée, on ne passe plus. Mary pleure un petit coup, elle voulait boucler le Raid en totalité, mais comme je m'en doutais cela ne sera pas possible du fait qu'elle descend moins vite et manque encore un peu de force physique pour rouler plus en rythme en montée comme sur le plat. Mais on a déjà effectué presque 60% du parcours, dont le moins facile. On zap donc une petite portion, constituée d'une descente qu'on a déjà effectuée il ya 15 Jours avec Mary, donc pas déçus, puis d'une remontée en partie en portage (ça c'est cool). Pour cela on poursuit en montée sur la piste sur 1.2 km, on voit l'arrivée du sentier d'où on aurait du sortir, en arrivant à l'entrée de Montbolo.

Petite liaison bitumeuse vers Montargull, puis on redescend sur beau sentier le Puig de LLunes, un peu pentu dans la terre/souches au départ, terreux ensuite, puis mêlant technique et ludique avec petites pingles au final.

On remonte un peu sur piste, puis on enquille un sentier redescendant en épingles ludiques, un peu encailloutées parfois, mais ça passe.

Retour dans la vallée d'Amélie-les-Bains pour une bonne liaison roulante de récup dans les rues et chemins/pistes, avant de remonter vers le Mas del Collet. On aurait du y parvenir en passant par un petit bout de sentier montant, mais nouvelle porte horaire dépassée implique de zapper celui-ci en mode bitume; ça reposera Mary. On arrive ainsi au 3ème ravito où l'on retrouve Pichotte, Georges. Le GPS affiche alors 20% de batterie restante, je le branche à la batterie USB de recharge et place celui-ci dans mon Camelbak, histoire d'avoir la totalité de l'enregistrement de la trace si on dépasse les 9h d'autonomie constatée. Je récupère l'Edge810 de Mary et l'allume pour le placer sur mon cintre, nous voila prêts pour 9h d'autonomie supplémentaire. On se restaure un peu, petite séance photos, puis on repart pour un final qui s'annonce plus cool et roulant.

Descente débutant sur piste, puis sur sentier ludique filant vers le Pont de Reynes. Là un vététiste tourne en rond, la batterie de son GPS venant de rendre l'âme, il vas nous suivre sur une nouvelle petite liaison bitumeuse qui se met à remonter un rejoindre un sentier, il commence à pleuvoir un petit peu, les pierres prennent l'humidité et je sens le pneu arrière vivre sa vie dans une petite descente, je passe juste profitant des dernières pierres encore à peu près sèches, Mary moins rassurée négocie cette petite section à pieds. Le sentier serpente en balcon, puis remonte. On s'arrête sous un arbre pour enfiler le Goretex car c'est partie pour la petite pluie jusqu'au final.

Le sentier débouche sur une petite route, près du Mas Tauriac, où l'on retrouve un bénévole de l'organisation assurant une ultime porte horaire. Deux vététistes du coin partent sur la suite du parcours, ils connaissent le coin. Nous suivons la sagesse pour éviter le retour à la nuit, surtout qu'il pleuviote. Sur les conseils du gars, on suit donc la route jusqu'à l'entrée de Céret où l'on enquille la piste cyclable durant six bornes pour revenir vers St Jean Pla de Corts où l'on revient au départ après 10h33 avec tout de même 86 km et +2810 m au compteur. Mary est fatiguée mais aura bien assurée. On pose les spads et on profite  de la collation prévue, une assiette de pâtes avec de la saucisse, un peu de camembert, du pop-corn, tout ça bien vite dévoré. On profite ensuite du jet pour laver les VTT pas trop sales, puis on retourne vite à la voiture pour pas attraper froid. Direction Sorède pour y retrouver notre location, une bonne douche chaude et un bon lit bien mérité.

Une bonne organisation conviviale, des ravitos bien pourvu tant en sucré qu'en salé, un parcours à la hauteur de ce qui était annoncé, le tout pour un tarif correct. Un petit bémol pour moi, partagé par d'autres ; dommage de devoir porter le VTT et remonter de beaux sentiers -plus sympa à descendre- lorsqu'il y a moyen de grimper SUR le vélo en empruntant un chemin/piste/sentier à proximité : Brice, sort de ce corps !!! Avec la difficulté plus marquée de la première partie du parcours, le premier ravito était peut-être aussi placé un peu loin, toutefois on le savait et l'on roule toujours en autonomie les poches pleines et le Camel bien rempli.

Bien qu'une météo plus clémente aurait été appréciée, ne serait-ce que pour mieux profiter des paysages, en glissant moins sur les cailloux du versant Nord, on n'aura ainsi pas souffert de la chaleur dans les montées.

Notre séjour précédent dans le secteur aura été bénéfique pour la préparation à cet évènement; on se sentait mieux en jambes dans les longues grimpettes qu'il y a quinze jours et le roulage dans ce secteur plus technique que ceux de la Garoutade a permit de s'y frotter en avance.

Pédalator


Crédits Photos : Pédalator, Mary, Yves, MiGoViX, Nathalie Martin


Carte du parcours 83 km

carte du parcours 83km

Profil du parcours 83 km

Profil du parcours 83km

Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge1000
POLAR
CS600x
Départ8h05'467h06'10
Temps roulé-8h16'57
Temps de déplacement9h11'46-
Temps total (avec arrêts)10h34'1110h33'10
Moyenne (avec arrêts)8.03 km/h-
Moyenne en mouvement9.2 km/h10.5 km/h
Vitesse max.44  km/h41.8 km/h
Distance84,9 km86,0 km
Dénivelée positif cumulé+2878 m+2810 m
Dénivelée négatif cumulé-2856 m-2815 m
Température Min/Moy/Max-8/14/29°C
FC Min/Moy/Max-/123/166sans ceinture
Calories3397 calsans ceinture
Période échantillonsAuto5s
Démarrage compteurmanuelmanuel
Fichiers échantillonsGPX16032001.hrm
Distance/dénivelée annoncés :83 km (+3300m)
Vélo du jour :SCOTTGenius-10 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS Ignitor LUST26"x2.35"1.2 bars   
Arrière :MAXXISADVANTAGE LUST 26"x2.10"1.6 bars   
Transmission :20/32 et 11-329 vitesses  

A Lire, à voir

Site du club organisateur : Camí Calent Català et leur page Facebook

Site du Raid 2015

Le site d'inscription à l'épreuve : http://www.engage-sports.com/

Le CR de Yves

Le CR de Philippe sur Vélochannel


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mardi 29 mars 2016 20:30

<<< ESCAPADES >>>