la plaque de cadre de Pédalator

Les Balcons de Dabo

16/08/2015 - (57) Dabo

Rando VTT 71km

Approved !

Est-ce Dab'eau

Nous avions déjà repéré cet évènement VTT depuis quelques temps, mais périodes de vacances d'été ou météo défavorables
nous avaient empêchés d'aller voir de plus près ce petit coin de France que nos crampons n'avaient pas encore visités.
Revenus de nos congés d'été la semaine dernière, la fenêtre météo à peu près clémente en début de semaine nous
permettait d'envisager pouvoir tenter une nouvelle escapade pour participer à la 13ème édition
de cette randonnée organisée par le Cyclo Club VTT Woustviller et Dabo2 All Mountain.


Notre séjour d'avril en Alsace pilotés par Pierre le local sur les sentiers Vosgiens nous ayant bien plus, on comptait bien retourner à l'Est découvrir d'autres secteurs pour y rouler en VTT.

Les inscriptions à la rando de Dabo étant limitées à 600 places, sans possibilité de le faire là-bas une fois le quota atteint, après avoir consulté plusieurs sites météo pas tous d'accord en cette mi-aout aux scénarios orageux, nous avons tenté le coup et mercredi j'ai effectué nos deux inscriptions pour le parcours 71km/+2300m via le site internet Ikinoa Sport , à raison de 8€ par tête de non licencié FFCT. Ce tarif modeste comprenant 1€ de consigne récupérable pour un gobelet plastique que nous aurions à porter, car il n'y en avait pas aux trois ravitaillements sur les parcours, par souci écologique.

Cette semaine je n'aurais tourné les jambes que jeudi, sur un petit tour en vélo de route. Nous avions roulé et un peu marché, quasi sans discontinuer en VTT et ROUTE durant ces trois dernières semaines de congés d'été passées à Tincave en Savoie, alors j'ai laissé l'organisme récupérer un peu avant de lui en remettre un couche de 70 bornes ce dimanche.

Petite inspection et nettoyage de nos deux SPARK qui seront de sortie ce week-end, chaussés de pneus 26"x2.10" polyvalents à petits crampons, ce qui nous changera des 2.35" qu'on tiraient durant les vacances.

Samedi 15 Aout

Mary ayant encore les jambes fatiguées des vacances, elle préférait pour une fois faire l'impasse sur notre Samdi'Tour de vélo afin de préserver ses forces pour dimanche. Pour ma part, une grosse semaine de reprise au boulot additionnée à la fatigue engendrée par les chaleurs de bureaux et labo surchauffé me poussait pour une fois à faire une grass'mat allongé au lit à bouquiner des articles techniques sur l'iPad, préservant ainsi mes guibolles pour Dabo.

Après avoir ingurgité une plâtrée de nouilles, menu du sportif au long cours, je charge le break et nous quittons nos Yvelines avant 13h en direction de l'Est. J'avais un peu peur que ce week-end du 15 aout n'occasionne quelques bouchons, mais en partant à l'Est on a du les éviter, où bien une majorité de Franciliens étaient déjà en vacances. Pas de trafic donc sur notre trajet, via les autoroutes E50 et A4 (Péages Aller-retour = 67,40€) passant près de Reims, Metz, Sarreguemines, mais par contre ciel gris et pluie nous aurons accompagnés sur la seconde moitié du parcours, de quoi faire regretter de faire le déplacement, tout en espérant que dimanche la météo soit plus clémente. A l'approche de notre destination, on retrouve les massif boisés dans un relief très vallonné, on va se régaler.

On arrive à Dabo à 17h, on traverse le village pour rejoindre la petite route en colimaçon D42A grimpant vers le Rocher de Dabo sur lequel est perchée La Chapelle St-Léon à 664m en plein cœur du massif des Vosges. Visite payante, peu de touristes vu le temps.

Notre hébergement Hôtel-Restaurant du Rocher est situé juste à coté, idéal pour profiter du panorama, mais aujourd'hui c'est râpé : ciel gris et bruine intermittente, on a la tête dans les nuages, mais il ne fait pas froid.

L'accueil est sympa, le cadre et style genre ancienne pension, vieux logis.

On décharge la voiture, puis je règle de suite : pas cher, 33€ la chambre à deux lits, lavabo (WC et douches dans le couloir) pour une nuit. La chambre domine Dabo, mais de la fenêtre on ne voit rien; dans le nuage gris nous sommes plongés. Du panorama revendiqué tu ne pourras profiter en ce jour :-(

On redescend en voiture au camping du Rocher situé au bas de la petite route, où l'on retrouve Régine. En bonne guerrière elle avait prévue camping en tente ... mais vu la météo ça sera plutôt dodo-dans-sa-voiture. Séance papotages, on retrouve ensuite Pierre qui avec son club aide à l'organisation de la rando de demain, il a balisé son secteur. Nous rejoignons sa bande, en amenant la glacière où Mary avait placée un peu de carburant houblonné et quelques grignoteries salées. On discutera un bon moment, moi avec Nico un Enduriste dont on a en commun d'avoir roulé du coté de la Garoutade. On récupère de suite nos plaques de cadre personnalisées (profil, numéro d'urgence et consignes au dos : bon point ça) + 3 serre-fils + le gobelet. On n'aura ainsi pas besoin de faire la queue demain pour récupérer ce pack d'inscription.

Depuis ces deux dernières années, la rando de Dabo organisée sous l'égide le la FFCT a évoluée vers un tracé plus technique et ludique faisant la part belle aux sentiers, ce qui la rend plus attrayante par rapport aux éditions précédentes où il y avait souvent la dose de chemins, comme plusieurs randonnées du secteur.

C'est pas tout ça, mais il commence à faire faim, Mary appel Sandra qui vient aussi faire la rando demain avec Stéphane son loulou accompagné de Gwen tout deux du Team Cybervelo, plus Philippe un compétiteur du club des Renards du Manet. Ils nous rejoignent au restaurant de notre hôtel, vu qu'il n'y a pas pléthore de plan bouffe sur Dabo. On passera une bonne soirée, petit apéro alcoolisé, Pizza fine (style Flam) et profiteroles 'maison' pour bibi :-)

Dimanche 16 Aout

Réveil 6h, j'écarte les rideaux pour découvrir . . . du gris; on est encore plongé dans les nuages, le plafond est très bas, mais au moins il ne pleut pas -pour le moment- et la température est douce.

On se prépare, petit-déjeuner rapidos sur le coin du lavabo, heure matinale oblige, puis je recharge le break avec sacs et VTT. On quitte notre rocher vers 7h, le premier départ étant prévu à 8h on a largement le temps de rejoindre la Salle Léon IX située rue du Rott à l'entrée de Dabo, de se préparer tranquillement et Mary de papoter avec ses copines. Pression des pneus, huile sur la chaîne, quelques barres et tubes énergétiques dans la poche, 3 litres de boisson énergétique dans le Camel, on est prêts. Toujours ce ciel gris, pas de pluie, peu d'espoir de voir du soleil ce dimanche.

Peu avant 8h je vois un organisateur demander aux vététistes de se regrouper, en haut du parking, puis il laisse partir les premiers, rythme vraiment cool, pas d'affûtés la fleur au fusil en chasse aux KOM. Mary papote encore quelques instants, puis on démarre ensemble avec quelques autres participants, point d'afflux massif ici.

Tracé dans le massif des Vosges Gréseuses, le parcours 2015 des Balcons de Dabo part au sud-est, en sens antihoraire, pour une première boucle tracée En Forêt Domaniale de Dabo avec un point culminant à l'Eichelkopf (726m) passant par la Hoube, puis une seconde boucle tracée en En Forêt Domaniale de Phalsbourg nous mènera vers le Nord du coté de Lutzelbourg, puis on redescendra vers Haselbourg et retour sur Dabo. On débute par une remontée, sur petite rue assez pentue, les jambes sembles êtres bonnes ce matin, puis on rejoint un sentier en herbe nous menant dans un premier sentier en sous-bois.

Je vais rouler avec Mary durant les trente premiers kilomètres, on se chauffe les guibolles progressivement et on s'habitue au terrain. Le sol était sec jeudi, les averses de vendredi et samedi n'ont pas transformé le sol en bourbier car il y a beaucoup de sable dans ce coin qui absorbe l'humidité. Si au début je reste prudent au passage des racines et cailloux, je me rends compte que le sable issu de l'érosion des roches de grès donne un excellent grip, me permettant de passer plus sereinement les zones sensibles; on a un bon grip sur les roches, il faut juste faire attention à quelques racines en biais.

Coté paysages, on aura bien du mal à en profiter ce matin, la vue étant masquée en permanence par les nuages d'un plafond bas. Par contre le massif forestier est très joli, on retrouve des atmosphères de Granit'Montana avec ces bois et roches couverts de mousses vert tendre, parfois on se croirait à Fontainebleau en cheminant entre de grosses roches.

Durant les dix premiers kilomètres on roulera majoritairement sur du beau chemin forestier pas très large, quelques beaux sentiers, sans rencontrer de passages techniques très difficiles, un peu de bosses mais pas très fortes. Je me dis alors que la rando devait être gentille et cool à ce train là, mais la suite viendra fort heureusement remplacer cette première impression mitigée, puisque peu avant le premier ravito on débutera une longue descente plus technique, avec moult racines et cailloux, qui donnera le ton pour la suite du parcours.

Quelques vététistes nous dépassent, Mary butant encore un peu sur quelques passages où racines/cailloux ralentissent la progression si on n'y va pas carrément, mais l'ambiance est bonne enfant, les commentaires au bel accent local fleurissent.

On remonte un joli petit canyon, un gars en FAT nous dépasse à ce moment là (Loïc C.) et choisit le sentier de droite parallèle à celui que je remonte, il bute au final et je passe devant, je monte un peu plus vite, puis attend Mary un peu plus haut alors que le FAT continue. Je le reverrais ensuite au 2ème ravito, ou repartant avant, j'en terminerais avant lui. Sur ce terrain technique il se régale.

Le balisage est en général bien visible, avec de grosses rubalises bleu/noir du sponsor et des panneaux jaunes fluo FFCT assez grand indiquant les séparations de parcours; je n'ai ainsi pas fait d'erreur, juste quelques hésitations à deux ou trois endroits, la rubalise se confondant dans le prolongement d'un poteau ou d'un arbre.

L'ambiance des sous-bois de résineux est rendue plus sombre avec cette chape brumeuse.

Mary a un peu de mal à se remettre en confiance sur ce terrain, l'humidité y étant sans doute pour quelque chose après trois semaines de vacances passées à rouler sur terrain tout sec.

On passera du beau sentier qui tabasse bien avec plusieurs marches de racines, du bloc rocheux stable. Avant d'arriver sur le premier ravito, situé au 19ème kilomètre, on débute une descente en sous-bois où quelques racines piégeuses en virage valent au gars de devant de s'enrouler par deux fois autour des arbres, sans bobo. Ensuite la descente se poursuit avec moult cailloux proches, c'est joueur, ludique et un peu plus technique, le SPARK se joue de tout ça comme à une Granit. En bas j'attends Mary, qui en chie un peu plus là-dedans. Arrive Jérémie F. avec qui on avait roulé en Alsace, on papote deux secondes puis il poursuit son chemin, on s'est déjà croisé au début du parcours.

Le parcours comporte désormais de longues bosses, généralement régulières sur chemin ou beaux sentiers en balcons, parfois aussi bien pentue et longue avec passages d'épingles ou grosses racine/roche, mais tout se passe sur le vélo pour peu qu'on ai les mollets en forme.

Je vais voir passer un cuissard Cybervélo, croyant que c'est Stéphane je le dis à Mary qui me laisse partir pour rouler avec eux. Vroooum, je reviens dans les roues mais c'est Gwen, il semble plus à la peine dans les bosses alors je passe devant et enclenche mon rythme rando rapide, mais sans trop taper dedans ne connaissant pas pour cette longue distance ce qui nous attend par la suite.

Il va alors commencer à bruiner/pleuvioter par intermittence, mais il ne fait pas froid et souvent abrités sous le dense feuillage des sous-bois on ne le ressent pas. Je vais ainsi rouler jusqu'à la fin du parcours en n'ayant sur le dos que mon maillot manches courtes sous lequel j'avais glissé une maille sans manche en prévision de pluies plus conséquentes (Goretex dans le Camelbak au cas où...) que l'on aura évité.

J'arrive au second ravito où se trouvait Pierre et Hélène, je picore un peu de sucreries, raisins sec, pain d'épice, bananes, quart d'orange, puis nettoie mes lunettes pour essayer d'y voir plus clair. Arrive alors Gwen qui n'avait pas encore associé ma tenue Poissy VTT avec ma trombine. Il me dit avoir pris une petite gamelle sur racine.

Vu qu'il bruine, pour pas me refroidir je repart assez vite.

La suite du parcours sera vallonnée, ponctuée de beaux passages sous ou entre des roches, on emprunte désormais souvent de longs sentiers en balcon -d'où le nom de la rando je suppose- en montée douce, ou en faux plat descendant rapide, m'occasionnant parfois un fort ralentissement de dernière minute à la vue d'une grosse racine ou cailloux mal placé sur le passage...

J'ai rattrapé plusieurs vététistes qui nous avaient doublés au début, tout le monde est cool et laisse le passage facilement.

On passera à deux reprises des tunnels très sombres, voir plongé dans le noir; le premier en surplomb d'une rivière, ça roule en restant au milieu du chemin en évitant de partir trop à gauche sur un dévers relevant, le second remontant légèrement avec une grosse canalisation d'où dépassait des attaches que je n'avais pas envie d'effleurer des guibolles, alors j'y ai roulé en m'appuyant quelques fois de la main, en sortie nous attendait une bonne remontée. Plus loin on traversera un ruisseau sur une gouttière de tôle.

Arrive un beau passage en sentier descendant, qui débouche sur un pont en bois en angle droit, sur l'élan je passe le premier, puis négocie à pied l'angle.

A une ou deux reprises on déboule ainsi rapidement sur de petites passerelles en bois, souvent cranté latéralement ; rassurant pour éviter la glissade au moindre coup de frein.

A type de terrain de jeu semblable, le parcours est bien moins physique qu'une Granit'Montana, moins technique aussi, mais joueur et ludique, avec moult longs sentiers, un peu d'épingles pas difficile, jamais on ne s'y ennuie.

On a du revenir sur le tronc commun des parcours 45/65km, car je retrouve plus de monde sur les sentiers, ils roulent moins vite et peinent plus. Par contre le terrain en pâtie; les passages répétés font ressortir l'humidité par flaques et certaines allées en sable projettent un mélange eau/sable qui fait parfois frotter les plaquettes, et remplit la transmission, ce qui fait que dans les dernières bosses je vais avoir quelques chain-suck.

J'ai passé le 3ème ravito, où je ne me suis pas trop attardé, avalant quelques sucreries, me contentant de ma boisson énergétique (flemme de sortir le gobelet dans une poche du sac, sous la protection du Camelbak).

Je viens de passer les 65 kilomètres au compteur alors que je reconnais l'endroit où on est passé en début de parcours, ça sent donc le retour final vers Dabo; à moins d'un ultime détour je pense qu'on n'aura pas les 71 Km prévus, pas grave avec les conditions météo du jour, qui au passage aurait pu être bien moins favorables.

J'arrive à 13h38 devant la salle et voyant peu de monde dans la file d'attente pour laver le vélo je m'y glisse de suite. Un seul jet, mais les VTT n'étant couverts que de sable mouillé les lavages se font vite. Pas le temps d'attraper complètement froid que j'en ressort le SPARK tout propre, maintenant à son pilote de retrouver un de propre. Je range le spad et rentre dans la salle où déjà pas mal de monde est assis attendant de pouvoir éventuellement récupérer un des nombreux lots qui sont distribués par tirage au sort. Je descend au RDC pour le meilleur moment ; profiter d'une bonne douche, qui en plus est presque chaude, le pied ! Enfin revenu dans des frusques et pompes bien secs, je range mon sac puis revient dans la salle retrouver Régine et Sandra qui ont terminées le 45km, qu'elles ont bien appréciées.

Mary arrive pas bien longtemps après, je range son SPARK pendant qu'elle file à la douche. Ensuite on s'avalera un bon sandwich merguez (2,50€). il y avait aussi possibilité de manger des pizza/Flam. Bonne séance de papotages pendant que le tirage des lots continu. Au final, le reste est lancé dan la foule qui se dispute les cadeaux. Un chanceux repart avec un semi-rigide Cannondale offert par les sponsors.

Il est temps de se quitter, nous avons de la route à faire pour rentrer dans nos Yvelines et se reposer un peu, contents d'avoir malgré la météo fait le déplacement en cette région pour découvrir cette belle rando donnant l'envie de revenir en cette contrée.


Rendez vous en 2016 pour la 14ème édition Des Balcons de Dabo,
on devrait y revenir avec d'autres amis car l'évènement valait le coup.


Pédalator


Profil du parcours 71km

Profil du parcours 71km

Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge1000
POLAR
CS600x
Départ7h57'057h57'31
Temps roulé-5h02'35
Temps de déplacement -
Temps total (avec arrêts)5h40'495h40'54
Moyenne (avec arrêts)11.42 km/h-
Moyenne en mouvement-13.5 km/h
Vitesse max.42.16 km/h44.0 km/h
Distance64,9 km67,7 km
Réglage compteur -2040 mm
Dénivelée positif cumulé+1304 m
(capteur de pression noyé)
+1940 m
Dénivelée négatif cumulé-1371 m-1925 m
Température Min/Moy/Max-11/13/15°C
FC Min/Moy/Max-78/139/179
Calories19003258 kcal
Période échantillonsAuto5s
Démarrage compteurmanuelmanuel
Fichiers échantillonsGPX15081601.hrm
Distance/dénivelée annoncés :30km (+840m)
46km (+1400m)
71km (+2300m)
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :SCHWALBE NOBBY NIC26"x2.10"1.4 bars2040mm  
Arrière :CONTINENTALX-KING26"x2.20"1.6 bars   
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXSID World Cup 201084/86 Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc94 Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-34   

A Lire, à voir

Le site des club organisateurs : Cyclo-VTT Woustviller et Dabo2 All Mountain ( et leur forum et leur page Facebook)

Le site de l'épreuve : Les Balcons de Dabo - Raid VTT

La page Facebook Les Balcons de Dabo

Articles de Presse : Article du Républicain Lorrain et Dernières Nouvelles d'Alsace

Vidéos : de Thib's Killin et Cyril Busca

Photos: par Gerard Hergott -> Album

Photos : par Photos sarrebourg sport -> album 'Randonnée les Balcons de Dabo'

Les CR : C-Sport,

Le CR sur le blog de Mary


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mercredi 26 août 2015 21:03

<<< ESCAPADES >>>