la plaque de cadre de Pédalator

La Granit'Montana ULTIME

14/06/2015 - (87) St-Sylvestre

Raid Marathon VTT 78km

Approved !

Où commence le plaisir ?

Notre épreuve fétiche en Limousin ne figurait pas sur notre calendrier 2015, Mary ne se sentant pas encore revenue au niveau technique après ses chutes et bobos,
mais titillée par Stef et Auré les organisateurs de la Granit' rencontrés à La Démons de Guéret , où elle avait un peu repris confiance sur le même genre de terrain,
elle décida finalement de refaire La Granit'Montana quinze jours avant l'épreuve organisée par l'Ambazac Sprinter Club.

Nous n'avions par contre pas effectué d'entraînements spécifiques pour affronter cette grosse épreuve, d'autant plus qu'avec un boulot prenant je ne roulottait que trois fois par semaine.
On avait toutefois déjà 4600 km au compteur depuis le début d'année et accumulé plus de 20 000 m de dénivelé en VTT sur 15 jours de congés passés au mois de mai en Lubéron.
Il nous manquait par contre du rythme et du fractionné.


Notre non-objectif étant décidé, j'envoyais nos dossiers d'inscription complets à Pa'cal, qui avait prévu le coup ... le malin et réservé nos deux places. Cette année le tarif reste inchangé, soit 20€ pour la compétition Granit'Montana ULTIME 78km avec nos licences FFC (+ 4€ pour les autres) + 10€ pour ceux qui prennent le repas. Sur le parcours de 60 km compétition, la Granit' Montana ORIGINALE, le tarif était de 18€ FFC. Pour la rando de 42km Granit' Montana DECOUVERTE 42 km c'était 15€ (FFC).

La confirmation arriva au courrier dans la semaine; dossards 11 et 12. Il y avait 500 places d'allouées cette année, quota légèrement dépassé avec 517 inscrits à cette 6ème édition, dont 400 places pour les parcours 80 & 60km et 100 places sur le 42 km.

Mary s'occupa de réserver le même gîte de Sauvagnac, sympa et économique.

Bien qu'ayant été bien tenté de faire pour une fois la GMU avec mon nouveau OPEN Semi-rigide 29", mais le terrain accidenté et le bénéfice d'un Tout-Suspendu sur des montées et descentes trépidantes m'a fait revenir à la raison du 26" suspendu qui est moins fatiguant et exigeant sur de longues épreuves. J'ai donc révisé mon SPARK-10 pour l'occasion, en lui mettant en proue un pneu SCHWALBE Nobby Nic Tubeless 2.10", parfait pour l'accroche sur racines et cailloux mouillé (fortes probabilité de pluie en Limousin sur les premières prévisions météo). Pour l'arrière j'ai monté un CONTINENTAL X-KING Tubeless en 2.2", ses petits crampons n'étant pas pénalisant au roulage et suffisant pour trouver grip en montée et descente sur le terrain des Monts d'Ambazac. La pédale LOOK gauche était grippée : nettoyage+graissage. J'ai remplacé par prudence les plaquettes du frein arrière FORMULA R1 (s'il pleuvait, mieux vaut avoir de la réserve), remis un roulement neuf au bas du jeu de direction car le précédent était grippé/billé. Le passage de vitesse n'étant pas au mieux sur les deux derniers pignons, j'ai redressé la patte dérailleur, et j'ai achevé cette révision par le remplacement des gaine+câble des vitesses arrière, qui présentaient des imperfections de transition sur certains rapport.

Je serais le seul représentant de Poissy VTT au départ cette année, les copains du club se déplaçant habituellement sur les raids étant soit en méforme, soit non motivés, soit ils ont 'négociés' avec Madame un autre déplacement.

Sur la Granit'Montana ULTIME cette année nous aurons pas moins de 79km pour +2956m de dénivelée positif à affronter, une paille...

Petite récap de toutes mes participations sur le grand parcours de la Granit'Montana, épreuve où avec Marco nous serons les seuls à avoir participé aux 6 éditions :

2010: 73,3km/+2597m en 5h41'52 (5h31'37 de roulage) sur terrain détrempé. Classé 24ème. Nous étions 91 au départ du grand parcours, pour 68 à l'arrivée (25,27% d'abandons).
2011: 77,1km/+2825m en 6h07'29 (5h54'55 de roulage) sur terrain sec. Classé 44ème. 156 coureurs au départ, seulement 116 à l'arrivée (25,64% d'abandons).
2012: 76,4km/+2954m en 6h31'30 (6h11'30 de roulage) classé 26ème. 229 coureurs au départ, seulement 152 à l'arrivée (33,62% d'abandons).
2013: 74,8km/+3066m en 6h52'30 (6h31'21 de roulage) classé 22ème. ? coureurs , seulement 112 à l'arrivée.
2014: 77,6km/+3197m en 6h25'09 (6h14'47 de roulage) classé 40ème et 2ème Master 3 (50-59 ans) sur 192 coureurs, dont 145 classés à l'arrivée (24,48% d'abandons).

Il a fait chaud et orageux ces derniers jours, pas très bon pour la circulation dans les jambes lorsque l'on reste assis au boulot; j'avais un peu mal à la jambe droite.

La météo du w.e. ne s'annonçait pas très sèche dans le sud-ouest, tendance orageuse, mais finalement le pire des prévisions d'un dimanche fortement arrosé du matin au soir s'est vu réduit à averses probables, ouf !

Samedi 13 juin

Avant de rallier le Limousin, avec Mary nous avons effectué un petit tour de 40 bornes en vélo de route très cool et le plus plat possible. Mais le câble des vitesses du vélo de Mary a cassé (Campagnolo...) alors j'ai repoussé la butée du dérailleur pour mettre la chaîne au 3ème pignon et roulé avec son vélo. Heureusement qu'on était encore en pédalier compact 50x34, mais cela m'aura empêché de mouliner; espérons que cela ne se ressente pas durant la Granit.

Douche, avalage de plâtrée de nouilles - met dont j'ai abusé toute la semaine - puis direction les Monts d'Ambazac via l'autoroute. En conduisant je me paye une crampe dans le mollet droit, heureusement très vite calmée et sans conséquence (freinage plus possible...), pas cool et ça promet pour demain.

Cette année le lieu de départ a été déplacé de St-Sylvestre à l'Etang de Jonas, situé près d'Ambazac (87), ceci afin d'éviter que des accidents sérieux se reproduisent dans la précipitation du départ comme l'an dernier. De plus l'aire de départ apporte ainsi plus de place pour monter la structure d'organisation. Sur place on retrouve les amis et têtes connues, Georges & Cécile, Marco, Stef , Aure, Pa'cal. On retire notre pack d'inscription, recevant avec les plaques de cadre et les bons pour repas & boisson, un bidon de 750 ml d'un sponsor , plus un Tee-Shirt collector noir siglé de l'épreuve.

On retrouve aussi les amis franciliens, JP alias khs91 accompagné de Pat, Seb et Richard, ainsi que David et son amie Lucy. Après moult papotages on rejoint notre gîte, puis on passe faire quelques emplettes à Ambazac pour le petit-déjeuner demain matin. Nous rallions ensuite Bonnac-la-Côte pour retrouver la tribu khs91 à 19h30 au restaurant Gastronomique "Le Clos des Cèdres" plusieurs fois approuvé (les nouilles, ça sert à rien d'en baffrer la veille au soir et le resto c'est bien meilleur). Sur mes conseils Fred Ischard nous y rejoint avec deux affûtés, dont Julien Delaet un Belge ayant 2ème l'an dernier et son coéquipier Benjamin. Ces trois là ne jouent pas dans la même cour que nous.

Je sais pas si c'est le stress de la mythique Granit qui les pressaient, mais nos compères de la khs91'Team ont presque fait le métier ce soir là : apéro cocktail de fruits sans alcool, mais toute de même une petite bouteille de rouge pour la tablée , ma pomme itou d'un verre. Le dîner était très bon comme d'habitude, avec patiences, mise-en bouche, mignardises, bref j'avais le ventre à un cran de plus sur la ceinture du pantalon, finissant par gourmandises trois tuiles maison laissées par mes compères repus. Par contre le service fut très long à démarrer, les entrées n'arrivant qu'une heure et demi après notre arrivée.

Durant le dîner quelques courtes averses éparses sont venues fixer la poussière du sol, qui était tout sec jeudi encore et bien arrosé par endroits vendredi.

Pas de mal à nous endormir de retour au gîte, couchés avant 23h.

Dimanche 14 juin

Levé matinal, on libère le gîte, je charge la voiture, apercevant quelques bonne flaques laissées par de bonnes averses tombées durant la nuit, il ne fait pas froid ; 14°C.

On rejoint l'aire de départ à l'Etang de Jonas où arrivés assez tôt on trouve encore place face à l'étang, car ensuite les concurrents devaient se garer dans des champs de l'autre coté de la route. On se prépare tranquillement, puis nous partons roulotter en échauffement sur le début du parcours et chemins/route avoisinants. Petite retouche au dérailleur de Mary, ses vitesses sautaient.

Cette année un Start-Loop a été aménagé : on fera une bouclette de 1 km, repassant sous l'arche départ, puis on rejoint le début du parcours. Celui-ci sera quasi identique au tracé 2014, avec toutefois par ci par là quelques 'surprises' : des améliorations, de nouvelles portions de sentiers tortueux pour éviter de rouler sur 100 m de chemin large, de petites descentes plus ou moins pentues dans la tourbe, du sentier en dévers, bref de la bonification sur un tracé déjà très abouti.

Le ciel est un peu gris, mais point d'humidité en vue pour le moment.

Retour au départ pour la mise en grille et le briefing de Stef, suivi de quelques mots d'une équipe de MBF qu'on aura malheureusement pas entendu à cause de la petite voix de leur représentant (Marco, ta sono !), puis un élu lance le décompte final et à 8h32 la meute est lâchée.

Départ sur un espace herbeux détrempé par endroits, puis à gauche dans un chemin de 2 m de large légèrement montant, qui se rétrécit, je ne m'excite pas, on roule pas très vite à la queue, puis on rejoint le sous-bois pour descendre un peu dans un petit sentier un peu glissant, ralentissement dans ce goulot trop proche du départ, puis retour en bordure de l'étang où on peut rouler.

Je tourne les jambes, ne force pas trop, après le tour du camping on repasse sous l'arche où le public nous encourage, on fait le tour de l'étang en roulant sur l'herbe à peine tassée, pas de rendement, remontée de petite butte herbeuse en injection, puis un petit bout de chemin vers la Malaurie nous mène au pied d'un chemin en sous-bois plus pentu, terrain un peu accidenté et mou par endroits, choix de trajectoire, je passe quelques gars, arrivé en haut on rembraye en descendant, puis on remonte vers Chédeville une bosse qui nous remet dans le bain pour le raccordement au parcours habituel, c'est parti pour au moins 7h d'efforts.

Le flot de concurrents s'est déjà étalé, je roule sans traîner, mais sans forcer pour gérer la distance. Les longues bosses sur sentier et chemins de début de parcours se passent bien, les jambes ont l'air de répondre à l'appel, la première longue ascension menant au Mont Gerbassou nous mène à la première descente aux passages ludico-technique, avant cela j'ai dépassé Marco et fait l'effort pour passer deux gars et arriver ainsi en premier à l'entrée du sentier afin d'avoir la voie libre dans la descente.

Les récentes pluies ont rendues le terrain en début de parcours parfois un peu piégeur et glissant sur des racines, je manquerais d'ailleurs par deux fois de me coucher, rattrapant bien l'affaire, puis la chaleur aidant le terrain sèchera vite et on retrouve un super grip, mieux sur certaines descentes qui avaient tendance à déraper par temps sec l'an dernier.

Dans les premières descentes qui suivent les concurrents ne sont pas encore assez espacés, les moins aguerris posent le pied et refusent l'obstacle, parfois j'arrive à contourner et passer sur le vélo, mais une fois le gars devant moi se fait un bel OTB et dévale 10m plus bas dans les feuilles, pas de bobo, je continu pendant que son collègue refroidit pose pied et s'écarte. Aurélien avait rajouté une belle marche, manque de bol en arrivant dessus le gars qui me précédait se voit bloquer à la réception par le précédent qui s'est étalé, pas possible de passer, zut. Je passe vite devant et rembraye.

Les longues montées qui suivent vont vite faire le ménage et éclaircir les rangs, les affûté caracolent déjà loin devant et derrière les passages techniques assurent le filtre-passe-bas, je me retrouve vite peu entouré et la voie libre pour le gavage de sentiers sans être gêné ni ralenti dès qu'une racine de travers est présente.

Il fait lourd, l'atmosphère est moite et je souffle plus que d'habitude en ces lieux, atmosphère orageuse, j'essaye de ne pas rouler trop fort, mais je me prends tout de même au jeu de la course et ne traîne pas trop, à 30km je suis 33ème m'indique Sfef "t'es bien placé, continue !". J'essaye de ne pas grille inutilement mes forces, reluquant un peu le cardio que j'essaye de garder sous les 165 bpm.

Je suis content, le passage de pente enracinée plongeant sur la route que j'ai merdouillé l'an dernier, alors qu'il passe d'habitude sur le VTT selle haute, négocié différemment en allant chercher le virage plus loin se fait facile cette fois.

Au bout de 1h21 je passe au premier ravito, situé au kilomètre 17. D'habitude je ne m'y arrête pas, mais là il fait lourd et chaud donc je me force à avaler un verre de Coca, chope un abricot sec, puis repart quelques secondes après.

Le premier tiers du parcours est toujours un peu plus 'roulant', comparé au dernier morceau, mais les montées sur ce terrain de tourbe légèrement humidifiée en sous-bois consomme de l'énergie, les quelques rares portions de chemins et sentiers plus plats sont mis à profit pour récupérer en vélocité rapide.

Dans une descente un peu technique je suis revenu sur un gars qui part subitement en vrille et dévale 10m en contrebas d'un rocher. Je stop quelques secondes et m'enquiert de son intégrité, puis repart l'esprit serein.

Dans une montée je vais me cogner la pédale dans le mollet droit, pas très fort, mais suffisant pour me pourrir la suite : impossible ensuite de me mettre longtemps debout normalement sur la pédale, je dois mettre le pied un peu de travers et c'est pas vraiment top; moins efficace et surtout douloureux, pouvant créer des crampes par mauvaises positions.

Le parcours est toujours aussi super, très physique, on jardine sur les chemins de sangliers, entre blocs de pierre, racines et troncs moussus. Moult passages ludiques, techniques, parfois bien engagés où la tige de selle télescopique est mise à contribution. Les efforts des montées ardues sont récompensés. On aura droit aux trois petits portages habituels.

Au bout de 1h22 je passe au second ravito, situé au kilomètre 31,9. Là je commence à me restaurer et m'hydrater sérieusement, pour gérer la suite, mais sans gavage gourmand et sans traîner pour pas me refroidir, d'autant plus que ça monte après. Le ravito est bien pourvu, il y a même du salé avec fromage et saucisson (quand je suis passé), mais les quantités me paraissent en dessous des besoins de la meute derrière nous. On en fait part aux bénévoles, qui devaient réapprovisionner.

C'est reparti, vient la première bifurcation 80/60/45km; j'ai signé pour en chier alors le huit-zéro c'est pour ma pomme.

Je me suis fait rattraper par quelques affûtés du parcours 60 km qui écrasent les pédalent sans avoir à gérer 28 km de plus (trop facile, d'autant que le dur c'est après). L'un d'eux s'étale complètement en travers du chemin dans un virage juste devant moi; c'est bien beau d'avoir un 29" qui va plus vite quand on sait pas en tenir les rênes...

Au kilomètre 41 voici la bifurcation pour les soixanteux, moi je poursuis sur le 80 réservé aux durs (et fous ?). C'est aussi à ce moment qu'est placée la barrière horaire, JP la passera just-in-time, mais pas Georges.

Je continu mon périple entre plaisir et efforts, abrité sous les feuillages épais de quelques passages de crachins épisodiques. La longue montée sur sentier qui rend pas menant à Sanglier Land est toujours aussi usante.

Voici la grimpette sur le sentier remontant sur le spot de descente du Puy de Sauvagnac où j'arrive au bout de 1h26 au troisième ravito, situé au kilomètre 46,53 sous la cabane ou j'aperçois Sandro qui me dit que Marco trop pressé a fait un petit vol plané, mais sans dégât.

Pause restauration, je récupère un peu. Surpris je vois arriver Seb, d'habitude il est devant moi, mais cette année il s'est moins entrainé, il finira quand même 6 minutes devant moi.

On repart en même temps, voici la zone déboisée annonçant le début de la piste de descente Kaolin, assez pierreuse et l'étroit sentier s'est rétréci avec les herbes envahissantes, ça secoue mais tout passe, pas de grosse difficulté.

Les choses sérieuses commencent, maintenant ça va monter, descendre un peu, monter et encore monter, bref ça monte beaucoup et ça use le bonhomme.

Un clebs dans une descente dans la pente , juste à 5 m devant ma roue; je gueule un premier "Bare-toi !". Apeuré, le canidé ne bouge plus, 2ème gueulante plus autoritaire "BARRE-TOIIII !!!!" Ouf, là il se bouge suffisamment sur le coté gauche, je fais toute ma descente sans avoir posé pied.

Vers le 50ème kilomètre les alertes de crampes commencent: mode je vide le CamelBak et je tire du braquet, mais pas facile avec ce mollet douloureux. Périodes de bien, de pas bien. Que fais-je là...je vais arrêter ces courses longues...Puta#*1 encore 28km...

Une petite bosse et on se refait plaisir dans la DH suivante, la Ouhlala, puis après la bonne remontée au Grand Puy on dévale la ludique DH Ragondin. Nouvelle grosse grimpette vers la Pierre Branlante, pour savourer la DH sur la A-LIne, très ludique aux virages marqués. Sur l'ensemble des pistes DH, j'ai tout passé, sauf un refus sur une nouveauté vue trop tard; en arrivant sur une marche bordée d'un rondin. Pourtant ça passait, un morceau de tronc placé debout juste devant permettant d'y poser la roue avant et descendre déjà de 20 cm pour enrouler ensuite, à moins de tout sauter dans la foulée en arrivant plus vite et connaissant l'endroit.

Les organisateurs ont disséminé au fil des parcours de petits panneaux qui annoncent les Défis, généralement des descentes plus ou moins techniques. Il y a bien moins de panneaux qu'à certaines Granit', où chaque montée ou descente étaient affublés d'un surnom, mais je me doute que cela devait donner du boulot supplémentaire aux baliseurs. Ils ont d'ailleurs eu un peu de taf en plus cette année, puisqu'une portion avait été débalisée, mais vite réparée.

Avant de parvenir au Puy de la Garde, le parcours de 60 Km se raccordait sur notre 80 km, on retrouvait alors de la compagnie après avoir parfois roulé seul de longs moments, mais au détriment d'un terrain rendu plus souple et humide suite aux multiples passages nous précédant.

Presque deux heures passées depuis le ravito précédent, j'arrive à la Croix de Barlette où se tient le 4ème et dernier ravito, situé au kilomètre 64. Là je remets 1,5 litres dans le Camelbak, pour me réhydrater en continu jusqu'à la fin du parcours pour réduire les crampes, et je me restaure en récupérant un peu, mais sans traîner.

J'arrive sur la descente de Pouyaud après Barlette, ajoutée en 2014 qui se passait 100% sur le VTT en terrain sec. Je l'aime bien, elle est assez technique, mais là j'ai des gus dedans qui en passent plus de la moitié à pied, sans compter qu'avec l'humidité et les passages précédents elle est bien ravagée, les racines ressortent et tout cela m'empêche de faire le premier virage droite, puis un autre passage plus bas, mais ils se garent et je peux finir la moitié finale sur le VTT, Yeah !

Allez, de nouveau une bonne grosse remontée, saleté de crampes, en haut on bascule vers la Pierre du Mola, je squizz à gauche, pas envie de râper le cintre.

Panneau 10km; tant que ça...mais ça va devenir un peu moins dur, j'arrive même à rouler sur le moyen plateau et à tirer un peu plus de braquet, de toute façon j'y suis obligé, sinon la moulinette c'est crampe illico. Arggg, crampe. Plusieurs fortes bosses que je monte d'habitude se feront en partie en poussant, sinon crampes. Voici la descente du Castor, pente et dévers in the tourbe, ça passe mais elle s'est bien ravinée, il y avait du monde à pied.

Par contre je suis toujours fâché avec le Chemin aux Moines, sa descentes entre deux murets de pierres; j'y suivais un gars du Bike Master, qui était trop près devant moi au moment où survient la marche de pierres bordé d'un arbre, obligé de poser pied, laisser filer le gars, puis reprendre en faisant gaffe car ça glissait un peu. Bien sûr après cette descente, il y avait une copieuse remontée en sentier à suivre.

Panneau 5km : Ahhhhh, le profil est 'un peu' plus cool, j'arrive à rouler plus vite et tirer plus de braquet, sans toutefois pouvoir revenir sur le gars à 100 m devant moi. Allez, ça sent la fin, j'accélère un chouilla.

Pour une fois on termine en descente, Yes, je vois l'étang, voici l'arche qui marque enfin la fin de cette 6éme GMU sous laquelle je passe à 15h54 ouf ! Je la termine 38ème en 7h22'30 temps officiel (7h01'16 de roulage) et pour la cerise sur le gâteau sans m'y attendre me retrouve 1er dans ma catégorie Master 3 (50-59 ans) et me donne l'occasion de monter sur la 1ère marche du Podium, recevant ainsi à mon tour un pavé de granit souvenir ! Les deux autres Master 3 n'étaient pas encore arrivés (ou abandons) lors de la remise des prix. Par apport à l'an dernier sur terrain sec, je mets 3/4 d'heure de plus en temps de roulage, mais je gagne 2 places en remontant au scratch.

 

Mary m'attendait à l'arrivée, enveloppée dans une couverture de survie; j'ai eu peur en la voyant ainsi, songeant déjà à un autre bobo, mais sa clé ne marchait plus (pile...) et s'était couverte pour ne pas attraper froid. Elle a du se résigner à abandonner au km 35, son épaule la faisant trop souffrir, reste de sa chute dans une ornière de dimanche dernier.

A l'arrière de la course certains auront ramassé quelques averses plus conséquentes, et une bonne pour les derniers arrivés.

Le jeune David a bien roulé cette année, malgré un Raid Vauban dans les jambes du dimanche précédent, il termine 26ème au scratch en me précédant de 23 minutes, l'an dernier j'étais arrivé avant lui.

Notre démon favori Marco est arrivé peu après moi, à 16h37, se classant 59ème , sans avoir cassé son bike.


Arrivée de Marco 8h05 de course

On s'est vite changés, puis avons rejoint les tentes pour dévorer le repas en refaisant la course avec les connaissances. On a ensuite papoté avec les têtes connues, comme shupa, puis on a attendu JP, attendu, attendu. Le speaker annonce " les derniers sont à 5 km". On attend, une bonne averse et tout le monde se planque sous les tentes, on en ressort quand ça se calme. Des gars arrivent encore, c'est pas JP. Le speaker annonce de nouveau "les derniers sont à 5 km" : quoi, encore !?! On attend encore, puis on voit de l'autre coté de l'étang arriver deux petits groupes et un gars plus en avant, on reconnait notre JP, il en termine bien rincé à 18h36, après 10h04'52 de course, mais pas dernier. Bravo !


Arrivée du khs91 après 10h04'52 de course

Encore un grand cru cette Granit', beaucoup d'abandons cette année à cause de l'humidité et du parcours un poil plus dur : +3098m mais très plaisant.
Bravo a tous les bénévoles qui ont encore super bien bossés pour que perdure notre plaisir (!?), aux amis Stef, Aure & Père, Pa'cal qui gèrent, tracent, dénichent, défrichent toutes ces perles.

Cette année il y avait 398 compétiteurs sur les parcours 78 & 56km, pour 78 randonneurs sur le 42 km.
Sur le 78 km nous étions ? au départ, pour seulement 99 classés à l'arrivée (soit ?% d'abandons).
Seulement 166 classés à l'arrivée du 56km.

Rincé le gars, le lundi la reprise du taf était comateuse et je boitillais encore du mollet.


Rendez vous en juin 2016 pour la 7ème édition de La Granit'Montana !


Pédalator


Les classements

Scratch 78km / Scratch 56km


Profil du parcours ULTIME

Profil du parcours 76km

Profil commenté de l'organisateur


Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge1000
POLAR
CS600x
Départ8h31'518h32'13
Temps roulé-7h01'16
Temps de déplacement -
Temps total (avec arrêts)7h22'287h22'31
Moyenne10.07 km/h11.7 km/h
Vitesse max.44.27 km/h45.3 km/h
Distance74,2 km81,9 km
Réglage compteur -2040 mm
Dénivelée positif cumulé+3098 m+2985 m
Dénivelée négatif cumulé-3105 m-3030 m
Température Min/Moy/Max-14/16/19°C
FC Min/Moy/Max-71/156/181
Calories31905137
Période échantillonsAuto5s
Démarrage compteurmanuelmanuel
Fichiers échantillonsGPX (locale)
Propr. Privées
15061401.hrm
Distance/dénivelée annoncés :Granit'Montana ULTIME 79km +2956 m
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :SCHWALBE NOBBY NIC26"x2.10"1.6 bars2040mm  
Arrière :CONTINENTALX-KING26"x2.20"1.6 bars   
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXSID World Cup 201084/86 Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc98 Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-34   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Ambazac Sprinter Club

La page Facebook de La Granit'Montana

Album de nos Photos : galerie Google+

Album photos de Jean-Pierre Germain

Album photos officiel

Les CR de Mary et des amis: khs91, David, Pat, Fred Ischard (FB)

D'autres CR : Taufflard Team (Excellent !), Ride with our planet (FB)

Articles de Presse : Le Populaire

Le site des riders de Singletracks'Assos (ou http://wordpress.singletracksassos.com/)


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 29 juin 2015 20:32

<<< ESCAPADES >>>