la plaque de cadre de Pédalator

La Guervilloise

08/09/2013 - (78) Sénneville

Rando VTT 55km

Approved !

50'Inside

Pour une fois cette année nous aurions pu faire l'impasse sur La Guervilloise organisée par le VTTeam 78,
Mary souhaitant aller découvrir le Marathon de XTREM VTT Normandie dans le Calvados,
un coin bien vallonné que nous avions apprécié lors du week-end club au printemps,
mais un chien en aura décidé autrement...


La météo en début de semaine n'augurait rien de bon pour ce week-end, un peu de pluie étant initialement prévue pour samedi + dimanche, conditions pour que le terrain de La Guervilloise se transforme en Glaise'illoise, me forçant au plan B, à savoir aller faire une rando en terrain Sablonneux comme le Rallye du Bon St-Arnoult, plus roulante et bien moins ludico-technique. Mais heureusement au fil des jours les prévisions alarmistes de l'ennemiTéo revinrent à une configuration plus sèche laissant augurer de pouvoir tout de même rider à Guerville. Et ce ne sont pas les quelques orages localisés qui arrosèrent ce vendredi la région parisienne qui auraient pu changer l'état d'un terrain déjà bien sec protégé sous le couvert d'une épaisse verdure.

Jeudi après avoir jeté un dernier coup d'oeil aux prévisions météo, j'effectuais mon inscription par Internet, au tarif de 7€ pour le parcours de 55km, auquel s'ajoutait la commission de 0,99€ prélevée par le site Active donnant 7,99€ au total [soit 0,01 € d'économie par rapport au 6€+2€ d'inscription sur place, une paille]. Les prestations et le parcours valaient bien ce tarif.

Vendredi j'ai fait un brin de toilette à mon SPARK, encore un couvert d'un peu de poussière Ballancourtoise. J'en ai profité pour redresser sa patte de dérailleur, qui avait effectivement bien bougée suite à une rencontre avec une souche/branche, induisant des sauts de vitesses intempestifs sur les deux grands pignons. J'ai ensuite fait une petite session mécanique sur le Devinci de Mary, en dévoilant légèrement sa roue avant, puis recentré l'étrier de son frein avant, car le disque frottait.

Je me suis ensuite attaqué à la fin de la préparation de mon Genius, dans l'éventualité où je descendrais bien à La Transbiking 09 le week-end prochain, ceci étant bien sûr conditionné à l'état et l'autonomie de Mary qui devrait se débrouiller sans moi durant trois jours et avec un seul bras, le gauche de surcroit, c'est pas aisé.

Samedi 7 Septembre

Bien que comportant quelques petite plaques nuageuses qui s'évacueront au fil de la journée, le ciel ensoleillé laisse augurer d'une belle journée sans humidité, c'est toujours ça de gagné pour une mission Guervilloise. Le nuage pluvieux du baromètre a cédé la place à un brillant soleil, tout va pour le mieux.

Je décroche mon Foil, remplit le bidon, glisse une barre énergétique dans la poche du maillot puis file au rendez-vous de 9h des gars du club des Clayes-Sous-Bois. J'y retrouve les têtes connues, dont Guillaume avec lequel je papoterais clavicule cassée, car il en est passé par là tout comme Mary. Ce matin là nous ferons une petite sortie routière pas violente, quasi sans bosse, certains souhaitant se préserver pour la course sur route demain à Maule. En ayant bien tourné les jambes, fait monter un peu le cardio dans les rares bosses, contribué un peu au relais face au vent, de retour au bercail mon compteur affiche un petit 81km. Un poil trop peut-être pour arriver les jambes fraîches demain à La Guervilloise.

Pendant ce temps les Guervillois courent après les vaches, balisent (dans tous les sens du terme, car si l'a météo s'annonce pluvieuse, la fréquentation à leur unique organisation annuelle en pâtirait lourdement), stressent et se démènent pour que demain tout soit nickel pour nous accueillir. Il faut dire que cette randonnée représente pour eux quasi une année de boulot, de la cogitation de nouveaux parcours en passant par la création à la mano des nouvelles traces, un max de boulot que seuls des passionnés et bénévoles peuvent abattre pour que perdure le plaisir du vététiste.

Sommeil haché, nuit entrecoupée, ma Mary douille de ses fractures.

Dimanche 8 Septembre

Réveil à 5h15, je laisse Mary écraser encore un peu son oreiller, le temps d'allumer la cafetière, de mettre à griller le panem et de me raser, puis je l'aide à se lever car son mode Zombi est encore activé ; normal avec les 2 somnifères qu'elle doit prendre chaque soir pour essayer de passer une nuit sans être réveillée par la douleur des ses multiples fractures. Je l'aide à faire sa douche (essayez-donc de le faire seul avec une clavicule et une omoplate en vrac) puis nous quittons by Night la chaumière.

Mary a souhaitée m'accompagner ce matin à la randonnée VTT de Guerville, ne voulant pas rester seule dans l'appart à broyer du Noir et se morfondre durant la matinée en attendant mon retour; elle pourra ainsi profiter du soleil, de l'air pur de la campagne Guervilloise et voir du monde avec qui papoter.

On arrive sur place vers 7h, je dépose Mary devant la Salle des Fêtes de Senneville où je récupère ma plaque de cadre et le petit cadeau, une boite de pastille sucrée (j'ai même pas terminé celle de l'an dernier !), puis redescend garer la voiture plus bas dans un pré ouvert pour l'occasion.

Je m'équipe, enfilant les manchettes pour parer les 8°C de la fraîcheur matinale, ça change des derniers 28°C. Coucou à Sylvain qui vient faire prendre l'air à son Caminade 29''. Je remonte vers la salle retrouver Mary, en pleine discussion avec Tataillé des Renards du Manet. Pour une fois la date de leur rando ne coïncide pas avec celle des Guervillois et ils peuvent venir y rouler.

Les Guervillois sont aux petits soins, puisque GuiGui avait même amené un fauteuil de jardin molletonné pour que Mary puisse se reposer si besoin.

Pour cette 8ème édition de leur Guervilloise, les organisateurs proposaient d'encadrer les jeunes vététistes sur un petit parcours adapté de 10 km, les plus grands pouvant choisir des distances appropriées à leur niveau et (mé)forme et du jour en s'alignant au départ des parcours de 20 km, 30 km, 40 km roulant, 40km technique, ou carrément le grand de 55km annoncé pour 1300 m de D+, distance 'Reine' sur laquelle j'allais m'élancer.

Coté Poissy VTT, Stéphane avait annoncé sa venue, mais pas vu au départ. Je verrais juste Alexandre venir s'inscrire. Les autres Poissy'Boys non-vacancier se répartissaient entre le Forum des Associations de Poissy, la course sur route de Maule ou des sorties sur route ou VTT locales.

Je démarre à 7h29, horaire matinal obligé si l'on veut pouvoir profiter pleinement des nombreux sentiers de ce parcours sans être gêné par les nombreux vététistes venant sur cette randonnée dont la réputation n'est plus à faire. Le jour s'est levé, mais les rayons d'un soleil encore peu élevé pour l'heure, auront bien du mal à percer l'épaisse masse verdoyante des feuillages dopés cette année par de nombreuses pluies.

Le parcours tourne dans le sens horaire cette année, à peine 900m de bitume en descente, puis le balisage au sol effectué à la Tempo-bombe blanche nous mène sur le chemin emprunté par le GR26 pour grimper dans le Bois de Mézerolles. Un seul autre vététiste en vue pour le moment, je le passe dans la montée, il poursuivra sur le balisage du parcours 40km car je le reverrais un peu plus tard, après une bouclette spécifique au parcours 50km.

J'ai encore les jambes entoxinées de ma sortie route d'hier quand le balisage 50km nous fait obliquer à gauche pour la 1ère gâterie du jour vers " Les bosses qui fracassent ", un bon raidillon qui prend à froid, petit plateau pour assurer, ça passe bien au travers des courbes de niveau prises de face, puis à droite jusqu'à ce qu'on se rapproche de la lisière du bois. Là dans la pénombre du feuillage dense et soleil levant j'ai une hésitation, fouillant du regard le sous-bois à la recherche de la rubalise salvatrice. Je ne la vois pas de suite, pose un pied, vue ! Poussette de 5m pour sortir du bois et remonter sur une trouée entre les hautes herbes sous la ligne électrique H.T. Petite descente/remontée et le tracé revient sur le GR26 pour une portion plus roulante de moins de 3 km effectuée en suivant les chemins en sous-bois, me permettant d'éliminer les toxines, le parcours file vers la Folie, longeant ensuite le Camping du Canada, une liaison sans doute destinée à aller chercher le next spot intéressant.

En effet, passé les Plagnes, on récupère un joli sentier louvoyant que je reconnais, j'y dépasse deux vététistes en jaune/bleu très cool, remise des gaz, séance petites relances, descente rapide du chemin traversant la D158 suivie de la remontée en sous-bois d'en face, encore un peu mal aux jambes. Hop à droite pour suivre un beau sentier que l'on avait emprunté l'an dernier, mais cette année pris en sens inverse sur la seconde moitié, suite de montagnes russes et passage ludique.

Le parcours traverse ensuite Goussonville pour descendre vers Le Fourneau. Là une sente démarre d'un talus un peu pentu en plein dans un virage de rue, mauvais angle d'attaque qui me vaut un pied au sol avant de pouvoir poursuivre la montée de la sente herbeuse coincée entre deux murets. Le chemin longe ensuite la propriété du Château Lourdon, on retraverse la D158 où je retrouve et dépasse vite fait les deux vététistes cool dans la descente, l'herbe du chemin y est couverte de rosée et mon champ de vision écope rapidement de multiples gouttelettes. Un coup de gant pour éclaircir la situation avant de rentrer dans l'ombrage du bas du Bois de Mézerolles.

Là débute les 300m d'une bonne grimpette nous ramenant vers le plateau, où l'on peut récupérer sur une portion plus plane durant 800m passant sous la ligne H.T (que c'est moche ces échafaudages métalliques défigurant la campagne et que l'on croisera à plusieurs reprises ce matin) , avant de replonger dans le bonheur du tracé d'un beau sentier ludique nous ramenant dans la Vallée de Senneville, le terrain est comme partout ce matin soit de terre meuble ou alors sol dur et poussiéreux sur lequel mon Smart-Sam à l'arrière à tendance à partir sur le coté si j'arrive trop vite dans les virages, les nombreux virolos en dévers seront ainsi une suite de dérapages plus ou moins contrôlés. Session fun en pilotant entre les petits blocs rocheux et troncs, les petites pingles (gentilles par rapport à toutes celles dont on s'est gavé durant 3 semaines cet été en montagne avec Mary). J'ai dégonflé un peu mon pneu avant qui perdait l'appui sur ce sol dur, ça allait bien mieux par la suite.

Une fois traversé le Ru de Senneville, on remonte dans le sous-bois d'en face par des chemins pour aller étrenner un peu plus loin ce que je pense être une nouvelle section de jolis sentiers en descente-remontée. C'est vers cet endroit qu'un vététiste chevauchant un Engine-Lab revient sur moi, portant un maillot noir que je reconnais comme étant celui d'AOSMG des petits lapins organisant la belle Garennoise. A voir son rythme de roulage soutenu je pense que c'est TangaraRCZ et j'en aurais confirmation à une pause ravito par la suite. Il me demande si j'ai vu un de ses compères, mais non. Mes guibolles sont à peu près détoxinées à ce moment et l'arrivée d'un lièvre me reboost ; nous allons alors amicalement 'croiser le fer' en roulant à bonne allure sur les quarante bornes finales, lui revenant ou me passant au gré des portions descendantes, tandis que je recreusait l'écart au fil des successions de grimpettes et portions plus roulantes sur lesquels j'arrivais à envoyer un chouilla plus gros tout en vélocité. A son corps défendant il revenait de vacances avec peu de roulage, mais pour ma part je n'avais pas les jambes hyper-fraîches.

Le sentier nous a ramené vers Senneville où l'on regrimpe via ruelle et chemin pour repasser sur le plateau au dessus de Guerville, on arrivait alors à la tente du 1er ravito situé au 17ème kilomètre, juste après la traversée de la D158. Petite pause sucrée de 3 minutes, le temps de constater qu'il faudrait instaurer des séances de mécaniques aux Guervillois, car vouloir régler les vitesse de son VTT retourné en agissant juste avec une clé sur le serrage/desserrage de câble au niveau du dérailleur arrière, alors qu'il existe une vis de tension destinée à cet effet sur la manette...

On repart, cap au sud-ouest à rythme soutenu, par une liaison de plus de 3km via les chemins de plaine du GR26 traversant les champs et menant vers Bois-Robert. Là on part suivre un petit sentier sympa en balcon surplombant la Côte de Chavannes, suite de descentes-remontées, pour revenir sur Breuil-Bois-Robert. De là on plongeait rapidement par le sentier descendant vers Auffreville-Brasseuil, où nous attendait une courte mais piquante remontée permettant d'accéder de sentier tracé dans le Bois du Sourd, session aller-retour sympathique. Dans tout ce secteur nous avons emprunté une nouvelle portion de joli sentier, avec relances, passage de buttes empierrées façon clapas, remontée progressive et dévers, ondulation rapide du corps et du poste de pilotage entre les arbustes rapprochés pour ne pas s'y enrouler. Good job les Guervillois. J'ai distancé TangaraRCZ dans les successions de grimpettes du secteur.

On remontait ensuite sur Breuil-Bois-Robert, pour descendre ensuite via sente puis chemins vers les lotissements bordant le Domaine de la Vallée de Mantes-le-Ville. Là j'ai relevé le pied en gardant du coin de l'oeil les deux canidés non tenu en laisse auxquels leurs proprio faisait prendre l'air...un blessé suffit sur le couple.

On partait ensuite suivre le sentier ludique en virolos, petite buttes, virages, descendant puis remontant à travers le Bois des Pressoirs, avec une sacrée grimpette pimentée mais passable sur le bike, ce qui nous ramenait sur le chemin bordant sa lisière que l'on suivait un instant avant de repartir à nouveau dans un sentier tournicotant tracé dans le sous-bois des Grands Gâts au dessus des Guépins, avec une nouvelle portion au début en descente-montée avec petits virolos sympa.

On débouchait sur le chemin pour l'enchaînement classique en lisière via Vaux Combert, TangaraRCZ était alors revenu dans mes roues et me devance dans la descente vers la D158 -je me méfie toujours de cette section avec ornières cachées dans l'herbe, puis on traverse pour passer en face les deux chicanes débutant les 400m de la longue grimpette casse-pattes menant au 2ème ravito positionné sur le replat jouxtant la Chapelle St-Germain, où j'arrive le premier avec 34km passé au compteur.

Petite Pause restauration, la table est bien fournie, je picore de tout ; raisins secs, morceaux de patte d'amandes, bout de bananes, quartiers d'oranges, chocolat noir et Crunch, un pt'i verre de grenadine par là-dessus.

Un regard au panneau affichant les cartes des différents parcours pour se faire une idée de ce qu'il reste à parcourir, puis je repars monter progressivement les 600m du chemin en faux plat montant menant vers la Plagne, mais ici sans remontée mécanique bien sûr. Le tracé du grand parcours descendait ensuite par les chemins menant sous la ligne H.T. où l'on chopait le sentier des Rieux descendant droit dans la pente, légère gouttière poussiéreuse coulant enter deux murs de végétation, rien de méchant, puis petits virages ludique nous ramenant dans la vallée de Senneville.

Là on avait 400m de plat pour récupérer sur chemin, puis petite route, avant d'attaquer la gâterie suivante...la sévère et longue grimpette de Gros Moulu (43 m de D+ et Strava KOM inside) débutant par un casse-patte dans l'herbe, puis entrant dans l'ombrage du sous-bois pour un direct à travers les courbes de niveau. Je monte tranquille et assis car j'ai un peu mal aux guibolles. Récupération sur les 300m de chemin en faux plat montant, puis réaccentuation de pente sur le chemin grimpant vers le plateau de Fresnel.

Le parcours entamait alors une liaison de plaine plus roulante de presque 4 km menant au terrain de jeu suivant du coté de Mézières-sur-Seine, en alternant chemins à travers champs et traversée de petit-bois pour choper du sentier ludique, passage en bordure du Glof. Allez, gauche toute pour l'entrée du sentier sympa en virages menant à la remontée de la Grande Rue, un bout de chemin coté Mont Chiflon puis on repart descendre récupérer les deux sections de sentiers ludico-techniques et tournicotant tracés aux abords de Chauffour, belle zone que je reconnais avoir emprunté l'an dernier, avec les passages VTT répétés il est un peu plus facile désormais mais toujours aussi fun-fun.

S'en suit une remontée au travers du Bois des Crannes, débutant par le sentier casse-pattes en virage déjà emprunté par le passé, nous ramenant sur le plateau pour une nouvelle liaison de 3,3 km ramenant vers le haut du Bois de Mézerolles. Plusieurs parcours se rejoignent sur ces chemins où je double des vététistes de tous niveaux et tous âges. Tiens encore un inconscient sans casque, pas de neurone à protéger sans doute.

Petite incursion dans le sous-bois pour dérouler un sentier sympa en descente-remontée, buttes et virages, puis retour par la lisière de bois ramenant vers Fresnel, pour y prendre le chemin en descente droite et rapide menant à la Roche, je ralentis vers le bas avant la volée de micro-marchounette car une vététiste y descend à pied, j'arrive en bas et pose le spad au pied du barnum du dernier ravito, où se tient le désormais traditionnel apérobike de fin de parcours. Je me laisse tenter par un 1/3 de rosée et goûte à divers charcutailles mélangées à quelques chips, histoire d'avoir un peu de solide dans le ventre pour amortir l'effet de l'alcool.

Tangara arrive à ce moment là, il m'avait parfois en ligne de mire au loin mais n'a pas pu revenir sur moi. Poissy VTT: 1, AOSMG:0

Il repart, je le suis et revient sur lui, il ne nous reste plus que 0,8 km à parcourir, dont les 300m de ruelle en pente, j'avale le début en danseuse toute suspension bloquées, puis retour à l'esplanade de la salle des fêtes à 11h10 où je retrouve Mary, mitraillant à tout va de son appareil photo.

Je récupère le sandwich -mode bon Sarthois- et la canette de soda, puis retourne voir Mary et papoter avec les arrivants et les organisateurs pour les féliciter de cette nouvelle édition de La Guervilloise. On a un peu de mal à s'entendre, la sono de la démo de Trial ou celle du groupe de musicos étant réglées un peu forte...

Fredo arrivera peu après, avec seulement 36km à son GPS ; il a loupé une portion, dommage. On verra ensuite Franck et son fiston de retour du 40km difficile, qu'ils ont bien aimé aussi. Serrage de louches avec les arrivants connus comme Manu du VTT St-Germain, petite causette avec Seb de VV.

On papotera aussi un moment avec David de Mountain Biker Paris, qui découvrait pour la première fois cette randonnée, qu'il a beaucoup apprécié, sans ramasser de pâquerettes au bord des chemins lui non plus.

On parle d'épreuves intéressantes à faire, Enduros et Raids à étapes, on évoque ainsi la BC ; du Kif en barre sur single durant une semaine, on se laisserait presque tenter...

Cette année il y avait 915 participants au départ de cette Guervilloise. Avec la météo favorable et le terrain sec on aurait pu penser qu'il y aurait plus de monde à Guerville, mais il y avait aussi d'autres randonnées VTT en région parisienne, comme le BSA de St-Arnoult que certains ont pu préférer pour son parcours plus roulant/rythmé et moins difficile, ou le Marathon dans le Calvados comme notre Régis, ou encore des compétitions route et VTT en Ile de France. En tout cas j'ai eu l'impression qu'il y avait moins de monde sur les sentiers car à nul moment je n'ai été bouchonné, sans doute lié à un bon éclatement des participants entre les différents parcours, du bon travail de BrainStorming en somme.

Certains auront trouvé cette édition plus roulante, pour ma part je l'ai trouvée assez homogène et pour quasi le même D+ que l'an dernier j'ai juste 0,5 km/h de plus de moyenne ; j'ai peut-être un peu plus écrasé les pédales cette fois-ci et le sol sec a contribué à un meilleur rendement. En tout cas la mission Ludico-Technique du jour est remplie, La Guervilloise conserve son Approved'Stamp.

J'adore ses successions de sentiers typés Raid des Cadoles, avec ces nombreux petits monticules encailloutés de silex qu'on aime aborder vite, 'rentrer dedans' sur le plateau de 32 avec juste ce qu'il faut de braquet pour parvenu au sommet être à la limite de la bascule avant/arrière, quitte à injecter l'ultime coup de mollet nécessaire pour aller de l'avant et découvrir ce qui se cache derrière le monticule, plonger ensuite pour virer in-extremis dans l'entrelacement de virolos à la limite de sortie de trajectoire (pour les suivants, je peux dire que j'ai bien balayé les feuilles de certains sentiers...). Tous ces pif-paf, ces sentiers montant raidos avec épingles où l'on passe à la limite de l'arrêt, ces toboggans, ses petits rochers qu'il faut éviter ou sauter, ses sentiers en dévers passés à la limite du décrochage en serrant les fesses au passage de racines en biais, bref du bon vrai VTT qui fait oublier le mal aux jambes et redonne la banane.

Cette année j'ai eu l'impression qu'il y avait un peu moins de panneaux humoristiques disposés au long du parcours par rapport à l'an dernier, mais suffisamment et bien placé pour être assez marquant ; point trop n'en faut et ça change de cette tendance des dernières années, il faut savoir se démarquer par la nouveauté. J'ai aussi relevé moins de passages difficiles techniquement typé DH, genre descente bien pentue avec version Expert/& Chicken'Pass, petits sauts aménagés. il y avait toutefois largement de quoi bien se faire plaisir (ou mal), j'ai souvenir par exemple d'une marchounette de gros troncs à sauter qu'il n'y avait pas les années d'avant.

On remarque aussi une volonté de changer, par de nouveaux enchaînements des portions connues, avec la création de nouveaux secteurs de sentiers joueurs créés de toute pièce, du changement pour innover et éviter le recuit, la recette du plaisir menant au succès.

Coté organisation c'est bien rodée, les traversées de route les plus exposées sont protégées par des bénévoles de l'organisation, un bon point.

Pas de problème de balisage à l'heure où je suis passé, les différentes distances étant bien indiquées par le biais de flèches de couleurs bien différenciables pour myope et léger daltonien comme moi. Il fallait toutefois être vigilant et bien ouvrir les yeux en arrivant dans certains carrefours, car les flèches directives de peintures tracées sur l'herbe ou la terre étaient parfois peu visibles -phénomène amplifié après le passage de plusieurs roues pour les suivants je suppose- mais comme il y avait des croix sur les voies à ne pas suivre, un rapide gauche-droite du regard permettait de trouver le droit chemin. Les longues rubalises rouges/blanches bien positionnées aux changements de direction, et plus loin en confirmation, renforçait le dispositif.

Voila, il est désormais temps de quitter les Guervillois qui ont super bien assuré cette année encore. En redescendant vers le parking on croisera encore des têtes connues du PAF vététistique Francilien qui en terminent, avec lesquelles on papotera bien évidemment comme khs91 et ses compères qui avaient distancés le Benoilator (gare à sa revanche...), puis SebAlltricksMan ainsi que Gilles -alias Patator- le killer de podium des Guervillois qui coure dans ma caté (cette année, avec ma coupure hivernale imposée de 6 semaines, je ne l'ai même pas vu durant les manches du Val d'Oise Trophy, il caracolait déjà en tête avec Seb et Bruno.

Retour à la maison, une petite faim à combler, puis j'irais écraser un brin d'oreiller, la nuit incomplète additionnée des effets post Guervilloise m'ayant sans doute un peu fatigué...

Pédalator


Profil du parcours 55km

Profil du parcours

Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600x
GARMIN
Edge810
TwoNav
Sportiva2
Départ :7h29'147h29'027h29'00
Temps roulé :3h21'17--
Temps en mouvement :- 3h15'08
Temps total (avec arrêts):3h38'563h38'543h41'15
Moyenne en mouvement:16.4 km/h-16.0 km/h
Moyenne:-13.72 km/h15.0 km/h
Vitesse max.:43.6 km/h43.10 km/h45 km/h
Distance:55.0 km50.1 km52.96 km
Dénivelée positif cumulé:+1085 m+1247 m+1063 m
Dénivelée négatif cumulé : -1115 m -1274 m -1007 m
Dénivelée positif cumulé Training Center:-+1492 m
(+19,65%)
-
Température Min/Moy/Max: 7/12/22°C - -
FC Min/Moy/Max:71/152/188Sans ceinture-
Calories2453 kcal1628 cal-
Période échantillons :5sAutoAuto
Démarrage compteur :manuelmanuelmanuel
AutoPause :-désactivée-
Fichiers échantillons13090801.hrmGPX
13108 points
GPX
13022 points
Distance/dénivelée annoncés :Rando
20km (+300 m)
30km (+500 m)
40km (+1000m)
40km bis (+650 m) moins technique
55km (+1300 m)
GPS Software Version-2.702.9rc2
   
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :CONTINENTALMountain King UST 2.226" x 2.20"1.6 bars   
Arrière :SCHWALBESmart-Sam26"x2.10"1.8 bars   
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXSID World Cup 201084/84 Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc94 Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : VTTeam 78

La page FB de Guervilloise Vtteam

Photos de Michel Bignolais : galerie 1

Photos de Jean-Marie Corre : galerie 2

Photos du jour par Mary : galerie 1 et galerie 2: galerie de Mary sur FB

On en parle sur le Forum de Vélo Vert et dans les News

Le CR de khs91 et celui du Benoilator

le CR de TangaraRCZ

Ma bafouille de l'an dernier : CR 2012


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mercredi 18 septembre 2013 07:56

<<< ESCAPADES >>>