XC d'Écouves

"Xtrême de Pâques"

07/04/2013 - (61) St Nicolas des Bois

XC 3 tours 15km

 

usant

A mes débuts en VTT, avec quelques collègues du boulot nous avions loué un gîte proche de la forêt d'Ecouves
le temps d'un week-end où nous avions découvert un spot vallonné propice à la pratique du VTT,
grimpant au Signal d'Ecouves et à la Croix de Médavy, suivant des parcours que nous avions préparé d'avance
sur un terrain forestier comportant assez de racines, de cailloux et de pentes pour s'y faire plaisir.

Depuis ce temps je n'étais pas retourné rouler dans ce coin, alors quand Régis est revenu ravi de la 2ème édition du XC-d'Ecouves,
compétition organisée sous l'égide de la FFC par le club Le Cycle Alençonnais, que j'avais repérée dès 2011 via le forum Veloptimal
où Aurélien (alias Rocky Rider) l'avait présentée, la communication et les différentes photos & vidéos de l'épreuve ne pouvaient que nous
inciter à venir y poser nos crampons d'amateurs de beau Raid VTT car l'épreuve annonçait du technique, de la difficulté extrême et du plaisir.


Lors du week-end de Pâques, nous aimons bien retourner du coté de Beaumes-de-Venise y rouler sur le Raid des Dentelles, mais cette année la course ne devait initialement pas avoir lieu pour cause de concurrence au calendrier avec d'autres compétitions, puis elle fut annulée au dernier moment pour cause de météo pourrie. De plus le Raid de 50km n'était plus à l'ordre du jour, les compétiteurs n'étant plus assez nombreux sur ce grand parcours, puisque la quasi totalité des coureurs s'alignaient sur le 35km servant de support à la coupe Régionale. Du coup nous avons la possibilité d'aller découvrir le XC d'Ecouves cette année; on nous a décrit en bien l'épreuve et son tracé correspond tout à fait à ce que nous attendons d'un Raid VTT.

L'épreuve étant limitée à 250 participants cette année, dès le 19 décembre je procédais à nos inscriptions, via le site Universal Bike Racing, à raison de 15€ par tête, un tarif très correct au regard des prestations de l'épreuve.

Samedi 6 avril

La course de demain se déroulant à moins de 2h30 de voiture de chez nous, pas besoin de faire le déplacement sur tout le week-end; on en profite donc pour roulotter par chez nous en vélo de route ce samedi matin. Un petit tour de 40 bornes quasi plat effectué en mode cool et en vélocité, pour tourner les jambes sans les fatiguer pour demain. Un petit vent froid de Nord et 3°C ne nous incitait pas en faire beaucoup plus, nous sommes rentrés et avons absorbé la traditionnelle ration de nouilles qui s'imposait pour recharger les réserves en glycogène de nos organismes à la veille de la compétition.

Mary prendra son Devinci, monture dédiée automne/hiver/printemps, sur lequel j'ai remonté à sa demande des pneus Rocket Ron UST devant et X-King derrière, car elle voulait du léger/étroit/peu pénalisant. De mon coté ce sera le SPARK chaussé d'un X-King 26x2.20" UST derrière et du Rendez 26x2.10" UST devant. Le terrain annoncé technique comportant de la racine et du cailloux, à masse semblable je préfère le Tout-Mou au semi-rigide.

Nous avons préparé nos affaires de VTT, prévoyant les tenues pour rouler en court ou en long, puis Mary nous a mitonnée une petite polenta agrémentée de légumes, d'œufs et de fromage pour manger un peu sur place le midi avant la course, celle-ci démarrant dimanche à 14h.

Dimanche 7 avril

De bon matin nous avons levé le camp pour rejoindre l'Orne, trajet tranquille sur routes peu fréquentées via la N12, ponctué de quelques malicieuse boîtes imposant de respecter les 90 km/h.
Nous arrivons sur place avant 10h, l'organisation se met en place, je gare la voiture en bordure de la Route Forestière Aubert non loin du départ qui se situait près du Parcours Sportif du Chêne au Verdier.

On s'équipe chaudement, les 8°C du thermomètre n'incitant pas encore à rouler en court pour l'échauffement, bien que les rayons du soleil commencent à faire de l'effet.

On part ensuite roulotter tranquillement en commençant progressivement par la route et les pistes, puis sur le tracé du parcours pour y découvrir les sentiers. Le terrain est quasi sec, il subsiste encore ça et là quelques petite plaques de neige, témoin de l'épisode mode congères que le Calvados et l'Orne ont connus récemment, ainsi que quleus zones humides généralement contournables, mais en aucun cas besoin de pneu dédié boue.

La forêt à dominante de conifères, sur certaines parcelles, dispose ici d'un terrain assez souple de terre/tourbe qui pompe l'humidité; par endroit le rendement en pâti et on y laisse un peu d'énergie. Sur d'autres secteur la terre plus dure peut coller et quelques ruisseaux en fond de vallée maintiennent une humidité permanente à leur voisinage.

La période hivernale et ce début de printemps ont été particulièrement pourri point de vue météo; de ce fait comme bon nombre de cyclistes nous avons eu bien du mal à trouver les créneaux pour rouler et le Home-trainer à bien chauffé en ce début d'année. Notre préparation s'en ressent, sans compter les 6 semaines de coupure suivant mon passage en clinique fin 2012, bref il nous manque du rythme et de la puissance. Nous n'aurions d'ailleurs pas du faire autant de roulage découverte/échauffement sur les sentiers accidentés du circuit du XC-d'Écouves avant la course, car on ressent déjà une fatigue naissante des guibolles; les prochaines fois on se limitera aux routes et pistes.

Nous retournons à la voiture manger un peu, on croise Ludo, Fred et d'autres gars de Tourisme & Aventures aussi en train de se nourrir, bien couverts. Coucou à Régis qui vient d'arriver, il était déjà venu l'an dernier. Avec lui nous ne sommes que trois représentants de Poissy VTT cette année, mais je pense que l'an prochain nous devrions y venir un peu plus en nombre du club, le parcours correspondant à ce que l'on apprécie dans le VTT et ce n'est pas très loin de la région parisienne.

Les rayons du soleil traversant la masse arborée procurent un effet calorifique plus qu'agréable, le peu que nous ayons roulé sur le parcours m'incite à ne pas trop me couvrir pour la course, alors j'enlève une surcouche et troque le collant long pour un cuissard court, des gants longs mi-saison, je garde un maillot long mais léger, je vire le bonnet, on se sent ainsi plus léger et à l'aise. Je croise Ludo, qui préfère rester en long.

Nous rejoignons l'aire de départ, au bas de la Route Forestière des Gateys, le parc coureurs y étant délimité par des barrières; nous sommes 177 au départ, tout ce petit monde se met en place sans que ce ne soit la cohue. Je vois Régis qui redescend de son échauffement sur la piste avec une mine des mauvais jours: il vient de casser sa chaîne 10 vitesses et demande si quelqu'un aurait de quoi le dépanner, un maillon rapide par exemple. Il a oublié d'en glisser un dans son kit de dépannage... n'en a pas dans sa voiture... et personne ne semble pouvoir le sortir de cette mouise à quelques minutes du départ. C'est rageant pour lui, on ne peut même pas le dépanner car n'ayant pas encore succombés aux voies du marketing, tous nos VTT sont encore en 26" et 9 vitesses. On a bien des maillons rapides 9 vitesses sur nous, mais incompatible pour que nous puissions le dépanner. Régis résigné ne prendra pas le départ, il tire une sacrée tronche...je crois que cela lui servira de leçon...et au cas où ça se reproduise, j'ai désormais un maillon rapide 10 vitesses dans ma caisse de dépannage que je trimballe lors de tout déplacement.

Bon je me suis placé aux avant postes, mais vu la configuration du départ en débutant par une longue montée sur piste ça devrait assez étirer le peloton avant d'entrer dans le premier chemin. Un petit briefing, puis à 14h02 le départ est donné, la meute s'élance ! Au passage, pour les quasi 4 heures de course que nous allons avoir, en comptant la remise des prix cela fait un départ un peu trop tardif car il nous faudra encore un peu plus de 2h pour rentrer. Il serait bon d'avancer l'heure de départ, à midi par exemple; à l'heure où j'écrit ces lignes je crois que l'organisation a déjà pris en compte cette remarque et que le départ devrait être avancé dès 2014.

Bon nous voilà dans le feu de l'action, ça fuse de tous bords et chacun cherche à se placer sur cette longue bosse sur large piste en gros faux plat montant de 1,1 km à 5%, le sol y est assez dur mais pas complètement lisse, deux larges virages en lacets précèdent l'entrée dans le premier chemin. Mais avant d'y arriver je constate de suite que mes guibolles ne sont pas au top, je suis scotché et n'arrive pas à rouler en rythme soutenu, manque de puissance en partie lié à mon sous-entraînement hivernal. J'ai aussi de plus en plus de mal à faire les départs avec les bougies augmentant sur mon gâteau d'anniversaire; il me faut au moins la moitié de course pour commencer à être bien. Mary me dira avoir eu la même impression.

Le troupeau s'est pas mal étalé sur cette piste, mais on se suit tout de même encore d'assez prêt à l'entrée du premier chemin, une trace qui attaque de face les courbes de niveau durant 200m, bonne pente et terrain terreux au rendement peu propice, j'y remonte par la droite quelques concurrents qui n'avancent plus, la terre y est irrégulière mais plus sèche. Un petit virage droite et la trace se rétrécie; ça grimpe un peu moins fort, une zone de pif-paf engendrée par deux blocs rocheux et grosses racines va créer un premier ralentissement, certains posent déjà un pied car peu de rythme à l'entrée du sentier plus étroit, j'arrive à éviter le piège et repasse devant un gars, ensuite on est obligé d'attendre l'écoulement du troupeau, le sentier serpente en grimpant doucement durant 200m au gré de la végétation, on y roule désormais un peu plus vite mais ça traîne encore de trop à mon goût, puis arrivés au point haut (312m) on bascule sur un chemin que l'on descend rapidement durant 300m, ça tabasse un peu à cause de racines et d'ornières durcies. On arrive au point bas où un petit pont de bois permet de passer un fossé où coule un ru, petite relance et terrain mou puis on revient sur le chemin un peu plus large et dur qu'empreinte le parcours sportif. Là on peut remettre un peu de gaz, passer deux ou trois gars plus lents, puis le chemin se met à remonter progressivement vers la ligne d'arrivée, les spectateurs nous encouragent, on louvoie entre quelques rochers affleurant, un peu de racines, puis la pente s'accentue en arrivant dans un virage gauche-droite où s'impose un bon choix de trajectoire entre cailloux et racines, aux premiers tours la fraîcheur des guibolles permet de s'arracher pour passer ça sur l'intermédiaire.

14h21

Nous avons parcouru 2.5km lorsque nous passons une 1ère fois sous l'arche d'arrivée.

On va désormais grimper durant plus de 3km, avec quelques légères redescentes, pour parvenir au point le plus haut du circuit. Là commence le domaine du tricotage, nous allons enchaîner les passages sur beaux sentiers, les descentes-montées en travers de goulets, serpenter entre les blocs rocheux, zigzaguer par de petits virages en lacets qui s'enroulent bien pour peu que les mollets soient assez frais et le terrain pas encore trop creusé, se faire secouer le dos sur de courtes portions de pierres et racines, glissantes quelques fois en dévers, dépenser de l'énergie pour gravir de multiples et courts talus, descendre moult petite buttes un peu pentues, remonter des goulets, tout ceci dans une atmosphère luxuriante de tapis de mousses sous les conifères, superbe.

Le terrain de terre et tourbe est parfois souple, exigeant, usant; lorsque la fatigue se fait sentir les pilotes buttes, vont à la faute, mais frais on peut avaler un maximum d'aspérités du terrain avec un minimum de rythme, en enroulant bien, sans tirer gros. A ce jeu je me débrouille pas trop mal, mais me vois parfois gêné par des pilotes moins techniques. Au premier tour on se suit encore de trop prêt dans ces zones où il n'est pas possible de rouler en continu et en rythme, j'en double un peu, mai ce n'est pas aisé.

On arrive sur un chemin un peu plus large en faux plat descendant sur 300m, là j'embraye et en profite pour doubler un ou deux gars, je commence à être chaud et un peu plus en jambes. A droite toute, on remonte durant 300m un chemin un peu en gouttière, puis une légère descente mène sur un sentier qui serpente en remontant doucement durant 500 vers le Carrefour de la croix Madame (408m). Traversée de bitume (chose exceptionnelle sur le tracé de ce circuit essentiellement forestier)  à ce point le plus haut du circuit, désormais on va pouvoir récupérer un peu en descente avant la suite des réjouissances. En tout-cas ce parcours tracé en Forêt Domaniale d'Écouves est franchement beau et on peut pas dire que c'est roulant, bref c'est du plaisir.

Allez hop, 200m de joli sentier étroit louvoyant, trépidations de la machine sous 2 ou 3 micro-woops engendrés par des traversées de racines, on traverse un chemin pour choper en face un sympathique sentier en creux descendant doucement, quelques passages de roches/racines et buttes, baisser la tête, ne pas cogner des pédales comme le gars devant, ambiance sombre sous les sapinières denses, puis on débouche sur le chemin qu'on a traversé plus haut. Là on peut passer le 44 dents et envoyer la purée dans cette portion de descente rapide durant 500m, en évitant à mi-parcours la grosse pierre sournoisement bien plantée au milieu du chemin, puis les courbes de niveau se resserre, le chemin se rétrécit et la population minérale se fait de plus en plus dense en arrivant vers le bas du goulet, ça tabasse bien et je ne regrette pas mon SPARK.

On débouche sur la Route Forestière des Arcis, des bénévoles nous indiquent le gauche-droite à y faire, qu'on avait repéré avec Mary lors de la reco. Là on peut à nouveau ouvrir les gaz, le chemin est rectiligne durant 200m, ça secoue un peu au début avec une zone de cailloux éparses ancrés dans le sol, puis le terrain redevient ferme et un peu plus lisse. Un creux du relief, traversée d'une zone de flotte un peu boueuse, ça passe à gauche sur la bordure sans trop s'y mouiller tout en gardant un rendement correct, puis on aborde 100m d'une remontée un peu casse-patte mais qui s'absorbe en injection avec la fraîcheur des premiers tours, je dépasse un ou deux gars, puis lâche les gaz car derrière le chemin redescend durant 200m avant d'arriver sur un virage à gauche, pris en large courbe et marquant la suite d'une descente nous menant à un point bas du parcours.

Descente rapide avec virage doux, terrain dur mais sec et rendu un peu glissant par quelques bouts de bois et cailloux, reste de l'exploitation forestière.

La pente s'accentue, ça secoue un peu, terre et racines/cailloux, on passe un ruisseau par une passerelle de bois, puis on chemine en fond de vallée, terrain un peu humide et souple, avant d'entamer la remontée.

Voici 300m de chemin un peu empierré, pente de 10% à remonter, rendement pas top, pauvres jambes, ça mouline, je remonte tout de même un peu, mais il ya encore du gaillard plus frais qui grimpe encore bien. On oblique à droite, sentier large plus calme pour se refaire un peu la cerise, mais le terrain est un peu mou au début et ça casse les guibolles. Enfin la pente s'inverse et on repend un peu de rythme, zone de vibromassage à la mode racines de travers à la sauce cailloux - vive le Suspendu- puis on oblique à droite dans un sentier plus étroit tracé sur la terre meuble en dévers, là ça devient techniquement intéressant, virage serré et pentu à gauche, je passe derrière la selle, la pentue s'accentue, deux mini marches engendrée par des troncs couchés, la descente sur 100m est bien pentue mais le terrain souple et quasi pas glissant permet de bien passer selle haute bien en arrière de la selle, faut juste pas aller trop vite car avant le bas il y a une souche à éviter au milieu. Plusieurs spectateurs nous encouragent, ou attendent les gamelles. Certains coureurs moins techniques préfèrent passer à pied cette difficultounette.


Un peu de pente !

Parvenu en bas, la banane jusqu'aux oreilles, on suit une piste humide sur quelques dizaines de mètres, essayage de franchissement de talus en dévers précédé d'un creux détrempé, on longe un réservoir d'eau pour basculer sur la D204.

On va remonter cette petite route sur 200m, moment de répit permettant de boire/manger. A droite toute, quelques mètres de plat avant d'attaquer un bon raidillon casse-pattes. Les premiers mètres sont assez raides, la terre souple n'améliorant pas le rendement, mais je passerais ce passage entièrement sur le VTT aux 3 tours, bataillant entre la recherche d'adhérence, la meilleure trajectoire et l'économie des watts. Pour bon nombre de coureurs cet endroit se négociera à pieds, on y voit ceux déjà cuits au premier tour et qui en baveront aux suivants, du moins ceux qui n'abandonneront pas sur cette épreuve très physique où le circuit offrant peu de portions de répit empêche les gros rouleurs de se refaire, tandis que les pilotes complets et bon grimpeurs peuvent tirer leur épingle du jeu et bien finir. La montée se poursuit sur une pente un peu moins forte, mais le terrain souple est défavorable au roulage, on a l'impression d'y rester coller s'y voyant mouliner sur le 22 dents; j'voudrais ben, mais j'peux point.

Allez, vous prendrez bien 100m d'une petite descente sympa pour vous refaire, mais derrière ça remonte de 100m, avec toujours ce rendement déplorable au sol vous donnant parfois l'impression d'être crevé, ou sous-gonflé; mais non, c'est bien toi mon gars qui te traîne. Et dire qu'il y a encore 2 tours de ce régime: va falloir bien la gérer cette course, bien s'alimenter, s'hydrater, ne pas brûler trop vite toutes ses cartouches. Bon, là c'est un peu moins ardos durant un bon kilomètre sur la Butte du Vignage, un peu de répit, puis on redescend par du sentier sympa vers le parcours santé. Chemin plus large et dur, le rythme remonte, on grimpe durant 400m pour revenir vers l'aire d'arrivée, on y fait un crochet pour repartir à droite en légèrement descente, de nouveau tournage de jambes/récup rapide pour rejoindre une zone technique bien sympa, qu'on a bien sûr reconnu au préalable ce qui aidera Mary par la suite.

Un arbre où est accroché un petit panneau 'Danger', Chic-Chic on va s'amuser. Enfin pas pour tout le monde, car pas mal de coureurs passeront cette difficulté à pied, certains s'y étaleront avec plus ou moins de réussite. On commence par louvoyer entre quelques roches arrondies affleurantes, une petite marchounette de pierre/racine à sauter, puis la pente s'accentue et le champ de cailloux se découvre devant nos pneus. Là, plusieurs voies se présentent, mais il valait mieux ne pas chercher la complexité et filler droit devant, placer la roue avant dans la gouttière en V formée par deux rochers, tenir fermement le cintre et regarder au loin, en ne passant pas trop lentement pour éviter de butter sur la première volée de pierres. J'ai bien négocié ce passage à chaque tour, un peu moins bien au dernier en voulant innover un peu plus à droite, ce qui m'a obligé à sortir un pied en appui. J'ai bien aimé cette zone plus technique du parcours, aidant à creuser un écart avec les autres concurrents moins aguerris.

17h35 17h35 17h35 17h35

On suivait ensuite une trace qui ramenait sur le chemin plus large du parcours sportif, remontant en faux plat durant 300m pour traverser la Route Forestière des Gateys. De là on allait attaquer une autre portion bien physique du parcours.

Un coup de jarret pour gravir un talus, 100m de joli sentier bordé de bois et buttes moussus, légère descente, puis 300m de remontée, commençant par un sentier en léger dévers roulable, en évitant quelques racines de biais, une pierre saillante et un reste de souche, une courte butte raide -qui aurait pu passer au premier tour, puis le terrain s'est trop dégradé- en poussette sur 2m, la pente s'accentue, virage à droite puis c'est portage, virage gauche, la pente se calme, on arrive sur le replat du Vignage. Retour en selle, le chemin rectiligne permet de remettre les gaz à fond en descente durant 200m, sans se planter dans l'ornière, ni accrocher une pierre. On quitte le chemin au profit d'une trace plus étroite qui nous mène vers le joli sentier longeant la corniche, se concentrer sur la trace et pas tomber sur les quelques mètres aériens, puis ça redescend doucement, passage de racines, négocier le virage avec marche de pierre encadré par deux rochers, ça passe bien en y allant franchement. Suivent 500m de descente rapide vers les Rochers du Vignage, passage de dalles rocheuses en léger dévers rendues un peu glissantes par l'humidité, mieux vaut ne pas trop freiner et chercher la trajectoire la plus droite, descente de butte enracinée, on remet la poignée de gaz à toc pour dévaler, ça tabasse pas mal avec plusieurs traversées de grosses racines et un peu de cailloux, l'option trajectoire de gauche est plus reposante. On arrive ainsi en haut d'une rupture de pente plus prononcée, foule de spectateurs annonçant la proximité d'une difficulté gage pour eux de spectacle, soit 200m à plus de 20% sur une terre où le grip au freinage ets bon, ça ne glisse pas trop, selle haute tout derrière la selle, le regard au loin en quête de la bonne trajectoire comportant le moins de racines en biais, ça passe bien comme à la reco.

Virage gauche, on arrive au point le plus bas du circuit (220m). Le trace remonte par un sentier un peu casse-pattes, succession de petits coup de cul en courtes buttes à remonter, puis une trace en dévers surplombant la piste forestière, micro-montagnes russes où le vélo ondule, puis redescente sur la piste forestière pour repasser sur le parc de départ, la boucle est quasi bouclée, encore 2,4km en remontant la piste en faux plat montant, le sentier un peu raide et me voici passant sous l'arche où je boucle ce 1er tour de 17.2km(+589m), un peu plus long, en 1h24 à la moyenne cardiaque de 165 bpm. Un bien beau parcours, mais exigeant, le terrain rendu plus souple par le reste d'humidité accentuant l'impression d'être scotché à certains endroits.

15h31

Au 2ème tour j'ai calmé un peu le bonhomme, j'ai aussi accusé un léger coup de moins bien et le manque de lucidité m'a fait butter à quelques reprises sur des broutilles, le terrain se creusait faisant ressortir des racines et pierres sur lesquels le pneu arrière ripait, j'ai commencé à reprendre des gars plus cuits que moi, les montées-descentes successives me favorisant à ce jeu, sans compter les quelques passages plus techniques où je pouvais creuser l'écart.

On était beaucoup plus espacés, permettant de mieux négocier en rythme certaines zones, sans traîner sur d'autres comme au premier tour.

J'ai bouclé ce 2ème tour de 14,9km(+424m) en 1h15, y savourant les zones techniques et ce beau massif forestier. Moyenne cardiaque de 159 bpm, en baisse.

Voici le 3ème tour, celui que dans sa tête on attend comme (la délivrance ?) étant enfin le dernier, les forces faiblissent, les passages répétés sur les mêmes traces n'arrangent pas le terrain qui ne vous le rend pas bien, mais ne rien lâcher car le paysage VéTétistique Écouvien s'est clarifié au fil des tours et des nombreux abandons; il faut être fort et en forme pour boucler l'Extrême. Je grimpe encore toutes les bosses sur le VTT, là où certains lâchent la partie perclus de crampes ou vidés, mais avec bien moins de fraîcheur et plus souvent sur les plus petits développements : je suis bien content d'être encore en triple sans avoir succombé aux marketteux qui essayent de nous faire croire que l'avenir est au mono-plateau/casette-énorme...c'est qu'avec l'âge on s'assagit...

J'ai rattrapé Mary au niveau du raidillon suivant la D204, cette montée fut difficile avec les jambes dures et un sol terreux encore plus dégradé, mais je n'ai rien lâché, encouragé par Mary, j'y ai rattrapé puis dépassé Fred de T&A qui marchait, bien cuit visiblement. Sur le chemin du Vignage j'ai vu un coureur à terre, Romain Nogueira, des spectateurs s'occupaient de lui et il était conscient avec un petit peu de sang au visage, il en sera bon pour quelques points. Après avoir ralenti un chouilla au passage, le coureur étant déjà bien entouré, j'ai continué mon chemin. Mary qui s'était gourée après son 2éme tour, qui roulait alors plus cool au 3ème, s'est arrêtée pour lui prêter main forte.

18h01

Malgré la fatigue et les grosses cuisses, je me sens mieux dans ce dernier tour et je me surprends à pouvoir remmener du braquet et passer en force certains passages. J'arrive ainsi à revenir sur des coureurs et grapiller ainsi quelques places, mais il n'y a plus grand monde sur le circuit désormais. Allez un dernier effort pour vaincre la dernière bosselette, le brouhaha de la ligne d'arrivée, Yes !

Je boucle ce 3ème et dernier tour de 14.6km/+447m en 1h19, à la moyenne cardiaque de 155 bpm. J'aurais mis 3h56'49 pour boucler les 47km de cette course, avec une mini moyenne de 12.4 km/h, preuve que ce circuit n'est vraiment pas roulant du tout.

18h01

Je profite du ravito pour reprendre des forces, séquence dévorage et ré-hydratation, en devisant avec les têtes connues, celles que l'on a l'habitude de croiser sur les épreuves qui valent le déplacement, comme Séb ESCUAIN (Les Koyotes), Serge DAVESNE (XC Couronne), l'ACBB et bien d'autres encore. Mary a bien appréciée aussi ce circuit très exigeant, mais elle a réussie à se gourer en croisant au niveau de l'aire d'arrivée, dommage car elle pouvait faire un pod.

N'ayant pu boucler complètement son dernier tour, Mary ne pensait pas figurer dans le classement Féminin. Nous étions prêt à repartir lorsque les organisateurs l'ont rappelé après le podium des Dames, puisqu'ils récompensaient les féminines. Mary reçue ainsi en cadeau un lapin en chocolat -Pâques oblige- et une bouteille de Poiret, sympathique attention qui change des coupasses dont on ne sait plus quoi faire.

En tout cas, le lapin a pris une méchante claque sur le trajet du retour...

A l'heure où les circuits de XC ont tendance à s'aseptiser, de par des instances cherchant toujours à médiatiser au mieux les épreuves vélo, il est bon de saluer ici la volonté des organisateurs du XC d'Écouves qui nous ont concocté un circuit tout à fait dans l'esprit du pur VTT, exploitant un formidable terrain de jeux, dans le but de combler les compétiteurs. On ressent toujours la patte d'un traceur passionné et amoureux du VTT sur un parcours, là il est évident que c'est le cas, même si le club organisateur regroupe en plus du VTT des pratiquants de Duathlon et de Triathlon.

Le XC d'Écouves n'en est qu'à sa 3ème édition, nul doute qu'il continuera de grandir au fil des années à venir, attirant de plus en plus d'amoureux de beau VTT, car il rentre dans le cercle des belle épreuves comme l'ex Gamelle Trophy. Cette année il y avait 207 inscrits, dont 117 coureurs au départ. A l'issue des 3 tours de ce XC hors-catégorie, on dénombrait seulement 86 classés, soit 48,59% de finishers : une vraie course de guerriers !

Nous étions de retour en notre chaumière vers 20h30, contents d'avoir passé là-bas une dure mais belle journée, découvrant un nouveau terrain de jeu. En tout cas, l'an prochain nous essayerons d'y revenir si c'est possible !

Mary dans la zone technique : no stress, fingers in the nose et avec le sourire !

Pédalator


Résultats

> Le scratch <


 POLAR
CS600x
TwoNav
ULTRA
Garmin
Edge810
Départ :14h01'5213h59'3713h52'01
Temps roulé :3h53'44-3h39"06
Temps de déplacement :-3h58"01 
Temps total (avec arrêts):3h56'493h59"34 
Moyenne:12.4 km/h12.0 km/h12.02 km/h
Vitesse max.:41.4 km/h37.0 km/h41.61 km/h
Distance:47,9 km46,63 km43,9 km
Dénivelée positif cumulé:+1615 m+1593m+1685 m
Dénivelée négatif cumulé : -1490 m   -1597 m
Température Min/Moy/Max: 6/8/10°C    
FC Min/Moy/Max:72/160/179sans ceinturesans ceinture
Calories2851 kcal2909 kcal1813 cal
Période échantillons :5sAuto 
Démarrage compteur :manuelmanuel 
Fichiers échantillons13040701.hrmGPXGPX
Version logiciel GPS-2.7.52.30
Distance/dénivelée annoncés :3 x 15km / +500m
(46km +1490m sur 3 tours)

Profil des 3 tours

Profil du parcours

Les données de Pédalator

Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS RENDEZ LUST26"x2.10"1.8 bars2040mm(716g) 
Arrière :CONTINENTALX-KING26"x2.20"1.8 bars (707g) 
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXSID World Cup 201084/86 Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc92 Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Le Cycle Alenconnais

le XC d'Écouves sur FB

on en parle sur le forum de Véloptimal

Photos

XC d'Ecouves 2013 par BERGUE Bertrand : Album 1 et Album 2

XC d'Ecouves 2013 par BRODIN Christophe : Album 3

Albums V.C. Nonantais par BERGUE Bertrand : Avant 16h16 : après 16h16

Nos albums photos du jour

Photos par Keka'Wife (Jean-Pierre Germain)

Bafouilles

Le CR de Mary

News du jour sur le site de Vélo Vert


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : dimanche 18 août 2013 12:04

<<< ESCAPADES >>>