La Granit'Montana ULTIME

17/06/2012 - (87) St-Sylvestre

Raid Marathon VTT 76km

la plaque de cadre de Pédalator

Encore plus

Cette année nous avions prévu de retourner faire le Raid des Terres Noires le 24 juin
car l'an dernier le parcours était plus long, plus beau, plus aérien, mais aussi plus dur...
Or avec les derniers mois pourris niveau météo, Mary n'a pu s'entraîner assez
pour retrouver un niveau suffisant en reprise d'après son opération du genou de 2011,
elle a ainsi souhaitée annuler nos inscriptions à quelques semaines de l'épreuve
car elle ne se sentait pas en mesure de terminer les 70km des Terres Noires sans en baver de trop...
Me sentant aussi un peu juste par manque d'entraînement rythmé et vu que
Bernard avait mis plus de 8h l'an dernier pour boucler le 70km, soit 2h40 de plus que mon temps de 2009 sur le 60km,
je n'étais pas chaud pour m'aligner cette année sur ce Raid bien physique, ça se fera sans doute pour la 10ème en 2013.

N'ayant plus au 24 juin d'objectif majeur nous demandant d'arriver en Top-forme, il devenait possible de s'aligner la semaine précédente
sur la 3ème édition de La Granit'Montana, épreuve typé XC-Marathon que nous avions beaucoup apprécié lors de la 1ère en 2010
et qui s'était bonifiée l'an dernier sur la 2ème édition où j'étais retourné avec Fred dans cette région des Monts d'Ambazac
Aurélien et ses gars de l'Ambazac Sprinter Club exploitent au mieux un formidable terrain de jeu pour le VTT.


Cette fois nous revenons à 4 de Poissy VTT, Régis et Nico étant chauds pour venir en découdre à St-Sylvestre. Fred était aussi inscrit, mais son boulot ne lui a pas laissé assez de temps pour s'entraîner; on en a profité pour récupérer sa place car La Granit étant limitée à 400 places, la renommée grandissante de l'épreuve avait fait que le quota était atteint avant la fin mai et que les organisateurs refusaient déjà du monde. Heureusement qu'il y eu des désistements dans les dernières semaines et que j'avais prévenu Stéphane pour qu'il me mette au chaud deux places au vu de notre incertitude à pouvoir faire le Raid des Terres Noires, fin mai j'ai ainsi pu m'inscrire avec Mary, à raison de 19€ par tête sur La Granit'Montana ULTIME de 76km.

La 1ère édition en 2010 était vendue pour 71km/+3000m : j'avais un peu plus de 71km/+2597m à l'arrivée, parcours bouclé en 5h41'52 sur terrain détrempé. Nous étions alors seulement 91 au départ pour 68 à l'arrivée, soit un peu plus de 25% d'abandons.
L'an dernier à la 2ème édition annoncée pour 75,9km/+2670m, moins entraîné je venais à bout des 77km/+2825m en 6h07'29 sur terrain sec. Nous étions 156 au départ, mais seulement 116 à l'arrivée, soit encore un peu plus de 25% d'abandons.

Que nous réserve cette 3ème édition 2012 annoncée pour 76km/+3000m où nous attendent des nouveautés ???
Coté mollets affûtés, Jean-Paul Stephan est de retour, ayant découvert et fort apprécié la 2ème édition de l'épreuve où il avait été handicapé par des problèmes mécaniques, donc revanche à prendre pour lui cette année.

En consultant la liste des inscrits au 17 juin, on s'aperçoit qu'il n y'a que 8 locaux du 87 d'inscrits sur le grand parcours de 76km ; auraient-ils peur d'affronter La Montana ???

Cette année je roulerais sur mon SPARK, car si l'an dernier j'ai pris plaisir dans le technique au guidon de mon Genius-10, dans la répétition des nombreuses montées j'ai bien ressenti son kilogramme de surpoids. Le SPARK revient donc, sa proue dotée d'une fourche SID World Cup fraîchement révisée (elle avait un comportement bizarre, un peu affaissée; failli planter deux fois lors du ROC Trespouzien), les roues dotées de pneus MAXXIS RENDEZ UST 26x2.10" devant et derrière je vais tester un CONTINENTAL X-King UST en 26x2.2", un profil à crampons bas espacés qui me donnera du grip en montée et au freinage sans trop pénaliser le rendement. Pour l'occasion j'ai remonté une cassette XTR 11-34 de 9v, car là-bas ça monte souvent fort et longtemps; l'an dernier j'étais en 20 dents devant avec 11-32 derrière et j'avais apprécié ce petit braquet.
J'ai aussi refait une purge du frein arrière HOPE X2 -il avait trop de garde- et j'ai remplacé les plaquettes arrières (les actuelles sont usées à un peu plus de la moitié) par des neuves, en cas de pluie et/ou boue liquide abondante.

Sur le SPARK de Mary, j'ai monté récemment une nouvelle fourche REBA RL 2012 100mm, plus performante que l'ancienne SID au niveau hydraulique. Coté pneus, un profil polyvalent et moins pénalisant au roulage a été monté à l'arrière : un SCHWALBE Smart Sam Evo 26x2.1" UST, tandis qu'à l'avant on laisse le MAXXIS ADvantage LUST 26x2.1" offrant bon rendement et gros volume adapté aux passages techniques.

Samedi 16 juin

Levé programmé pour 7h, mais debout un quart d'heure avant, l'habitude du réveil boulot. Bien qu'il faille moins de 4h pour rallier St-Sylvestre depuis les Yvelines, on préfère partir tôt pour se donner la possibilité de roulotter et favoriser la récupération des guibolles suite au trajet voiture. Ainsi à 8h42 on quitte la région parisienne sous la grisaille annonciatrice de pluie imminente, mais le temps sera plus clément en descendant au sud où le soleil sera de la partie, cool.

On arrive devant le petit hôtel Le Florid de Népoulas à 12h19, on décharge les sacs, puis on repart et on s'arrête en forêt pour pique-niquer (plâtrée de nouilles-façon-Mary inside, Miam). Le sol semble sec, cool. On passe ensuite à Ambazac faire quelques courses au supermarket, à la recherche des cartes IGN locales. On y visite aussi l'Office du Tourisme local pour récupérer les plans des parcours balisés VTT du coin et quelques adresses d'hébergement, tout ceci dans le but de revenir en gros week-end et/ou sortie club dans ce coin qui se prête particulièrement bien au VTT.

Retour à l'hôtel, on saute dans les tenues vélo puis direction vers St-Sylvestre sur nos VTT pour dérouiller les gambettes, le ciel est plus couvert façon orageux mais le soleil chauffe. Roulottage tranquille sur les 7,75km du trajet aller avec séance photos.

Petit coucou et papotages avec Stéphane et Aurélien les organisateurs qui bossent comme des chefs pour nous faire partager leur terrain de jeu, puis on rentre dans la salle des fêtes effectuer le retrait du package d'inscription : contre les confirmations d'inscription qui nous ont été envoyées, je retire nos deux pochettes d'inscription; N°165 pour Mary et N°124 pour moi.

Elles comprennent la plaque de cadre, les 2/3 serre-fils, 1 ticket pour le repas (10€ en plus, à choisir à l'inscription) on reçoit un Tee-Shirt, collector celui-ci !


Stpéhane
(stef_mtb)

Aurélien
(Aure)
Le Traceur

Il y a un sacré boulot d'organisation au vu des panneaux indiquant les différentes descentes, montées, difficultés et ravitos repérés sur la carte des parcours.

Même les accès aux différents secteurs sont repérés et fléchés sur les routes, pour les accompagnateurs et secours. Du sérieux et chaque année il y a du nouveau, bravo.

J'irais sécher la louche à Olibabe unique représentant Belge (la renommée de La Granit traverse les frontières) et journaliste à O2 Bikers, qui part en session photos avec Jean-Paul Stephan et d'autres coureurs.

On taille une bavette avec Albike et Dodie, ainsi qu'avec Georges et Cécile rencontrés à la TB09. On repère la dernière montée, prise ici en descente pour tester la nouvelle fourche de Mary dans les cailloux, puis on s'en retourne en VTT vers l'hôtel, en descente cette fois ça ira plus vite. On aura ainsi roulé un poil plus d'une heure pour 16,1km.

Le soir nous retrouvons Régis et Nico au restaurant Gastronomique "Le Clos des Cèdres" situé à Bonnac-la-Côte, que Mary avait repéré et faisant partie de ceux conseillé par Stéphane. Une bonne table, qualité, présentation, fraîcheur, quantité suffisante sans ressortir le ventre lourd, ce qui est parfait pour les efforts à venir. On l'a joué sobre et sportif, avec cocktail de fruits sans alcool et H²O seulement comme boisson. Pour un restaurant de province, le menu à 39€ nous semble toutefois un peu cher si l'on compare à ce que l'on peut manger pour le même prix dans un bon restaurant en région parisienne. Quelques gouttes de pluie tombent alors que nous dînons, mais c'est sec en ressortant.

Retour à l'hôtel, préparation des affaire et dodo de bonne heure. La chambre N°2 située près de l'escalier à l'étage est un peu exigüe, et on entend les bruits de la salle de restaurant/bar du dessous; difficile de s'endormir tôt. Pour les prochaines fois si' l'on revient dans cet hôtel faudra demander si l'on peut avoir une des chambres du fond du couloir où j'étais l'an dernier avec Fred, c'était plus silencieux.

Dimanche 17 juin

Levés tôt pour avoir le temps de s'échauffer et se préparer sans stress, on déjeune dans la chambre, Mary ayant tout prévue en amenant la bouilloire pour le café. Je recharge nos sac et VTT dans la voiture pendant que Mary achève de se préparer. La route porte encore des traces d'humidité par endroit; il a du pleuvoir cette nuit. Le ciel est un peu gris orageux mais la météo annonce beau avec probabilité de pluie orageuse en fin de journée; ça va le faire. Il ne fait pas froid, donc tenue courte sans sous-maillot.

On quitte l'hôtel et on file rejoindre St-Sylvestre. Peu de monde sur place encore, je me gare près de la salle au calme. On se prépare puis on part s'échauffer, les jambes semblent bonnes, on a bien fait de roulotter hier. Petit coucou à Albike et Dodie qui ont dormi sous la tente; il a plu pas mal cette nuit, au moins jusqu'à 2h du mat' jusqu'à ce que Dodie s'endorme, donc on risque de retrouver des traces d'humidité dans les chemins. Pas mal de têtes connues, provinciaux et parisiens.


C'est parti !

Retour sur l'aire de départ, Les cheminots s'élancent à l'heure pour les 38km de leur Championnat National, en trombe pour cette si petite distance. Nous prenons leur place, je me positionne devant vers la 2ème ligne derrière les affûtés. La course se déroule sous l'égide de la FFC, mais la population de vététistes est très variée et les mollets passés au papier de verre à grain très fin sont bien moins nombreux que ceux des 'poilus'.

Stéphane en mode speaker annonce les réjouissances du jour, en clair : qui veut aller loin sa monture devra ménager...

Après un petit retard pour un concurrent ayant des problèmes de chaussures, le départ est finalement donné à 8h47.

Pas moins de 22 montées sont au programme, la boucle spécifique du parcours 76km/+3126m arrivant en seconde moitié du tracé comportant à elle seule 923m de D+ (IGN) pour 19,725km soit presqu'un tiers du dénivelé effectué sur de longues bosses. En récompense, ce sont près de 32 descentes qui émaillent ce somptueux tracé, avec des rapides (encore que) et des techniques ou cailloux et racines sont légion.

Cette année j'ai l'impression que devant ça démarre moins rapidement, sans doute lié au fait qu'il y ai moins de jeunots affûtés et plus de Masters qui mettent plus de temps à se mettre en route et gèrent mieux les épreuves ardues comme La Granit, on sait ce qui nous attend derrière. Ne souhaitant pas être gêné dans le premier sentier je fais l'effort, suspension bloquée, pour rester aux avant postes, ce qui se passe bien car on rentre vite dans le goulet puis le sentier descendant du début sans bouchon et en s'étalant déjà bien, avec derrière déjà le début d'un écart avec le reste du troupeau.

Je vais faire un début de course assez rapide, j'essaye toutefois de me brider pour ne pas éclater en vol trop tôt, j'ai le cardio au dessus des 170bpm et j'ai du mal à m'obliger à descendre dessous, même en essayant de me calmer; le temps est encore un peu orageux et j'ai l'impression d'avoir un peu d'asthme à cause de ça, mais ça ira mieux au fur et à mesure. Je me sens bien jambe, je suis bien placé au comptage des bénévoles disséminés sur le parcours, un écart conséquent est déjà créé entre l'avant de course qui n'est plus à ma vue et les autres concurrents derrière moi, je roule plus ou moins avec les mêmes gars en comité très restreint ce qui fait qu'on n'est pas gêné dans les descentes et passages techniques où je peux me lâcher et passer sans problème, sauf au début un gars s'arrête peu avant le final d'une descente et je manque de lui taper dedans.

Les premières descentes annoncent le plaisir de pilotage, on tournicote, on plonge, on zigzag, parfois j'évite les gros cailloux, parfois je m'amuse à monter dessus pour corser les trajectoires et me rajouter des marchounettes. Le terrain est parfois un peu glissant à cause des pluies récentse, parfois un peu gras, mais la terre noire ou le sol de sable grossier a déjà bien bu les pluies de la nuit et il ne subsiste que quelques bonne flaques qu'on peut généralement éviter; le terrain est beaucoup moins détrempé qu'à la 1ère édition. Je crois que c'est dans la 2ème descente que je me fais surprendre par le terrain plus glissant et mon frein arrière HOPE X2 qui joue le ralentisseur -plutôt que de freiner- ce qui m'envoie dans un petit arbuste où mon cintre s'entoure autour du tronc; bialn un support de compteur HS, je récupère le compteur tombé au sol, vérifie que le GPS est encore là et redresse le support, puis repart. C'est décidé, au retour je vire du SPARK ces HOPE de M#!*@e et monte les MT8, progressifs mais puissants.

Le parcours, emprunté dans le sens horaire, reste très semblable à celui de l'an dernier, mais encore bonifié cette année par des variantes, vers les Vieilles Sagnes, avec de superbes nouvelles descentes techniques en sentier et chemin, comme celle du coté de Mallety, de nouveaux enchaînements autour du Puy de la Garde, avec aussi de nouvelles montées...près de l'Arbrissou et une visite de Tourbière vers Sauvagnac... Bref les petits gars de l'Ambazac Sprinter Club savent se renouveler et améliorer un parcours déjà bien abouti, tout ceci pour notre plus grand plaisir.

Le tracé du parcours de cette Granit'Montana reste très exigeant et demande une solide préparation pour ceux qui veulent venir à bout du grand parcours, car le dénivelé important est usant par la répétition des nombreuses bosses, souvent longues et de pente souvent soutenue, d'autant plus que le terrain ne rend pas vraiment bien à maintes reprises; passé la mi-parcours on se voit ainsi collé au sol sans raison, pédalant tout à gauche alors qu'on a l'impression qu'il n'y a pas de pente, la fatigue en plus. Parfois ce sont quelques portages bien raides qui viennent rajouter des tensions à nos pauvres petits mollets déjà bien sollicité; pas grave, mode TransV/TransbiKING avec vélo sur le dos notre entraînement de l'année porte ses fruits et aide à vaincre ces gâteries, comme la "grimpette des pylones" que j'aurais pu essayer de gravir mais avec plus de fraîcheur et moins de bornes dans les cannes. Ensuite les descentes sont souvent techniques, par la pente additionnée des pierres et racines sur un terrain qui cette année était un peu plus glissant. C'est bien sûr moins difficile et moins caillouteux que certaines épreuve du Sud, mais pour une majorité de vététistes peu habitué à une telle profusion de passages techniques leur progression peut s'avérer plus ardue et la fatigue s'accumulant la faute vient vite lorsque la lucidité se fait moins vaillante.

La course avance, je savoure chaque descente joueuse, chaque sentier, je passe les bosses sans trop donner et sans les subir, je me régale des successions de descente-remontée de buttes, des tournicotons entre les arbres, des passages entre les petits murets, le paysage forestier ressemble parfois à celui du Morvan et des Vosges, Sapinières, rochers arrondis couverts de mousse ou dalles rocheuses pavant les sentiers. Personne ne me revient dessus durant la première moitié du parcours, je roule quasi seul, au même niveau qu'un à deux autres gars.

Fabien m'a passé, son shifter gauche de changement de plateau pendouillait au bout d'un serre-fils. J'ai passé Jean-François Chabot, un bon compétiteur qui semblait avoir des problèmes de roue; je pensais qu'il me reviendrait dessus bien vite, mais pas revu, sans doute bâché. Fred de T&A était aussi sur le bas coté, regonflant un TubeType façon Notubes récalcitrant, mais lui m'est repassé plus tard devant.

Je reconnais plusieurs portions du parcours, d'autres me semblent nouvelles (ou j'en ai oublié le 4ème cailloux du 3ème virage à droite du 55,498ème kilomètre), je suis content de passer sur le VTT un passage caillouteux que les années précédentes j'avait du mode pédibus franchir, je me sens plus à l'aise dans certains franchissement techniques.

Au 3ème ravito -celui sous la cabane en bois- un coureur revient un peu énervé; c'est son 2ème passage ici, il a du rater quelques flèches de balisage... Pourtant le parcours était super bien balisé, avec des panneaux prévenant plusieurs dizaines de mètres avant les changements de direction, puis avec des rappels. Je remplit le Camel, j'ai beaucoup bu pour limiter l'arrivée des crampes. Restauration sucrée, récup puis retour en selle.


11h36

Cette année les organisateurs ont agrémenté le balisage -sans faille et bien visible avec anticipation des changements de direction- par une succession de petits panneaux informatif et/ou humoristiques : ceux des "Grimpettes" annonçant la proximité d'un regain de moulinage tout à gauche, ceux des "défis" annonçant des passages techniques et/ou trialisant que j'ai tous passé, en dehors de 2 à 3 grosses marches ou enchaînement de roches mal rangé où si l'on arrive mal placé il s'avère difficile de les franchir sans grosses corones ou un sérieux bagage technique.

C'était amusant, intéressant pour se situer en revoyant une carte, mais cela a du demander un sacré boulot de préparation, puis de placement sur le terrain ensuite.

A plusieurs reprises j'apercevrais Aurélien et Stéphane, qui se déplacent au fur et à mesure de la progression des concurrents sur des points stratégiquement intéressant niveau techniques, prodiguant des encouragements à notre passage. Des bénévoles nous indiquent notre position, j'apprends que je suis dans les 24 à mi-parcours, pas mal ça me boost un peu pour rester en mode course et pas me relâcher. Passé la mi-parcours, période où j'ai un coup de moins-bien, je serais repris par quelques rares coureurs; j'incrémente ainsi ma position au scratch 26..27..29..ça me place 30ème au 3ème ravito, mais après ce sont les autres qui coincent alors que j'ai repris un peu du poil de la bête et l'entraînement de tous les Raids longue distance typé montagne que nous avons fait avec Mary depuis le début de saison portent leur fruits, j'ai encore des ressources, peu de rythme mais assez de force pour tirer du braquet en montée alors que certains moulinent ou poussent. Passé les ravito 3 et 4 je regagne des places, ce qui me permettra de revenir à la 26ème place.

Au kilomètre 40,93 on arrive à la séparation des parcours 76km/56km; pour ceux qui ne sont pas encore cuit, c'est à gauche vers Sauvagnac pour 19,4km supplémentaires, là commence la vraie Granit'Montana....Mary mettra 2h16'52 pour la faire, Jean-Paul Stéphan 1h30 d'après un bénévole.

Une nouvelle portion nous faisait passer par une tourbière très humide, arrivant en descente dedans je plante de l'avant et j'évite de justesse l'OTB avec plongée dans la boue liquide en me rattrapant avec la main, j'en suis quitte pour un pied humide. Je crois ne pas avoir été le seul à y faire cette figure de style... Certaines zones de tourbière étaient 'viabilisée' avec des rondins, pour que l'on ne retrouve pas de cadavre de vététistes dix ans plus tard remontant à la surface du marais. Puis suivait une légère remonté sur sentier juste défriché et difficilement roulable, ceci pour éviter des chemins abîmés par le débardage et en vue de nous menant au royaume du sanglier, sentiers et virolo en sous-bois où l'on pilotait entre et sur roches et rondins, encore un joli coin atypique, comme celui de la remontée du canyon tout sombre.

Au kilomètre 60,6 on se retrouve au pied de la Grimpette 'Haute-Tension' point de retour sur le tracé commun du parcours 56km. Dans cette montée j'aperçois shupa des Ride-Air qui nous prend en film/photo au passage. Je lui lance un petit coucou ça va ? Dur-Dur visiblement pour lui, je le rassure ; nous aussi.

Je reviens sur Aurélien FAUCHER qui roule en 29", il aime bien faire de longs dérapages (ses crampons sont quasi plat, il doit pas payer ses pneus). A l'entrée du ruisseau il tombe à moitié devant moi, sans bobo. Je roulerais un moment avec lui, son 29" l'avantage visiblement dans le terrain cassant caillouteux, dans les montées il semble un peu cuit et mouline, je monte à sa vitesse souvent debout en tirant du braquet car une crampe m'assaille dès que je mouline assis, résultat de mon rattrapage en mauvaise posture d'extension dans la tourbière.

Dernier ravito, annoncé en fanfare par les Basses d'une Rave-Party, j'y croise Patrick des Renards. Je mange un peu, boit puis repart assez vite.

Vers la fin on aura deux belles nouvelles descentes techniques sur sentier, dont une entre deux murets resserrés et gros cailloux, je manque de passer par dessus, quelques erreurs et 'buttage de roue' démontrant un début de fatigue. Je roule alors avec Cédric des Sangliers du Vexin qui a eu un bon passage à vide auparavant, il se vautre plus bas, le muret s'éboule sur sa jambe, pas de bobo. Une autre descente dénommée "le défi du Puy de Mola" m'a supris; il fallait passer entre deux gros rochers rapprochés, le sentier plongeant, laissant penser que le cintre s'accrocherait de part et d'autres laissant passer le pilote par dessus...paraît que ça se passait d'après Aurélien et Oli, mais mode tafiole et prudent on l'a passé à pied pour remonter en selle plus bas, s'agirais pas de se mettre en vrac peu avant de finir.

A 5 bornes de l'arrivée des panneaux décomptent les derniers kilomètres. C'est long un kilomètre..surtout quand le terrain rend pas, que ça monte-descend, que la crampes guette le moins faux pas; je tire toujours du braquet et ça tient pour le moment.

Enfin je reconnais le début de la dernière bosse, mais je me rappelais juste de son final et pas de toute la longue remontée qui précède...c'est long...encore du braquet, je ne relâche pas, je 'pousse' pour garder l'avance devant Cédric, la roue ripe un peu sur les cailloux arrondis, j'entend la sono, de jeunes spectatauers nosu encouragent aus pasage d'un "si on l'a fait toute à l'heure sur le vélo vous pouvez le faire", sympa, pas de problème. Je revois la lumière, les derniers mètres, dernière butte et passe sous l'arche, accueilli par Stéphane officiant comme Speaker. Je termine 26ème en 6h29'30: pas mal pour le vieux sans réel entraînement rythmé dans les guibolles. Régis, est arrivé 35 minutes avant moi et a bien roulé en terminant 10ème (5h54'35). Je roulotte un peu pour récupérer, puis revient au micro répondre à Stéphane et les remercier pour la belle épreuve qu'il nous ont encore offert cette année.

J'airais attendre un peu pour laver le SPARK, devisant sous le beau soleil avec les arrivés, puis alors que j'avais rangé le vélo et finissais de me changer et rafraîchir Mary arrivera moins d'une heure après moi, bouclant les 76km en 7h27'50, ce qui la classe 1ère Féminine, Yes !!! Pourra plus m'dire quelle avance pas 'mémère'

Stéphane, notre future nouvelle recrue, lui termine 95ème en 7h57'3, devançant Nico d'une place qui termine 96ème en 7h57'57

Tout comme nous, nos Poissy'Boys ont bien apprécié le parcours. Un grand merci à toute l'organisation et aux bénévoles pour tout, on reviendra encore ça c'est sûr !

Le 1er, COLLINET Thomas, aura bouclé les 76km de cette 3ème édition en 5h15'00. Nous étions 229 au départ du 76km ce matin, mais seulement 153 Finishers (66.81%). Sur le parcours de 56km, ils étaient 95 au départ, pour 58 à l'arrivée (61,05%) soit un nombre de 'Finishers' encore inférieur : "Le Granit se mérite toujours"

Mary changée, on retournera dans la salle profiter du bon plateau repas avec bonne viande limousine, tarte aux pommes, petit café. On mange à coté des Renards; Denis,Seb, de Shupa des Ride-Air. Ludo de T&A viendra causer un peu avec nous, il a super bien gazé encore une fois en finissant 4ème, à 5 minutes de Stephan.

On attendra la remise des Prix où Mary reçoit en plus du Trophée en Granit, une boîte de 'Vacheries Limousines'...au chocolat, sympa l'attention.


Trophée de Mary

Voila, il est presque 18h et temps de reprendre la route, trajet effectué sans encombre avec retour à la chaumière juste avant 22h, un bon gros dodo en récompense.


Pour sa 3ème édition La Granit'Montana c'était 495 demandes d'inscription reçues, 400 inscrits, 385 concurrents au départ et ... 270 Finishers !!!.

Cette année encore le parcours semble avoir comblé une bonne partie de concurrents. On pouvait toutefois lire sur des forums quelques rares avis moins positif, certains vététistes arguant d'une indigestion de l'accumulation de dénivelé positif en ne retrouvant pas derrière les descentes ou sentiers récompensant leur efforts. Il faut dire que ces vététistes on plus l'habitude de rouler dans le sud sur des parcours aussi, voir plus techniques, où les montées sont soit plus roulante et/ou moins exigeant du fait d'un bien meilleure rendement du sol plus dur. Pour d'autres c'était une méforme, un manque d'entraînement, voir de surentraînement qui ne leurs a pas permis d'apprécier comme il se doit ce tracé. Car on ne pourra pas renier que sur cette Granit'Montana il y a beaucoup de superbes descentes, ludiques et ou techniques, avec une foison de sentiers et pas de grosses pistes roulantes soporifiques. Les seules parties planes, de très rares épisodes subliminal de bitume, sont mises à profit pour pouvoir sortir gels et barres énergétiques de ses poches pour se refaire une santé dans les coups de moins bien, car ceux-ci tout le monde -même les meilleurs- y on eu encore droit cette année.

Faut-il faire plus dur ? Non, je pense que passer cette limite n'apporterais rien de plus, augmenterais significativement le pourcentage de non-Finisher, et ne pourrait résulter que d'une volonté d'aller marcher sur les plates-bandes des grands et Ultra Raids, mais ce n'est ni la volonté ni le souhait des organisateurs. Faut-il rendre le parcours plus facile : NON et NON ! Il y a bien assez d'épreuves pour le niveau de chaque pratiquant et assez d'organisateurs qui tombent dans le panneau des supplications de vététistes qui ne savent plus se bouger le cul, rendus trop dodus par notre civilisation. Par contre, œuvrer dans le sens d'ajouter des sentiers et/ou casser certaines longues montées en rajoutant quelques descentes ne pourront que contribuer à rendre encore plus plaisant ce beau parcours, l'un des meilleurs pour la moitié haute du pays.


Rendez vous le 16 juin 2013 pour la 4ème édition de La Granit'Montana


Pédalator


Les classements

Scratch 76km / Scratch 56km / Scratch 38km


Profil du parcours ULTIME

Profil du parcours 76km

Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge800
POLAR
CS600
GARMIN
Edge705
( Mary )
Départ8h'45'158h47'428h'45'14
Temps roulé-6h11'30-
Temps de déplacement5h41'- 
Temps total (avec arrêts)6h31'306h29'557h32'45
Moyenne12.1 km/h12.4 km/h 
Vitesse max.45.3 km/h43.7 km/h 
Distance
(MapSource)
68.59 km
(71.9km)
76.4 km
(74.2 km)
Réglage compteur -2040 mm-
Dénivelée positif cumulé+2954 m+2825 m 
Dénivelée positif TrainingCenter+2941 m- 
Dénivelée positif CartoExploreur - 
Dénivelée négatif cumulé-2937 m-2825 m 
Dénivelée négatif TrainingCenter:-2925 m- 
Température Min/Moy/Max-12/23/28°C 
FC Min/Moy/MaxSans ceinture79/152/182 
Calories2889 cal4581 kcal 
Période échantillonsonsAuto5s 
Démarrage compteurAutomanuel 
Fichiers échantillonsTRK (locale)
Propr. Privées
12061703.hrmTRK (locale)
Propr. Privées
Distance/dénivelée annoncés :Granit'Montana ULTIME 76km +3000m
Granit'Montana ORIGINALE 56km +2100m
Granit'Montana DECOUVERTE 38km +1300m
GPS Firmware Revision - 
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS RENDEZ LUST26"x2.10"1.6 bars2040mm(716g) 
Arrière :CONTINENTALX-KING26"x2.20"1.8 bars (707g) 
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXSID World Cup 201084/86 Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc92 Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Ambazac Sprinter Club

Le CR de Mary et nos album Photos : Mary & Jean-Marc

Les CR : khs91, T1000, shupa, Jackie ROYER, Dru, Steph (Arverne VTT), XC63

Le CR des TeamBox : Philou84, douesque

L'article de JP Stephan

L'article d'Olibabe de O2 Bikers

Le site des riders de Singletracks'Assos

Les forums où l'on en parle : Vélo Vert, Véloptimal

Les Photos de l'organisation

Photos de ToineToine

Mes participations précédentes : 1ère 2010, 2ème 2011

Porte Folio Granit'Montana 2011 de shupa


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 02 juillet 2012 23:29

<<< ESCAPADES >>>