la plaque de cadre de Pédalator

Le ROC Trespouzien

15/04/2012 - (46) Trespoux-Rassiels

Rando VTT 78km

Les 3 ROCS

Réconciliation

C'est en regardant des vidéos et lisant des CR comme ceux de jpr31 que nous avons flashés sur les jolis sentiers d'une randonnée VTT
organisée par Cahors Cyclisme du coté de Trespoux-Rassiels dans le Lot, à quelques encablures de Cahors où nous étions venus en 2007.
Depuis cette année là, nous n'étions pas revenus dans ces régions car les randonnées comme celles de Figeac ou Fumel nous avaient laissées
une impression de parcours plutôt roulant et les difficultés annoncées pas toujours à la mesure de celles réellement rencontrées.


La météo de ce mois d'avril étant fort capricieuse et aléatoire, mêlant retour du froid et averses, nous avons attendus la toute dernière minute avant de nous décider à descendre dans le Sud-ouest, bien que la fenêtre météo locale présentait encore des risques de pluie vendredi soir. On a alors réservé une chambre à l'hôtel F1 de Cahors, histoire de faire simple et économique.

Vendredi soir sur mon SPARK je remplace le pneu avant Ignitor 2.10" taille basse par un nouveau MAXXIS que je vais essayer, un RENDEZ LUST en 2.10" (716g) qui offrira un volume un peu plus gros, préférable pour les cailloux, avec bande de roulement centrale et crampons latéraux (pour les dévers...).

Les sacs sont préparés avec des tenues vélo pour parer aux conditions météo diverses; du long, du court, du chaud, de l'hivernal, du mi-saison, de l'été, bref de quoi assurer là- bas au petit matin du D day.

Samedi 14 avril

Le trajet ne durant que 6h , Mary avait proposée de partir tôt pour roulotter du coté de Cahors cet après-midi, mais le temps là-bas étant encore hasardeux pour la journée du samedi, nous avons finalement décidé de rouler un peu sur route par chez nous au sec ce matin avant de prendre la route du Sud-ouest. Debout à 6h, une heure plus tard nous enfourchions nos fidèles destriers coté obscur -Foil inside- pour rallier Villepreux d'où l'A.C.R.V. organisait son traditionnel deux cent bornes "Villepreux-Les Andelys-Villepreux". Nous avons suivis le début de leur parcours, dépassant quelques groupes de cyclotouristes pépères, jusqu'à Epône où nous avons quitté le tracé pour revenir par chez nous via Goussonville et Beynes. Sans avoir forcé et recherchant plutôt le plat pour se préserver, nous avons tout de même effectué 77km ce matin. N'ayant pas roulé cette semaine, j'ai eu un peu de mal à me mettre en route.

Allez, hop sous la douche. On charge le break puis à 11h28 on quitte les Yvelines, direction le Sud-ouest. Malgré le début des vacances, le trajet se fera rapidement et sans problèmes via l'A10, l'A71, puis l'A20. Au fur et à mesure que nous descendons au sud, nous traverserons plusieurs zones orageuses, ça rince bien la voiture. Un ralentissement puis petit bouchon alors qu'un accident vient de se produire; sur 300m les bords de l'autoroute sont couverts d'au moins 2cm de grêle et plusieurs voitures sur les deux sens de circulation sont dans le fossé, ou fortement amochées; surpris leurs conducteurs ont du 'jouer' à Holyday On Ice. Police et pompiers sont déjà sur les lieux, on poursuit notre route, heureusement la météo s'améliore et on retrouve l'asphalte sec pour la suite du trajet. Juste une petite pause passé 13h pour absorber une plâtrée de bonnes nouilles préparée par Mary, le vélo du matin ayant aiguisé nos appétits.

Finalement après 5h43 et 548km de trajet on arrive à l'Hôtel F1 de Cahors à 17h12, au calme d'une zone commerciale face à un grand champ où gambade deux chevaux. On décharge les affaire, puis repos. Mary accuse un sérieux coup de pompe, alors plutôt que d'aller chercher un petit resto on reste dans la chambre à manger les victuailles dont une bonne grosse quiche qu'elle avait préparée en prévision du voyage. On ne tardera pas à se coucher et s'endormir rapidement.

Dimanche 15 avril

Levés à 6h après une bonne nuit de repos, nous quittons l'hôtel de Cahors une heure plus tard, direction Trespoux où nous arrivons à 7h24 en même temps que les bénévoles qui vont gérer le premier parking installé dans un champ proche du départ, là où nous garons la voiture. Une petit brise fraiche du Nord balaye le plateau, la température de 7°C est plus élevée que les 0 à 3°C que la météo annonçait, temps mieux ; on pourra rouler en cuissard court avec genouillères pour débuter. Le ciel est un peu dégagé, mais une zone grise se rapproche et couvre le ciel progressivement.

On se rend à pied vers la Salle des Fêtes où se font les inscriptions, 800m qu'on aurait pu finalement raccourcir en se garant plus près, chose faisable en cette heure matinale. Remplissage du petit papier qui va bien, je laisse 10€ par tête pour une petite plaque de cadre, un tarif un peu élevé mais comme il y a un 'repas' au retour c'est correcte; on jugera suivant les prestations offertes. On retourne pédibus à la voiture se préparer, puis on revient en VTT vers la salle, le départ des parcours de 60 et 78km étant prévus à 8h30. Un départ groupé comme ils aiment dans le Sud-Ouest dixit Mary, mais pas toujours idéal si le tracé comporte des difficultés où sentiers trop proches du départ et qui peuvent mener à des bouchons s'il y a trop de participants. Mary aurait ainsi aimée partir tranquillement un peu plus tôt. Bon ça devrait aller niveau du monde ce matin, car au vu de la météo nombreux sont ceux qui ont joué le rôle de fiotte en restant au lit, la pluie s'étant invitée sur les environs comme la région Toulousaine, n'est-ce pas JP et Nico . Dommage pour les absents; ils ont eu tord de manquer à l'appel du sentier Trespouzien.

Pour situer l'épreuve, le Roc Trespouzien fait partie d'une trilogie organisée par Cahors Cyclisme incluant les deux autres randonnées VTT que sont le Roc Cadurcien et le Roc Montcuquois, ce dernier se faisant en collaboration avec Montcuq Moto Passion. Au vu des nombreux sentiers que l'on rencontrera dans la journée, leur forme, leur trace, la manière dont se fait leur évolution, je me disais bien qu'il doit y avoir de nombreux motards sur le secteur pour en créer certains.

En plus du grand parcours de 78km sur lequel nous serons, il y avait des distances pour tous niveaux de vététistes avec 18km, 31km, 47km et 60km, le tracé de cette dernière étant commun au grand parcours, laissant ainsi la possibilité à celui qui aurait un coup de mou, ou un 'blème mécanique, de mettre la flèche en ralliant l'arrivée plus rapidement. Il y avait aussi une sortie pédestre organisée en même temps, bonne idée pour la famille des participants qui ne font pas de VTT.

Le speaker demande que les participants des parcours 60 et 78km se regroupent sous l'arche gonflable du départ, on s'y positionne donc, pas plus de 50 participants à ce moment là, je retrouve Yves du VTT Cornebarrieux venu avec 2 autres de ses compères. Sur la matinée il y aura 285 vététistes d'après ce que me dira un des organisateurs à l'arrivée. Finalement à 8h32 le départ est lancé et le petit troupeau démarre tranquillement, le parcours tourne dans le sens horaire en partant vers l'Ouest de Trespoux, ça démarre avec du roulant en profil légèrement descendant sur petites routes puis chemin durant 3 bornes, parfait pour s'échauffer, je discute un peu avec Yves puis le laisserait filer avec ceux de devant qui doivent avoir un apéro à prendre à midi. Le chemin continue de filer en descente, mais le balisage oblique en épingle à droite pour attaquer le premier joli sentier descendant, parfois en dévers, avec un peu de cailloux, en légère rigole parfois, végétation basse, bref ça commence bien ! Je merdouille un peu, le pneu part de gauche et droite, et ce n'est pas que les cailloux encore un peu humide de pluie récente, j'ai l'impression que la fourche guidonne, j'ai déjà eu cette désagréable impression au Raid de Dentelles dimanche dernier; va falloir que je regarde ça de plus près.

Parvenus en fond de vallée, j'attends Mary puis nous continuons le parcours qui se poursuit sur chemin et sentier longeant le Ruisseau de Flottes pour revenir vers la Combe de Rassiels, où durant plus de deux bornes on va remonter imperceptiblement sur un sentier se faufilant en lisière de bois entre les arbres, ça tournicote doucement parfois, ça monte et redescend légèrement, quelques relances, je sens qu'on va aimer cette rando. Puis le sentier se met à grimper plus fortement dans le sous-bois, en long lacets, un peu en dévers, un peu de cailloux ou de racines pour patiner de l'arrière car le terrain garde encore quelques traces d'humidité, qui partiront au fur et à mesure de la journée, ça se monte en vélo sauf à un moment où devant ça marche en poussant un peu, avant de pouvoir remonter sur le VTT. Derrière et un peu plus bas j'entend Mary qui râle . . . son amortos semblerait pas assez gonflé et du fait de la pente s'affaisse sur l'arrière, gênant le pédalage par une position trop basse, donc elle a du mal à monter . . . et quand un truc va pas, le reste en prends un coup; "j'aime pas les sentiers en dévers", "j'aime pas les départs groupés, ya trop de monde". Bon c'est pô grave, ça ira mieux par la suite quand la machine sera échauffée et qu'on aura regonflé son amortos grâce à Fred (Bonnac VTT) ; merci à lui de s'être arrêté pour nous prêter sa pompe haute pression.

La remontée qui dure presque 1 borne nous mène à 308m d'altitude au sommet de Cap Del Bos, puis on bascule sur une belle descente tracée dans le Bois de Rassiels jusqu'en fond de vallée. De là on va remonter progressivement vers Prat Redon durant 3 bornes, jusqu'au point haut de la randonnée, situé à 328m d'altitude.

Bon je passe en mode résumé, car ceratins commencent déjà à s'endormir devant l'écran, tout comme Mary déjà en phase de récupération blottie au fond du lit.

Le parcours nous mènera vers Cambeyrac, les Roques, Cournou au travers d'un tracé très homogène alternant montées ardues où le grimpeur s'épanouit, courtes portions de récupération sur chemins et sentiers jamais ennuyeux, avec de rares et courts morceaux de bitume réduits au minimum essentiel pour rallier le chemin ou le départ de sentier suivant, agrémenté de longues montées progressives où l'on se rend à peine compte que l'on s'élève pour revenir au sommet des différents Pech, parsemé de moult descentes rapides ou joueuses, et bon nombres de descentes souvent techniques, parfois pentues où le fond du cuissard affleure la roue arrière, le pilote savourant ces nombreuses prises de négatif où il faut savoir piloter entre les roches, cailloux, et racines dont certaines parfois vicieusement positionnés.

Plusieurs petits portages émailleront le parcours, pour accéder à des points de vue, ou rejoindre rapidement le départ d'un beau sentier. Il y avait de nombreuses bosses bien pentues, ça se montait bien pour peu que le pilote soit aguerri au bec de selle en pointe , la progression étant rendue parfois sportive par le manque d'adhérence d'une roue arrière ayant tendance à ripper sur les cailloux fuyants, ou encore humide en matinée. Tout ceci rendais la rando plutôt physique, mais très profitable pour préparer les objectifs suivants comme la TB09.

On n'aura pas fait 20 bornes qu'une petite pluie commence à tomber; je commence alors à me dire que rouler sous la flotte durant 50 bornes va me faire regretter d'avoir fait 6h de bagnole pour venir ici, mais l'épisode orageux ne durera que 5 minutes, même pas de quoi commencer à mouiller le maillot. Ceci rendra juste un peu glissant pierres et racines, mais tout sèchera bien vite par la suite.

Mary retrouve de l'assurance, se réhabitue aux cailloux qu'elle pratiquait lorsqu'elle résidait dans le Périgord, le parcours se déroule devant nos roues et nous découvrons une variété de terrains différents; une fois j'ai l'impression d'être dans la Drôme avec ces sentiers bordés de murs de buis, plus loin des sapinières au sol souple me rappel des coins de la forêt de Sillé ou certains passages des Dentelles, puis ce sont des zones plus arides au sol gris, ou bien encore ces zones typiques du Sud-ouest avec chemins bordés de murets de pierres couverts de mousse et passages entre de petit chênes, puis ce sont les Causses et la configuration terrain/végétation très similaire à ce que l'on rencontre du coté de l'Aveyron, bref rien de monotone et un régal pour les yeux et le pilote. Dommage que le soleil ne soit pas de la partie.

Le parcours comporte une multitude de sentiers ça foisonne littéralement en dépassant de très loin toutes les randonnées qu'on a pu faire dans le Sud-Ouest, je pourrais même comparer ça à la meilleure année du Raid des Cadoles au départ de Bar-sur-Seine. Ca va du single cool se prélassant à plat, ou en très légère remontée au creux des multiples Combes, à celui un peu plus joueur et sportif émaillé de plusieurs petites buttes en virolo que l'on aborde en injection debout sans changer de braquet, en passant par tous ceux très nombreux en descente, allant de la succession de doux pif-paf à celui plus pentu et parfois bien technique, la fin du parcours en offrant plusieurs plus reposant se prélassant avec jouissance dans la pente. Derrière tout cela il y a un gros travail de tracé, de recherche et surtout d'ouverture de nouvelles voies permettant de rallier un autre spot en évitant de rouler sur du chemin large.

On nous l'avait annoncé, le cailloux prolifère par ici; certes en moindre quantité que dans le sud, mais ici le calcaire est roi et jonche souvent chemins et sentiers: ça secoue, ça dérape, ça roule, ça ripe de l'arrière, et de l'avant, et quand c'est encore humide comme ce matin, le petit mélange avec la terre conduit quel que soit le pneu monté à ne pas vouloir passer où l'on voudrait qu'il aille. Le parcours étant tellement agité que nous avons aperçu plusieurs plaques de cadre disséminées sur le sol du parcours.

10:32

Au Kilomètre 24,4 nous remontons le lit asséché du Ruisseau de Landore, très joli passage avec encore ces 'chevelus' typiques que l'on rencontre à plusieurs reprises en suivant les chemins du parcours.

Le roulage en continu devient difficile en ce lieu, sur une bonne centaine de mètres les cailloux érodés sont glissants et 'si mal rangés' que la roue butte dedans, dérape, ripe, bref il faut marcher un peu, à plusieurs reprises, et là aussi c'est pas évident; mes pompes glissent, faut pas se tordre la cheville ou faire un faux mouvement.

10:32

On peut enfin remonter en selle et poursuivre notre progression dans ce lieu digne d'un décor de Walt-Disney.

10:34 10:34
10:52

Au kilomètre 28, une bonne grimpette nous mène sur un sommet juste avant de redescendre vers Algombert. Mary grimpe bien, même mieux que certains participants qui poussent souvent leur spad même quand ça monte pas très fort

10:52

Puis Kilomètre 31,08 dans une descente après Cambeyrac, avec zone technique pentue enracinée, gouttière à prendre dans le rythme, oups merdouillé juste avant le virage en lacet, trop de cailloux en dévers. Suite de plaisir, de régalade, Mary apprécie et reprend de l'assurance dans ces descentes, la selle télescopique Reverb l'aidant en cela.

11:08 11:08 11:11 11:10

On montera Rataboul, là où l'an dernier ils descendaient en VTT, cette année le grimpeur y est à l'honneur et malgré quelque courtes portions de poussage ça se montait quasi tout sur le VTT, en bataillant parfois avec une adhérence affaiblie par le mélange humus/feuilles/pierres mouvantes et/ou glissante. SS 29": 0, 26"triple:1

12:00 12:13 12:13
Kilomètre 37
fin de montée
de Rataboul.
Kilomètre 39,37
on descend vers La Combe des Fosses

Certaines descentes sont parfois plus rapides, mais méfiance car l'ornière piégeuse guette en son milieu; j'ai failli m'en mettre une bonne en repartant un peu vite après un arrêt photo. Un peu plus loin au kilomètre 40,59 on double deux vététistes sympa dans la remontée de La Combe des Fosses, un beau morceau là aussi avec un coup de cul peu avant de sortir de lisière de forêt; je l'avait presque en 0 pied cette montée en sous-bois, si mon pneu arrière n'avait pas ripé sur cette foutue racine en biais alosr que je passais ne force debout. Au sommet d'où l'on bénéficiait d'un beau panorama, un des gars me dira au passage en parlant de Mary : "elle monte bien !"

12:26 12:26 12:26 12:26 12:26
Fin de remontée de La Combe des Fosses
12:58 12:59 12:59
Kilomètre 47,30 descente Les TénèzesTour de Trespoux en vue
13:22

Du coté du Pech de Rassiels autour du kilomètre 50 on va se gaver d'un beau sentier ludico-sportif, parfois en dévers, des fois en balcon, qui monte-descend, à prendre en rythme avec des passages de roches à négocier en force, j'ai mis le turbo et je m'amuse là-dedans, peut-être un peu trop car dans une redescente courte en dévers enraciné je manque de planter de l'avant et me rattrape de justesse, limite en vrac le gars .

Un superbe passage que Mary a bien aimé aussi en ne ménageant pas ses relances.

13:22

On roulera de un petit moment avec Batsandcats (qui était aussi à la TransbiKING66 l'an dernier) et qui trouve que le parcours cette année est un peu moins bien que l'an dernier; il y avait alors plus de descentes engagées, techniques, ludiques. Normal, cette année on les prends dans l'autre sens, alors les non-grimpeurs peinent un peu plus et c'est pas plus mal pour nous en vue de préparer la TransbiKING09 qui arrive dans quinze jours, et/ou la Transvé pour d'autres comme Yves.

Kilomètre 50,7 c'est la séparation entre le parcours 60km et le 78km, partant à gauche vers Douelle, direction que nous prenons tandis que les autres vététistes continuent tout droit sur le 60km. Désormais nous serons seuls pour accomplir la boucle finale, apercevant juste quelques rares traces de pneus de ceux qui nous ont précédés, et ils n'étaient pas nombreux ce matin. La boucle supplémentaire du grand parcours rejoindra le final commun avec le parcours 60km au niveau de la Combe du Roc. Cette partie du parcours va se traduire par une progression plus roulante sur de grands chemins, commençant par deux bornes de longue remontée progressive par la Combe longue, pour un beau point de vue et une belle redescente vers la rivière du Lot du coté de Pradines.

13:49 13:49 13:49

Kilomètre 54,73 : fin de la remontée de la Combe Longue

14:34

Au kilomètre 62,76 c'est la fin de la longue remontée vers les Champs Grands : je l'ai bien aimé cette 'grimpette', longue et bien pentue, avec quelques cailloux fuyant au milieu, là où il fallait choisir la bonne trajectoire et avoir encore le mollet vaillant, puis ça grimpait encore plus fort, un sacré morceau, un peu forte et technique pour Mary qui commence désormais à fatiguer un peu.

15:12 15:12

Kilomètre 69,8 fin d'une belle bosse avec une Borie au sommet

15:18
Kilomètre 70,7

Le parcours chemine alors sur les crêtes, beau panorama avec un sentier parfois à peine visible serpentant entre la basse végétation et les cailloux, avec en point de mire là-bas au loin la Tour Télécom de Trespoux, ça sent l'écurie.

Une dernière belle descente ludique en sentier caillouteux dans la Combe du Roc, retour en fond de vallée, d'où l'on entame l'ultime longue mais douce remontée de 3 bornes sur un sentier serpentant dans la végétation, pas dur pour finir et donc apprécié par Mary.

15:18

La Tour est finalement en vue rapprochée, on termine le parcours en ralliant la salle où les bénévoles nous pointent, histoire de vérifier qu'il n'y a pas de vététistes laissés dans la nature. On discute un peu, puis on retourne à la voiture se changer vite fait, le vent du nord n'incitant pas au séchage sur place, puis on rapproche la voiture de la salle pour profiter au chaud de la collation d'arrivée; des morceaux de fromage (Cantal), une bonne soupe avec oignons, pain, une tranche de pâté, des fruits. Servis à table par ces Dames en plus, sympa. Tout cela fut bien vite dévoré et apprécié.

Coté organisation, le fléchage était impeccable, réalisé avec de petits panneaux rouge/orangé fluo bien visible, de la rubalise, et un peu de bombe fluo au sol. Les changements de direction bien anticipés, des confirmations bien positionnées, les séparations de distance bien indiquées, bref du bon boulot.

Les ravitos étaient bien positionnés, avec toutefois un 3ème plutôt proche du précédent (moins de 9km), bien pourvus avec du salé et du sucré; chips, saucisson sec, abricots secs et pruneaux, quartiers d'oranges, morceaux de bananes, barre céréales au chocolat ou au fruits, pain d'épice, carrés de chocolat, quatre-quarts, bref de quoi se refaire tout au long du parcours.

L'accueil était très sympa et souriant de la part de tous les bénévoles, dont certains avaient été disposés à quelques point stratégiques pour assurer la sécurité sur la route. Avec le vent froid du nord qui régnait ce dimanche, on remercie particulièrement ceux qui étaient mobilisés à l'extérieur.

Et pour finir, le meilleur et la base d'une bonne recette : le parcours. Celui-ci était conforme à ce que les compte-rendu et vidéos nous laissaient présager, riche d'un terrain à fort potentiel que les gars du Cahors Cylcisme savent parfaitement exploiter, ne rechignant pas à transpirer de l'huile de coude pour défricher et créer de nouveaux sentiers, aménager de nouvelles descentes; on ressent bien là un travail de vététistes qui n'ont de cesse d'améliorer leur terrain de jeu et d'en faire profiter les autres, chaque édition du ROC Trespouzien apportant son lot de nouveautés.

Bref on a beaucoup aimé ce ROC Trespouzien et l'on ne regrette pas d'avoir fait six heures de voiture pour venir découvrir cette superbe randonnée. Nul doute que l'an prochain nous soyons de retour dans les parages pour l'édition 2013 si le calendrier vététistique nous le permet, et pourquoi pas rester un peu plus longtemps sur place pour en profiter.

Voilà, c'est pas tout ça mais on a 6h de route à se taper pour rentrer, on quitte Trespoux à 16h24, alors que quelques gouttes humidifient le pare-brise. Retour via Cahors pour choper l'autoroute, trajet effectué sans problème. La fatigue se fait sentir dans les yeux, content je suis du retour chez nous pour 22h; pose des sacs et plouf directos dans le plumard pour un bon gros dodo , en plus demain j'ai RTT alors pas de réveil, cool !

Pédalator


Profil du parcours 78km

Profil du parcours 78km

Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600
GARMIN
Edge800
Départ :8h'32'218h'32'20
Temps roulé :6h13'31-
Temps de déplacement :-5h'48'45
Temps total (avec arrêts):7h10'047h09'39
Moyenne:12,2 km/h12,5 km/h
Vitesse max.:44,8 km/h44,7 km/h
Distance:75,8 km72,84 km
Réglage compteur :2040mm 
Dénivelée positif cumulé:+2115 m+2208 m
Dénivelée positif cumulé Training Center :-+2197 m
Dénivelée négatif cumulé : -2135 m -2210 m
Dénivelée négatif cumulé Training Center : - -2200 m
Température Min/Moy/Max: 7/13/13°C  
FC Min/Moy/Max:66/134/176sans ceinture
Calories3629 kcal2559 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto
Fichiers échantillons12041501.hrmTRK
Distance/dénivelée annoncés :18km (+340m)
31km (+600m)
47km (+1400m)
60km (+1800m)
78km (+2300m)
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXIS RENDEZ LUST26"x2.10"1.8 bars2040mm(716g) 
Arrière :MAXXISLarsen TT LUST26"x2.00"1.9 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup82/84Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc92Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : Cahors Cyclisme

Le CR de Mary

Le CR de Yves sur le site du VTT Cornebarrieux

Le CR de G58 sur le Blog de Cahors VTT

Le post dédié au ROC Trespouzien sur le site de Vélo Vert

Le post dédié sur le Forum de Plani-Cycles

Les PHOTOS d'Olivier


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mardi 17 avril 2012 23:42

<<< ESCAPADES >>>