La Coulainaise

03/04/2010 - Coulaines (72)

Cyclosportive 150km


La Totale Guerriers

Nous revenons au Mans en ce week-end de Pâque du début avril pour participer à la 2ème édition de cette CycloSportive,
organisée par le club JS Coulaines Avenir Cyclisme Vallée de la Sarthe, que nous avons découvert en 2009.


Début février j'ai effectué nos inscriptions pour le parcours 153km, à raison de 26€ pour moi et 23€ pour Mary, tarif dans la moyenne des cyclosportives.

Nous sommes plusieurs du club de POISSY-VTT à nous déplacer sur cette CycloSportive, notre prof'Président étant le premier à s'y être inscrit (et le premier à se débiner au profit d'un week-end classe ski neige; lâcheur), brutasse, Bourricot, Eric, Delfin, Patrick et Marcus qui lui se débinera le matin même au vu de la météo qui s'annonçait digne des giboulées du mois de mars.

Cette semaine point d'entraînement vélo pour moi, un appel d'offre à terminer au boulot, juste une séance de Home-Trainer pour dérouiller les jambes. Jeudi j'ai monté sur mon CR1 une paire de pneus neufs, des Vittoria OPEN CORSA CX II qui ont bonne réputation de rendement et d'endurance; Mary a déjà fait trois sorties avec et semble les apprécier.

Vendredi soir nous avons pris la route pour rallier Le Mans pour crécher chez le Pôpa. Big bouchon en arrivant avant Rambouillet; c'est visiblement le départ des Franciliens pour le week-end de Pâques avec prolongation semaine de vacances pour certains. On sortira par les petites routes pour aller choper plus tranquillement l'autoroute plus loin.

Samedi 2 avril

Bonne nuit de repos, à 6h la pluie tambourinait encore sur les vitres, j'espère que ça va se calmer... Levés à 8h, il ne pleut plus. Bon petit déjeuner, on traînouille, petits massages de mollets, puis on se prépare et à 10h on quitte la maison pour rallier Coulaines où l'on gare le break sur le parking de l'école.

On rejoint la grande salle pour récupérer notre pack d'inscription; une enveloppe avec la plaque de cadre, la puce de cheville pour le chronométrage électronique, des pubs, 2 barres énergétiques isostar, un ticket pour retirer un cadeau: une paire de socquettes (les mêmes que l'an dernier) pour ceux du 153km, un bidon pour les inscrits au 90km. On croise brutasse, pas encore grand monde pour le moment. Mary regarde les casques sur les stands de l'exposant, il y avait aussi un barnum avec des vélos s1neo une nouvelle marque. On rejoint ensuite la voiture pour se préparer tranquillement, manger un peu car le départ étant à midi on loupera le déjeuner; quelques nouilles et un Powerbar me suffiront. J'ai hésité quant à ma tenue du jour, mais les nuages, le vent et la température m'ont incités à garder le corsaire d'hiver, le sous vêtement ODLO Warm d'hiver et mon maillot épais Biket -en attendant celui aux couleurs de Poissy VTT prévu mi avril- ainsi que les sur-chaussures de pluie. Bien m'en a pris, je n'ai pas regretté ce choix par la suite au vu des conditions météo que nous avons rencontré tout au long du parcours...

On part s'échauffer, le ciel est chargé, quelques trous de bleu tâché de gros nuages sombres, mais heureusement pas de pluie. On revient ensuite à la voiture déposer la couche du dessus et on repart vers la ligne départ se placer dans nos parcs respectifs. Les filles et les 'vieux' devant, puis de plus en plus jeunes vers l'arrière, les départs de chaque vague seront décalés de deux minutes. J'aperçois plusieurs connaissances qui entrent dans le parc.

Le premier départ est prévu à midi pile, mais le temps que la sécurité se mette en place, c'est vers 12h08 que le coup de pistolet réveil nos tympans. Ma vague avance d'un cran, je me retrouve devant sur la première ligne, éphémère position, mais plus cool pour un départ sans frotter. A 12h10 notre départ est donné, je suis dans les cinq premiers le temps de sortir des rues de Coulaines, puis le troupeau passe et je me laisse glisser dedans pour profiter de l'abri, connaissant le parcours qui est roulant sur la première partie.

Je roule dans un bon paquet de coureurs de ma catégorie 40-49 ans, l'allure est rapide de 30 à 55km/h, j'ai vu passer Bouricot abrité dans un paquet de cyclos et le garderais à vu jusqu'à La Bazoge première dénivellation où le paquet va se scinder en deux. Là on dépassera la vague des filles partie 2minues avant nous et j'y aperçois Mary, le temps de lui demander si ça va mais un grognement annonce le contraire, mais elle me dit de filer sans m'en occuper alors je trace mais j'ai déjà décroché je ne réussirais pas à rejoindre le groupe de Bourricot et me retrouve dans un bon groupe de poursuivants.

La sécurité cette année est très bien assurée par de nombreux motards qui ouvrent la voie devant nous en demandant aux voitures de se garer, car des fois avec le vent nous sommes en éventail en occupant toute la largeur des deux voies de la chaussée, qui se postent devant les obstacles en sifflant comme au Tour pour qu'on se décale, mais aussi à de nombreux carrefours où sont postés des commissaires ; bravo c'était une réussite car l'an dernier j'avais trouvé ça limite dangereux.

Arrive le long faux plat montant de la Chapelle St-Fray et la première averse de petite pluie, pas glop, je monte bien le groupe s'étale, puis se reforme dans les plats qui suivent. cette année je roule plus calme, sans attaquer chaque bosse, m'abritant du vent.

Au loin le ciel devient de plus en plus noir au fur et à mesure de notre montée vers le Nord de la Sarthe, on se demande ce que l'on va bien prendre sur la tête. On passe Crissé, puis Pezé-le-Robert où débute la longue montée vers le Col de la Source; cette année nous sommes peu nombreux à arriver en même temps à cet endroit et je peux attaquer sans gêne à mon rythme soutenu cette bosse, rattrapant quelques gars. Bonnes jambes, ça passe vite puis on bascule derrière dans la longue descente qui suit, plus grand monde en dehors de quelques gars loin devant.

Petite route plus calme, la réponse à nos interrogations de toute à l'heure arrive rapidement en arrivant sur Montreuil-le-Chétif, point de demi-tour pour les participants du petit parcours, où ça commence par une longue averse de grêle qui tambourine sur le casque et mitraille les cuisses, la pluie s'y mêle, je tourne avec prudence sur la chaussée détrempée parsemée de grêlons. Un peu plus loin dans une descente en cuvette la route est devenue blanche, couverte d'un centimètre de grêlons qui gèlent et on roule sur cette croûte qui craque sous les pneus. En bas un motard de la sécurité nous fait signe de ralentir, un gus a dérapé sur la glace, j'aperçois plein de coureurs qui se sont réfugiés à l'abri sous un toit de grange. J'ai eu une hésitation d'une minute, pensant que l'organisation interrompait la course au vu des conditions météo et nous rabattait sur le petit parcours, mais des gars repartaient déjà devant alors je suis reparti aussi, mieux vaut rouler que rester sur place et grelotter.

Bon choix, car peu après l'averse de grêle le ciel était tout bleu dessus et au devant de nous en allant vers Mont-St-Jean, au moins ça nous réchauffera. Du coup les paquets de Cyclos ont éclatés, des isolés se regroupent. Je retrouve Christophe du VCME et on roulera souvent ensemble en se relayant, mais d'autres préfèrent s'abriter et nous laisser 'bosser' devant. J'aime mieux cette partie depuis Montreuil, elle comporte beaucoup plus de bosses et je m'y 'exprime' au mieux. Passé St-Paul-le-Gautier les gars relâchent leur rythme car ils savent qu'on approche de St-Léonard-des-Bois avec une longue bosse en sortie. Je passe devant et mène sans trop forcer, traverse le village et entame la bosse, j'ai de bonnes jambes et monte au train soutenu tout en vélocité, Christophe profite de l'aspi et on fait éclater le groupe rapidement . On se retrouve tous les deux sur le plateau pour un long moment avant que les gars ne rappliquent. On revient ensuite vers Montreuil-le-Chétif via Douillet-le-Joly. Il ne fallait pas être douillet cette année, vu les averses de pluie, de grêles et les rafales de vent.

Un groupe s'est reformé, plus aisé pour batailler contre le vent que nous avons désormais de face sur tout le retour. Je me fais engueuler à un moment en prenant mes relais dans les bosses et faux plat montant car j'y maintenais mon allure et les gars déjà un peu entamés n'arrivaient pas à suivre pour passer... Je me suis calmé et abrité par la suite, les 60km de toute la partie plane ne m'intéressant pas. Le groupe après un moment plus cool où je commençais à avoir un peu froid de rouler trop cool, roulait ensuite bien fort malgré le vent, pas mal restaient abrités, des bordures en longue file cadrée sur la voie gauche. A un moment on a du s'arrêter dix secondes à l'abri des murs d'une maison car une très forte rafale de vent latéral mêlée de pluie nous chahutait trop violement, le ciel s'illuminait d'éclairs, pas glop.

Après Teillé, passé le 128ème kilomètre juste après le virage qui nous ramenait sur la grand route D6, je ressens un flottement devant, regarde mon pneu; et me..e crevé. Chiotte de *#!@!!! Je m'arrête sur le bas coté et regarde le paquet refuge s'éloigner, je pense déjà au retour qu'il va falloir que je me cogne seul face au vent ...

Je perd 9'33" à réparer la crevaison, c'est une grosse épine de ronce qui a traversé le pneu et la chambre, un comble sur la route alors que ce genre de matériel biologique a plutôt tendance à nous pourrir les pneus en VTT. Je ne suis pas le seul a avoir roulé dedans car 100m avant moi un autre gars est aussi en train de réparer sa crevaison sur le bord. Pendant le temps de la réparation je vois passer trois gros groupes de cyclos; encore des abris loupé. Bon c'est réparé, je repart et entame mon pèlerinage seul face au vent, je ne suis pas encore cramé des cuisses et j'arrive à rouler bon train à plus de 30km/h pendant dix bornes de plat, passant bien la bosse de Ballon, puis la fatigue des jambes s'installant mon allure décroit, je passe Courceboeuf que je reconnais pour y être passé lors d'une sortie avec Mary, ça veut dire que l'on se rapproche de l'arrivée, c'est bon pour le moral.

Deux gars sont revenus sur moi, un plus âgé qui tourne bien, plus en puissance et un plus jeune qui s'abrite la majeure partie du temps, on fera ainsi des relais à deux et demi ce qui me permet de récupérer un peu, les guibolles commencent tout de même à accuser les kilomètres. Dix bornes avant l'arrivée un petit groupe remonte sur nous avec Sam et Oliv du VCMB, on est ainsi plus nombreux pour tourner en relais et s'abriter. Sam a encore de la gouache et écrase les pédales, Oliv est un peu cramé, je m'abrite et relaye un peu, on ramasse un peu de pluie, il faut remonter sur Sargé et la troupe s'étale, puis on s'approche de Coulaines, Sam et Oliv partent devant, la pluie s'installe et ne nous lâche plus jusqu'au franchissement de la ligne d'arrivée désertée. Je termine 177ème, sur 402 classés, en 5h02'30 (4h52 roulé), meilleur résultat que l'an dernier. Bourricot a bien marché, il pointe 56ème en 4h36.

Je file vite à la voiture troquer mes frusques et pompes trempées pour des fringues sèches, puis chaudement couvert je rejoint la grande salle pour profiter du plateau repas compris dans le prix de notre inscription. Salade de haricots/pommes de terre, coquillettes et chipolata, yaourt nature et petit choux à la crème pâtissière sont rapidement engloutis. Sam, Oliv Christian et Christophe me rejoignent à table et on refait la course. Mary m'appelle, elle est arrivée à son tour en terminant 369ème du grand parcours, en ayant elle aussi crevée, elle se classe ainsi 2ème de sa catégorie féminine après une mise en route difficile; Bravo à ma Bikette pour ne pas avoir bifurquée sur le petit parcours avec ces conditions météo comme rarement nous avons rencontré depuis que nous faisons du vélo. J'avais peur quelle souffre du froid au vu de son équipement plus léger que le mien.

Nous restons un peu pour la remise des prix où Mary est récompensée, tout comme Sylvie qui termine 1ère du petit parcours, puis nous retournons récupérer nos bagages chez Papa avant de reprendre le chemin de la région parisienne que nous atteindrons passé 22heures, forts contents de retrouver la douce couche où bien vite on s'allonge pour s'enfoncer dans le sommeil d'une longue nuit récupératrice Ronfffle.

Très bonne organisation sur cette CycloSportive, le parcours a bien été remanié sur l'aller et le retour vers Montreuil, je l'ai trouvé un poil plus roulant. La boucle du Nord elle a été légèrement rallongée sur la redescente vers Montreuil (l'an dernier on tirait tout droit de Moulins-le-Carbonel vers Assé-le-Boisne). Malgré les conditions météo très difficiles, nous ne regrettons pas d'être revenus à Coulaines faire cette épreuve qui nous donne du rythme et de l'endurance en renforçant l'organisme et le moral pour combattre les difficultés, ça risque de me servir lors de la Transvésubienne dans deux mois.

Pédalator


Profil du parcours 153km

Profil du parcours 153km

Parcours

150km : carte du Parcours et feuille de route

100km : carte du Parcours et feuille de route


Classements

scratch 153km

scratch 97km

source : ChronosMetron


Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ12h10'1512h09'21
Temps roulé4h52'124h52'15
Temps total (avec arrêts)  
Moyenne32.0km/h31.9km/h
Vitesse max.63.7km/h63.3km/h
Distance155.7km155.22km
Réglage compteur2100mm 
Dénivelée positif cumulé+1800m+1167m (pluie)
Dénivelée négatif cumulé : -1750m -985m (pluie)
Température Min/Moy/Max 5/11/18°C  
FC Min/Moy/Max69/155/202Sans ceinture
Calories3185 kcal4818 cal
Cadence Moyenne/Max89/124sans capteur
Période échantillons5sAuto
Démarrage compteurmanuelAuto
Fichiers échantillons10040301.hrmTRK
Distance/dénivelée annoncés153km / +1600m
GPS Firmware Revision-2.90
Vélo du jour :CR1 Team Issue  
Pneumatiques : 
Avant :VittoriaOPEN CORSA EVO CX II 8,0 bars  
Arrière :VittoriaOPEN CORSA EVO CX II 8,0 bars  
Transmission :39/52 et 12-25   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : JS Coulaines Avenir Cyclisme Vallée de la Sarthe


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : dimanche 04 avril 2010 15:36

<<< ESCAPADES >>>