La plaque de Pédalator

La Grangeoise

25/10/2009 - Les Granges-le-Roi (91)

Rando 65km


NGN-140 Test - épisode II

La saison VTT s'achève bientôt avec le retour de l'humidité automnale, il nous reste encore quelques randonnées VTT de
fin de saison avant de raccrocher le VTT au profit de la route, pourtant je n'ai pas encore envie de sombrer trop rapidement
du coté obscur et j'irais user encore un peu de crampons dimanche du coté de Dourdan pour refaire La Grangeoise,
une randonnée VTT plutôt roulante mais agréable organisée par le Vélo Club Grangeois.


Fin septembre j'ai pu rouler un dimanche matin avec Pascal, le concepteur des VTT Engine-Lab, qui m'a passé pour l'occasion leur dernier bébé, le NGN-140 doté d'un débattement de 140/140mm. Ma première sortie sur ce VTT m'avait montré la polyvalence de cette nouvelle monture conçue pour le segment de l'Enduro, sans le cloisonner à cette seule pratique.

Ce week-end j'ai récupéré le NGN-140 pour aller faire la Rando La Grangeoise, en roulant à mon rythme sur un parcours plutôt roulant et pas vraiment accidenté permettant de voir comment la bête se comporte pour une pratique plus orientée Rando-Sportive/XC. Et comme il a recommencé à pleuvoir, pas beaucoup mais à plusieurs reprises avec des températures plus basses ne favorisant pas l'évaporation, j'ai troqué la monte de pneus Python contre une paire de TORO Tubeless, un 2.15" à l'avant et du 1.85" à l'arrière, ce qui me permet de passer partout lorsque le terrain est gras. Ainsi chaussé et avec mes pédales TIME ATAC XS Ti carbon le vélo pesait 11,74kg, pas mal. L'équipement de mon NGN-140 de prêt est de 2009, lorsque le vélo sera dispo à la vente il sera doté des équipements du cru 2010, avec notamment une fourche Revelation dont l'hydraulique a été amélioré.

Point de vélo ce samedi, temps bien pourri et fortement humide oblige; ça tombe bien, j'ai deux groupes SRAM XX a pesé et photographier sous toutes les coutures, ça m'aura occupé presque une demi-journée.

Pour Mary, le long rétablissement post-tendinite dure un peu trop longtemps et son moral dans les chaussettes a même commencé à les traverser ce week-end, la soirée ayant été plutôt dépressive . . . difficile dans ces moments de savoir quoi faire ou dire quand la patience d'un repos prolongé s'avère nécessaire.

Dimanche 25 octobre

Réveil 6h, je file dans la nuit rejoindre l'Essonne. Dès l'autoroute un fléchage efficace nous guidait vers le lieu de départ de la rando, pas besoin de carte ni de GPS pour s'y rendre, à souligner car c'est pas toujours évident dans certaines communes.

Juste avant d'arriver au village des Granges-le-Roi un bénévole nous oriente vers un pré aménagé en parking, je m'y gare avec déjà plusieurs autres matinaux comme moi. Ciel un peu nuageux et température douce, pas besoin de veste et les gambettes restent à l'air. J'enfile juste de légers sur-chaussure pour garder les pieds au sec plus longtemps.

Une fois équipé j'emprunte un chemin herbeux qui remonte vers le village pour rejoindre le lieu des inscriptions, au même endroit que lors de ma dernière venue.

Une fois le petit bout de papier rempli, contre 4€ un bénévole me donne la plaque de cadre souvenir et ses deux attaches, dehors je fixe la plaque puis ne voyant point de tête connue je démarre illico presto à 8h04, souhaitant rentrer au plus tôt retrouver Mary.

Comparé aux modèle 2009, la biellette du NGN a été redessinée pour l'affiner, elle fait moins 'mastoc' désormais, l'amortisseur R.S. est remplacé par un modèle développé spécifiquement pour les vélos Engine-Lab, il est plus performant et réagit mieux maintenant.

Le parcours de La Grangeoise cette année est dans son ensemble grandement similaire à celui que j'ai découvert lors des éditions précédentes, quelques variantes ont toutefois été apportées avec notamment des passages sympa en sentier, par exemple celui descendant entre les bruyères très ludique, avec un final plus . . . 'corsé' qui faisait mal aux jambes lorsque l'on a bien avoiné tout du long comme on a l'habitude de le faire sur ce parcours roulant. Pas beaucoup de bosse difficile sur ce parcours, plutôt des faux plats montant et quelques dénivellations moyennes avalée sur le plateau intermédiaire sans forcer, la suspension du NGN-140 me permettant de les monter en danseuse sans ressentir de perte de rendement de l'arrière train, avec un regain d'efficacité lorsque le terrain était plus irrégulier dans les graviers et les racines.

Plusieurs descentes très rapides jalonnaient notre progression, d'autres parfois ludiques, ou rendues plus techniques lorsque feuilles racines et cailloux se mêlaient à un peu de boue. Le NGN-140 me permettait d'y passer plus rapidement que je ne l'aurais fait avec les 100mm de mon SPARK, je pouvais me laisser aller plus franchement. J'ai aussi apprécié la suspension du NGN-140 lorsqu'il fallait traverser les ornières laissées par les engins d'exploitation forestière, ne ressentant quasi pas ces 'irrégularités' du sol qui m'auraient certainement bien plus ralenti avec un autre spad comme mon TITUS ou le SPARK.

Passé la mi-parcours, on retrouvait les portions plus roulantes de longues allées rectilignes et planes, style présidentielle, pour retourner ensuite dans des secteurs boisé plus intéressants et sportifs par leur variation de dénivelé. Le parcours majoritairement forestier profite des couleurs d'automne qui sont quasi au plus fort des rouges orangées, dernière explosion de nuances avant le triste dénudement hivernal, ce qui rend cette randonnée agréable en plus des paysages et des endroits empruntés, comme ces passages de petits ponts bucoliques. La grisaille a cédée place aux rayons du soleil passé la mi-matinée, rendant les sous bois plus lumineux.

Le fait qu'il ai plu un peu les jours d'avant a rendu le terrain un peu humide, ce qui est profitable pour les nombreux passages sablonneux du coin où l'on pouvait rouler plus aisément sur le sol durci, quelques flaques d'eau et parfois une fine épaisseur de boue recouvrait le sol, mais dans l'ensemble le parcours était plus 'propre' que l'on pouvait imaginer, c'est l'intérêt de ce secteur. Toutefois comparé à notre dernière venue où le sol était sec, cette année l'humidité automnale freine un peu la progression et rend plus sportive la sortie dominicale, surtout quand on avoine tout du long en s'entraînant moins dans la semaine.

Le parcours était très bien balisé, avec panneaux jaunes de directions bien visibles. J'ai juste merdouillé une fois en ayant cru voir la flèche aller à gauche, alors qu'il fallait continuer, gagnant du coup une belle descente en sentier . . . et une bonne remontée ensuite lorsque je suis retombé sur un passage où j'étais passé peu avant, l'horrible faux plat montant débutant sur l'herbe humide en lisière de bois.

Au début j'ai roulé dans le sillage de deux vététistes qui roulait pas mal, le premier affublé de deux grandes plumes sur son casque et que j'avais déjà croisé sur une des randonnées francilienne, le second essayant de suivre le rythme rapide pour faiblir passé le 20ème kilomètre. L'ayant dépassé nous avons roulé à deux jusqu'à ma gourance de balisage, par la suite j'ai roulé quasi seul jusqu'à revenir sur le tronçon commun des parcours, longue période où je cogitais en songeant à Mary qui ronge son frein en attendant de pouvoir remonter sur le vélo. Toute la matinée j'ai ainsi mené bon train pour rentrer rapidement la retrouver, j'ai ainsi pu voir ce que donnais le NGN-140 exploité en mode Turbo, à savoir que je ne me sentais nullement pénalisé et qu'il répondait encore mieux au 'fouette cocher' lorsque je roulais sur le grand plateau, ce qui ne m'est pas arrivé beaucoup cette année et sur cette randonnée roulante j'ai eu longuement le temps de le roder.

Les ravitos étaient pourvus classiquement mais correctement et suffisamment au regard du tarif demandé pour l'inscription, j'y ai fait halte rapide et grignoté du bout des dents quelques sucreries.

Passé le cinquantième kilomètre mes jambes commençaient à accuser le coup, et ce n'est pas les dernières gâteries rajoutée par les organisateurs sur le parcours 65km qui allaient me permettre de récupérer; le tracé nous emmenait alors gravir une sévère bosse vers La Butte Grise, pour profiter d'une descente sympa vers le bas de laquelle on réattaquait à droite une seconde remontée, moins ardue, le scénario se reproduisant une peu plus loin par une nouvelle bosse plus longue; dur-dur pour les guibolles.

Retour au village départ, pas trop de monde attendant au point de lavage alors je me poste dans la queue pour redonner éclats au vélo, pas trop sale. Je ne passe pas par la case sandwich, pas très faim, et retourne à la voiture me changer, réchauffé par le soleil. Lorsque je remonte en voiture mon portable sonne; c'est Mary, au ton de la voie le moral est revenu et plutôt que d'aller rouler doucement elle a finalement été faire une matinée piscine tout aussi profitable. Rassuré je m'en retourne la retrouver en roulant l'esprit plus serein.

Pédalator


Profil du parcours 65km

Profil du parcours 65km

Les données de Pédalator

ParamètresGARMIN
Edge705
Départ :08h04'25
Temps roulé :3h33'12
Temps de repos :0h07'58
Temps total (avec arrêts):3h'41'10
Moyenne:18,5 km/h
Vitesse max.:47,1 km/h
Distance:65,65 km
Dénivelée positif cumulé:+984 m
Dénivelée négatif cumulé : -1008 m
Dénivelée positif Training Center+1080 m/-1069 m
Dénivelée positif CartoExploreur+1233 m
FC Min/Moy/Max: 
Calories  2398 cal
Période échantillons :Auto
Démarrage compteur :Auto
Fichiers échantillons :TRK
Distance/dénivelée annoncés :65km(+1200m)
50km(+950m)
30km/20km
GPS Firmware Revision2.90
Vélo du jour :Engine-LabNGN-140 
Pneumatiques : 
Avant :HUTCHINSONTORO Tubeless XC Marathon26"x2.15"2.0 bars-724g 
Arrière :HUTCHINSONTORO Tubeless MRC-H26"x1.85"2.0 bars 634g 
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREVELATION 140100/100Psi140mm débattement
Amortisseur:Engine-Lab - 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club : Vélo Club Grangeois

Mes participations précédentes : 2007, 2005, 2004, 2003,


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : vendredi 30 octobre 2009 21:05

<<< ESCAPADES >>>