VTT REMIREMONT

XXX'trême Rando Raid

16/08/2009 - (88) Remiremont

Rando Raid 85km

la plaque de cadre de Pédalator

Bouffée de Verdure Vosgienne

Nous voici de retour dans les Vosges pour participer à la 3ème édition de la belle randonnée XXX'trême Marathon
organisée par VTT Remiremont, histoire de s'offrir le temps de ce week-end de la mi-août un dépaysement verdoyant
sur des terrains de moyenne montagne bien différents de notre contrée francilienne que l'on trouve un peu terne
après 15 jours de vacances d'été passées dans les Alpes de Haute Provence.

L'an dernier (CR 2008) l'organisation avait encore améliorée le parcours du Raid, doté d'un tracé déjà bien abouti
que nous avions découvert et bien apprécié pour notre première venue dans les Vosges en 2007.
Cette année Frédéric annonçait un parcours un peu plus long, encore amélioré et légèrement durci, chic chic !


En milieu de semaine j'ai réservé une chambre à l'Hôtel F1 de St-Nabord, à 10km de Remiremont, mode économique cette fois car dans l'année on s'est payé quelques hôtels aux tarifs un peu plus élevés.

L'été plutôt sec en cette première quinzaine du mois d'août 2009 permet d'envisager de monter un train de pneus typé pour sol sec privilégiant le rendement, mais avec un peu de crampons pour garder l'accroche dans les nombreuses montées de terre/sable et graviers que l'on peut rencontrer du coté de Remiremont : chose faite ce vendredi où j'ai doté mon SPARK d'une paire de pneus SCHWALBE neufs; un Nobby Nic Tubeless 2.10" à l'avant pour son confort et accroche rassurante, un Smart Sam Tubeless 2.10", en stock depuis 2005 que je n'avait pas encore osé monté, pour l'arrière où sa bande de roulement centrale sera idéale. Un petit coup d'entretien de la roue libre de la SLR, un bon décrassage de transmission, ma monture est prête.

Seulement la Mary se paye une tendinite du tendon du père Achille et cette semaine fut pour elle repos forcé sans vélo, ni courir; espérons que ce week-end elle pourra rouler sans aggraver une situation qui s'améliore lentement, il lui faudra être sage et modérer ses ardeurs sur le kilométrage pour ne pas envenimer la situation et la faire durer.

Samedi 15 août

Repos ce matin, pas de vélo. Sur le DEVINCI de Mary, j'ai monté un Jimmy 2.10" pour l'avant et à l'arrière elle va tester le COBRA Tubeless, typé terrain sec avec un profil à nombreux petits crampons pour le rendement. On prépare les affaires de week-end court, puis le break chargé on quitte Les Clayes à 13h40.

Le trajet s'effectue rapidement et sans trafic, le beau temps illumine la route et le ciel devient d'un bleu de plus en plus pur au fur et à mesure que l'on s'éloigne du bassin parisien. Nous arrivons 4h plus tard au champ de Mars de Remiremont, où l'organisation a déjà monté les stands et podium.

On retire notre paquetage d'inscription, recevant en cadeau un sac réutilisable pour faire les courses, des pubs, brochures et programmes locaux, la petite plaque de cadre plastifiée portant des numéros d'appel en cas d'urgence, un Tee-shirt bleu sérigraphié au nom de l'épreuve. Le montant de inscription est de 15 pour le Marathon (+5€ si inscription sur place). Je discute un peu avec Fred pendant que Mary papote avec Christelle, puis nous repartons vers St-Nabord prendre possession de notre chambre d'hôtel au F1 situé en milieu de zone industrielle, en bordure de la N57. Pas de clim dans la chambre, faudra dormir fenêtre ouverte, en espérant ne pas devoir supporter le bruit de la route; par chance notre chambre ne donne pas coté N57.

Petite pause récupération mode horizontal tout en feuilletant une brochure sur les hébergements et restaurants du coin, où l'un deux titré 'Gastronomique' attire notre attention, avec de plus des tarifs sympas. Nous repartons donc sur Remiremont et trouvons aisément l'établissement La Quarterelle, parking à 50m plus loin. On a du bol et bien fait d'arriver tôt car il reste deux tables non réservées. Accueil et déco sympa dans ce restaurant tenu par un couple. Le menu est alléchant, il faut savoir choisir parmi toutes ces bonnes choses Miam !. Deux vététistes franciliens de la bande de KHS91 prirent place sur la table jouxtant la notre alors que nous commencions notre entrée. Nous serons conquis par ce dîner dont entrée/plat/dessert étaient originaux, élaborés avec de beaux produits, bien présentés, en quantité suffisante et servis rapidement. A recommander donc, d'ailleurs la petite salle du resto était complète ce soir là.

Retour à l'hôtel et plongée immédiate dans le lit où le sommeil m'est tombé dessus plus vite que la vitesse du son.

Dimanche 16 août
Meuh !

Réveil programmé à 6h30, j'étais debout avant lui. La douche prise j'ai commencé à recharger le break avec sacs et VTT, la rosée couvrait toute les vitres de la voiture; Le thermomètre indique déjà 19°C, la journée est annoncée chaude avec 29-30°C prévus, le maillot sans manche est de sortie pour l'occasion. Le petit déjeuner est servi à partir de 7h30, on attend un peu au frais du dehors que la mise en place s'achève, à 7h20 on peut finalement commencer à manger. Le pt'i-Déj avalé, on quitte l'hôtel et rejoignons Remiremont où le parking du Champ de Mars se remplit peu à peu.

8h05
8h05 : Champ de Mars

On se prépare puis on tournicote en attendant l'heure du départ, prévu à 8h30 pour le Raid, les autres parcours pouvant partir avant. Coucou sur le parking à Régis de POISSY VTT qui est revenu aussi faire le Raid.

Petit briefing de l'organisation, puis on se met en place derrière la voiture de Police qui va nous ouvrir la route lors du traditionnel tour de la ville avant le lâché des fauves.

8h17
Remiremont se réveil

Mary part directement sur le parcours, en évitant cette année le tour de Remiremont, mode molo pour préserver son tendon en débutant tranquillement.

A 8h28 le départ est donné et la voiture démarre doucement, je reste derrière durant toute la traversée de la ville, soit 2.2km, puis la voiture s'écarte au début de la Route d'Hérival, les fauves sont lâchés.


J'ouvre la voie

Cette année le départ est un peu différent, on ne prend plus le chemin montant fortement et caillouteux en bas, on va monter par la Route d'Hérival qui grimpe régulièrement durant 900m, j'étais alors devant au début puis j'ai baissé mon rythme pour gérer la distance marathon, et déjà six affûtés passent et embraye. On entre dans le Bois de Corroy pour rejoindre la piste du Chemin de Corroy, que l'on va suivre sur 1.2km. Le début du parcours est quasi similaire à celui de l'an dernier, on profite de deux petites descentes tracées en rigole dans la pente terreuse, petits virages, racines et cailloux, le terrain est plus sec que l'an dernier. Tiens un téléphone portable tombé à terre; son propriétaire va s'en apercevoir sur le bout de route qui suit et reviendra le chercher. Le tracé remonte par le chemin forestier montant vers la Croisette, puis redescend en traversant le Ruisseau de la Croisette et va rejoindre la petite route qui remonte vers la Ferme aux Oiseaux où le 1er ravitaillement était monté comme l'an dernier. Ayant bien mangé ce matin et mon compteur n'affichant qu'une petite dizaines de bornes, je ne m'y arrête pas et continue mon chemin en ayant donné mon numéro de plaque pour le pointage. Moyenne 15.4km/h pour cette première partie de mise en jambe.

Le parcours repart en descente sur la petite route puis récupère la piste forestière ombragée montant vers la Beuille. Un train de trois affûtés me dépassent -que j'avait vu devant au départ et qui ont fait la pause au ravito- menant bon rythme sur cette partie plus roulante. Je ne cherche pas à les suivre, préférant gérer car la fin du parcours est plutôt bosselée et comme Fred l'a durci mieux vaut en garder sous la pédale...

Le parcours change désormais du tracé de l'an dernier et adopte une tendance descendante en direction de la Vigotte par des chemins forestiers agréables, parfois traversées de coulées humides des ruisseaux, on remontera par la suite le chemin pavé où l'eau ruisselle sur les rochers en ne favorisant pas l'accroche du pneu arrière -quelques pas de marche inside- et l'on parvient ainsi au 2ème ravitaillement de Girmont-Val-d'Ajol où cette fois je fais la pause un peu plus de 3 minutes, pour profiter des victuailles de la table toujours aussi bien pourvue en sucré comme en salé; saucisson, fromage, salades. Je me réhydrate, grignote quelques trucs sucrés, nettoie mes lunettes, puis repart à gauche pour la première boucle de 17.8km/+405m spécifique du grand parcours nous emmenant au sud-ouest vers Val-d'Ajol. Le compteur affichait 16.3km/h de moyenne pour la partie du parcours située entre 1er et 2ème ravitaillement.


Mary au ravitaillement
de Girmont-Val-d'Ajol

Cette boucle débute comme d'habitude par la montée douce d'un kilomètre par la petite route passant par la Mollière d'Aval, puis le chemin ombragé grimpant rejoindre les dessus de Corfaing, petit bout de route, passage le long de l'Étang des Basses, puis on dans le Bois de Rey où on amorce la descente progressive par des chemins agréables et plus sec cette année, retrouvant plus bas vers Rapaumont les passages connus des descentes rapides sur chemins, à travers pré en virages, ludiques et plus pentue en bas avec de nouveau le joli sentier -avec descente puis remontée piège toute à droite- emprunté l'an dernier et qui nous ramène vers Courupt.

De là le tracé diverge de l'an dernier, pour attaquer une remontée sévère d'un gros kilomètre, sur chemin ombragé avec un début plus pentu, puis un peu de répit en passant par la Houssière, pour remonter encore plus fort sur un chemin au sol irrégulier où l'adhérence hasardeuse de la caillasse dans l'herbe et la terre me fait poser pied sur 2m, tout comme un étranger au même endroit qui jette un "shit !" puis me demande à quelle place on est ; Désolé, moi pas savoir, car ça être une rando et depuis les 2 ravitos j'ai perdu le fil des poursuivants et poursuivis.


Chaud !

La pente se calme, on débouche à travers pré en plein soleil où la chaleur de 26°C nous assaille, Fred est au bout du chemin pour immortaliser l'instant, puis on repart sur des chemins de campagne verdoyante remontant encore, pour basculer dans la descente rapide de chemin passant par la Heuttote, dévalant ensuite rapidement vers le Saucelay.

De là on remonte doucement 800m de petite route jusqu'à les Haies Vallées. On partait alors attaquer un sentier grimpant bien fort en sous bois vers le Haut du Mont, poursuivant la grimpette un peu moins fort nous ramenant au dessus de Girmont-Val-d'Ajol, village vers lequel on redescendait rapidement, par petit bout de route et chemins retrouver le 2ème ravitaillement et terminer ainsi la boucle avec 16.4km/h de moyenne pour les 406m de dénivelée.

J'avale un godet, picore quelques fruits frais et vitaminés, puis repart deux minutes plus tard, il me reste encore une cinquantaine de bornes à faire et la forme est pas trop mal, d'ailleurs sur toute la sortie je n'aurais même pas besoin de faire appel aux barres énergétique et tubes de sucres rapides que j'ai emporté avec moi.

Je ne sais pas si c'est le terrain plus sec cette année, mais j'ai l'impression que le parcours est plus roulant dans sa première partie, l'enchaînement un peu différent y est aussi sans doute pour quelque chose.

Le parcours nous emmène rejoindre le massif forestier en remontant vers l'Haut de l'A, bonne montée débutant par un chemin avec gravier blanc bien arrosé de soleil où je remontais plusieurs participants du 45km, puis venait l'ombre bienvenue des arbres de la forêt pour la suite du parcours sur chemins plus reposants, qui allaient descendre sur l'autre vallée, un filet d'eau des sources permanentes maintenant le chemin humide et un peu boueux en surface, rendant ma progression plus attentionnée au travers des multiples cailloux qui ressortaient du chemin descendant, ça secouait bien.

En bas on revenait sur un chemin plus large et calme, j'allais partir à gauche sur le pont qui partait vers le Chalet de l'Empereur quand je m'aperçois que c'est la direction du parcours 45km; demi-tour je corrige le tir et repart à sur le chemin du 85km qui remonte progressivement durant 1km en longeant le Ruisseau du Géhard, chemin où l'eau ruisselait par endroits sur un sol en partie irrégulièrement pavé de pierres au début. Pas trop fait gaffe mais en deux secondes je me retrouve le casque butant au sol, une racine mouillée planté de biais dans le sol ayant fait le piège pour ma roue avant. Pas de bobo, je repart sur le chemin qui monte doucement en direction des Cascades du Géhard, le ruisseau en contrebas est joli avec tous ces arbres et cailloux couverts d'un épais tapis de mousses vertes. Cette année on n'emprunte pas le court portage, mais on poursuit sur la piste en revenant dans l'autre sens, longeant au début le Ruisseau du Géhard mais cette fois dans le sens aval, un faux plat montant que l'on quitte pour partir à droite sur un sentier.

11h32

Celui-ci dénommé Sentier des vieilles Abbayes grimpe doucement en balcon, quelques portions au milieu deviennent plus techniques car le sol est encombré de roches légèrement humides sur lequel le pneu arrière dérape souvent, à deux reprises je pose pied et marche 2m pour passer ces zones, manque de lucidité et de gouache à ce moment du parcours.

11h33
11h35 11h35

Un long et beau passage ce sentier, avec parfois un petit panneau danger à l'approche d'un virage à 90° où il valait mieux ne pas rouler trop vite pour éviter le plongeon en face, ou lors de rétrécissement du sentier passant sur une grosse roche, un petit aire de montagne. On redescendait ensuite vers Hérival, avec en bordure d'un petit étang une sculpture représentant une grenouille taillée dans un tronc d'arbre dont l'artiste avait su tirer profits de la forme des branches pour en faire sortir le batracien. Court faux plat descendant sur la route, puis on reprenait un chemin qui descendait vers le Chalet de l'Empereur où on retrouvait les participants du 45km.

De là on débutait une remontée régulière sur une petite route, moment de récup avant d'attaquer une remontée plus forte sur un petit chemin, puis plus calmement sur une piste forestière menant vers la Pierre Nicole. De là on redescendait rapidement sur un chemin du Bois du Sapenois, avec la rubalise vers le bas pour séparer la voie montante de la voie descendante, comme l'an dernier et j'arrive ainsi au 3ème ravitaillement où je trouve Mary assise en train de papoter; elle n'a pas vu la 1ère boucle autour de Girmont, c'est pas plus mal pour sa tendinite, qui ne semble pas la gêner pour le moment. Je commence à sentir un peu de fatigue, le ravito permet de refaire des forces, il y a là aussi variété et quantité pour satisfaire tout le monde. Je vais remplir mon Camelbak à la fontaine juste à coté, avec la chaleur j'ai déjà bien épuisé la réserve et il me reste encore 26 bornes à faire. Mary reste ici à m'attendre, pendant que j'irais faire la boucle de 18km spécifique au parcours 85km, nous terminerons ensuite ensemble les 8 derniers kilomètres du parcours.

Hop c'est reparti, mode plus cool car les cuisses commencent à être marquées et le relief de cette boucle sera plus costaud, comme je m'en doutais, mais en récompense cette boucle est la meilleure de tout le parcours, avec un florilège de monotraces ludiques et techniques qui faisaient presque oublier la fatigue grandissante et les quelques remontées bien raides qui émaillaient son tracé.

13h01

En passant près de l'étang du Renard, plutôt que de poursuivre un peu par la route avant de retrouver la piste, on partait cette fois sur la gauche attaquer un chemin montant qui me semblait l'an dernier bien trop caillouteux pour être montable, mais Fred-le-tirant nous l'a ajouté au parcours cette année et les pauvres cuisses vont devoir s'y coller. J'ai monté en bataillant la première moitié du chemin, cherchant sans cesse la meilleure trajectoire pour éviter à la roue arrière de déraper sur les cailloux roulants, mais déjà entamé par 60 bornes menés bon train j'ai du me résigner à monter une bonne partie du reste du chemin en poussant le vélo, trop d'énergie j'aurais du laisser pour rester en selle. Partie remise.

13h01

Après quelques chemins et beaux sentiers me revoici de retour 1h35 plus tard au 3ème ravitaillement où je retrouve Mary. Là je m'arrête un peu pour grignoter et me réhydrater, puis je repart tranquillement avec Mary, mes jambes sont marquées et la fatigue se fait sentir, je cale au premier quart du raidard qui clôt la remontée, maintenant c'est que de la descente, par un beau sentier en balcon avec passages ludiques où l'on retrouve Fred et Christel en train de prendre des photos. On s'arrête papoter, voilà Régis qui arrive, ralentit à peine et file; doit être pressé d'aller à la douche.

13h07 14h18:Régis ne s'arrête pas
Régis file

Nous terminons le parcours en redescendant par le chemin forestier caillouteux par lequel on débutait la rando les années précédentes -c'est plus cool dans ce sens là -, revenant sur le parking du Champ de Mars à 14h45 bien contents d'avoir participés à cette nouvelle édition. On discutera un peu avec les organisateurs, avec Régis, puis on retourne à la voiture ranger les vélos et se changer. On revient ensuite vers le stand organisation et la buvette payante pour s'octroyer une barquette frites + chipo, pas très dans l'optique 'fait le métier' mais rapidement dévorés.

On papotera encore un moment avec participants et organisateurs, puis vers 16h nous avons pris le chemin du retour vers nos Yvelines. Au bout de deux heures de conduite la fatigue se faisant sentir, la nuque raide, je passe le volant à Mary qui ne le lâchera plus jusqu'au retour chez nous.

Notre petite Escapade Vosgienne se termine, nous avons retrouvé avec plaisir cette région verdoyante et vallonnée dotée de multiples sentiers bien sympathiques pour pédaler. La rando de Remiremont profite cette année de meilleurs conditions météo et le nombre d'inscrits est en augmentation avec près de 600 inscrits, dont 110 au départ du Marathon; c'est plus que d'habitude et largement mérité.

Le balisage était sans reproche et visible même en roulant rapidement sans devoir le chercher avant et dans les intersections, avec plusieurs grosses flèches au plâtre sur le sol, les voies à ne pas suivre étant barrées par un trait de plâtre au sol. Des cartons blanc avec flèche rouge apposés aux arbres et bien visibles indiquaient aussi la voie à suivre. Les changements de parcours étaient affichés en grand, avec rappel un peu plus loin de la distance sur laquelle on s'était engagé. Les ravitos étaient bien pourvus en quantité et variété, bien disposés en distance les séparant.

C'est sans problème que rapidement le sommeil a su trouver son chemin dans nos organismes fatigués .Peut-être reviendrons nous dans les Vosges fin août, pour faire la CycloSportive "Les Ballons Vosgiens", une autre manière de découvrir la partie des Hautes-Vosges.

Pédalator


Carte du parcours 85km

Carte du parcours 85km

Profil du parcours 85km

Profil du parcours 85km

Les données de Pédalator

 POLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :8h28'028h27'25
Temps roulé :5h42'035h41'33
Temps de repos :-0h36'18
Temps total :6h17'586h17'18
Moyenne:15,3 km/h15,0 km/h
Vitesse max.:45,7 km/h44,4 km/h
Distance:86,9 km85,53 km
Réglage compteur :2045 mm 
ODO1238,49 km
(1101,2 km)
 
Dénivelée positif cumulé:+2330 m+2380 m
Dénivelée négatif cumulé : -2305 m -2392 m
Dénivelée positif Training Center-+2475 m/-2441 m
Dénivelée positif CartoExploreur-+2659 m
Température Min/Moy/Max: 18/25/31°C -
FC Min/Moy/Max:87/151/187sans ceinture
Calories3927 kcal4159 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto-Pause
Activé
Fichiers échantillons :09081601.hrmTRK
Firmware version :-2.80
Distance/dénivelée annoncés :85km/45km/25km
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :SCHWALBENobby Nic Tubeless EVOLUTION (11732466)26"x2.10"1.8 bars2045mm624g 
Arrière :SCHWALBESmart Sam Tubeless (11732367)26"x2.10"2.0 bars 742g 
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc90Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

Le Budget

DATEA/RDésignationPrix
15/08/2009Aller16h43: Péage APRR - A5/A31 : Les Eprunes -> Bulgnéville : 300 km19,70€
BP - Gasoil30,00€
Restaurant - La Quarterelle - 2 menus 23€ + 2 cocktails + 1/4 Pinot Noir61,00€
16/08/2009RetourHôtel - F1 St-Nabord : 1 nuit 2p + 2 petits-déjeuners40,40€
19h33: Péage APRR - A5 : Bulgnéville -> Les Eprunes : 300km19,70€
TOTAL :170,80€

Kilométrage week-end = 938km


A Lire, à voir

Le site du club organisateur : VTT REMIREMONT

Les photos de Fred

Le site de la ville Remiremont (88)

petit CR de khs91

un autre CR par nnaoy21


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 31 août 2009 20:47

<<< ESCAPADES >>>