La plaque de Pédalator

La Guervilloise

14/09/2008 - (78) Senneville

Rando 60km


D+ sauce single

En 2007 nous avions découvert la 2ème édition de la rando organisée par le VTTeam78  aux environs de Guerville
et si le grand parcours nous avait laissé une impression de tracé un peu roulant, on se doutait bien que la bande de Manolo
saurait exploiter les remarques des participants et leur terrain de jeu pour nous concocter une belle édition 2008.


Cette année la Rando des Renards du VCMB tombe le même jour que La Guervilloise, or nous voulions refaire cette dernière pour découvrir un peu mieux le secteur de Guerville où nous ne roulons pas très souvent, de plus cela nous changera de la Vallée de Chevreuse. Alors Mary et moi avons donné un coup de main à l'organisation de la compétition La Mérantaise du mois de juin, car sur les 150 inscrits au VCMB-VTT j'ose espérer qu'il y aura bien d'autres bénévoles pour aider ce week-end à la Rando des Renards.

Cette semaine deux très belles matinées -style été indien- m'ont permis de profiter d'un beau ciel bleu et d'un 25°C propice à ressortir le maillot manches courtes, mais jeudi j'ai du taper un peu trop sur l'organisme lors d'une longue sortie en vélo de route. Sans compter la journée de vendredi, passée à faire de la grosse mécanique sur l'ancien VTT de Mary voué à devenir Single-Speed -dont le boîtier de pédalier récalcitrant et la tige de selle soudée ad vitam aeternam- qui s'est traduit samedi par un bonhomme un peu courbaturé avec les jambes pas très vaillantes.

La petite sortie en vélo de route effectuée mode cool en vélocité avec Mary ce samedi matin aura peut-être un peu aidée au nettoyage des guibolles, on verra ce que cela donne dans les bosses de Guerville...

Vendredi soir un bon orage à déversé ses trombes d'eau durant une bonne demi-heure sur Neauphle, je ne savais pas trop comment serait le terrain du coté de Guerville -il peut s'y révéler parfois généreusement collant et destructeur pour la faible mécanique- mais après avoir hésité sur la monture à prendre j'ai finalement décidé de sortir mon SPARK. En soirée j'ai du lui changer le plateau intermédiaire, car en 2640km ses dents s'étaient trop ovalisées et la chaîne avait du mal à y reposer. Va falloir que chaîne et cassette soient aussi remplacées avant les deux courses à venir...

Dimanche 14 septembre

Debout 6h. Un petit onze degré au thermomètre, le ciel est encore embrumé quand nous rallions par les petites routes de campagne désertes le point de départ de la rando de ce matin. Le balisage 'VTT' des accès routiers mis en place depuis Boinville-en-Mantois, coté par lequel nous arrivons, nous mène aisément au point de départ, mais on connaissait déjà celui-ci.

salle des fêtes de Senneville
Salle des fêtes

Nous arrivons peu après 7h30 dans le petit village où les bénévoles du VTTeam78 nous dirigent vers le champ aménagé en parking pour l'occasion, avec déjà quelques voitures garées, dont celles de Fred de POISSY VTT et de Chris qui sont déjà arrivés.

Nous remontons à pied vers la salle des fêtes de Senneville pour effectuer nos inscriptions, c'est encore le calme sur la petite esplanade. On remplit le petit papier d'inscription, puis contre 6€+1€ par tête on reçoit une plaque de cadre plastifiée avec deux colliers rapides, plus un ticket pour le casse-croûte/boisson qui seront distribués au retour de la rando.

inscription
Gégé aux inscriptions
animation
calme avant la foule

Petit coucou à Gégé de la commission technique UFOLEP, venu lui aussi faire la rando mais il connaît bien le coin pour résider non loin de là.

Je prends une photo de l'ensemble du parcours, ça peut aider en cas de perte de balisage. Devant l'estrade Alain MAS a disposé quelques vélos en exposition pour l'occasion.

Les petits gars du VTTeam78 ont voulu valoriser leur organisation cette année en y ajoutant des animations; les bambins pourront ainsi s'essayer au mur d'escalade dressé pour l'occasion devant la salle des fêtes, bonne idée.

mur d'escalade
mur d'escalade
Fred de POISSY VTT
Fred de POISSY VTT

Nous redescendons au parking nous préparer, Fred, Chris et Perro nous attendent pour démarrer tous ensemble. Cette fois je ne risque pas de la jouer TGV dans les roues de Perro comme aux Randobolitaines il y a quinze jours,  mes guibolles risquant fort de ne pas être à la hauteur ce matin, ce qui se confirmera rapidement par la suite.

Bon, tout le monde il est prêt, à 7h56 nous démarrons tranquillou tous les cinq.

Fred de POISSY VTT
Chris, Perro, Pédalator

Le parcours commence par remonter quelques mètres de la rue Saint-Jean de Senneville, puis oblique de suite dans un chemin montant entre les maisons, puis chemine dans une zone de verdure et redescend ensuite vers Guerville, pour aller se taper deux bosses courtes passées sur le plateau intermédiaire, histoire de monter rapidement en température, avec petit panneau humoristique annonçant la gâterie. Même pas mal

Nous sommes ainsi parvenus sur le plateau, où nous allons progresser sans absorber de grand dénivelés durant presque 6km, sur des chemins de plaine souvent secs et dur entre les champs labourés passant par Breuil-Bois-Robert, jusqu'à la Ferme de Heurteloup. Cette première partie spécifique au parcours 60km, plutôt roulante, avalée à 21,5km/h sans se presser permettait de se chauffer les jambes avant d'attaquer la suite des réjouissances. Si je n'avait pas vu avant le départ la carte du parcours avec cette première partie de plaine, j'aurais eu quelques inquiétudes de retrouver comme l'an dernier un tracé à dominante roulante, mais je savais ce qui devait venir par la suite, alors j'ai attendu patiemment le début des hostilités en tournant les guibolles sans forcer, pour essayer de ne pas trop distancer Mary dès le début car on était alors les seuls vététistes visibles sur le parcours 60km.

Nous suivons maintenant un chemin en herbe longeant le Bois de Binanville, belle vue sur le paysage vallonné, puis on dévale rapidement vers le village de VilletteGégéland coucou, où l'on chemine quelques instant sur une petite rue. Le balisage indique de partir à droite entre deux murs pour descendre un chemin herbeux, qu'une dame est en train de remonter vers nous en disant que "c'est pas par là, il y a une erreur, faut contourner". Une barrière métallique est disposée en haut, avec un panneau où est indiqué au fluo "propriété privée". Je regarde la carto de mon GPS, où je vois qu'on devrais retomber un peu plus loin sur le GR passant dans la rue d'en dessous. On ne s'attarde pas en palabre, on repart et on retrouve effectivement le balisage un peu plus loin. Après-coup, en regardant la carte, il est possible qu'en remontant le chemin sur la droite, on en aurait trouvé un autre descendant vers la suite du parcours.

Nous cheminons sur une petite rue traversant Villette, devenant ensuite un chemin longeant la paisible rivière de La Vaucouleurs, le chemin file à plat vers le village de Vert, où il redevient bitume. Le balisage oblique alors à droite pour nous faire grimper 300m de petit chemin vers le Marais, mal aux jambes, décrassage de cardio, on longe un instant une bordure de champ, puis on part en descente par un sympathique petit sentier sous les feuillages, sol à peine marqué,  mousses et lierres, débouchant sur la petite rue de Vert que l'on venait de quitter.

On suit un instant la rue qui nous amène au pied de la bosse du GR26, je sens que je vais avoir mal aux jambes, un autre panneau humoristique présente la nouvelle gâterie, Perro et Fred s'évadent déjà au devant, je prends mon mal en patience et commence la longue grimpette, soit 600m à presque 11% de pente moyenne. Malgré mon train poussif j'ai rattrapé puis dépassé Chris, qui accuse un coup de fatigue de fin de saison. On va distancer Mary avec les grimpettes qui vont se répéter désormais, je l'attendrais un peu en haut de la bosse mais ne la voyant pas encore revenir je continuerais avec mes quatre compères. Les brumes matinales achèvent de se dissiper, au profit d'un beau ciel bleu ensoleillé annonçant une belle matinée chic.

Le sommet de la bosse se termine par du chemin menant à Bois-Robert, puis le parcours repart à gauche en descente sur du chemin se dévalant rapidement vers le village de Brasseuil. Là on va cheminer durant 900m sur une petite rue plane menant jusqu'au village d'Auffreville-Brasseuil.

Le balisage part à droite toute, entrée d'un beau petit sentier encaissé qui va bien monter j'ai l'impression... sous les feuillages, je connais pas ici, alors petit plateau par anticipation je préfère envoyer au vu de ce qui nous attend. Bien vu car la grimpette s'annonce longue et copieuse, avec 400m à se farcir à 14% de moyenne, les cent derniers mètres étant plus coriaces avec presque 16%, le cardio tape le 184bpm. On a de la chance car le terrain est bien sec et les pneus y trouvent une très bonne adhérence, ce qui serait moins évident avec un peu d'humidité au vu des quelques silex émoussés qui tapissent le fond du sentier. La pente se calme, on aperçoit la lisière du bois, on ressort en campagne, période de récup sur un chemin qui nous mène au premier ravitaillement, situé au kilomètre 15,8 et tenu par deux bénévoles. Courte pause, j'avale un godet d'eau au sirop de grenadine et picore quelques raisins secs. On repart trois minutes plus tard.

1er ravito
1er ravito : 15.8km

Le parcours repart via Breuil-Bois-Robert, en suivant des chemins nous ramenant en direction de Guerville, progression plutôt calme et moment de récupération avant d'affoler le compteur de dénivelé et majorer l'indice de satisfaction, les amuse-gueule sont désormais consommés...

La boucle spécifique du parcours 60km est achevée, nous avons retrouvé le rythme calme des participants du 40km. On traverse le Bois des Guépins par un premier beau sentier descendant, terre sèche, quelques racines, mais un peu trop de monde pour lâcher les freins, rien de bien méchant niveau pente mais suffisamment pour bloquer certains vététistes moins aguerris. Bien que nous soyons partis assez tôt, le fait d'avoir la partie supplémentaire du grand parcours au début du tracé fait qu'inévitablement on se retrouve un peu gêné par les participants des distances inférieures en revenant sur le tronçon commun. Par la suite les choses iront en s'améliorant au fil des kilomètres et des difficultés.

Le parcours redescend en suivant quelques jolis chemins, on en profite pour dépasser un max de monde, puis le balisage 40/60km nous amène au pied d'une nouvelle bosse, là encore un sympathique message humoristique vient nous vanter les bienfaits de la montée en VTT, paraît que ça se ferait "en apnée".

Petit plateau engagé de nouveau, c'est parti pour 300m de longue monté ardue à 16.4% de pente moyenne, le sol dur est légèrement caillouteux, ça passe pas pour tout le monde car on y dépasse des 'piétons improvisés', au sommet certains font la pause pour respirer un peu...


Et bien Alain...
petite faiblesse...

Mary, qui a rattrapée Alain MAS et roulera ensuite avec lui jusqu'au bout, a pu juger que sur le plat il gardait encore de beaux restes des ses années de vélos, mais que coté montée le souffle lui manquait un peu... Moqueur à moins que ce ne soit le LAPIERRE qui ne soit trop lourd à tirer Moqueur


Alain MAS

Un peu de chemin descendant permettait ensuite de récupérer un peu, puis après une courte grimpette on allait profiter de beaux sentiers ludiques descendant dans le Bois du pressoir, on y a été un peu ralentis ici encore par un peu de vététistes usant du frein, voir stoppé quelques secondes à l'approche d'une petite butte qui passait au jus de mollet. On a d'ailleurs rattrapé Gégé dans ce bois, puis dépassé en bas du bois sur le chemin en herbe, façon casse-pattes remontant doucement. Dévalade rapide sur le chemin ramenant sur la D158, il y avait là quelques belles ornières en son milieu propices à faire un belle gamelle.

On traverse la route D158, point sécurisé par un bénévole de l'organisation GoodBoy, puis on suit quelques instants un chemin qui nous mène en lisière de bois sur un beau sentier longeant un petit ruisseau. Un peu de monde devant, pause obligée car une petite butte enracinée en son sommet freine la progression de certains vététistes. On attend que ça se décante devant, puis la voie dégagée je m'élance à la suite de Perro et la non-difficultée est digérée, on va ensuite dérouler le sentier plus calme qui louvoie en sous-bois durant 600m. On ressort du bois pour déboucher sur un chemin qui devient petite rue ramenant sur le bas de Senneville, non loin de la bosse de Fresnel qu'on a l'habitude de monter en vélo de route.

Comme on se rapproche du point de départ, je me demande si on n'a pas loupé une boucle car mon compteur n'affiche alors que 24km, mais non car le balisage 40/60km indique tout d'un coup la gauche, des rubalises traçant un chenal en bordure d'une propriété, on va ainsi remonter dans le bois durant 300m sur un sentier dont la pente moyenne avoisine le 15%, on dépasse quelques gars au début pour avoir les coudées franches par la suite, certains préfèrent terminer à pied la grimpette. On arrive sur un chemin qui repart à gauche bien plus calmement, plusieurs courtes zones boueuses et quelques ornières remplies d'eau, surprenant alors que le reste du parcours est tout sec. Le chemin ressort du sous-bois, une version balisée '40km facile' du tracé poursuit droit devant, alors que la version 40/60km plus ardue pointe vers le pied d'une bosse sur la droite, vers laquelle on s'empresse de se diriger Grand malade !!! pour ajouter 22m à nos compteur de D+, mais il fallait tout de même forcer un peu sur les guibolles pour la gravir, Chris s'est d'ailleurs rendu compte à mi-pente qu'il serait plus raisonnable pour lui de remplacer son pédalier double par un triple, car une petite séance de marche lui fut imposée Moqueur. Au sommet de la bosse on redescendait un chemin qui retombait sur le tronçon commun 40/60km, on continuait alors à remonter doucement vers le village de La Plagne, mais pas pour faire du ski, juste un peu de VTT.

De là une portions au relief plus calme et roulante durant 3km nous emmenait par des chemins de plaine vers les bois situés au dessus de Mézières-sur-Seine, pour y déguster une longue descente sur sentier. On débouchait alors sur une petite route, que l'on remontait sur 200m, les crampons bruissent en s'écrasant sur le goudron durant cette bonne grimpette à 14.5%, puis le balisage indique 40/60km sur la gauche et '40km facile' tout droit et continuant sur la route. Ni une ni deux, je barre à gauche et attaque le sentier plongeant dans le sous-bois. Il grimpe légèrement, puis se met à descendre rapidement vers Chaufour. Un moment d'hésitation finalement je vois la rubalise à droite, remontée sur 200m d'un chemin pas trop dure, puis on le quittait pour monter dans l'herbe suivre une trace en bord de haie, ça grimpe plus fort à 14% sur 200m, sente traversant le taillis, on revient ainsi sur un chemin qui redescend tranquillement en traversant la zone boisée menant vers la Grande-Rue, retombant sur la route où l'on retrouve les participants qui ont pris l'option '40km facile' juste avant la bifurcation.

arrivée au 2ème ravito

Deux cent mètres de chemin plus loin se profile le 2ème ravito, pas fâché de le voir arriver car je commençais à avoir une petite faim, à moins que ce ne soit une excuse pour se poser un peu après ces 33,7km au relief accidenté...

A ce ravito je retrouve Fred et Perro, ils avaient disparus de mon horizon depuis quelques temps, Chris arrive quelques minutes après moi; ça va je suis pas le plus à la rue aujourd'hui.

arrivée au 2ème ravito

Le temps de boire un verre d'eau au sirop, d'avaler quelques poignées de raisins secs, de morceaux de banane et d'arroser dame nature, nous repartons tous les quatre.

Le parcours revient vers Fresnel par 3km de chemins de plaine, de quoi se remettre en jambes après l'arrêt ravito,  puis on entre en sous-bois pour suivre un chemin caillouteux et un peu défoncé par endroits qui plonge rapidement et fortement durant 300m jusqu'au lieu dit La Roche, terminus d'une belle dégringolade où l'on arrive avec une odeur de disques bouillants, cool Top !.

Deux cent mètres de petit rue plane pour refroidir les freins, puis on repart attaquer la montagne en suivant le chouette sentier du GR36, une grimpette de 900m dans le Bois de Mézerolles effectuée sur sol bien sec favorisant le grip, avec une variante saignante style "dré dan'lpentu" sur les deux cent derniers mètres, où a Chris à finalement décider de revendre son pédalier double pour un vrai pédalier VTT Moqueur. Petite descente pour prendre de l'élan, puis on remonte en poursuivant sur le GR, on va rester en sous-bois en profitant de ses chemins et sentiers, pour ressortir au niveau de La Folie.

Un peu de chemins plus larges, on traverse la D139 où là aussi un bénévole de l'organisation sécurisait le passage des vététistes, un peu plus loin au kilomètre 42 on passe l'attroupement du 3ème ravito, où l'on ne s'arrête pas car il était proche du précédent et sans grande difficulté entre eux, puis on suit un instant le chemin du GR36 pour aller choper un sentier tournicotant sympathiquement dans les bois -on en aura mangé du beau sentier ce matin Top ! - et à l'orée d'une clairière une animation surprise était mise en place; une tombola avec un bénévole déguisé. Le papier que je tire du sac est vierge, rien gagné alors en consolation comme je reçois comme les autres une boite de pastilles sucrées, sympa et original.

Mary est curieuse
Mary est curieuse
Pastilles
lot de consolation

Le parcours nous mène ensuite du coté de Goussonville, monter les 400m de la Côte Monjambon, l'option facile du parcours l'évitait en restant en bas vers Canada. Notre variante physique effectuée, revenait en descendant rapidement le chemin nous ramenant dans le Bois de Mézerolles pour une bonne grimpette sur sentiers à peine marqué au sol, jolis passages plutôt physique qui était suivi d'une descente tout aussi sympa sur du sentier lui aussi peu marqué, tournant entre les troncs des arbustes, évitant les souches, des relances, du ludique en somme.

On revient dans le bas du bois où l'on chemine un peu au clame, on double des tibouch accompagnés de leurs parents car on est sur le tronçon commun avec le parcours 20km, puis le balisage du 40/60km part à gauche attaquer une nouvelle grimpette remontant dans le bois. Perro a filé tout droit sans voir cette bifurcation, on a bien essayer de le rappeler, sans succès. Fred a le pneu arrière qui se dégonfle, on s'arrête le temps qu'il remette un peu de pression dans le boudin, puis on repart.

On grimpe dans le bois, on y suit quelques chemins verdoyants peu empruntés, on remonte encore un peu puis on ressort de la forêt en se dirigeant par des chemins plus calme vers Boinville-en-Mantois. Un coup de faut plat montant sous les lignes électriques, puis on dévale vers les Filancourts, là nous attend la toute dernière grimpette, comme l'indique (avec soulagement ?) un nouveau panneau humoristique, 300m plutôt soutenu se raidissant dans les dernières mètres. Ouf, fini, ma roue se pose sur la route d'accès de Senneville, quelques mètres de bitume, puis à droite toute pour dévaler une dernière sente débouchant dans la rue en contrebas, plus que de la descente douce nous ramenant au point de départ à 11h11 sur l'esplanade où pas mal de monde profite du beau soleil et des animations; le mur d'escalade, le parcours chrono de 1.5km.

On pose les vélos et on va échanger notre ticket contre un bon sandwich -rillettes for me- et une canette de boisson. On se met au soleil pour avaler tout ça. Chris arrivera un bon moment après nous, et Mary un peu plus de trente minutes après nous, elle aussi super contente de ce beau parcours bosselé et truffé d'un bon paquet de beaux sentiers bien sympa, nul doute que l'on reviendra dans les parages avec le GPS activé en mode Trace Back.

Alain
Au revoir Alain
Mary
11h47 arrivée de Mary
Mary
Mary contente

Papotages, remerciements aux organisateurs qui ont super bien bossés, récompensés par la présence de 709 vététistes ce matin, un peu plus que l'an dernier. Balisage sans faille, beau parcours, ravitos corrects et suffisants lors de notre passage, sécurité aux intersections de route, originalité. La Guervilloise va devenir une des bonnes randonnées de fin de saison et il paraît qu'ils ont encore du sentier en réserve, bref de quoi donner l'envie de revenir l'an prochain.

Il est désormais temps de rentrer à la chaumière, nous quittons Senneville alors que Manolo et les autres accompagnateurs du VTTeam78 sont juste de retour avec les enfants -petits et grands- de la rando 10km accompagnée, judicieusement mise en place par l'organisation.

Pédalator



Profil du parcours

Profil du parcours 60km

Les données de Pédalator

ParamètresPOLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :7h56'507h56'16
Temps roulé :3h04'463h04'07
Temps total (avec arrêts):3h15'473h15'28
Moyenne:17,6km/h17,3km/h
Vitesse max.:44,0km/h43,8km/h
Distance:54,1km53,20km
Réglage compteur :2035 mm 
ODO892,7km 
Dénivelée positif cumulé:+1075m+1110m
Dénivelée positif CartoExploreur-+1284m
Dénivelée négatif cumulé : -1100m -1118m
Température Min/Moy/Max: 11/13/17°C -
FC Min/Moy/Max:85/152/185Sans ceinture
Calories2049 kcal1981 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto
Fichiers échantillons 2008:08091401.hrmTRKRDN
Distance/dénivelée annoncés :57km / 1300m
GPS Firmware Revision-2.40
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :SCHWALBEJimmy26"x2.10"2 bars2035mm 
Arrière :HUTCHINSONTORO MRC Tubeless26"x1.85"2,2 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc94Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site du club organisateur : VTTeam78


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 22 septembre 2008 12:18

<<< ESCAPADES >>>