la plaque de cadre de Pédalator

La Revancharde

06/07/2008 - Elancourt (78)

XC 36km

Oeuvre des Pupilles Orphelins

Petit mais costaud

Mary et moi avions participé en 2007 à la course La Revancharde et son parcours plutôt physique nous avait bien plu,
alors cette année nous avions retenu la date du 6 juillet pour revenir faire la 10ème édition de cette compétition
dynamiquement organisée par le Vélo Club Maurepas Élancourt avec le support d'associations et collectivités locales.

Cette épreuve servant de finale à l'OPEN VTT de l'UFOLEP 78 nous permet d'associer l'agréable du sportif avec l'utile puisque
les bénéfices de cette épreuve sont reversés intégralement au profit des orphelins des sapeurs pompiers de France.
Nombreux sont les compétiteurs d'un jour ou de toujours
venant verser un peu de sueur et quelques écus
pour soutenir cette noble cause.


Il y a quinze jours, une après-midi de juin j'ai prêté main forte à Thierry FABRE et ses bénévoles du VCME et des pompiers pour les aider à nettoyer le site et aménager deux nouveaux passages, permettant de bonifier le tracé d'un parcours mêlant physique, technique et ludique. En venant ainsi jouer de la machette à travers la végétation, en plus de la satisfaction de l'aide apportée à des amis sportifs, c'est le plaisir de créer de nouveaux passages, d'ajouter de la difficulté ou de la technique sur un tracé qui me motive. C'est l'âme de l'organisateur qui vibre au fond de moi et quand je vois les zones vertes encore vierges qui entourent la colline, de ce site proposé pour l'épreuve de VTT des JO de 2012, je songe à tous les sentiers, bosses, descentes que l'on peut encore y créer.

Début avril ces bénévoles avaient déjà passé pas mal de temps à dépolluer la colline (incroyable ce que l'on peut y trouver comme merdier !) pour rallonger et aménager certaines parties du circuit. J'en parle ici car lorsque l'on vient rouler sur un circuit certains participants ne se rendent pas toujours compte de la somme de boulot et d'implication des bénévoles qui peut se cacher sous le beau sentier qui se déroule sous ses pneus :

Au niveau du club 15 maillots verts du VCMB seraient de sortie ce premier dimanche de juillet, de quoi aligner au moins un Renard dans presque toute les catégories : Sébastien en Minimes, les deux Baptistes et Gabriel en Cadets, Hugo en Juniors, Laurent et Christian en Seniors B,  Olivier, Jean-Marc, Samuel et moi en Vétérans A, Bruno, Philippe et Dominique en Vétérans B et Mary en Féminines.

Vendredi soir Mary et moi avons pris le VTT pour rallier la Colline et reconnaître le terrain, découvrant la prolongation d'un sentier emprunté l'an dernier, le terrain était tout sec, l'idéal. J'ai tenté de gravir la courte bosse très raide que l'on emprunte habituellement pour parvenir au sommet de la colline de La Revanche; défit effectué finger-in-the-nose car le terrain sec est mieux dégagé sur la droite du chemin comparé à l'an dernier. On verra ce que ça donnera en course, car l'allure reco-rando et sans lactates dans les guibolles n'a rien de comparable avec l'organisme et le coeur sous pression de la compétition.

Le soir même j'ai du réparer mon pneu avant, une grosse épine l'ayant traversé. J'en ai profité pour inspecter nos pneus et reboucher les micros fuites du Larsen TT du VTT de Mary, puis remis dedans comme pour le mien un peu de liquide préventif.

Samedi matin repos et pas de roulage, j'ai juste redressé la patte de dérailleur du SPARK car aux Cadoles les vitesse sautaient sans arrêt sur les trois derniers pignons, symptôme classique d'un dérailleur plus vraiment dans l'axe, sans doute l'effet d'une rencontre fortuite avec un des rochers du Raid des Terres Noires. Heureusement j'avais noté les écartements aux quatre coins cardinaux de la roue arrière et avec le DAG-1 Park-Tool j'ai redressé délicatement la patte et réglé les vitesses, ça marchait nickel. Bon c'est pas trop le genre de truc à bricoler la veille d'une course sans essayer auparavant, on verra bien et j'ai confiance, c'est pas ma première fois.

Samedi matin et en tout début d'après midi quelques bonnes averses ont arrosées la région, laissant de grands flaques dans le moindre trou de la chaussée. J'ai alors commencé à me demander du TITUS ou du SPARK quelle monture je prendrais pour la course, la première étant équipée de pneus plutôt appropriés aux terrains secs du sud, tandis que la seconde est doté de boudins polyvalents aptes à affronter la boue. L'après-midi le vent et un peu de chaleur sans nouvelle ondée m'ont peu à peu rassuré, ce serait le SPARK dont j'ai quand même remplacé le Larsen TT de l'arrière par un autre aux crampons moins usés. J'ai aussi remis du liquide préventif NoTubes dedans car le terrain de la colline est encombré de bouts de verres et autres objets agressifs pour les pneumatiques.

Dimanche 7 juillet

Pour une fois l'épreuve VTT n'est pas loin de chez nous, donc pas besoin de se lever avant l'aube et faire des centaines de kilomètres, alors j'ai mis le réveil à 7h. Mais j'étais déjà debout à 6h30. Pendant que Mary finie de se préparer, je vais charger le break. J'emmène ensuite en voiture mon spad et nos sacs au Complexe Sportif Europe, pendant que Mary s'échauffe doucement en ralliant en VTT le lieu de départ, soit quelques kilomètres. Il est encore tôt et le parking du Complexe comporte encore plusieurs places libres, cool on sera juste devant.

En échange du dépôt de ma licence je retire ma plaque de cadre, on me donne un sac avec pubs et revues des partenaires. Je retourne à la voiture m'équiper, coucou aux copains des autres clubs. Mary arrive, récupère sa plaque, puis on part ensemble s'échauffer sur les rues des environs, c'est pas la peine d'aller sur le terrain où l'on pourrait crever. On termine l'échauffement par la descente puis remontée des virages de la route menant à Élancourt-village, puis on regagne le pied de la colline rejoindre le parc coureur où barrières et rubalises ont été disposées pour matérialiser les différentes lignes de départ correspondant à chaque catégorie. Hop je me colle contre la rubalise du sas Vétérans A, derrière la première vague des Seniors A&B. Mary est placée deux lignes plus loin avec les filles, les Vétérans B entre nous.

Les coureurs se mettent peu à peu en place, coucou aux connaissances dont les amis de VTT POISSY venus aussi en nombre, je papote un peu avec Gégé qui ne roule pas cette fois, venu soutenir ses coureurs et représentant de la C.T. UFOLEP 78. Thierry prend le micro et donne les dernières recommandations, le départ prévu à 9h va être retardé de quelques minutes car il y a encore du monde à inscrire. On respecte une minute de silence en souvenir des pompiers disparus, le menu du jour est ensuite annoncé; un tour 'mort' pour tout le monde, puis 4 tours pour les catégories Seniors A&B/Vétérans A, 3 tours pour les Vétérans B/Juniors/Féminines, 2 tours pour les Cadets et 1 seul tour pour les Minimes.

--1er tour--

A 9h08'35 le départ des Seniors A&B est donné. On s'avance alors un peu. Trente sept secondes plus tard (intervalle trop petit, on le verra par la suite), à 9h09'12 le départ est donné pour nous coureurs de la catégorie Vétérans A.

Vroooum, c'est parti pour le 1er tour dit 'mort' de 3,5km. Au fait ça veut dire quoi 'tour mort', vu qu'il n'y avait pas de moto ouvreuse bridant notre allure; qu'on doit rouler cool ? Ben c'était pas vraiment le cas, car on est partis comme des oufs et pour une fois j'étais dans les premiers bien décidé à essayer de garder le plus longtemps possible le contact avec les autres coureurs de ma caté, mais sans me faire d'illusion face à un Bruno LEBRAS et autres pointures portant maillot bleu/blanc/rouge...

On s'envole donc sur le large chemin durant 200m, puis à nouveau 100m d'un léger virage à droite remontant progressivement de 2m et légère redescente derrière. Là on va continuer tout droit durant 100m, alors qu'aux tours suivants on partira sur la gauche. Le large chemin se rétrécit et on entre en sous bois par un sentier, file indienne, ça embraye durant 300m, légère dénivellation positive absorbée comme si de rien n'était. Je suis content car pour une fois je n'ai pas l'impression de subir le départ. Virage en épingle, relance, on longe un instant la palissade d'un nouveau lotissement en construction, puis on entre dans le sous bois attaquer du sentier louvoyant avec trois montagnes russes; là on retombe malheureusement sur les derniers Seniors qui n'avancent pas bien vite et butte souvent sur les quelques difficulté. On fait les bordures, je suis un peu coincé quelques secondes et je vois deux concurrents Vétérans A qui s'en sortent mieux et filent, je me sors de la nasse et repart, par la suite ce sera plus facile et sans gêne trop bloquante. Ouf.

On ressort à découvert on embraye sur du chemin plus ou moins roulant durant 1.5km autour de la colline, des passages sur de l'herbe tondue, ça secoue parfois, puis du chemin de terre durcie, quelques petites buttes pour casser le rythme, puis on revient dans le sous bois, première montée casse-pattes, courte redescente pour aller choper un étroit sentier un peu en dévers et aménagé dans la terre pour éviter la zone de trous boueux de l'an dernier; sympa, ça glissouille un peu sur quelques racines en dévers. Retour sur un chemin en dur avec quelques vagues au début, Totof est posté au bout en commissaire et va nous encourager à chaque passage. Virage gauche, chemin en dévers dans la terre, on descend un peu, légère remontée, on recommence le même scénario, ça glisse moins que l'an dernier, et on ressort du bois.

Petite boucle dans le pré puis on revient sur le large chemin en dur du départ, voilà le tour de chauffe a été bouclé en 10'42. Maintenant on va attaquer le tour complet du circuit, avec les gâteries évitées au premier passage...

--2ème tour--

On braquasse en vélocité sur les 300m de large chemin, puis cette fois on part à gauche attaquer une butte de terre d'un bon mètre de hauteur. Quand on la connait, sachant ce qu'il y a derrière, elle s'absorbe dans l'élan sans freiner au sommet, la roue arrière décolle un peu, on redescend vite derrière. Un concurrent m'a passé juste avant, dévalant derrière à l'aveuglette dans l'herbe, sans pierre cachée, chance pour lui. On embraye alors rapidement à 30km/h pour 300m en quasi droite ligne, une trace durcie dans la terre et les bords en herbes d'une zone défrichée sur 3m de largeur, en file indienne étirée. Virage en épingle, on repart en sens opposé pour 300m d'une trace du même style, quelques ornières de terres durcies, léger faux plat montant de 9.6m qui cassera un peu plus les jambes à chaque tour, d'autant que l'humidité ressortira de terre au fil des passages.

De là on dévale 200m d'un chemin dur en pédalant speed sur le 44x11, ce qui nous amène dans la zone boisée. Là, freinage puissant et virage gauche pour aborder la nouvelle petite descente de 90m, petite butte au début avec passage sur la droite pour ne pas taper de l'avant sur la dalle en béton qui ressort au milieu, virage droite, gauche et on récupère le sentier qui descend rapidement durant 200m en longeant à droite le grillage d'une propriété, bordé de végétation sur la gauche. Le paysage défile, un petit 41.7km/h, sortie de la verdure, on continue de descendre légèrement en pédalage dynamique sur une centaine de mètres d'un terrain à l'herbe tondue, virage à droite pour entrer sous les arbres suivre un sentier qui serpente quelques instants, terre noire humide et racines en travers au pieds des arbres, on arrive ainsi au ruisseau, zone marécageuse où la terre noire est perpétuellement mouillée et lourde. Là j'ai eu l'idée de déposer des demi rondins de bois sur la bouillasse, ils seront largement mis à contribution car on pouvait ainsi passer plus rapidement à pied. Retour en selle, on attaque une petite remontée en longeant une propriété, quelques mètres négociés sur le petit plateau car le cardio est élevé.

On revient ensuite sur une rue en cul-de-sac qui monte doucement durant 100m, un des rares moments de répit avant d'attaquer la suite, une montée sur chemin en terre irrégulière durant 170m pour 25m de dénivelée positif, un passage qui me cassera les guibolles à chaque tour. On dépasse encore des concurrents attardés, bientôt le sommet, virage en épingle à gauche pour remonter le plan incliné de terre bordé de troncs (aménagé cet hiver pour remplacer un portage de quelques marches de terre qui s'effondraient l'an dernier), ça passe en vélo tranquillement maintenant et on arrive ainsi dans la zone de sentiers. Là pour doubler faut être patient et attendre le bon moment.

On tournicote alors un moment entre les arbres, des passages resserrés où il ne faut pas glisser en contrebas ou butter sur les quelques souches d'arbres, petit virage à 90° droite avec racine juste au bon endroit, le tout à négocier au ralenti très à l'intérieur sous peine de devoir poser pied, légère butte à monter en dynamisme, à descendre, remontées sur l'élan ou au mollet, passage technico-ludique bien sympa. Le sentier s'élargit, revient à découvert dans une zone d'herbe tondue qui permettra de doubler au fil des tours, avant d'entrer de nouveau en sous-bois sur la section suivante de sentiers tortueux.

Rebelote; tournicotage, plongée pentue de 2m, remontée de butte sur l'élan ou en force et dynamisme pour d'autres, on zig-zag entre arbres couchés et souches, le pneu ripe parfois sur quelques grosses racines, une dernière butte courte mais plus raide, Hop c'est désormais un peu de sentier plat, puis du chemin plus roulant qui permet d'envoyer un peu plus.

On longe la palissade, on entre ensuite dans le sous bois attaquer de nouveau le sentier louvoyant aux trois montagnes russes, on ressort à découvert, on réembraye sur la portion de chemins plus roulants autour de la colline, les petites buttes, le sous bois et sa montée casse-pattes, le sentier en dévers où je rattrape -déjà- Aurélien. Alors, on randonne ? Je le dépasse sur le chemin plus large ensuite.

Petite boucle dans le pré et on revient sur le chemin bitumé gravissant la colline. On la remonte sur 85m puis on bifurque à droite pour aller chercher la nouvelle portion ouverte cette année. Petite butte, puis on monte en lacets en sous-bois. Comme je m'en doutais, ce qui se passait cool en reco, en course les guibolles s'en ressentent dans cette légère remontée durant 90m. On longe le grillage au pied de l'antenne, puis on repart à droite. Un peu de répit, puis après un virage en épingle on attaque le sentier qui remonte en léger dévers, dix mètres de dénivelée positif avec pente croissante. On revient sur le chemin bitumé, et là au lieu de partir à droite comme l'an dernier pour aller cherche LA bosse, ben on redescend sur une bonne centaine de mètres. Tiens du nouveau.

Virage à droite toute, on quitte le chemin goudronné pour prendre le sentier en herbe fauchée qui grimpe au sommet de la colline; ça fait un bail que je ne l'ai pas pris celui-là, mais je sais qu'il est long et fera mal aux jambes. Petit plateau engagé, c'est parti pour presque 200m de moulinage afin d'absorber les 38m de D+, sol bosselé par les mottes de terre au début, montée régulière mais soutenue. J'y rattrape et dépasse quelques concurrents, certains à pied, des photographes nous shoot au passage dans l'effort, la sueur perle.

Pédalator

Au sommet, petite brise de face rafraîchissante, on repart un peu plus loin à droite dans une descente un peu pentue dans un sentier dégagé pour l'occasion (envahie par la végétation d'habitude), l'herbe tondu au sol et la terre glisse un peu, évitons la petite ornière au centre, passage à droite et retour sur le chemin de goudron pourri.

Virage gauche, dix secondes de répit pour passer le petit plateau, car on arrive au pied de LA BOSSE, le bon raidillon de 80m pour 20m de dénivelée positif; mollets affûtés de rigueur. Je suis en meilleur forme cette année car à chaque tour j'arriverais à la monter entièrement sur le vélo, gagnant des places car j'allais ainsi plus vite que ceux qui poussaient leur vélo. La pente affiche presque 28% au final, bref au sommet mon cardio tape le 190bpm. Passage de la ligne d'arrivée, mais il reste encore 3 tours à faire et on repart dans une descente aménagée, virages en S, dévers glissant dans l'herbe tondue, vitesse contrôlée sinon on part trop loin en glissade. Retour sur le large chemin en dur, à fond sur la plaque sur cette légère descente durant 200m, virage en épingle pas trop rapide car graviers, puis de nouveau le chemin large et dur d'où le départ a été donné, le tour complet est bouclé, il fait 7,82km pour 191m de D+, il me restera à gravir encore 3 trois fois La BOSSE.

--3ème tour--

Ma moyenne va baisser un peu dans ce tour, d'une part parce que j'ai calmé un chouilla mes ardeurs en vue de ménager un peu de forces pour le reste des agapes et surtout parce que le palpitant s'était peut-être un peu trop emballé; j'ai en effet eu un début de point de coté et j'ai donc relâché l'allure et bien ventilé pour faire disparaître cette gêne.

Les rangs se sont bien clairsemés, il devient rare d'être gêné par d'autres concurrents, j'arrive à les dépasser assez rapidement sans problème, par les bords où certains nous laissaient passer en se rangeant sur le bord des sentiers.

Dans la montée casse-pattes j'entends un "passe à gauche Jean-Marc", c'est Bruno -en Vétéran B, parti après moi- qui revient déjà; en forme le bougre. Bon je suis déjà à gauche et je vois pas où il pourrait passer, en dehors d'aller faucher les arbustes, alors je barre à droite et il passe juste avant l'entrée du sentier en dévers. Je vais m'accrocher pour essayer de ne pas le lâcher, il gagne parfois quelques mètres dans le technique et sur le roulant.

Bruno

Je reviens sur lui dans la longue montée herbeuse qu'il grimpe tout debout sur les pédales, moi derrière assis en moulinant.

On dépasse encore des concurrents, sommet, suit la petite la descente.

On arrive au pied de LA BOSSE, qu'il aborde et gravira à pied depuis le bas, tandis que je la passe sur le vélo et le distancerai ainsi.

Bruno reviendra sur moi dans le sentier descendant le long du grillage, on dévale, dépassant en trombe un concurrent plus lent, le passage du ruisseau, je merdouille à reclipser ma pédale, Bruno me pousse un coup pour aider la relance au remonté en selle. Il va me passer dans la montée qui suit et que j'aime pas, lui encore debout sur les pédales. A ce stade il va s'éloigner et disparaître de ma vue.

--4ème tour--

Dans le sentier précédant le ruisseau, je suis revenu rapidement sur Olivier des Koyotes et Fred de Poissy partis avant moi avec les Seniors A&B, leurs lançant un chambreur "ça traîne là devant !!!" . Olivier de rétorquer un "On fait ce qu'on peut, qui c'est ?". "C'est JM !". Passage du ruisseau et sa zone boueuse, ma chaîne fait un sac de noeud au passage moyen-petit plateau, doucement remise dans le droit chemin. Pendant ce temps les deux compères ont pris la poudre d'escampette, mais je reviendrais sur eux un peu plus loin, resterais dans leurs roues sur le plat puis aux deux bosses successives l'Olivier décrochera, Fred s'arrache pour que je ne le largue pas et lance un "Allez Oliv, on va l'niquer au dernier tour !" . Mais l'Oliv est mûre et on ne le reverra qu'à l'arrivée .


Fred, Pédalator

Pédalator en chasse

Olivier,
 Pédalator
Fred

Pédalator
bataille
avec Fred

Marrant Fred et Pédalator montant de concert LA BOSSE, je vois sa roue sur la gauche, au sommet je pousse un peu plus et arrive quelques centimètres au sommet avant lui. On roulera ensemble un moment, puis sur le chemin aller-retour il mettra gaz dans le faux plat montant et disparaît.

Fred et Pédalator dans LA Bosse

--5ème tour--

Je suis revenu sur Christian, il fait moins de course et n'a pas le rythme, on jouera donc à tu me passe-je te passe, on double encore quelques concurrents cramés, on prend un tour à certains. Les guibolles commencent à durcir et je me fais violence pour avancer, revoici la bosse en herbe, Fred en vue à quelques mètres, Bruno vers le haut m'encourage d'un "sourire Jean-Marc" car les photographes nous mitraillent dans l'effort, allez la petite descente, LA BOSSE, ça devient dur vers le haut mais je ne lâcherais pas, j'entend Mary qui m'encourage, un dernier effort et c'est la ligne d'arrivée, Ouf. Je termine 31ème sur 184 au scratch, me classant du coup 5ème dans ma catégorie en Vétérans A, pas trop mal.

Le temps de récupérer un peu, papotages au sommet, je dévore quelques quartiers d'oranges avale un godet de boisson. Le vent qui balaye la colline n'incite pas à stagner sur place -surtout quand on transpiré- alors avec Mary on redescend à la voiture se changer, puis on rend nos plaques de cadre pour récupérer nos licences. On nous donne un sandwich au pâté, tout l'aspect ravito et collation était assuré par les bénévoles de l'Association Vivre à La Clef de St Pierre.

On se rend tous dans la grande salle pour la remises des prix. Thierry présente les partenaires de l'épreuve. Le président de l'association des orphelins des sapeurs pompiers fait un discours fort en émotion que pas une mouche n'oserait venir troubler, il reçoit les dons correspondant aux 196 inscrits de ce matin.

La remise des prix commence, deux Renards seront récompensés; Bruno en Vétéran B et Sébastien en Minimes.


Podium Seniors B
CHARTIER Cédric
CAUSSE Guillaume
PETIAUT Pierre

Podium Vétérans A
Bruno LE BRAS
Jean-Philippe TELLIER
Hervé PIGACHE

Podium Vétérans B
Bruno CHICHE
Jean-Marc LEGRAND
Bernard VERGEREAU

Podium Tandems
avec Eric et Laurent
de POISSY VTT

Podium Minimes
Sébastien 3ème

Et une Renarde puisque Mary grimpe sur la 1ère marche du podium féminine, Yes !!!

interview de Mary
interview de Mary
par Thierry
podium Dames
Perrine, Mary, Valérie
podium Dames
Perrine, Mary, Valérie
le bouquet et la coupe de Mary

Ensuite ce sont les récompenses pour le classement final de l'OPEN VTT de l'UFOLEP qui sont distribuées, puisque La Revancharde clôture ce challenge de quatre épreuves. On retrouve les Renards et des amis sur les podiums :


Le Tandem Poissy VTT

Julie, Perrine, Valérie

Sébastien 2ème Minimes

Podium Vétérans B
Bruno 1er
Philippe 2ème

Podium Juniors
Hugo 2ème

Podium Seniors B
Loïc, Alex, Nico

La fête se termine par un pot, tout le monde s'en retourne en sa chaumière content d'une belle matinée passée à 'batailler' sur les sentiers avec les amis. Allez à l'année prochaine, il aura encore de nouvelles parties sur le parcours (c'est vrai ça, il est trop facile; ça manque de bosses )

Pédalator


Mary en sortie du single montant Mary en action
Mary, Lolo, Alex, Loïc

Les classements

par catégories

scratch


Profil du circuit

Profil du circuit

Carte du circuit

cliquez sur cette mini carte pour voir la carte en grand

Les données de Pédalator

paramètresPOLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :9h09'209h09'00
Temps roulé :2h00'312h00'28
Temps total :2h00'402h00'52
Moyenne:17,4km/h17,0km/h
Vitesse max.:41,5km/h41,3km/h
Distance:35,0km34,23km
Réglage compteur :2030 mm2030 mm
ODO328,7km 
Dénivelée positif cumulé:+635m+797m
Dénivelée négatif cumulé : -575m -744m
Température Min/Moy/Max: 16/17/24°C -
FC Min/Moy/Max:89/177/190Sans ceinture
Calories1607 kcal1435 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto
Fichiers échantillons 2008:08070601.hrmTRKtcx
Distance/dénivelée annoncés : 
Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXISIgnitor LUST26"x2.10"2 bars2030mm 
Arrière :MAXXISLarsen TT LUST26"x2.0"2,2 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc96Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

A Lire, à voir

Le site de l'épreuve La Revancharde

Photos de Jean-Philippe TOUZOT - Galerie 1

Photos de Jean-Philippe TOUZOT - Galerie 2

Le chronométrage par Bike-Timers


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : lundi 25 août 2008 14:52

<<< ESCAPADES >>>