la plaque de cadre de Pédalator

Raid des Terres Noires

15/06/2008 - Digne-les-Bains (04)

Raid 54km

Les Terres Noires

Encore plus

Le Raid des Terres Noires organisé par VTT Rando 04 est une épreuve VTT que nous avons découvert en 2007,
certainement la plus belle et la plus dure -pour sa distance- parmi toutes celles effectuées depuis ces dernières années.
Un très beau parcours aux paysages splendides, des moments qui se méritent puisque les difficultés techniques du tracé
requiert une très bonne condition physique pour les pilotes souhaitant boucler le Raid 60km, une organisation nickel.

L'édition 2008 annonçait un parcours modifié à 40%, avec encore plus de singles, un peu plus dur,avec encore plus de plaisir.
Il y a juste un truc qui colle pas : il était écrit "un raid qui se fait presque entièrement sur le vélo: très peu de portage".
On doit pas avoir roulé sur le même parcours alors


Le 16 mai j'ai envoyé nos deux inscriptions par courrier, soit 20€ par personne pour le Raid 60km, tarif incluant un repas et les prestations habituelles de toute compétition sérieuse. Pas besoin de s'inscrire trop tôt, de par la configuration de départ et le fait que l'épreuve soit assez sélective.

Nous arriverons plutôt bien préparé sur cette compétition, ayant engrangé dans nos gambettes plusieurs grosses sorties à bosses effectuées sur route et quelques épreuves VTT plutôt techniques du sud. L'avant goût des difficultés découverte l'an dernier lors de notre première participation au Raid des Terres Noires demandait de ne pas venir les mains dans les poches; mieux vaut être en forme et savoir encaisser les efforts pour pouvoir profiter à loisir et en toute lucidité des passages techniques.

Comme il nous restait une petite place pour un pilote et son bike dans le break, nos Renards étant difficiles à sortir de leur terrier familial c'est Fred du club de Poissy qui va profiter de l'occasion pour venir découvrir cette épreuve VTT. En ces temps où le prix du litron de Gasoil s'envole à la pompe -et pas seulement en vapeur d'hydrocarbure- la division des frais de voyage reste un moyen de rentabiliser nos déplacements. Coté émission de CO2, je suis bien conscient que faire 1600km de bagnole pour 60km de VTT c'est pas le meilleur rapport et pas vraiment écolo, mais je serais le premier à changer ma voiture pour un moteur à H2 lorsqu'il sera au point et abordable.

Coté météo, pour une fois le sud ces derniers temps était largement arrosé, les orages et autres périodes pluvieuses déversant allègrement leur lot de millimètres d'eau. Le ciel s'est toutefois calmé et soulagé j'étais au suivi régulier des derniers bulletins météo, la pluie ayant cessée d'arroser la région de Digne les jours précédents l'épreuve. Les prévisions météo s'annonçaient même fort sympathiques pour la fin de semaine et le week-end. Bref après une période d'hésitation quant au choix des pneus devant être monté sur nos VTT, finalement j'ai décidé d'y laisser le train roulant habituel destiné au sud, à savoir le couple MAXXIS Ignitor 2.10" + Larsen TT.

Cette semaine j'ai fait l'inspection, préparation, nettoyage de nos VTT, le matériel devant être nickel pour affronter l'exigeante épreuve des Terres Noires. DEVINCI et SPARK seront de sortie. Vendredi soir Fred est venu déposer son vélo, tout juste doté de nouvelles roues artisanales; l'occasion d'éprouver la fiabilité du montage NoTubes.

Niveau hébergement, nous logerons dans des chambres d'hôte que Delphine -la douce de Tib- a dénichée tout près de Digne. L'occasion de retrouver avec plaisir nos deux pigistes de VV, puisque j'ai vanté à Tib l'attrait de cette belle épreuve de VTT à laquelle il n'avait pas encore participé. Fred lui a réussi à se trouver une chambre dans l'hôtel du centre de Digne où nous étions l'an dernier.

Samedi 14 juin

Réveil 5h30. Une fois prêt je commence à charger le break avec nos 3 spads. Fred arrive et à 6h22 nous quittons les Yvelines pour une nouvelle escapade sudiste. Chic-Chic.

Fred
Intense concentration
pour Fred

Le trajet se fera sans encombre, un trafic fluide sur l'autoroute A6; nous sommes mi-juin et il y a déjà un petit courant des premiers départs en vacances d'été. Il doit y avoir une Cyclo dans le sud, car on verra plusieurs voitures avec des vélos de course embarqués.

A l'arrière Fred récupère des heures de sommeil. La route défile, contournement de Lyon via l'A46, direction Grenoble où les sommets retiennent de gros nuages.

Pause pique-nique sous les arbres avant le Col de La Croix-Haute, nationale 75 et les souvenirs des vacances d'été en repassant à Serres, on reprend ensuite un bout d'autoroute au niveau de Sisteron.

environs de Grenoble
environs de Grenoble

On arrive avant 15h30 sous le soleil de Digne-les-Bains, évaluation de timing respectée.

Nous faisons halte au stade pour retirer nos plaques de cadre, l'organisation se met peu à peu en place. Petite erreurs administratives,  Mary a été mise sur le listing du 28km et pour moi ils ont conservé les infos de mon inscription 2007; ancien nom de club et ancien numéro de licence. Rectifications. On reçoit un sac contenant un bidon pub du sponsor, un sac de gel énergétique, un magazine Vélo Vert -que j'ai déjà- un prospectus, un bon pour le repas d'après course, la plaque de cadre - à rendre cette fois-ci- et deux attaches.

On jette un oeil sur le panneau où sont affichés les cartes des parcours Raid et randonnée, ça ressemble beaucoup à ceux de l'an dernier avec une nouvelle partie dans les Terres Noires. Nous rejoignons ensuite la voiture et après avoir déposé Fred à son hôtel au centre de Digne (tiens c'est marrant, il est dans la même chambre que  nous avions l'an dernier) nous partons vers le gîte, via début de la N85 puis la petite D12 tranquille vers Plan de Gaubert. Les panneaux du balisage Gîtes de France aidant, on arrive aux maisons près d'une ferme, belle vue et coin retiré plus sympa que l'hébergement en ville. La proprio très sympa nous montre les chambres, on décharge la voiture.

Tib & Cie sont encore sur la route, arrivée prévue dans une heure. Contrairement à son habitude la Mary ferait plutôt une ch'tite pause test-de-lit, mais j'ai envie de profiter du beau temps et de l'air pur en tournicotant les guibolles sur le VTT pour les décrasser du voyage. On saute donc dans le cuissard, et on part en moulinant cool sur la D12 plane.

Tiens un balisage VTT sur la gauche; Mary s'envole dans le sentier qui grimpouille légèrement, terrain sablonneux durci par des pluies orageuses récentes.

On s'arrête avant le sommet, pas envie d'user trop de forces vu ce qui nous attend demain, alors on redescend tranquillement et on reprend notre cheminement sur le plat bitume de la D12, en suivant une petite route moins fréquentée.


Sentier balisé du coin

On fait demi-tour après la distillerie de Chaffaut, puis on remonte vers le Golf de Digne, on redescend par un chemin où l'on trouve des rubalises, témoins d'une rando passée ou à venir. On reviens vers le gîte via un chemin plat entre deux champs, quelques flaques témoignent de pluies récentes. En s'approchant de la route je vois passer un break avec un spad à l'arrière, elle ralentie, on presse l'allure et on arrive sur la route au moment où elle fait demi-tour; c'est Tib & Delphine qui arrivent, synchronisation parfaite. Ils viennent de prendre un 'raccourci', bilan une heure de plus... Le frangin de Tib arrivera peu après.

Retour vers le gîte, repérage de chambres, débarquement des affaires, papotages, préparations des vélos. Pendant ce temps je missionne Fred pour qu'il nous réserve pour 19h30 le resto approved l'an dernier.

La tribu prête, après avoir réglé la propriétaire nous partons en ville rejoindre Fred au resto. C'est pas encore les grandes chaleurs d'été, alors nous dînerons à l'intérieur. Peut-être que la saison estivale n'est pas encore commencée, toujours est-il que pensant savourer de nouveau les lasagnes maisons, on a malheureusement du se rabattre sur d'autres pasta car il n'y en avait plus. Idem pour le dessert; de 5 crèmes brulées commandées, seules trois étaient encore disponibles, pas cool. Faudra trouver un autre plan resto l'an prochain.

Retour au gîte, préparation des affaires pour demain, puis séance plongée au lit, où l'on s'endormira en cinq secondes avec une bonne nuit à la clé des songes. Pendant ce temps là, Tib et Delphine seront bercés au doux murmure de la VMC encastrée dans le mur, comptant les miaulements des chats de la ferme...

Dimanche 15 juin

Réveil 5h30, il y a course ce matin alors le Pédalator y traîne pas. Minutage. Clic cafetière, bzzzzzz-rasoir, douche, saut dans le cuissard, petit-déjeuner, rechargement du break. Mary va rejoindre le départ en VTT pour s'échauffer, pendant ce temps je file vers Digne et récupère avant 7h les sacs de Fred, il rejoint le départ en VTT.

J'emmène la voiture au parking près du stade, puis me prépare pour l'échauffement.

Il ne fait pas bien chaud encore, un petit 10°C pour le moment car le soleil est encore caché par les sommets et le ciel un peu orageux.

Tiens voilà Bernard Dardennes et sa tribu du Team Aix Vtt Thrifty, on se croise régulièrement sur les épreuves du Sud. Jean-Paul Stéphan est aussi venu refaire cette épreuve qu'il a découvert l'an dernier.

Je part avec Fred m'échauffer sur la route, on file reconnaître le début du circuit qui est similaire à l'an dernier; je lui montre le début de la bosse sur laquelle il faut arriver bien placé pour ne pas être trop gêné au début de course. On revient ensuite, je le laisse au niveau du parking puis je vais rouler encore un peu en direction de Mary, mais entretemps ils sont déjà arrivés.

Il est bientôt 8h alors je reviens vers le stade et me place au début du parc coureur, pas envie de me retrouver derrière le troupeau comme l'an dernier cette fois-ci. Tib fait quelques photos pour le magazine VV.


Fred

dure nuit ?

Emmanuelle et Renate

Emmanuelle et Mary
Départ de Pédalator

Un peu de blabla du speaker puis à 8h passé le départ fictif est donné, on démarre en suivant le 4x4 de l'organisation, allure croissante 30 à 40km/h, j'essaye de rester à l'avant poste, quelques mètres derrière la voiture ouvreuse, Fred est à droite, Stéphan est revenu devant, accélération, cardio déjà à 175bpm.

Dans les 500 derniers mètres plusieurs coureurs sont remontés de part et d'autres, virage à droite, ça passe partout, sur l'herbe, devant, à gauche pour être bien placé à l'entrée de la piste de la première bosse, petit plateau engagé et nous voilà au pied de la première difficulté du parcours, une longue montée sur piste de 3km pour 350m de positif. Le sol est un peu caillouteux/gravier fuyant au début, puis plus calme rapidement. Chacun prends son rythme, on en a pour un gros quart d'heure de grimpette à moins de 8km/h, quasi tout à gauche en permanence et en vélocité. Je suis dans la roue de Fred, puis à mi bosse je le passe doucement, je ne le reverrais qu'à l'arrivée.

La pente s'adoucit et la piste s'élargit, mais continue néanmoins de monter sur 1.2km. La bosse a creusée de bon écart, on arrive ainsi bien étalés au début de la première descente, la même que l'an dernier et un sacré morceau d'après mes souvenirs. Le terrain y est plutôt sec, voir même plus glissant sur le début que l'an dernier. Quelques passages à pied pour bibi, les épingles du début entre autre, mais je suis content cette année de passer les passages raides sur le vélo, les freins HOPE sentent le chaud mais cette fois avec le 160mm derrière j'ai assez de puissance de freinage. Passage du ruisseau, single en dévers terreux en balcon, on replonge ensuite via le sentier en gouttière (rempli de cailloux roulants l'an dernier et qui a été pas mal balayé), cette fois j'en passe 99% sur le vélo, cool. Quelques gars sont passés, sur le vélo. Plus bas on retrouve une volée d'épingles serrées sur sol sec, là j'en passe qu'une, toujours mon petit vertige en cause, un gars nous passe, tout sur le vélo. Joli. La descente se poursuit sur un sentier plus cool en balcon, puis se termine en descente avec ruisseau dévalant en même temps que nous dans le sentier; j'ai un peu peur qu'on y laisse une bonne épaisseur de plaquettes, mais non, l'eau n'y remonte pas.

Arrivée en bas, repos sur le court morceau de route passant aux Bains-Thermaux, en face la butte de l'an dernier a disparue, remplacée par un escalier en rondins, poussage obligé, puis retour en selle et reprise d'un sentier plat un moment pour se reposer, puis qui va grimper fortement pour revenir sur la route. Là on repart à droite sur quelques mètre de goudron, puis on rembraye sur un nouveau sentier qui grimpe pour nous emmener sur le premier passages dans des terres noires. Un nouveau sentier nous amène au pied du premier portage, le même que l'an dernier, bien pentu. Six minutes de suées. Le sommet, on récupère le beau sentier qui chemine en léger faux plat montant dans le sous-bois sous le Feston, 2.7km de récup plaisir mais tonique, je suis un vétéran bien agile et souple sur son semi-rigide, on est trois assez espacés à ce moment donc ça roule bien.

Une belle descente dans un autre passage de terres noires, léger dévers, nous amène en bas au début d'un sentier qui remonte vers la Cascade, passage de quelques mètres obligé à pied, un filin d'acier pour se tenir, dans l'autre main le vélo, sécurité assurée par des bénévoles en ce lieu, puis retour en selle un peu plus loin. On redescend un peu, passage de ruisseau, puis remontée à pieds quelques mètres dans du cailloux pour récupérer le sentier au dessus. Un peu de roulage sur le sentier en balcon, vide à droite, belle vue, puis les blocs rocheux envahissent le terrain, créant des marches. Petite séance de poussage, je suis un peu haut dans le cardio et je n'essaye pas trop de passer sur le vélo les difficultés. Retour plus loin en selle, le sentier se poursuit en grimpant les contreforts de la Garde.

J'ai zappé le premier ravito, il arrivait un peu tôt, de plus j'ai 3 litres de boisson énergétique sur le dos et assez à bouffer dans les poches.

Courte descente rapide sur piste, quelques coulées de ruisseaux à traverser, puis on part sur la nouvelle portion de parcours, soit un peu plus de 12km de tracé. On commence par un beau sentier ombragé grimpant en forêt, entre petits sapins, tapis de petits buis et moquette de mottes d'herbes vert tendre, passages plus terreux, joli morceau. Puis une belle descente ludique et technique avec marchounettes vient récompenser les efforts de la montée. J'arrive sur la D569, douce remontée au train, kilomètre 22 voici la table d'un ravito. Je m'y arrête juste 35 secondes le temps d'avaler 1/3 de barre énergétique, 2 abricots sec et un demi godet d'eau.

Le parcours repart ensuite dans un sentier montant bien joli, qui nous mène dans un vaste espace de terres noires. On va y tournicoter un long moment, passages techniques et physiques avec plein de buttes, de sentiers plus ou moins visibles, de la pierre comme de l'ardoise pillée, on décale souvent, j'ai un passage de moins bien à ce moment car j'ai du partir un peu trop vite, alors par manque de lucidité je rate quelques passages qu'en temps normal j'aurais gommé sur le vélo. Bref pas mal de micro-poussages, marches, roulage, élan, usant mais superbe.

photo by Tib

Le ciel est voilé et le soleil ne nous tape pas sur le casque, c'est heureux car je n'imagine même pas tout ce passage effectué sous le cagnard.

On grimpe un moment, un court portage et on arrive au sommet, un bénévole en sécurité demande si tout va bien, ok. Le paysage est superbe ici, une vue d'enfer sur cet environnement de minéral gris si particulier.

Je résiste à déballer l'appareil photo, mais je suis bien placé et j'ai envie de voir comment je vais terminer au scratch avec une forme plutôt bonne. Belles descentes, remontée de piste régulière pour récupérer un peu, ce qui est rare sur ce parcours exigeant.

Nouveau ravito, kilomètre 30.5, là je m'arrête plus longuement, je mange un peu et me réhydrate, j'en profite pour remettre de l'huile sur la chaîne qui couinait. Paraît que les premiers sont passés sans s'arrêter. Je repart, rythme un peu plus cool. On va récupérer le tracé de l'an dernier maintenant.

On arrive au sommet du spot des Terres Noires, paysage lunaire, c'est désormais la longue descente technique. Des passages courts et raides, je suis super content de passer cette année le premier où j'avais bloqué l'an dernier, des sauts de marches, des cassures de terrain. On suit le balisage -nickel- de flèches blanches au sol. Deux courtes descentes de buttes passées à pied because le vide à gauche ou à droite titille mon petit vertige, mais c'est presque plus dur de descendre à pied qu'en vélo, deux gars du club organisateur me passent, perchés sur leur spad. La suite de la descente n'est que pur bonheur, il faut être prudent pour ne pas se faire surprendre par certaines marches. La mémoire de certains passages effectués l'an dernier m'aide à franchir plus de zones techniques cette année, un peu plus de vitesse ça aide parfois, bon il reste tout de même deux ou trois zones de grosses marches caillouteuses qui me bloquent, mais la progression est là. Surprise, voilà Seb qui revient sur moi, alors que d'habitude il caracole loin devant. En fait il a crevé et j'ai du le passer à ce moment là sans m'en rendre compte car il ne porte pas son habit Koyotes pour une fois. Je lui file le train, mais il va plus vite en descente. Pas grave, à la bosse suivante je vais revenir sans forcer .

On arrive en bas, un court chouilla de goudron et on réattaque en face un sentier qui grimpe sur des buttes de marne. L'an dernier, raid effectué en mode rando, j'avais tout passé le début bine pentu sur le spad, là je suis un peu entamé et je pousse une dizaine de mètres avant de remonter en selle. Je finirais tout le reste sur le VTT en remontant sans forcer sur Seb, qui ne manquait pas de jeter de temps à autre des regards par dessus son épaule pour voir si j'étais encore là . On redescend maintenant dans le Canyon en louvoyant dans la gorge qui serpente entre les buttes de marne noire, appuis, virolo, séance ludique. Vers le bas on ne poursuit pas comme l'an dernier car c'était déjà un peu noir/boueux/liquide, mais on grimpe à pied quelques mètres d'une butte pour rattraper au dessus un sentier dans l'herbe. On poursuit alors la descente jusqu'à la route où se trouve un nouveau ravitaillement au kilomètre 43.

Seb ne s'arrête pas à ce dernier ravito, je stop 10 secondes le temps d'avaler un 1/2 verre de Coca et 2 abricots secs, puis je repart. Six cent mètres de route en faux plat, seule portion du parcours où j'arrive à mettre la plaque, au loin j'ai Seb en ligne de mire, roulage tonique mais sans trop donner car la dernière loongue montée est au bout. Hop, à droite toute sur le large chemin qui mène à un gué d'une dizaine de mètres à passer, ça recouvre juste le pneu et la jante et se passe donc sur le vélo sans problème, puis c'est le début de la large piste débutant la montée finale. On est à 703m d'altitude, il va falloir grimper jusqu'à 1091m, soit 388m de D+ à se farcir dont les 150 premiers sur 1.9km de la piste. Clic, réduction de la suspension arrière du SPARK à 70mm, on perd ainsi un peu moins d'énergie et le gain de rendement est nettement sensible. Je suis revenu sur Seb et on monte régulièrement, allure 7 à 10km/h, je me suis callé dans sa roue. J'aurais pu forcer un peu plus et monter un poil plus vite, mais je ne me rappelais plus de la longueur du sentier qui suivait alors de peur d'exploser par la suite et de manquer de lucidité dans la dernière descente j'ai géré mon affaire (là le père Loïc pense qu'il faudrait que je me boost le c..l, c'est pas une rando ).

On quitte la piste pour descendre dans la combe sur 100m, allant ainsi rechercher le début d'un beau sentier qui va grimper longuement à flanc et en balcon sous le couvert des sapins, passages en corniches, belle vue, quelques virages en épingles qu'on passe à pied -plus par fatigue que difficulté car il faudrait développer trop d'énergie pour gravir ces micro buttes- sauf deux serrés mais passables en vélo. On a rattrapé et dépassé deux ou trois gars, dont un du club de Chorges, Seb s'arrête deux secondes je passe devant et mène le train, il revient et se calle sur mon rythme, quelques passages un peu impressionnant avec le gaz à gauche, quelques pierres sur l'étroit sentier, mais la vitesse régulée je passe tout sur le vélo, parfois Seb ralenti et décale sur certaines de ces zones. Un passage sécurisé par des filets oranges à gauche, le vide en dessous, la paroi à droite, concentration, ça passe en vélo, ce sentier est interminable, 2.3km en tout, j'ai bien fait de ne pas partir trop vite, bien que je me sente encore assez en forme pour tomber 2 pignons. Allez, dernier lacet, je reconnais le château d'eau final, à gauche sur le chemin élargit mais plus raide, à l'arrache sur le bout de selle, encouragé par un bénévole de l'organisation qui indique au passage qu'il reste juste un mauvais raidillon puis la descente finale. Je me rappel de tout ça.

Hop, un dernier coup de mollet pour passer la butte encailloutée d'en face, puis c'est du chemin et un peu de piste roulante sur 1.5km, récupération active à 30km/h. Seb va revenir, passe devant peu après, il est toujours plus rapide que moi et casse-cou en descente, là il va s'envoler et je ne le reverrais qu'à l'arrivée. Plus prudent, je vais profiter de cette dernière descente et prendre plaisir à passer tout sur le vélo, vers le bas il y a plus de gros cailloux, quelques passages bien chauds, je passe souvent en arrière de la selle, super top plaisir.

La fin est proche, une grosse gouttière creusée dans la terre, du gros cailloux, je dois fortement ralentir et dans une posture crispée de rattrapage j'ai tout à coup deux crampes simultanée à mi-cuisse sur les deux jambes, l'horreur, obligé de m'arrêter et de m'accroupir, en fait je en sais pas trop comment me poser. J'avais déjà eu dans une autre descente engagée un avant goût de la chose. J'arrive à remonter en selle après un simili-massage-étirement, puis je termine la descente en zigzaguant entre les blocs rocheux, marches et virages du bas. Fin du sentier, retour au bitume de Digne, 500m de piste cyclable longeant le bord de la Bléone, j'essaye de forcer un peu mais je sens un frétillement d'amorce de crampe alors je calme le jeu, entrée sur le stade, passage sous l'arche d'arrivée à 12h53, mon chrono donne 4h46 ce qui me place 35ème au scratch, pas trop mal, je suis content de ma petite perf du jour. L'organisation récupère la plaque de cadre, en échange on reçoit le Tee-Shirt noir de Finisher, yes !

Seb est arrivé depuis seulement 43 secondes, ce n'est pas un écart énorme et si je ne m'étais pas arrêté à cause des crampes, en l'ayant en point de mire j'aurais peut-être pu le taxer au final .

On profite des jets d'eau pour nettoyer nos spads pas très sales, petite pause récup-papotage avec Bernard Dardennes arrivé 4'31" derrière moi (l'écart diminue, le bougre retrouve sa forme), puis retour à la voiture pour se changer et ranger le vélo. Ensuite direction la douche chaude, le pied.


Fred

Je vais ensuite récupérer mon plateau repas, il est le bienvenu car une petite faim commençait à se faire sentir; paella + fromage + fruit + brownie au chocolat, parfait.

Je rejoignais la table de Bernard quand Fred arrive -une heure après moi- content d'avoir découvert cette épreuve de vrai VTT, mais il en a bien bavé aussi en semi-rigide. En plus il s'est fait des frayeurs avec des petits soucis lié à ses nouvelles roues en montage NoTubes, pertes d'air. Il nous rejoindra à table après sa douche.

Quarante minutes plus tard, j'aperçois Mary qui en termine aussi. Vu l'état de ses petits yeux, elle a du en baver. Elle en pleure presque. Elle est cuite mais n'a pas abandonnée, dormant presque sur son vélo dans la dernière bosse, bouclant les 53km du Raid en 6h29, ce qui la place 120ème sur les 150 finishers. Bravo car cette année c'était dur-dur et avec son vertige il y avait quelques passages pas glop pour elle. Elle était première féminine durant une bonne partie du parcours, mais partie un peu vite elle a été dépassée par la suite par Emmanuelle et Fabienne, plus habituées en sudistes des descentes techniques.


Mary, Bernard

Mary récupère son plateau repas et nous rejoint à table. Renate arrivera 19 minutes après Mary, terminant ainsi 4ème féminine.

Papotages, impressions. Tout le monde est unanime quant à la beauté, la dureté, la technicité de cette nouvelle édition du Raid des Terres Noires, qui comme le bon vin se bonifie avec l'âge. L'organisation est top, de l'accueil chaleureux partout, aux bénévoles assurant la sécurité aux points sensibles, avec un balisage sans faille mais non excessif, des ravitos variés avec même du salé, plus les petits souvenirs.

On attendra la remise des prix, prévue pour 15h et qui se déroule assez rapidement. Mary et ses amies grimpent sur le podium, le speaker récupère leurs impressions.


Podium 60km Dames
Mary (3ème)
Emmanuelle (1ère)
Fabienne (2ème)

Impressions à chaud

Au final la comparaison de mes traces GPS 2007 et 2008 me donne 12.3km de nouveau tracé, soit 23% des 52.7km du parcours. On n'atteint pas les 40% de changements annoncé, mais ce n'est pas grave car les nouvelles parties étaient vraiment superbes, il faut largement saluer ici l'effort de renouvellement et tout le travail effectué par les traceurs pour nettoyer et ouvrir de nouvelles voies: rien que pour découvrir et profiter de tous ces beaux passages, sentiers, superbes vues, zones techniques, ça valait le coup de transpirer dans les montées.


Les Terres Noires

Passage aérien.
Prudence Delphine !

passage à pied requis

Au moment de partir on retrouve Tib et Delphine; ils ont du shunter la dernière montée-descente car il aurait été alors trop tard, mais vu qu'ils ne s'entraînent pas régulièrement c'est une belle perf et une partie remise pour l'an prochain...

Nous quittons Digne à 16h passé. Au retour nous dépasserons une régie mobile de la SFP et plusieurs cars des équipes de pros remontant de la course du Dauphiné. Nous arrivons chez nous à 00h36, pas fâchés d'en terminer avec la route. La voiture sera vite déchargée, les sacs juste posés en vrac et nous plongeons au lit où le sommeil ne mettra pas bien longtemps à nous tomber dessus Zzzzzzzzzz

Lundi, mardi, mercredi: j'ai du mal à marcher, pantin désarticulé, des courbatures aux cuisses comme rarement j'en ai eu auparavant...encore plus se vérifie de nouveau. L'an prochain on devra s'entraîner à la marche en bosse avant de revenir...

Pédalator


Les classements

scratch Raid 60km


Profil du Raid 55km

Profil du Raid 60km

Carte du parcours

cliquez sur cette mini carte pour voir la carte en grand

Les données de Pédalator

Dimanche 15 juinPOLAR
CS600
GARMIN
Edge705
Départ :8h01'598h01'34
Temps roulé :4h43'164h42'13
Temps déplacement :--
Temps total :4h51'44-
Moyenne:11,5km/h11,2 km/h
Vitesse max.:41,7km/h41,0 km/h
Distance:54,0km52,69 km
Réglage compteur :2030 mm2030 mm
ODO191,1km 
Dénivelée positif cumulé:+2320m+2470 m
Dénivelée négatif cumulé : -2335m -2443 m
Température Min/Moy/Max: 13/18/26°C -
FC Min/Moy/Max:86/167/184sans ceinture
Calories3562kcal2781 cal
Période échantillons :5sAuto
Démarrage compteur :manuelAuto-Start
Fichiers échantillons 2008:08061501.hrm 
 
Distance/dénivelée annoncés :60km / +2700m

A la demande et par respect du travail des organisateurs
j'ai retiré carte et trace GPS du parcours du Raid des Terres Noires,
en effet le tracé passe sur de nombreuse partie privées et protégées (réserve géologique)

Vélo du jour :SCOTTSPARK07 
Pneumatiques : 
Avant :MAXXISIgnitor LUST26"x2.10"2 bars2030mm 
Arrière :MAXXISLarsen TT LUST26"x2.0"2,2 bars  
Suspensions : 
Fourche :ROCK-SHOXREBA World Cup100/100Psi100mm débattement
Amortisseur:DT-SWISSNudeTc96Psi 
Transmission :22/32/44 et 11-32   

Le Budget

DATEA/RDésignationPrix
14/06/2008AllerPéage APRR - A6 : Fleury-en-Biere -> Villefranche-Limas: 412km29,60€
Péage AREA: St-Quentin -> Voreppe : 90km9,20€
Péage AREA: Le Crozet2,90€
Péage ESCOTA: Sisteron-Nord -> Aubignosc-Est1,10€
Gasoil - Intermarché : 42L à 1.464€61,49€
15/06/2008RetourPéage AREA: Le Crozet2,90€
Péage ESCOTA: Aubignosc-Est -> La Saulce3,50€
Péage AREA: Voreppe -> St-Quentin : 90km9,20€
Péage APRR - A6 : Villefranche-Limas -> Fleury-en-Biere: 412km29,60€
Auchan - Plaisir - 54,67L à 1,409€77,03€
TOTAL :226,52€

Les Clayes-sous-Bois (78) -> Digne-les-Bains (04)  + trajets locaux ->  = 798km

Digne-les-Bains (04) -> Gap (05) -> Les Clayes-sous-Bois (78) = 793km en 8h32

Kilométrage TOTAL= 1591km


A Lire, à voir

photos officielles et photos de l'organisateur

photos de Kaillou38 sur le post Terres Noires du forum de GrenobleVTT

Galeries des photos sur VTT26.net

Galeries des photos de Laleu


<<< SOMMAIRE >>>

Dernière mise à jour : mardi 08 juillet 2008 15:51

<<< ESCAPADES >>>